Bienvenue sur Deliciosa

Bienvenue sur Deliciosa

-

Documents
23 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Bienvenue sur Déliciosa (Roman) BERNARD VIALLET BIENVENUE SUR DELICIOSA *** Du même auteur Le Mammouth m’a tué(Editions Tempora) Ulla Sundström(TheBookEdition) Dorian Evergreen(TheBookEdition) Les Faux As(TheBookEdition) Opération Baucent(TheBookEdition) Expresso Love(CSP & Bookless Editions) Montburgonde(CSP Editions) L’aéronaute embourbé (CSP Editions) L’avenir est cequ’il y a de pire dans le présent. (Gustave Flaubert) L’avenir est unparadis d’où, exactement comme de l’autre, personne n’est encore revenu. (Paul Reverdy) L’avenir est un miroir sans glace. (Xavier Forneret) A Joëlle, Emmanuelle, Marianne et Benoît. Pour suivre l’actualité de l’auteur, retrouvez-le sur son site : www.bernardviallet.fr ou sur Facebook : https://www.facebook.com/bernardvialletauteur/ Chapitre I Dans l’immense hall d’attente du nouveau Spatioport de BoissyCharlton Easton, John Slim Kwick attendait calmement le moment d’embarquer. Il avait déjà fait enregistrer sa flight case au comptoir de la compagnie interstellaire World Space par un charmant cyborgfemelle de type asiatiquequi lui avait souhaité « un excellent voyage » d’une voix melliflue. John lui avait souri machinalement, mais sans chaleur aucune. Il ne pouvait s’empêcher de se rappeler le charme des hôtesses de l’air en chair et en osqu’il avait connues lors des lointains voyages aériens de son enfance. C’était une tout autre époque.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 19 mars 2017
Nombre de visites sur la page 3
Langue Français
Signaler un problème
Bienvenue sur Déliciosa (Roman)
BERNARD VIALLET
BIENVENUE SUR DELICIOSA
*** Du même auteur
Le Mammouth m’a tué(Editions Tempora) Ulla Sundström(TheBookEdition) Dorian Evergreen(TheBookEdition) Les Faux As(TheBookEdition) Opération Baucent(TheBookEdition) Expresso Love(CSP & Bookless Editions) Montburgonde(CSP Editions) L’aéronaute embourbé (CSP Editions)
L’avenir est cequ’il y a de pire dans le présent. (Gustave Flaubert) L’avenir est unparadis d’où, exactement comme de l’autre, personne n’est encore revenu. (Paul Reverdy) L’avenir est un miroir sans glace. (Xavier Forneret)
A Joëlle, Emmanuelle, Marianne et Benoît.
Pour suivre l’actualité de l’auteur, retrouvez-le sur son site : www.bernardviallet.fr ou sur Facebook : https://www.facebook.com/bernardvialletauteur/
Chapitre I
Dans l’immense hall d’attente du nouveau Spatioport de BoissyCharlton Easton, John Slim Kwick attendait calmement le moment d’embarquer. Il avait déjà fait enregistrer sa flight case au comptoir de la compagnie interstellaire World Space par un charmant cyborgfemelle de type asiatiquequi lui avait souhaité « un excellent voyage » d’une voix melliflue. John lui avait souri machinalement, mais sans chaleur aucune. Il ne pouvait s’empêcher de se rappeler le charme des hôtesses de l’air en chair et en osqu’il avait connues lors des lointains voyages aériens de son enfance. C’était une tout autre époque. Maintenantque le XXIIème siècle était bien entamé, la conquête de l’espace avait fait de spectaculaires bonds en avant. Depuis longtemps déjà, l’homme avait colonisé la Lune etpuis Mars, satellite etplanètepeu hospitaliers et uniquement dédiés à l’exploitation de ressources minières. Ceux qui partaient là-bas n’yallaientjamaispour leurplaisir. Puis, coup sur coup, astronomes et cosmonautes découvrirent trois merveilles dont l’humanité n’osait même plus rêver. Ces troisplanètes étaient situées en dehors de notre système solaire etpermettaient des conditions de vie très proches de celles de la terre. Atmosphère, température, eau, climat, végétation, vie animale, tout semblait très ressemblant et mêmeplus confortableque sur notre vieilleplanètequi n’en pouvaitplus de surpopulation, surexploitation des ressources naturelles,pollution et catastrophes en tousgenres. Somptuosa, Voluptuosa et Déliciosa, les troisplanètesparadisiaques en question étaient malheureusement situées à des années-lumière de la nôtre et il fut longtemps inimaginable de s’y rendre en