//img.uscri.be/pth/a8cac50ae89b5eb7560251f11558a153833cd4e6
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 4,00 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

La vie tel un miroir

De
73 pages
Romance. Dès que son regard s’est posé sur moi, J’ai compris que ma vie allait être différente. Il était plein de charme, je me suis laissée pendre. Pendue à son cou, collé à son corps. Je l’ai aimé mon amour, ce trésor. Mon imagination à fleur de peau, Je l’ai rêvé bien avant de le rencontrer. Comment y croire avant, je n’ai pas réagi ? Cependant il m’a abandonné, Sans expliquer ses chagrins. Amour de jeunesse, comment a-t-il pu me tromper ? De son charme il m’a séduite, Je n’oserais jamais plus aborder ses silences. Je vais l’oublier, son monde n’est pas le mien. Mon âme n’est pas à vendre, Je garde la foi, je crois en moi.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

2
La vie tel un miroir.
Poésies de Jeanine Ghirardelli et Ursule Blechschmidt.
Édité par La librairie des inconnus
.
 3
4
Ta maison
Ta maison est un royaume divin. Tu n’y accèdes pas par mille chemins,Mais par celui de la dignité. Celui de la tendresse et de l’amitié,De l’amour sincère.Défendu, la jalousie où la guerre, Les animaux y sont les rois. Les oisillons y pépient de joie. Les fleurs ouvrent leurs corolles et, Les abeilles butinent comme des folles. Par moments,elles t’entourent,Pour te déclamer leur amour. Joie et félicité sont les bienvenus. Rires aux éclats les ont suivis. Le chat fait des cabrioles, Il n’a que des journées folles.Les petits enfants t’entourent de baisers.Ta vie est remplie de personnes aimées, Cela continuera jusqu’à la fin des temps et,Ton dernier moment. UB
Recherche.
Tu cherches ton ombre, Même dans les méandres. Le jour, la nuit, son ombre te fuit. Que vas-tu faire, seul sur cette terre ? Tourner seulement en rond, Sur le moindre coup de gong. Marcher jusqu’à l’épuisement.Rêver seul du paradis, Se précipiter en enfer, Où se noyer en mer. Tu marches, marches, tu n’as pas d’armes.Tu appuierais sur celle-ci et, Tu n’aurais rien à faire des on-dit. D’un coup, un son joyeux, Qui a dû venir des cieux. Un petit rossignol mignon, Te siffle une chanson, aime ta vie. Fuis encore ce paradis. La vie est belle, elle t’ensorcelle.Si tu l’aimes comme une amie,Elle veillera alors sur ta vie.
UB
 5
6
Je suis celle.
Est-ceque j’aime ?Est-ce que je déteste ? Est-ce que je veux ? Est-ce que je n’aime plus ?Un trop de questions m’empêche d’avancer.J’ai pourtant tout essayé.Il ne me reste plus qu’à me plier,Aux bonnes comme aux mauvaises résolutions. Je dois peser sur la balance, Avancer d’un pas, puis reculer,Pour ne pas tomber. Peser le pour et le contre, Me donner du temps pour y arriver. Je ne peux empêcher mon âge. Les années passent à une allure vertigineuse. Je n’ai pas à en rougir,Chacun, chacune de mes pensées s’envolent. Mes soupirs me font frémir. Je vis aux rythmes de mes sensations. Tantôt sublimes, parfois moroses. J’aime et je désire, je partage.Et, je continuerai encore et encore !
GJ
Je suis accrochée.
Accrochée à un lien, Une liane, je partage. Elle m’attire, elle m’aspire,Me grignote, me rend fan ! Elle me pique mes idées, Elle m’emporte sur un fil argenté.Elle tisse autour de mon corps, Une armure qui me grise, m’attise.Elle puise mon énergie, elle rejette mes pensées. Comme si je devais l’aimer, En quelque sorte, je me sens forte. Je tisse chaque jour un fil, Que je couds avec délice. Sur ma toile rien ne s’arrête.Je m’applique sur chaque ligne,Je pose, je dépose ma main. Je laisse vagabonder et, Mon lien devient un ami. Un peu comme si je devais le garder. Un ami qui ne se plaint jamais. Aujourd’hui, mon lien est solide. Ma liane peut l’emporter loin,Bien loin ! GJ
 7
8
Le regard. Je vois mon regard dans tes yeux, Oh que je suis amoureux ! Ton regard espiègle me ramène à d’autres siècles.Quand la vie avait un sens, nous aimions notre France. Tout était harmonieux, tout près d’un bon feu.La jeunesse a ses joies, des fois, ses effrois. Amour dure toujours, dans un coin du Faubourg. Puis s’envole avec chagrin, vers un autre coin.Pétales dorés de tes yeux, n’ont pas fait long feu.Tristesse et joie font le partage parfois. Tu n’oublies jamais rien, pauvre destin.UB