Anken

Anken

-

Documents
238 pages

Description

« Sur la plage abandonnée, coquillages et corps
mutilés. Qui l'eût cru déplorent la perte de la vie.
Qui depuis s'en est allé »… Cette sinistre parodie
d’une chanson populaire ne quittait plus Timéo
Marek, un sans grade de la gendarmerie depuis
qu’il s’était engouffré dans cette enquête qui ne le
concernait pas pourtant. Il voulait écrire la suite
des paroles, aller enfin au bout de l’histoire,
se l’approprier au risque d’en modifier le cours.
Mais, les apparences sont trompeuses, le Diable
se cache dans les détails et parfois même
au fond de son âme…

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 11 décembre 2016
Nombre de visites sur la page 2
EAN13 9791090041110
Langue Français
Signaler un problème
Cédric LESUEURANKENDeslivresetnous.com
Toute ressemblance avec des personnes, des noms propres, des lieux privés, des noms d’entreprises, des situations existants ou ayant existé, ne saurait être que le fait du hasard.
À Youen et Aksel, mes deux petits anges :-)
À Marion, sans qui rien n’aurait été possible ;-)
PréambuleSaint-Cast-Le Guildo, 16 mars 2016Une plage costarmoricaine sous la brume, avec la nuit qui n’en finit plus. Un crachin persistant, imperméable aux moindres rayons de soleil. Monsieur Kergallec promenait sa chienne, sans laisse, en se laissant aller, comme chaque matin depuis sa retraite anticipée de la grande armée administrative française. Depuis 11 ans, même heure, même endroit, même épagneul plus normand que breton. Mais plus le même entrain... Désormais, le canidé et son propriétaire se traînaient l’un derrière l’autre, attendant fébrilement un jour qui ne se lèverait pas avant quelques heures, voire pas du tout. François Kergallec avait passé les deux tiers de sa vie à l’hôtel des impôts de Dinan, le cul sur une chaise, la chaise près d’un radiateur, et lui devant un écran surchauffé. Là, il faisait à peine trois degrés, quand le vent tourbillonnant ne rendait pas la température négative. Le vieil homme n’avait qu’une envie, que son foutu clébard fasse ce pour quoi il était conditionné, ici et pas ailleurs. Ce qui n’allait pas tarder… D’ordinaire, Tévéa, nommée ainsi en hommage à la taxe sur la valeur ajoutée et aux 20 pour cent de vie qu’il lui restait lors de son adoption à la SPA, pissait sur tout et n’importe quoi : algues desséchées, crabes morts aplatis comme des crêpes, bouts de plastiques 9
improbables jetés par l’homme et rejetés par la mer. Cette fois, ce fut différent, tellement plus inattendu. L’animal ne tourna pas longtemps autour du pot imaginaire pour faire sa commission. Le sourire de son maître se figea lorsqu’il aperçut ce sur quoi la malicieuse chienne avait jeté son dévolu. D’abord sceptique, il s’approcha pour vérifier, en désespoir de cause, que ce qu’il voyait n’était pas le fruit d’une imagination débordante. Hélas, non. Il distingua bien un doigt, un index pointé pour être précis, car le reste d’une main était en partie ensevelie sous la merde encore fumante...
10