Le 21 décembre 2012

Le 21 décembre 2012

-

Documents
2 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

La journée la plus importante pour la survie de l'Humanité.
Vérité ou mensonge ?
That is the question ?

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 14 décembre 2012
Nombre de visites sur la page 69
Langue Français
Signaler un problème

P a g e | 1


Le 21 décembre 2012 :

LA FIN DU MONDE OU LA FIN D’UN MONDE, D’UN CYCLE ?



Je suis une fervente croyante de l’Apocalypse.

Et pourquoi me demanderiez-vous ?

La réponse coule de source : car depuis ma venue en ce bas-monde le 13 Juillet
1956, j’en ai vécue en maintes et maintes occasions.
De même que vous tous.
Et voyez-vous, je suis toujours là pour en témoigner devant vous.
Vous voulez, à coup sûr des preuves irréfutables confirmant mes propos.
Ce en quoi je vous comprends parfaitement.

Petite piqûre de rappel pour vous expliquer sur quelles bases je fonde mon
affirmation.

L’APOCALYPSE, est un passage d’un état de conscience à un autre totalement
différent.
J’irais plus loin, en défendant envers et contre tout et tous, l’idée qu’elle est
initiatique.

C’est aussi la REVELATION d’une autre réalité dans laquelle tous les fondements
de ta vie d’avant sont bouleversés.
Où tout doit être reconstruit sur des nouvelles bases.

Tous ces exemples ci-dessous, sont de l’ordre personnel et sont non exhaustifs.


Ma toute première Apocalypse vécue est ma naissance.
Ma deuxième dont je me souvienne a été la séparation d’avec ma famille pour
aller au centre Héliomarin de Palavas : L’institut St Pierre, en raison d’une
santé précaire.
Ma première communion.
Puis ma toute première rentrée scolaire en primaire, à l’école religieuse : St
Denis sur le cours Gambetta à Montpellier.
Et dans la même année scolaire mon changement d’établissement pour une
école laïque de filles : Victor Duruy sur le boulevard Louis blanc
Le remariage de ma Maman.
Mon premier pensionnât religieux : Ste Thérèse, rue Rouget de l’Isle à Nîmes.
Mes premières règles qui m’ont faites rentrer dans le monde de l’adolescence.
Lors de mon premier réveillon du 24 décembre 1968 où j’ai appris de la bouche
de ma mère et grand-mère, que la véritable identité du Père Noël.
Ma confirmation.
Mon premier rapport m’a faite devenir femme.
Mon passage en 6émé au collège Clémence Royer, boulevard Pasteur à
Montpellier.
Ma communion solennelle.
Mes différentes pensions qui m’ont faites aller une à St Génis-Terrenoire (42) et
l’autre à Perpignan (66).
Quand ma fille Diane est née, je suis devenue Maman.
Mes différents mariages et divorces. P a g e | 2

Tous mes déménagements, mes divers compagnons de route, ont fait qu’à
chaque fois tout mon petit monde s’écroulait, était détruit. Où tout ce qui était
chamboulé doit être remis sur pied. Travail de longue haleine.
Le départ pour l’ailleurs de ma Grand-Mère, puis de mon fils.
La naissance des fils de ma fille Diane qui m’ont faite devenir Grand-Mère.
Et bien plus encore…

Nouveaux départs, nouvelles vies, nouvelles expériences, nouvelles connaissances
qui, à chaque fois, sont d’une richesse incroyable.


Mais j’en ai aussi appartenant au domaine du public.


La première dont je me souvienne, puisque je l’ai vécue mais de loin c’est Mai
1968. J’avais presque 12 ans.
Dans le même temps il y a eu l’émergence du MLF (Mouvement de Libération
de la Femme).
Puis il y a eu l’abolition de la peine de Mort.
La Majorité à 18 ans.
La Loi Weil en faveur de la légalisation de l’avortement.
Il y a eu les Années Sida.
La chute de mur de Berlin.
Le Millénaire de Montpellier.
L’Europe, et l’Euro.
Le passage d’un siècle à l’autre, ainsi que d’un millénaire à l’autre.
La fin de l’Apartheid en Afrique du Sud.
La fin des gouvernements totalitaires.
Les attentats du 11 Septembre 2001 aux Etats-Unis.
Le changement climatique mondial.
Les grandes catastrophes naturelles, ainsi que celles générées par l’homme.
Les progrès de tout ordre.
Et ainsi de suite…

Tous ces évènements mondiaux ont été une succession de minis Apocalypses pour
les personnes concernées.

Il y en a qui y ont laissé leurs vies, d’autres qui ont tout perdus, d’autres qui s’en
sortis indemnes.
Et la plupart n’ont été que des observateurs bien que concernés par ces
changements à longue échéance.

C’est : « L’effet papillon », comme le chante si bien Bénabar.



Texte extrait de :

Ainsi de suite (Livre en cours de rédaction)