Différentes vies

Différentes vies

-

Documents
31 pages

Description

Différentes vies est un recueil de dix nouvelles traitant dix histoires différentes : 
- NoHope01
- Deux vieux fonctionnaires
- Douglas, l'homme de fer
- Maddy Mad
- Sortie de terre
- Steven Cox, présentateur hors-pair
- Le rêve constant de Lilo
- Humanité
- Star du jour au lendemain
- Inspecteur Mayer

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 15 octobre 2016
Nombre de visites sur la page 1
Langue Français
Signaler un problème
NoHope01 -
Anna rentre dans son immeuble, les sacs de courses à bout de bras. Elle est garée un peu plus loin, sur un parking qui manque de sécurité. La lumière s’éteint quand elle monte, le minuteur s’est arrêté. Elle continue dans le noir, encore quelques étages. L’ascenseur est en panne depuis des mois, personne n’est venu s’en occuper. Elle pousse avec ses dernières forces jusqu’à la porte. Elle pose les sacs sèchement, trouve les clés. Anna reprend son souffle, ses jambes sont fatiguées. Elle est fatiguée de tout ça. La porte s’ouvre. Les lampes sont petites, la lueur très discrète. L’entrée, mal rangée, lui empêche de passer d’une seule traite. Anna pose ses sacs et les prend un à un vers la cuisine. Pas de belle vue, pas de chose spéciale dans ce petit appartement du sud de la ville. Ce n’est pas ici qu’elle pourra trouver le bonheur. Les journées s’enchaînent depuis cinq longues années, l’ombre d’un changement est imperceptible. Seule, cachée dans son petit abri, elle cherche l’âme soeur, désespérément. Ses amis lui ont conseillé des sites, rien de bien professionnelle pour cette célibataire endurcie. Elle est du genre à attendre le prince charmant. Anna commence sa soirée, épuisée par tous ces efforts, l’ordinateur l’a soutient. La solitude pèse lourd dans le coeur de cette femme qui n’a jamais eu de grosses relations, sérieuses et dans la durée. C’est une pauvre fille de la campagne comme résument certains. Ce soir, elle veut autre chose. Ses expériences en matières de trouvailles amoureuses l’ont découragée, pour un temps. Mais cette fois, cette vétérane du coeur brisé veut reprendre du poil de la bête et recommencer ses recherches. Une once d’espoir la traverse, elle s’y met immédiatement. Les courses n’ont pas fini d’être rangées, mais tant pis, il faut se donner des priorités pour arriver à quelque chose. Ses amies lui ont donner des noms, elle les a sûrement fréquentés, mais elle ne s’en souvient plus. Par contre, tous ces soirs passés avec ses amies à se lamenter sur son propre sort, étalée sur le divan, ça elle s’en souvient. Anna ne veut plus que la tristesse vienne embellir son manque de joie criant. Elle veut juste un compagnon, quelqu’un d’aimant, de réel, une entité avec qui partager des choses, tellement de choses. Les sites s’affichent. Ce ne sont pas les bons, elle continue. Il faut dire qu’en quelques années, les sites ont bien évolué. Ils se sont spécialisés, certaines rumeurs disent même qu’il y aurait des robots à la place des humains, sous certains profils bien cachés. Les temps sont définis de cette manière, où la maîtrise technologique vient s’allier aux désirs humains. Elle tombe sur un de ces anciens sites. Elle se rappelle tous ces noms, ces visages, ces rencontres. Anna hésite une dernière fois avant de se lancer frontalement vers tous ces inconnus, une fois encore. Les profils sont tous différents, tous inintéressants. La première heure passe, la deuxième suit. La curiosité ne lui manque pas, elle visite chaque profil, regarde chaque élément, et passe à autre chose. Beaucoup de souvenirs ressurgissent à ce moment-là. Pas que des bons, évidemment. La soirée continue, les appels en retard se succèdent sur son portable, elle n’y prête pas attention. Happée par tout ce contenu, elle ne peut s’empêcher d’imaginer l’histoire de ces hommes et de ces femmes, sur tous ces sites. Leur désespoir est-il aussi grand que le mien ? Se demandait-elle. Alors qu’elle se comparait à ses semblables, il revenait en elle des traces de son passé. Sa première relation a duré un mois, rien de bien précis. Quelques sorties, sans grande folie. Des rencontres banales, classiques. Rien de toute la magie qu’elle attend d’une relation de couple, une osmose incomparable, un bonheur infini. Les suivantes, qui se comptent sur les doigts d’une
main, n’ont pas été de franches réussites non plus. La faute a un trop grand appétit amoureux sans doute. Des fois elle se repose des questions sur ses anciennes relations, si elle en a tiré des leçons ou pas du tout. Il semblerait que non. C’est une fille qui oublie vite les choses, attrapée par un quotidien où elle ne s’arrête jamais avant de s’écrouler le soir sur son lit. Rien de bien concret donc, quelques voyages brefs, des choses mémorables que d’autres n’ont pas connues. Elle relativise, fait une pause. Anna regarde par la fenêtre, rien de spectaculaire. De nombreuses lumières lui parviennent et pourtant elle se sent terriblement seule, abandonnée de tous. A part les tapements du clavier, c’est le silence total. Elle boit un peu, sans excès, pour se donner du courage. Une mauvaise habitude, rien de plus. Son ambition est tellement massive qu’elle s’inscrit sur de multiples sites, uniquement fiables. Une sorte de second souffle lui donne des forces à n’en plus finir, elle est tout simplement inarrêtable. Son envie de réussite est avec elle à chaque instant, la berçant d’illusions et de réalités, elle a du mal à en faire la distinction. Elle veut aller de l’avant, rester une femme forte, s’établir une nouvelle base, une nouvelle vie. Elle ne veut plus avoir peur, se cacher, elle vise haut. Pour la première fois de son existence, son entrain la porte au-delà de ses limites, en dehors de toutes ses règles. Elle se donne les moyens d’accéder à la relation parfaite, à cette magie amoureuse qu’elle n’a jamais connue auparavant. Elle se sent forte, quasi-invincible. La fatigue tente de la déstabiliser, elle tiens debout. La soirée se termine, Anna est heureuse, une sensation de bonne action lui confère un sommeil réparateur. Tout va aller pour le mieux maintenant, elle en est persuadée. Un nouveau dynamisme la définit, une foie sans pareille, ce petit quelque chose qui la rend vivante. Les jours passent, les mois, les rencontres se succèdent. Les discussions ne sont pas constamment intéressantes, les gens rencontrés pas forcément attrayant d’un premier coup d’oeil. Mais quelque chose revit en elle, et ce petit quelque chose lui rend un service honorable, fabuleux. Tout va pour le mieux pour elle. Depuis une semaine, Anna a rencontré un homme qui sort du lot. Il correspond à presque toutes les caractéristiques exigées, mais tant pis celui-là il ne faut pas le lâcher. Son caractère droit et autoritaire n’a pas de pouvoir face aux sentiments naissants. La correspondance se poursuit, de ces quelques jours naissent des semaines, qui deviennent des mois. Tout semble parfait. La rencontre est quasi-faite. Ils partagent beaucoup de choses en commun, s’entendent sur des sujets sensibles et tabous. D’un naturelle douteuse, cette fois Anna empêche sa timidité de la prendre de court et fonce. Personne ne lui tire la sonnette d’alarme, les deux personnages ont l’air fait l’un pour l’autre. Alors pourquoi pas. Elle pense à invité cet homme chez ses parents. Ils seront fiers d’eux. Il n’y a toujours pas eu d’échange de prénom, mais sous son pseudo, le jeune mystérieux doit cacher un nom évocateur, de ceux que tout le monde apprécie, elle en est certaine. Elle ne fait plus attention à son identifiant ridicule, NoHope01, car elle est complètement transportée, de jour en jour, tout est toujours parfait. Sa persévérance a finie par payer. De ces légers sentiments naissent maintenant de vraies sensations de légèreté, d’abandon dans l’amour. Elle est comblée. Lui aussi semble heureux, malgré qu’il soit plus réservé. C’est sûrement dans sa nature. Dès lors, son coeur d’adolescente, brisée, se remet peu à peu de ses blessures et recommence à rêver. Un avenir meilleur, une vie à deux, des sorties à n’en plus finir, tout un assemblage de perfection l’atteint, elle est convaincue que c’est le bon. Son quotidien change du tout au tout, elle n’a plus ce laisser-aller, ses amies ne la reconnaissent pas. Une nouvelle femme, déterminée, amoureuse, destiné à vivre un rêve prend place. Elle reprend le décor de son appartement,
le trouve beau en fin de compte, acceptable pour une personne autant chanceuse. Tout à un sens, tout est logique, son compagnon derrière l’écran lui procure des sensations inconnues, incroyables. La vie dont elle rêvait est devenue réalité, rien ne peut plus l’arrêter. Au bout de quelque temps, la passion s’élargit toujours plus, cependant il n’y a toujours pas eu d’échanges téléphoniques entre les deux personnes. Pas de vidéos, pas de photos en dehors des images de profil. Juste des mots, sur un clavier. Anna ne doute pas. Sa chance est trop belle, elle se dit que de toute manière un jour son prince charmant et elle se retrouveront. Les mois passent, toujours rien. L’amour grandit, mais la flamme amoureuse commence à ressentir des secousses, un doute s’installe. Ces rumeurs de robots sur les sites de rencontres reviennent à elle comme un pressentiment. Une foudre qu’elle refuse de croire. Ca n’est pas possible. Les prénoms devaient être révélés à leur première rencontre dans la réalité, mais tant pis elle ne tiens plus. Elle veut savoir qui elle a en face d’elle depuis des mois. Anna demande son prénom. Il refuse plusieurs fois. Elle se retient de s’énerver, il lui dit qu’il s’appelle Michael. Elle calme peu à peu ses ardeurs, continue les discussions. La vie reprend. Après tout, c’est stupide, des mois de conversations, c’est impossible qu’elle ne l’ait pas vue plutôt. En parallèle, elle commence des recherches. Elle veut en avoir le coeur net dans tous les cas, voir de quoi il retourne de ces rumeurs. Rien de nouveau sur le sujet. Les médias n’en parlent pas, à la télé non plus. Ce doit être un phénomène estompé, juste une petite rumeur, passagère et insignifiante. Plus personne n’en parle. La surprise vient à Anna un beau jour. Il accepte de la voir en vidéo, de faire un échange avec elle. Leur rencontre a dû être repoussée, pour des raisons de travail selon Michael. L’appel vidéo commence, elle est tout excitée à l’idée de voir enfin la personne qu’elle aime. Elle va pouvoir corriger ses derniers doutes. Enfin, le voilà. Il a un visage magnifique, comme sur la photo. Tout est identique. Ses yeux profonds, ses traits doux et affinés, ses paroles réconfortantes. Elle est totalement conquise, Michael lui rend par des sourires. Ils discutent, il lui explique que ces mois ont été très difficiles sans elle, qu’il est le plus heureux des hommes de la voir, enfin. Il l’appelle depuis sa chambre, il y a des tableaux, des sculptures, il lui fait faire le tour de son habitation. Anna est complètement abasourdie par ce mélange de culture, de goûts qu’elle ne lui soupçonnait même pas. Pas de paroles pré-enregistrées, pas de répétitions, ça n’est définitivement pas un robot. Tout ce temps passé à douter n’est plus. A la fin de l’appel, Anna va se coucher, ravie d’avoir enfin pu correspondre avec celui qu’elle qualifie déjà comme l’homme de sa vie. A la fin de l’appel, Michael est déconnecté. Les scientifiques lui enlèvent ses différentes puces, ils le mettent en veille dans leur jargon. Il leur aura fallu des mois pour construire leur prototype d’humanoïde, Michael est un hommage à un de leurs amis, partit trop tôt. Les composants de cette machine, très chers et très durs à mettre en place, ont nécessité un travail titanesque de la part de ces grands cerveaux. Leur première sortie est une franche réussite, ils ne sont pas peu fiers. Pour cet appel, il était installé derrière l’entrepôt, l’appartement factice a nécessité deux jours d’installation. Ces hommes sont fiers de ce montage. Ils transportent le premier humanoïde à avoir été utiliser dans une autre salle, pour le conserver pour un autre appel. Maintenant, ça va être au tour d’Anthony. Ils le branchent, vérifient ces mouvements de visages et ses paroles, tout à l’air bon. Ils passent dans un immense couloir, où sont stockés les futurs prototypes, et ceux déjà effectifs. Depuis des années, grâce à un programme très avancé, ces scientifiques de l’ombre créent les robots du futur. Des machines quasi-réelles, qui nécessitent un savoir-faire et une compétence unique, il faut