JE SUIS TON PÈRE - Épisode VIII - La pilule rouge

JE SUIS TON PÈRE - Épisode VIII - La pilule rouge

-

Documents
24 pages

Description

Tu peux raccrocher le sabrelaser et troquer la Batmobile contre un monospace : ta femme est enceinte.
Quand un geek débute son apprentissage de la paternité, ça donne la série JE SUIS TON PÈRE. Bercé à la science-fiction, au cinéma de Spielberg et Lucas, et visiteur littéraire assidu de la Terre du Milieu, l'homme voit ses repères chamboulés du jour au lendemain. Au fil de la grossesse, sa vie se transforme en un véritable parcours initiatique. Sera-t-il prêt à encaisser le résultat du test de grossesse ? Sera-t-il capable de décrypter les images de l'échographie ? Saura-t-il trancher au moment de choisir entre une poussette à trois roues ou à quatre ? Devra-t-il laisser le lait en poudre s'imposer dans sa vie en lieu et place des pizzas et de la bière ? Autant d'épreuves dont il faudra sortir victorieux...
Et si le véritable super héros dont il rêve depuis qu'il est ado n'était ni Superman ni James Bond ? Et s'il s'agissait tout simplement de lui, le futur père ?
Pendant ces 9 mois étonnants et hilarants racontés en 9 épisodes, vivez la plus belle aventure de la vie passée au filtre d'une multitude d'univers chers à la 'Geek génération'.
Jamais grossesse n'aura été aussi légère !

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 25 février 2015
Nombre de lectures 5
Langue Français
Signaler un problème

Je suis ton père 

-

EPISODE VIII 

 

Une série proposée par  

Alexandre Jarry 

 

© 2015 – Tous droits réservés 

 

 

Une production MysteranduM Editions 

 

 

Mentions Légales 

Cet ouvrage est protégé par copyright. Tous les droits sont exclusivement réservés à son auteur et aucune partie de cet ouvrage ne peut être republiée, sous quelques formes que ce soit, sans le consentement écrit de l’auteur. Vous n’avez aucun des droits de revente, ni de diffusion, ni d’utilisation de cet ouvrage sans accord préalable de l’auteur. Toute violation de ces termes entraînerait des poursuites à votre égard. 

 

Crédits

Couverture : photographie, retouches et montage par Alexandre Jarry 

 

Episode VIII – La pilule rouge 

 

 

 

« Je vais te dire pourquoi tu es là : tu es là parce que tu as un savoir, un savoir que tu ne t'expliques pas mais qui t'habite, un savoir que tu as ressenti toute ta vie. Tu sais que le monde ne tourne pas rond sans comprendre pourquoi, mais tu le sais, comme un implant dans ton esprit, de quoi te rendre malade. C'est ce sentiment qui t'as amené jusqu'à moi.
Sais-tu exactement de quoi je parle ?
 

— De la Matrice ? 

— Est-ce que tu veux également savoir ce qu'elle est ?
La Matrice est universelle. Elle est omniprésente. Elle est avec nous ici, en ce moment même. Tu la vois chaque fois que tu regardes par la fenêtre ou lorsque tu allumes la télévision. Tu ressens sa présence lorsque tu pars au travail, quand tu vas à l'église ou quand tu paies tes factures. Elle est le monde qu'on superpose à ton regard pour t'empêcher de voir la vérité.
 

— Quelle vérité ? 

— Le fait que tu es un esclave, Neo. Comme tous les autres tu es né enchainé. Le monde est une prison où il n'y a ni espoir ni saveur ni odeur. Une prison pour ton esprit. Et il faut que tu saches que, malheureusement, si tu veux découvrir ce qu'est la Matrice, tu devras l'explorer toi-même. C'est là ta dernière chance, après ça tu ne pourras plus faire marche arrière.
Choisis la pilule bleue et tout s'arrête : après, tu pourras faire de beaux rêves et penser ce que tu veux. Choisis la pilule rouge, tu restes au pays des merveilles, et on descend avec le lapin blanc au fond du gouffre. N'oublie pas : je ne t'offre que la vérité rien de plus. Viens avec moi. »
 

 

Dialogue entre Neo et Morpheus, Matrix. 

« Pour les cours de préparation à l’accouchement, nous allons envisager la fin de grossesse et l’arrivée de bébé en cinq leçons, à raison de une par rendez-vous. » 

 

La sage-femme rejette ses cheveux en arrière, s’enfonce dans son fauteuil et hausse à plusieurs reprises les sourcils, un sourire mystérieux au bord des lèvres. L’homme la dévisage, suspicieux. 

On dirait qu’elle nous prépare un sale coup. Je sens qu’elle va prendre son pied à exposer sa science pendant qu’on trimera pour décoder la machine Enigma. 

 

La femme, de son côté, accueille ce sourire comme celui d’une vieille amie aux paroles réconfortantes. Elle semble se détendre et passe une main tendre sur son ventre. 

« Bon, tu vois, dit-elle. On attaque enfin les choses sérieuses. Je suis sûre que ça va t’intéresser. » 

 

L’homme, déjà sur la défensive, prend aussitôt la mouche. 

« Ah bon ? Rétorque-t-il, acerbe. Parce que tu penses que, jusqu’à présent, je ne m’intéressais pas à ce qu’il se passe là-dedans ?