very bad time

very bad time

-

Documents
2 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Quand j’me suis réveillé, assis sur une chaise dure et froide, les mains attachées après le dossier, les poignets exsangues et la tête dans un sac plastique avec un pauv’ trou pour respirer péniblement, j’me suis rappelé que j’avais pourtant d’jà juré mille fois qu’j’arrêtais de jouer avec le feu. J’flippais un peu et j’commençais à m’dire que je devais plus en avoir pour très longtemps. Marrant comme l’approche de la mort t’ouvre des accès à la poésie. Je revoyais Mila, son corps doux et souple lorsqu’elle s’étirait le matin sous mes doigts. Le bleu de ses yeux dans lesquels je m’étais perdu tant de fois jusqu’à la perdre définitivement. Ses cheveux, son sourire, ses mains… J’me disais, la bouche un peu sèche et des gouttes de sueur sur tout le visage, que je l’avais pas assez aimée Mila. Qu’on n’aime jamais assez les gens quand il est temps. Pourquoi faut-il que ce soit toujours trop tard qu’on s’met à comprendre le sens de la vie ? - Alors espèce de p’tit fiotte, on rêvasse ou quoi ? Tu t’crois où là ? Aux Bahamas ? BLANG ! Ça fait à peu près ça le retour à la réalité, à la vie : BLANG ! Rapide, propre, direct. - Ve quoi on causse ? Fou zêtes qui ? - Qu’est-ce qu’elle dit Madonna ? - Vesque j’vous là ? Un grand black, gaulé comme un taureau me retire ce putain de sac plastique. - Ah… Putain, mais t’es qui toi bordel !

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 12 décembre 2013
Nombre de lectures 95
Langue Français
Signaler un problème
Quand jme suis réveillé, assis sur une chaise dure et froide, les mains attachées après le dossier, les poignets exsangues et la tête dans un sac plastique avec un pauv trou pour respirer péniblement, jme suis rappelé que javais pourtant djà juré mille fois qujarrêtais de jouer avec le feu. Jflippais un peu et jcommençais à mdire que je devais plus en avoir pour très longtemps. Marrant comme lapproche de la mort touvre des accès à la poésie. Je revoyais Mila, son corps doux et souple lorsquelle sétirait le matin sous mes doigts. Le bleu de ses yeux dans lesquels je métais perdu tant de fois jusquà la perdre définitivement. Ses cheveux, son sourire, ses mains… Jme disais, la bouche un peu sèche et des gouttes de sueur sur tout le visage, que je lavais pas assez aimée Mila. Quon naime jamais assez les gens quand il est temps. Pourquoi faut-il que ce soit toujours trop tard quon smet à comprendre le sens de la vie ? - Alors espèce de ptit fiotte, on rêvasse ou quoi ? Tu tcrois où là ? Aux Bahamas ? BLANG ! Ça fait à peu près ça le retour à la réalité, à la vie : BLANG ! Rapide, propre, direct.- Ve quoi on causse ? Fou zêtes qui ? - Quest-ce quelle dit Madonna ? - Vesque jvous là ? Un grand black, gaulé comme un taureau me retire ce putain de sac plastique. - Ah… Putain, mais tes qui toi bordel ! - Te fous pas dma gueule face de macaque, fais pas lcon ça va tcoûter cheros sinon, tu dois bien ddouter dta dernière connerie non ? Je comprends rien à rien où jai reçu un coup sur la tête ? - Sérieux, tas lair sympa, sois cool, je sais qui tes, je sais pas c'que jfous là attaché comme un terroriste à c'te putain dchaise mais arrête de mfaire le coup du KGB, détache-moi ste plaît,elleestpassuperdrôlelablague!- Joue pas au con Sebastian, tsavais pourtant bien à quoi fallait pas toucher et la fallu quty aille à fond. Bien à fond. Et maintenant, c'tà moi dréparer tes conneries dattardé. Sebastian a beau sshaker les méninges dans tous les sens, faire le ménage dans sa mémoire, tout sortir, tout aérer, il ne trouve aucun indice. C'est pas comme sil avait pas à dipo un vrai cocktail maison de conneries. Ça c'est sûr quil a une vraie tendance à les cumuler les emmerdes. Entre ses frasques de jeu, des nuits un peu trop spif, des femmes sans prénoms, lalcool, le pognon, les chevaux, les bagnoles… La liste est longue de ses vices. La liste est longue des emmerdes potentiels quil a pu sattirer rien quen traversant la rue devant chez lui ces derniers jours. Un aimant à emmerdes, Sebastian, putain, voilà c'que tes ! Le monde de ses vices est un monde hostile, vaste, qui ne le tolère qune lui rejetant son image de ptite frappe qui tirera jamais lgros lot malgré tous ses efforts. - Alors Sebastian, jvais tfaire la messe, moi c'est Mouss, tu vois toujours pas dquoi on cause ? Laisse-moi trafraîchir la mémoire. Ça va trevenir vitaf, crois-moi. Depuis ltemps qutu ttapes tout c'qui bouge du moment quça a un cul et des nibards, ya fallu qutu décroches le cocotier en ttapant la fille du Boss ! - La fille du Boss ? Le Boss il a une fille ? Dpuis quand ? - Dpuis 16 ans mon salaud. La ptite blonde aux yeux de biche que tu tes tringlée comme un porc sur la banquette arrière de ta caisse de prolo ya genre un mois. Tu remember ? Ça te dit quéquchose face de gland ? - Hein ? C'te meuf, c'te salope qui ma chauffé comme une chienne ? PING !! Une bonne droite dans sa gueule à Sebastian. Et re PING !! pour léquilibre.
Very Bad Time
1
- La salope comme tu dis, c'est Mélanie, la fille sacrée du Boss. Ouais mon pote, 16 ans quelle a la môme. Détournement dmineure et mauvaise pioche : tu tapes chez le Boss. C'est pas dbol ça ! Timagine comme il est furax ? - Putain ! 16 ans. Mais elle ma sucé comme une pro quen srait pas à sa première, si tu vois c'que jveux dire… PING ! - Me cherche pas Sebastian, jme fous dsavoir comment elle est la fille du Boss. C'est juste dla came en vitrine que tas juste le droit dregarder de loin, sans toucher. - Mais c'est pas possible merde, dis-moi quc'est une blague ? Un truc pour mfoutre la trouille et qujlui rembourse fissa les tunes que jlui dois. Jsuis mort là si c'est vrai ! PING ! - Ta gueule ! Tu fais pas chier et técoute bien c'que jai à tdire. Tas merdé, tu vas casquer. - Ouais ben quest-ce que jpeux faire maintenant ? Jpeux pas revnir en arrière. C'quest fait est fait. PING ! - Honnêtement Mouss, tas jamais eu envie dte lenfiler Mélanie ? Allez Mouss avoue, toi et moi, on est pareils… 16 ans, ça tlaisse pas rêveur ? Pis elle a un sacré potentiel la salope. C'est bien la fille du Boss. PING - Ta gueule Putain, tu vas la fermer ta putain dgueule de taré. Écoute-moi bien parce que jvais pas lredire 2 fois. Mélanie, tu las mise en cloque avec tes conneries. Elle en est devenue dingue. Elle parle plus que dgarder le mioche. Elle cause plus que dtoi au Boss. Lui, comme il a jamais rien su lui rfuser, tas dla chance, au lieu dte découper en morceaux, voilà ldeal : Mélanie, tu vas tlépouser, lui offrir du rêve. La faire sourire tous les jours qui treste à vivre mon pote ! - Quoi !! Non mais non !! Jvais pas mmarier avec qui quce soit. Et sûrement pas avec une gamine.PING ! - Cherche pas Sebastian, c'est non négociable si tu tiens un peu à la vie. C'est ça où jte transperce direct et on nen parle plus.  ce moment-là, les mains attachées dans le dos sur cette chaise pourrie, avec ce con dMouss tout sourire devant moi, jme serai pris une roquette sur le coin dla gueule, ça maurait fait le même effet. La liberté en prime.
Very Bad Time
2