La femme l

La femme l'amour en rose Nicolas Hyppolite

-

Documents
2 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

La femme est un extrait de l'amour en Rose

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 08 mai 2013
Nombre de lectures 90
Langue Français
Signaler un problème

LA FEMME
La femme est la plus douce, la plus tendre, la plus sensible et la plus fidèle des
créatures. Elle est l’incarnation vivante de la vie et de l’amour. Elle porte le
fardeau de l’humanité sur le cœur. Elle porte les gosses dans le ventre, les
garçonnets dans ses bras et les hommes sur la poitrine. Niée par Ceux-là et
maltraitée ceux-ci. Pourtant, elle est à la fois notre mère, notre sœur, notre fille et
notre bienfaitrice.
Les femmes sont fragiles, fugaces comme des fleurs des fleurs parfumées,
malléables dans l’amour et dans les caresses. Rebelles, têtues, imprévisibles devant
la violence et la méchanceté. Les femmes sont parfois sources de nos larmes, elles
nous passionnent et nous désarment.
La femme est notre complémentarité, notre liberté perdue, notre université de la
vie, et notre chère moitié. Aimons, chérissons-la, protégeons-la. Elle est aussi notre
mystère, notre bonheur et notre malheur, notre arme à double tranchants.
La femme est matière de littérature, elle inspire les peintres et les sculpteurs. La
plus des créatures, la femme est Venus pour les romains et Aphrodite pour les
Grecs.
Il n’y a pas de femme laide mais des femmes plus belles que les autres. Khalil
Gibran l’a dit : « Si la laideur existe, ce n’est qu’une écaille sur tes yeux, et de la
cire te bouchant les oreilles. Mon ami n’appelle rien de laid, sinon la crainte d’une
âme face à ses propres souvenirs »
La femme est de l’eau de source qui arrose le désert de notre vie affective. Elle est
surtout la musique qui harmonise et remplit notre silence. Elle est la fleur qui
embaume le jardin de notre existence.
Sans elle, tout est ennui, solitude, brouillard et désespoir et chagrin.
Enfin, il faut reconnaitre que la femme est une bouffée d’oxygène dans l’enfer de
la vie. Elle est cette crème à la glace qui nous rafraichit le cœur.
UNE HISTOIRE INACHEVEE
Tout a commencé avec un sourire et une salutation baignée de charme. Et depuis,
tu es contaminée par le virus de mon amour. Tu es devenue prisonnière d’un
sentiment à la dimension d’une passion. Cette nouvelle histoire d’amour a déchiré
les pages qui l’ont précédée pour les remplacer par des textes en lettres dorées.
Nous avons conjugué le verbe aimer à tous les temps sauf au passé.Ensemble nous avons connu des heures romantiques en goutant les charmes de nos
folies. Tout a commencé à Lotipac, lieu de nos premiers baisers. Et Ashil là où tu
as reçu ton premier baptême d’amour, à Eniamod Laedi où tu as pleuré et juré de
m’aimer pour le reste de ta vie.
Plus de cent soixante-douze fois, j’ai voyagé au bord du bus, le plus confortable du
département du Sud : Yadou, la douce Cayenne. Donc, je connais par cœur la ville
des Cayes : les Trois frères Rigaud, La Rue Toussaint Louverture, Nicolas
Geffrard. Ainsi tout a-t-il commencé ? Mais cette histoire demeure inachevée.