2ème extraits L

2ème extraits L'Exclue

-

Documents
17 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Description des liens familiaux, l'humiliation que je subie par mon père et mon premier amour...

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 21 septembre 2011
Nombre de visites sur la page 299
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
     LAURA ISABELLE                   
 
  
LEXCLUE  
                         Le code de la propriété intellectuelle n autorisant, aux termes des paragraphes 2 et 3 de l article L-122-5, d une part, que les “copies ou reproduction strictement réservées à l usage du copiste et non destinées à une utilisation collective” et d’ autre part sous réserve du nom de l auteur et de la source, que les “analyses et les courtes citations justifiées par le ca ractère polémique, pédagogique, scientifique ou d' information”, toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle, faîte sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants-droit ou ayants cause, est illicite (article L.335-2 et suivant du  Code la propriété intellectuelle  © Copyright, août 2010, Laura Isabelle ISBN: 978-2-9539456-0-7   
  
 
  
 L'EXCLU TOME1   
        
E
 
 
 
 
  
 
 
Chers lecteurs et lectrices,
 Je vais vous conter une histoire vraie. Celle de ma vie. Les noms ne sont que pures inventions. Ce livre n'est pas un procès, ce n'est qu'un cri d'espoir.  Sachez que l'amitié, le soutien peuvent arriver de personnes totalement étrangères. Ces personnes qui m'ont aidé, je les en remercie du fond du cœur .
 
                
 
 
  
Deuxième extrait , j’espère qu’ il captivera votre attention.
 
J’ai besoin de vous, de vos commentaires pour progresser car Sauvez-Nous ! est le premier tome de mon témoignage.
Pour commenter, lire d autres extraits, acheter le livre, rendez-vous sur ce lien :
http://www.youscribe.com/laura-isabelle/  
Merci de votre attention et bonne lecture
 
 
 
 
 
 
 
 
CHAPITRE IV  
 
J'arrive chez mes parents, les Appolons sont tous présents. Le premier que je vois c'est Anton. Je ne sais pas pourquoi, nous nous sommes tout de suite pris dans les bras. Je dois avouer que cela me fait chaud au cœur . Ils font la fête, bien sûr c'est la fête des mères.  Je suis accueillie à bras ouverts. Ils sont vraiment heureux de me voir. Quel bien cela fait. C'est génial! Je suis comme une princesse. Quel changement! Quel bonheur! Je suis aimée.   S'installe une grande complicité entre mon père et moi, nous regardons des films d'horreur comme « le retour de Jason ». Vous connaissez? Oui... C'est obligé... Jusqu'à des minuits, une heure du matin, nous restons accrochés à l'écran. J'apprends aussi à connaître mon véritable grand-père, Eugène, mari de Mamie et donc père de mon père. C'est un homme à la peau tannée, petit avec des mains comme des massues, gentil, discret. Depuis que ma grand-mère l'a quitté, il n'a jamais refait sa vie. Il est donc seul et je ressens cette solitude lui pesée, comme une profonde tristesse. J'aime beaucoup mon grand-père. Et puis, il y a ma sœur , la relation est assez compliquée avec elle, pourtant, je parviens à retisser des liens avec elle. Je l'adore, c'est ma sœur .  
 Avec ma mère, je ne sais pas, à l'heure actuelle, elle m'a fait tellement de mal que je ne peux exprimer ce que je ressens pour elle à ce moment là, mis à part que c'est ma mère, que je lui ai pardonnée des milliers de fois, jusqu'à un certain point. Je ne pourrai donc prononcer, ni ressentir les sentiments de cette époque que j'avais pour elle. C'est terminé, mort. Vous comprendrez pourquoi plus tard.  Avec mon père, notre relation tourne vite au vinaigre, il boit. Son comportement, je l'estime, n'est plus celui d'un père. Un soir, devant la télé, il me conseille de chercher un homme plus vieux que moi. La journée, il essaie de me toucher soit les fesses, soit ma féminité. Il appelle ça faire « la course à l'échalote ». Il tourne ça à la plaisanterie, au jeu mais moi, qui suis sa fille, ne ris pas du tout. Je me méfie et ne me laisse plus approcher. Le soir, je regarde donc la télévision dans la caravane de ma sœur .  Mais une fois, il est arrivé à se glisser dans la caravane de Léonie, au moment où je sortais pour aller me coucher dans ma roulotte. Il a réussi à me passer une main aux fesses. Moi, sa fille. Il me traite aussi de « fille de rien ».  
Non seulement, il le dit, mais me considère comme telle. Parfois, il me regarde et me demande: « Tu mouilles? ».  Vous allez vous dire:  « Ce n'est pas possible, elle n'a vraiment pas de bol ou alors tout cela est faux »  Pourtant, tout ce que j'écris est vrai. J'en ai encore honte et ce n'est pour moi que le début. Je supporte cette humiliation pendant presque un an et tente maladroitement de mettre fin à mes jours. Il y a une carabine à plomb dans mon repère. Je me loge le canon dans la gorge mais mes bras sont trop courts pour appuyer sur la gâchette. La solution qui me reste est les cinq boîtes de Lévothyrox pour ma glande thyroïde. Je les avale toutes en me disant:  « Soit, demain, je fais deux mètres, soit, je suis morte ou dans un état pas possible ».  Le lendemain, je me réveille, non, je ne suis pas morte, non, je ne fais pas deux mètres et de plus, je suis très calme. Quelques jours après, je m'aperçois que la carabine a disparu, il y avait tout de