eastern

eastern

-

Documents
2 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Comment diable s'était-il foutu là dedans ? Adossé à la berge, Henry tentait tant bien que mal de retirer les éclats de bois venus se ficher dans son visage lorsque le tronc du saule avait éclaté. Sa peau le brûlait et le sang l'empêchait de voire clairement.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 19 décembre 2013
Nombre de lectures 42
Langue Français
Signaler un problème
Comment diable s'était-il foutu là dedans ? Adossé à la berge, Henry tentait tant bien que mal de retirer les éclats de bois venus se ficher dans son visage lorsque le tronc du saule avait éclaté. Sa peau le brûlait et le sang l'empêchait de voire clairement. Sa cheville droite, foulée la semaine dernière en tentant d'échapper aux balles, le faisait de nouveau souffrir. Cette fois, il ne fuirai pas. Le patron lui avait bien fait comprendre ; un autre échec serait synonyme de licenciement, ce qu'il ne pouvait évidemment se permettre. Pas avec sa grosse qui s'achète trois paires de pompes par mois, la gamine qui veut étudier à la ville et les traites de la baraque à régler.
Quand Mittal avait fait fermer l'usine, il s'était cru finit. Incapable de retrouver du boulot après vingt-cinq ans d'aciérie, condamné à errer du Pôle Emploi au bistrot. Et puis un jour, sifflant son Picon au National, il avait surpris une conversation. Un gazier en costard pied-de-poule se plaignait de ne trouver personne d'assez couillu pour assurer un turf qui paraissait pourtant simple. Sans chercher à savoir où était l'embrouille, Henry s'était rué sur l'occasion. Le lendemain, on l'entretenait dans un local poussiéreux et mal chauffé, occasion pour lui d'affirmer une dévotion et un engagement tenant du stakhanovisme, qualités qui avaient fait de lui un des meilleurs métalos de Pont-à-Mousson. Une semaine plus tard, il enfourchait sa meule dans le brouillard matinal, sans se douter de rien.
Tout s'était passé sans encombres jusqu'à dix heures moins le quart, moment qu'il avait choisi pour prendre une pause jaja au Commerce. Un quart de pinot plus tard, il avait repris la route vers le secteur suivant. Arrivé sur les rives de la Moselle, il avait bifurqué rue Hubert Lyautey. Une vingtaine de
mètres plus loin, sa roue avant éclatait, le propulsant par dessus le guidon. Passablement sonné, il était néanmoins parvenu à se relever à temps pour voir une de ses sacoches exploser sous ses yeux, déversant son contenu sur la chaussée. Au troisième coup de feu, il pigeait ; on lui tirait dessus.
Retour difficile, après une tentative avortée de récupérer le paquetage, le pied qui se prend dans un nid de poule, le boss furax pour la mob, pour la livraison, et surtout pour l'image. « Si tu veux rester parmi nous, il va falloir me les montrer, ces couilles dont tu m'as parler, et pour lesquelles j'ai signé. Tu vas les prendre, à deux mains s'il le faut, et aller leur envoyer un message fort. Ici pas de plaintes, de doléances, ou d'autres trucs de gonzesses. Dès que ta jambe est remise tu y retourne. Et en vélo ce coup là. »
Sortant le Mauser de son sac, Riton n'en revenait toujours pas. Il chargea le fusil, puis se mit en position. Puis pensa de nouveau à sa grosse, la gamine, la baraque. Mît en joue. Il ne serait pas dit qu'un vieux cinglé empêche les services postaux de faire leur turbin.