//img.uscri.be/pth/55fdff45105659779e1e9d13f42018824d9f3e6f
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Quelques réflexions sur l'esprit du jeune clergé

15 pages
Lecointe (Paris). 1830. France -- 1824-1830 (Charles X). 16 p. ; in-8.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Voir plus Voir moins

QUELQUES
SUR L'ESPRIT
DU JEUNE CLERGÉ.
PARIS
LECOINTE , libraire , quai des Augustins ;
LEVAVASSEUR , libraire , Palais-Royal.
LYON
AYNÉ , libraire , place Louis-le-Grand ;
TARGE, libraire, rue Lafont.
1830.
L'AUTEUR de ces Réflexions avait eu d'abord
l'intention de les faire insérer dans un des jour-
naux mensuels de Paris. La correspondance qu'il
a eue à ce sujet avec le rédacteur du Mémorial
Catholique, et que nous joignons ici, pourra ser-
vir de préface et faire apprécier ses intentions.
Puissent ces lignes, tracées uniquement dans le
but d'être utile au jeune Clergé, produire encore
un heureux effet en faveur des vétérans infirmes
de ce corps respectable. Cette petite brochure se
vend au profit de l'établissement fondé pour
recueillir les Ecclésiastiques infirmes du diocèse
de Lyon.
4
, le 27 Novembre 1829
A Monsieur le Rédacteur du Mémorial Catholique
à Paris.
Je viens réclamer pour l'article que je vous transmets ,
et qui est intitulé : DE L'ESPRIT DU JEUNE CLERGÉ ET
DE SON INFLUENCE, l'honneur de l'insertion dans votre
estimable journal.
La pensée que j'expose me paraît intrinséquement
bonne et utile ; mais n'étant ni théologien ni publiciste,
je n'ai pas la présomption de croire qu'il n'y ait rien de
solide à objecter aux développemens que je lui donne ,
ni que les raisons sur lesquelles je me fonde soient irré-
fragables. C'est dans ce doute et cette crainte que j'ai
cru devoir m'adresser à votre mémorial. Les notes dont
vous pourrez accompagner cet article serviront de cor-
rectif à ce que vous y trouverez de défectueux : je ver-
rais même avec le plus grand plaisir que mes idées fas-
sent combattues. Cette discussion pourrait produire les
bons effets que je souhaite , et à ce prix je me conso-
lerais volontiers de m'être trompé.
Un autre motif a achevé de me décider à m'adresser
à votre bureau. J'ai dû penser que cet article publié
dans vos feuilles se trouverait répandu, surtout chez les
personnes auxquelles il s'adresse particulièrement.
Désirant professer une entière soumission pour l'au-
torité catholique , et ne souhaitant rien tant après cela
que de me montrer bon citoyen et partisan sincère et
respectueux de la royauté constitutionnelle , je vous
5
assure que je recevrai avec reconnaissance des obser-
vations si vous aviez à m'en faire pour modifier des
passages dont vous croiriez ne devoir pas risquer l'im-
pression.
Veuillez , en m'honorant d'une réponse , me dire si
cette insertion, pour laquelle je désire conserver l'ano-
nyme , pourra se faire dans l'un de vos prochains nu-
méros.
Je suis avec la considération la plus distinguée, etc.
le 11 Décembre 1829.
J'ai en l'honneur de vous écrire le 27 du mois de
novembre pour vous adresser un article dont je sollici-
tais l'insertion dans votre Mémorial. Privé de réponse à
cette lettre et ne sachant à quoi attribuer le silence que
vous gardez , puisque j'ai rempli la formalité d'affran-
chissement prescrite , je prends la liberté de vous de-
mander de nouveau si vous voudrez bien comprendre
cet article dans un de vos prochains numéros.
Je vous prie , dans le cas où vous ne jugeriez pas con-
venable de le faire , de vouloir bien m'en prévenir de
suite à l'adresse que je vous donne, et de faire remettre
mon manuscrit sous enveloppe à l'adresse de M.
Je suis , etc.
Paris, 17 Décembre 1829.
Monsieur,
Si vous n'aviez pas été si pressé, nous aurions peut-
être fait usage de votre article. Ne paraissant qu'une fois
par mois , il nous est impossible de satisfaire , comme
nous le désirerions, à toutes les demandes de ce genre.
Nous aurons un peu plus de latitude l'année prochaine ,
parce que nous allons publier deux cahiers par mois ;
et encore ne nous sera-t-il guère permis de faire des
excursions hors du plan de nos discussions.
Je fais remettre votre article à l'adresse que vous
m'indiquez.
Je vous prie d'agréer l'assurance de la considération
distinguée avec laquelle j'ai l'honneur d'être ,
Monsieur ,
Votre très humble et très obéissant serviteur.
Signé WAILLY ,
Directeur du Mémorial Catholique.
6