//img.uscri.be/pth/6afbdf267439f0e0f74e7c89001b6c83a53c3ee5
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Sénégal. [Mémoire justificatif de l'administration du colonel Schmaltz au Sénégal.]

De
8 pages
impr. de Goestchy ((Paris,)). 1821. In-8° , 8 p..
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Voir plus Voir moins

SENEGAL,
Un projet de colonisation au Sénégal a été proposé par
M. le colonel Schmaltz et adopté par le Gouvernement.
De fortes dépenses ont été allouées, et en partie faites pour
son exécution; et jusqu'à présent, les résultats n'ont pas
répondu aux espérances que la grandeur des sacrifices
avaient mis endroit de concevoir. M. Schmaltz, chargé
de diriger cette entreprise, a été rappellé en France.
Depuis huit mois il est à Paris. Il n'a été ni présenté au
Roi, ni employé depuis son retour. — Voilà ce que
tout le monde sait.
Quels ont été les motifs de son rappel et de sa disgrâce?
— M. Schmaltz les ignore et peu de personnes les con-
naissent plus positivement que lui.
Ce rappel et cette disgrâce sont-ils mérités? — Cette
question, qu'il est naturel qu'on se fasse d'après l'obscu-
rité dans laquelle on a tenu jusqu'à ce jour tout ce qui
a rapport aux opérations du Sénégal, ouvre un vaste
champ à toute espèce de conjectures.
Aussi les opinions les plus étranges ont elles été
conçues, émises et propagées.
Beaucoup de personnes ont regardé ou représenté
M. Schmaltz, comme un homme intéressé, cupide, et
n'ayant eu d'autre but que de s'enrichir. Suivant elles ,
il ne doit la perte de son emploi, qu'à sa mauvaise
administration. Des spéculations commerciales', des
dilapidations, dès opérations de traite ont forcé de le
rappeller.
D'autres hommes, trop respectables pour former
d'aussi odieuses suppositions, n'ont vu dans M. Schmaltz,
(2)
qu'un ambitieux qui a trompé le Gouvernement sur le
pays , sur les dispositions de ses habitans , sur les
ressources qu'il pouvait offrir pour une colonisation ;
dans son projet, qu'une conception mal calculée et
inexécutable ; mais qui, présenté avec adresse et déve-
loppée d'une manière persuasive et séduisante, a entraîné
dans d'énormes dépenses sans résultat, parce que les
renseignemens qu'il avait fournis à l'appui de son plan
n'étaient pas exacts.
Si les défenseurs nés de M. Schmaltz, au lieu de
laisser l'erreur se propager et s'accréditer par un funeste
silence, si ces défenseurs, qui par devoir et dans leur
propre intérêt devaient le soutenir, pendant son absence,
puisqu'il était employé par eux à l'exécution d'une
grande entreprise qu'ils s'étaient appropriée en l'adoptant,
avaient eu, on ne dit pas la bienveillante loyauté, mais
seulement la justice de répandre la vérité qu'ils n'igno-
raient pas, l'opinion ne se serait pas : ainsi égarée sur
le caractère et les actes d'un fonctionnaire estimable.
Le public aurait su, que loin d'avoir accueilli légère-
ment le projet de colonisation, le Gouvernement ne
l'avait adopté, au contraire, qu'après l'avoir contrôlé
par de nouvelles informations, qu'il avait fait prendre
et qui s'étaient complètement accordées avec les pre-
miers renseignemens fournis :
Le public aurait su, que des hommes sensés et
capables, qui ont attentivement observé le pays et ses
ressources, n'ont jamais considéré le projet de coloniser
le Sénégal comme une chimère :
Le public aurait su, que l'homme en qui Sa Majesté
avait daigné placer sa confiance, n'est ni un ambitieux,
ni un administrateur cupide, ni un commerçant, ni un
dilapidateur, ni un vendeur d'hommes:
Le public, enfin, aurait appris que M. le baron de