La Toison d'or

-

Documents
2 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Évadez-vous en lisant le poème "La Toison d'or" écrit par Albert SAMAIN et publié en 1893. Ce poète de France est né en 1858, mort en 1900. "La Toison d'or" de SAMAIN est un poème classique extrait du recueil Au jardin de l'infante. Profitez de ce poème en le découvrant sur cette page. Et n’oubliez pas que vous pouvez télécharger gratuitement en format PDF le poème La Toison d'or et l’imprimer depuis chez vous !
Grâce à ce document PDF sur le poème de SAMAIN, vous pourrez faire un commentaire ou bien tout simplement profiter de très beau vers de "La Toison d'or".

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1893
Nombre de visites sur la page 61
Langue Français
Signaler un problème

La Toison d'Or

I

Je vois au grand soleil tes cheveux insolents
Rayonner et frémir, dignes d'un chant lyrique.
Jaunes comme l'arc d'or de la nymphe homérique,
Ils courent sur ton sein par de hardis élans.

Et l'ivoire qui mord leurs anneaux ruisselants,
Avant de contenir cette extase féerique
Arrêterait plutôt les fleuves d'Amérique
Où la neige des monts pleure depuis mille ans.

Pour caresser tes lys que la lumière adore,
Et tes blancheurs d'étoile et tes rougeurs d'aurore,
Ils tombent sur tes reins en flots impétueux.

Pareille aux plis épars de la poupre qui saigne,
Pour venir embrasser ton corps voluptueux
Leur onde se dérobe aux baisers de ton peigne.

II

Tel brille un vin de flamme à travers sa prison,
Tels rayonnent, vainqueurs des nuages moroses,
Dans les cieux empourprés à ces métamorphoses,
Les jardins du soleil en pleine floraison ;

Telle, cette ondoyante et soyeuse toison
S'étale fièrement sur des bosquets de roses,
Et, pour cacher l'Amour en leurs apothéoses,
Les topazes et l'or y brillent à foison.

S'il eût peint avant moi cette riche crinière,
Rubens, illuminant de clartés l'atmosphère,
En eût fait à l'entour un splendide foyer,

Comme jadis, afin d'éterniser ta gloire,
Les sculpteurs de l'Attique eussent fait flamboyer
L'or pur sur les blancheurs tranquilles de l'ivoire.