UN LIVRE POUR DEUX

UN LIVRE POUR DEUX

-

Documents
90 pages

Description

Mon écriture peut parfois manquer de couleur, mes phrases disproportionnées, et mon langage quelques fois médiocre, ne m'empêche pas de ramener tous cela à vous.
J'ai longtemps pensé que mes écrits ne valaient d'être lu, puis un jours, mon discours à changé, et je me suis dit que le tout ne devaient que servir de lecture et non de pensées bonnes ou mauvaises, ils sont chers à mon cœur et cela déjà, vaut toute l'or du monde.
Quand je poses tous ces mots sur feuille ou sur écran un partage se forme et me rempli de joie, tel un enfant qui commence à bien s'exprimer et que l'on félicite à chaque bonne prononciation. Tant que mes mains et mes doigts me le permettront, je rendrai physique l'imagination qui fait partie de mon être intérieur, car c'est merveilleux de vivre pleinement ses passions...
Bonne lecture à tous!

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 15 novembre 2013
Nombre de visites sur la page 484
Langue Français
Signaler un problème

Un livre pour deux
Pierre Philbert
1Tes yeux !
Regarde-moi mon aimée
du fond de ton silence
Abandonne séant
tes craintes infondées
Plonge-toi dans ces yeux
flamboyants de confiance
Et réchauffe ton cœur à ces
filaments d’or.
D’un regard d’orfèvre
je saurai faire caresse
Et de mes paumes aimantes
adoucir ton émoi
Que ta peau soit velours
et ton corps de la soie
Sous les feux respectueux de mes
yeux d’allégresse.
Laisse moi fondre en toi
puis de cet or précieux
Ciseler des parures
2à la gloire de tes yeux
Et du bout de mes doigts goûter
l’eau de ton ciel
Dans les espaces purs
de ton pays de miel…
L’océan de tes yeux
recèle des trésors.
Au profond de ces lieux
je retrouve la paix
Aux confins de tes cieux siège
l’immensité,
Qui seule fait briller
la lueur de mes yeux d’or.
3Là où tu es il y a L'AMOUR
J'aime cette douceur,
qui imprègne mon âme
Quand le parfum de ton amour
me presse tendrement
D'accueillir les trésors de tendresse
Que ton coeur veut me combler.
Ce doux désir qui t'habite,
qui se fait intense
Donne à ton être,toute sa beauté
Qui se reflète dans le miroir
De la flamme de ton amour.
Ton coeur est impatient de m'aimer
Et pourtant, je reste
un mystère pour toi
Mais laisse-moi
un peu te faire deviner
Ce que tu n'as pas encore
4découvert de moi.
Comment pourrais-je,
me passer de toi?
Tu es au coeur de mes pensées.
5Je t'offre mon sourire
Je t’offre un sourire d’entente
Et un bouquet de douces pensées
Glanées une à une
Sur mes multiples insomnies
La lune ancrée dans mes pupilles
Je ne fermerai les yeux sur toi
Qu’une fois l’aube saluée
Qui éclaire ton visage
Quand s’abolissent enfin
Ruines et naufrages
Dans l’empire stellaire
De tes partages
Laisse alors vivre ton cœur
Blotti contre mon sein
Aux idées vagabondes
Chaque nuit plus belles
Errant parmi les étoiles
Chaque fois que je pense
A toi
Je souris…
6J'ai envie de rêver!
Je devine ta présence
Tapie à la lisière de mon sommeil
Je dépose mon songe
sur tes paupières !
Et mes pensées au bord de ta nuit
Nuit tronquée d’étoiles
Nuit des sortilèges
Nuit des effleurements
D’étreintes sommaires
Tendresses énigmatiques
Nuit d’avant l’ombre des tabous
Embrasement de l’indistinct
Paroles dans le foyer de ta gorge
Flammes charnelles de la déraison
Quand l’écho de ta voix
croise mon silence
Je recense jusqu’au bruit du vide
Mais qui réchauffera tes épaules
d’albâtre ?
Ma fleur fragile
7Je n’ai connu
que des mains tendues
Et des fortunes confidentielles
L’insouciance déconstruite
par l’essentiel
Lutter contre
la tendance à l’abstraction
Contre le fâcheux désir d’absolu
Parer au plus pressé de cette nuit
Atteindre la sérénité de l’aube
Et voir tes yeux pleins d’aurore
Clair de jour qui t’habille
Lumière douce qui me rassure
J’ai d’une revanche à prendre
Sur cette vie de foudres et d’hivers
Sens-tu la crue qui monte en moi ?
Toute cette eau de ma révolte
Où t’abreuver
de mon âme mouillée
Je suis pressé d’être heureux
Dans la vertu des fraîches fontaines
Dans le refuge
des forêts apprivoisées
Dans le reflet
8des visages souriants
Alors, laisse-moi tranquille…
Mon utopie !
Ce soir, j’ai envie de rêver…
9