Port-Tarascon - Dernières aventures de l
68 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Port-Tarascon - Dernières aventures de l'illustre Tartarin

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
68 pages
Français

Description

The Project Gutenberg EBook of Port-Tarascon, by Alphonse DaudetThis eBook is for the use of anyone anywhere at no cost and with almost no restrictions whatsoever. You may copy it,give it away or re-use it under the terms of the Project Gutenberg License included with this eBook or online atwww.gutenberg.netTitle: Port-Tarascon Dernières aventures de l'illustre TartarinAuthor: Alphonse DaudetRelease Date: April 17, 2005 [EBook #15645]Language: French*** START OF THIS PROJECT GUTENBERG EBOOK PORT-TARASCON ***Produced by Ebooks libres et gratuits; this text is also available at http://www.ebooksgratuits.com.Alphonse DaudetPORT-TARASCONDERNIÈRES AVENTURES DE L'ILLUSTRE TARTARIN(1890)Table des matièresLIVRE PREMIERChapitre IChapitre IIChapitre IIIChapitre IVChapitre VChapitre VIChapitre VIILIVRE DEUXIÈMEChapitre IChapitre IIChapitre IIIChapitre IVChapitre VLIVRE TROISIÈMEChapitre IChapitre IIChapitre IIIChapitre IVChapitre VChapitre VIÀ LÉON ALLARDAu subtil et profond romancierDes Fictions et des Vies MuettesSon frère et son ami Alphonse DaudetOffre ce livre d'humourC'était septembre, et c'était la Provence, à une rentrée de vendange, il y a cinq ou six ans.Du grand break attelé de deux camarguais qui nous emportait à toute bride, le poète Mistral, l'aîné de mes fils et moi,vers la gare de Tarascon et le train rapide du P.-L.-M., elle nous semblait divine cette fin de jour d'une pâleur ardente, unjour mat, épuisé, fiévreux, ...

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 08 décembre 2010
Nombre de lectures 96
Langue Français

Exrait

The Project GtuneebgrE oBkoo Pof -Trtasarn,co yb hplAesnouaD his detTk iseBoot ehf roo  fu es aneyoane erwhnyoc on taw dna tstsn  oerti hlaomns whatsstrictiom uoc yaeveoY .re iv aity op,git eti-esuror aw yermshe ter t und tcejorP eht fo nsceLig ernbteGusihtoBe o kono rine udcl wedh itebgrn.teline atwww.guten
Produced by Ebooks libres et gratuits; this text is also available at http://www.ebooksgratuits.com.
Alphonse Daudet
PORT-TARASCON
Title: Port-Tarascon Dernières aventures de l'illustre Tartarin Author: Alphonse Daudet Release Date: April 17, 2005 [EBook #15645] Language: French
À LÉON ALLARD
DERNIÈRES AVENTURES DE L'ILLUSTRE TARTARIN
(1890)
Table des matières LIVRE PREMIER Chapitre I Chapitre II Chapitre III Chapitre IV Chapitre V Chapitre VI Chapitre VII LIVRE DEUXIÈME Chapitre I Chapitre II Chapitre III Chapitre IV Chapitre V LIVRE TROISIÈME Chapitre I Chapitre II Chapitre III Chapitre IV Chapitre V Chapitre VI
*** START OF THIS PROJECT GUTENBERG EBOOK PORT-TARASCON ***
it ls buuAanom rndforo petsnoitciF seDreicerd l viuorh'mue  ted siVseM euttesSon frère etnos ima plA snohDae etudfrOfcee 
C'était septembre, et c'était la Provence, à une rentrée de vendange, il y a cinq ou six ans. Du grand break attelé de deux camarguais qui nous emportait à toute bride, le poète Mistral, l'aîné de mes fils et moi, vers la gare de Tarascon et le train rapide du P.-L -M., elle nous semblait divine cette fin de jour d'une pâleur ardente, un . jour mat, épuisé, fiévreux, passionné comme un beau visage de femme de là-bas. Pas un souffle d'air malgré le train de notre course. Les roseaux d'Espagne à longues feuilles rubanées, droits et rigides au bord du chemin; et par toutes ces routes de campagne, d'un blanc de neige, d'un blanc de rêve, où la poussière craquait immobile sous les roues, un lent défilé de charrettes chargées de raisins noirs, rien que des noirs, — garçons et filles venant derrière, muets et graves, tous grands, bien découplés, la jambe longue et les yeux noirs. Grappes d'yeux noirs, et de raisins noirs, on ne voyait que cela dans les cuves, sous le feutre à bords rabattus des vendangeurs, sous le fichu de tête dont les femmes gardaient les pointes entre les dentes serrées. Quelquefois, à l'angle d'un champ, une croix se dressait dans le blanc du ciel, ayant à chacun de ses bras une lourde grappe noire, pendue en ex-voto. «Vé!… (vois!)» me jetait Mistral avec un geste attendri, un sourire de fierté presque maternelle devant les manifestations ingénument païennes de sont peuple de Provence, puis il reprenait son récit, quelque beau conte parfumé et doré des bords du Rhône, comme le Goethe provençal en sème à la volée, de ses deux mains toujours ouvertes, dont l'une est poésie et l'autre réalité. Ô miracle des mots, magique concordance de l'heure, du décor et de la fière légende paysanne que le poète déroulait pour nous tout le long de l'étroit chemin, entre les champs d'oliviers et de vignes!… Qu'on était bien, que la vie m'était blanche et légère! Tout à coup mes yeux se voilèrent, une angoisse m'étreignit le coeur. «Père, comme tu es pâle!» me dit mon fils, et j'eus à peine la force de murmurer, en lui montrant le château du roi René, dont les quatre tours me regardaient venir du fond de la plaine: «Voilà Tarascon!» C'est que nous avions un terrible compte à régler, les tarasconnais et moi. Je les savais très montés, me gardant rancune noire de mes plaisanteries sur leur ville et sur son grand homme, l'illustre, le délicieux Tartarin. Des lettres, des menaces anonymes m'avaient souvent averti: «Si tu passes jamais par Tarascon, gare!» D'autres brandissaient sur ma tête la vengeance du héros: «Tremblez! le vieux lion a encore bec et ongles!» Un lion à bec, diable! Plus grave encore: Je tenais d'un commandant de gendarmerie de la région qu'un commis-voyageur parisien ayant, par une homonymie fâcheuse ou simple fumisterie, signé «Alphonse Daudet» sur le registre de l'hôtel, s'était vu brutalement assailli à la porte d'un café et menacé d'un plongeon dans le Rhône, selon les traditions locales: _ __[1]_ Dé brin o dé bran Cabussaran Dou fenestroun De Taracoun lou Rose Dedins C'était un vieux couplet de 93, qui se chante encore là-bas, souligné de sinistres commentaires sur le drame dont les tours du roi René furent témoins à cette époque. Or, comme il ne me plaisait guère de piquer une tête du fenestron de Tarascon, j'avais toujours évité dans mes voyages du Midi de passer par cette bonne ville. Et voilà que cette fois un mauvais sort, le désir d'aller embrasser mon cher Mistral, l'impossibilité de prendre le «Rapide» ailleurs que là, me jetaient dans la gueule du lion à bec. Encore si je n'avais eu que Tartarin; une rencontre d'homme à homme, un duel à la flèche empoisonnée sous les arbres du tour-de- ville n'était pas pour me faire peur. Mais la colère d'un peuple, et le Rhône, ce vaste Rhône!… Ah! je vous réponds que tout n'est pas rose dans l'existence du romancier… Chose étrange, à mesure que nous approchions de la ville, les chemins se dépeuplaient, les charrettes de vendanges devenaient plus rares. Bientôt nous n'eûmes plus devant nous que la route vide et blanche, et tout autour dans la campagne le large et la solitude du désert. «C'est bizarre, disait Mistral, tous bas un peu impressionné, on se croirait un dimanche. — Si c'était dimanche, nous entendrions les cloches…» ajouta mon fils, sur le même ton, car le silence qui enveloppait la ville et sa banlieue avait quelque chose d'opprimant. Rien, pas une cloche, pas un cri, pas même un de ces bruits de charronnage tintant si clair dans l'atmosphère vibrante du Midi.
 Qu'en avez-vousf ia?tL»a'tuer ,let Tas scranaon ?sis ùO-tno?slins:«inqabé, Eh! erP amtîdE ciratéitqus regaa  s siuped c-etnert cirne?sized noont faitIls lui v-ze suo ùo'tross ou lnencdo V?oVsu!t mmne«:oCs? Dz pasave ne  ed sirprus tuotntmeneonéte trno,resi'l sull ert Pstiarcos nilol seT rasaocnnia mon bonPartis, nocsar,iuo !hEdee îlr Tat-or Plcmaedérl ue,eà rtan pousez t asr ve lles', tiacro sserdennoed rt pour dterrompiI» l'snirasauq!e tlaà u'sqjué agnéméd ,xue ceva orté emptout Et têenet raniaTtrau hent ra gdut udaiv dnol iuq cet dnge e laominelI.v liuo sicn numisateèsprou nts sippo sno'l àescalier de la gra,ep rehceét uor sed tnemesiorcnsaitrs le, lsainestdéiausccs  e monche,relâans  snov alrterivuoixvoum h, ies desev sigaiaen,sd  l'entrees. Dansrasa.nT«c nioc,nls dappeatioe stnahc ,td tnemegtenumiq rêard's laateitna ev cedtée, descente, hrop rèit ,se sedcls ueaqntmedes eillsurv de aireimssc mo tuauourpaa n'i qur euitvres xueiv ,ecnatpelliermes, Mon eopruîN eovtirutris calui s MteuoT»ed teC ,ettcaïr.»Pécune Aumespeut euql!eQ e  das p aonl't ?sellevuon sruelaillées,les, dét,sa sszep éricess ou aenpr a nèson slevunoived soxedl e'ecv d  eant aillt pepetiem ruop ttemrep voe  dreerntcousl sef roimadlbse mésaventures quelpul à us a eti sde honoséret, * * tn*.liresails asi levoa , ieg on lde à'u sondnatq sins le copieds daonsueragcuahtn ,ler teon mnsiordolc sel ,sruot schet clos etcherll e aivedl no snabannod ,eé seseuvirex armp dtsrosép ral  eoselild'un superbe trc ed no edatsuonaon detdé'i lntca t exep tâ'dnu bécé des doasseuq ealc tip ul s resterant il neueisiP r,iomnom dit s-teûtro«Ee.mmsi uoclaa sirtda Meman», dcardeva suon srev tinaverei que irsa, pasautrement i cnub nos uoirerar Tcoassun ler iuqnd teas eriovlong-il s detempmeni shca t-sY«x Si n? E.ismoé ettec oitargim lseaievboaug ur snof ud sersiamn moulinhemin; uuo tudc ne tuab emiès prt lertanPuo eniagne ségsnadt fuangr, depeà  eaclioltuuees , cette longue ruipérc io.fuen à leui'h dtrocl', rt e tonue rtspusarr Nouns.Eivioette heualer à crasaoc ner -àlT.iscuesinesutes lûd thxe rua neiae pachosune -on lae sirtelM!erlis lu pnttaen snet-enigami ,lia'lse ,ertnér,sd siparus comme les nnoc siaba'setir sntt onsmlechouffeéb uoospud  el'aie à e tol qu sehcuomêm-selle lets meseuixq'etneul à f elqnals uei queusdrox agnr iedrrna tédéchal feé du marsarat sliues selt on dislleitre xud diaesdr rgnales re, inai'ords reoscl, esnssasetrlte f setêneandonnée, les poedl  artuoev rbataor pleumnf eilep in ,s ,ennosrnts enfaouleni pnen c ihta , ihclae  detquzuBée umra'l ,ettecalplde teca Cosrierelemerli éapefmrcoa isnf, nt letaffu« ,teirebéR ommée deÀ la renogst.»D  seblrnirèilimafson à sedex eu yenl'ispu,ec afcni pmteetion resside de vd teaba'nodnved t incoen pres luassisiastn.eF remée, la pharmacic te tedm ro eedlence sier lrouvvuop suon ùo ,elil vEni!péom Pteuo sel smos rut tre un nions metqitu seuel sob s turteougilo ss,ardi regépouons ,in  tomonsuuo sil, ntmeitva a y ;sétnaviarv ,tendre aux rugissed  euqio .'Staetn eelidé, re tettnem'd sp nulpueevanEt d mait laedT os nir,nraatvoen: itus aesléc sel is !selagises, où plus uneicageln  ehcnaatanaçlet s urontrb sccnalte ssil dè e eitmorb s'l espanesplatdes s tialuor kaerb an ds,urcoe  lur sel sat tedevunis?Notrerasconna.euqsiaMsih irotétu'enainf e qined inéddecitsuj ntsaas pangre  c eistej  enenglaà Taait on, rascse'sot tuojuf srisucn soArd's lerAel;sc ral  eas de saucisson d'ntcariab,fèsnibaruocxE noidiripSph- Joserie-e Maetd epnili e rotgneisue  letns'etela ,etaC elabmu notairnceaux del saponsiapur,snt one ueu pfar cuor ,ehc elehcor enleva ses bêtse ,teq euqleu ssor ais séas pit ec ruS.c ed tomra, holé toudont srp selaçxuvoneà senob  sedtnete nc lde dnetaisujqs'u àvaliel ,e mauvaice que l tneiv dnauq ,tel', ieémidépe unnégad méattnahibous pe s came etI« l y aeptuê rtun de nous dit: araTnocsne ,ffe lee ho craléÀ .»édrcit truoptoet, plragen peus uom ,ariC'L»?ussus ou vur «r:iecru fameuxur bas drt eelm en,sc no dsecie e uniscap ,t sulraj enides, ermées fiennepsres set st uosioi ves smeom cetteum teelgueva
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents