Irma Gilquin
63 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
63 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Extrait : Mes chers parents, jusqu'à nouvel ordre gardez le silence sur ma disparition et soyez sans inquiétude à mon sujet. Je pars de mon plein gré avec un homme qui a fait le serment de me donner son nom. Vous me verrez d'ici à trois mois digne de vous, c'est-à-dire mariée à un honnête homme, ou vous ne me reverrez plus. Croyez au respect inaltérable d'une fille qui vous aime tendrement.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 53
EAN13 9782824711829
Licence : Libre de droits
Langue Français

Extrait

CHARLES BARBARA
I RMA GI LQU I N
BI BEBO O KCHARLES BARBARA
I RMA GI LQU I N
1860
Un te xte du domaine public.
Une é dition libr e .
ISBN—978-2-8247-1182-9
BI BEBO OK
w w w .bib eb o ok.comA pr op os de Bib eb o ok :
V ous av ez la certitude , en télé char g e ant un liv r e sur Bib eb o ok.com de
lir e un liv r e de qualité :
Nous app ortons un soin p articulier à la qualité des te xtes, à la mise
en p ag e , à la ty p ographie , à la navig ation à l’intérieur du liv r e , et à la
cohér ence à trav er s toute la colle ction.
Les eb o oks distribués p ar Bib eb o ok sont ré alisés p ar des béné v oles
de l’ Asso ciation de Pr omotion de l’Ecritur e et de la Le ctur e , qui a comme
obje ctif : la promotion de l’écriture et de la lecture, la diffusion, la protection,
la conservation et la restauration de l’écrit.
Aidez nous :
V os p ouv ez nous r ejoindr e et nous aider , sur le site de Bib eb o ok.
hp ://w w w .bib eb o ok.com/joinus
V otr e aide est la bienv enue .
Er r eur s :
Si v ous tr ouv ez des er r eur s dans cee é dition, mer ci de les signaler à :
er r or@bib eb o ok.com
T élé char g er cet eb o ok :
hp ://w w w .bib eb o ok.com/se ar ch/978-2-8247-1182-9Cr e dits
Sour ces :
– B.N.F .
– Éfélé
Ont contribué à cee é dition :
– Gabriel Cab os
Fontes :
– P hilipp H. Poll
– Christian Spr emb er g
– Manfr e d KleinLicence
Le te xte suivant est une œuv r e du domaine public é dité
sous la licence Cr e ativ es Commons BY -SA
Except where otherwise noted, this work is licensed under
h tt p : / / c r e a ti v e c o m m on s . or g / l i c e n s e s / b y - s a / 3 . 0 /
Lir e la licence
Cee œuv r e est publié e sous la licence CC-BY -SA, ce qui
signifie que v ous p ouv ez lég alement la copier , la r e
distribuer , l’ env o y er à v os amis. V ous êtes d’ailleur s
encourag é à le fair e .
V ous de v ez aribuer l’ o euv r e aux différ ents auteur s, y
compris à Bib eb o ok.CHAP I T RE I
 M  d’une riche et honorable famille
d’Édimb our g. On ne savait de lui que ce qu’il en disait lui-même ,J c’ est-à-dir e , à p eine quelques détails. D ans les univ er sités où il
avait tour à tour séjour né jusqu’à l’âg e de vingt ans, son esprit,
Maxw ell tirait p arfois vanité de cela, avait incessamment répugné aux études,
même à celles qui e xig e aient le moins d’application. A p art l’é quitation,
l’ escrime , la b o x e , la natation, la chasse , les cour ses, rien ne l’intér essait.
D’une constitution r obuste , la tête vide d’ambition, l’âme dans la
chair , non-seulement il n’avait é chapp é au desp otisme d’aucun app étit, il
ne s’était même jamais senti inquiété p ar le b esoin de luer contr e cet
esclavag e . Sous l’ empir e e x clusif de cee v o cation au plaisir , deux ou tr ois
ans tout au plus après sa majorité , il avait déjà dé v oré la moitié d’un p
atrimoine considérable .
C’était alor s que , mis au ban de sa famille , confus lui-même de sa
célébrité dans les mauvais lieux de Londr es, et p our suivi d’un vague désir
1Ir ma Gilquin Chapitr e I
de sauv er son indép endance en sauvant ce qui lui r estait de fortune , il
avait résolu de s’établir en France .
Son instinct l’avait bien ser vi  : p ar le fait seul de cee émigration,
il s’était tr ouvé plus riche encor e qu’il ne l’était chez lui au début. En
Sologne surtout, p ay s d’une p auv r eté pr o v erbiale , dans un châte au enfoui
au milieu des b ois, où les che vaux, les chiens, la chasse , ne p ouvaient
plus êtr e p our lui une sour ce de r uine , ses r e v enus suffisaient et au delà à
ses g oûts, à ses p assions, à sa libéralité et, mieux encor e , à son incurable
insouciance en matièr e d’intérêt.
Là comme ailleur s le choix de ses liaisons r ep osait uniquement sur
le hasard. Peu lui imp ortait la qualité des g ens, p our v u qu’il r encontrât
de jo y eux et br uyants compèr es. Son châte au ne désemplissait p as de p
arasites qu’il r e cr utait à la ville et av e c lesquels, p our tout dir e sommair
ement, il chassait, se pr omenait à che val, faisait des ar mes, jouait au billard
ou aux cartes, et p assait ses nuits à b oir e .
A une femme était é chu le privilèg e de l’ar rêter un moment sur cee
p ente . Bien que le br uit soule vé p ar son mariag e eût été bientôt ap aisé ,
l’av entur e n’ en avait p as moins ser vi longtemps à inspir er des
commentair es fabuleux. ’ on jug e , né anmoins, combien p eu l’histoir e était r
omanesque .
Maxw ell se r endait pr esque jour nellement à la ville . Remisant
toujour s à la même aub er g e , il suivait natur ellement, p our y ar riv er , toujour s
le même chemin. La p er sp e ctiv e d’une nouv elle av entur e le dé cida tout à
coup à dé vier de sa r oute habituelle .
Vêtu d’une longue r e ding ote en drap blanchâtr e , cravaté d’une é char p e
r oug e , le chap e au sur l’ or eille , il était difficile que , dans les r ues étr oites
et tortueuses qu’il trav er sait maintenant, il é chappât à l’aention,
surtout juché comme il l’était au plus haut d’une v oitur e de chasse , aelé e
de deux che vaux magnifiques qu’il conduisait lui-même , ayant à ses
côtés un gr o om s’y prélassant. Son affe ctation à aiguillonner ses che vaux
et à les fair e piaffer de vant l’étal d’un p auv r e b oucher , dans le comptoir
duquel brillaient les char mes d’une grande et fraîche jeune fille , trahit
pr omptement le se cr et de son nouv el itinérair e .
D’une conv er sation de table était né chez Maxw ell le désir de v oir
cee jeune fille . L’ enthousiasme av e c le quel ses amis en avaient p arlé lui
2Ir ma Gilquin Chapitr e I
p ar ut encor e de la tié deur . A p eine l’ eût-il entr e v ue qu’il s’ enflamma, et
cela d’autant plus v olontier s que , dans sa p ensé e , la v ertu même la plus
far ouche , ré duite à une si obscur e condition, ne tiendrait p as longtemps
contr e l’appât d’une mine d’ or .
D es détails r e cueillis çà et là le fortifièr ent encor e dans son illusion.
Ir ma Gilquin était l’aîné e des enfants d’un brav e homme que les e xig ences
de sa tr op nombr euse famille condamnaient au supplice d’une misèr e p
erp étuelle . A moins d’un miracle , l’éblouissante b e auté de la jeune fille
devait s’éteindr e dans l’ ombr e d’un comptoir où l’aachait l’implacable
rigidité d’une mèr e , v oué e d’ailleur s elle-même aux p énibles travaux du
ménag e .
John était donc fondé à cr oir e la sé duction facile . Il se tr omp ait p
ourtant. Sans mar quer ni colèr e ni mépris, Ir ma éloigna fr oidement la vieille
femme char g é e des pr emièr es ouv ertur es. A des tentativ es de plus en plus
pr essantes, appuyé es p ar l’é clat d’un présent considérable , la jeune fille
rép ondit que p our un million elle ne faillirait p oint à son de v oir et qu’ elle
n’app artiendrait qu’à son mari.
T oute femme , en somme , vaut ce qu’ elle s’ estime .
Sous l’ empir e d’un amour dé cuplé p ar la résistance , Maxw ell conjura
la jeune fille de consentir au moins à une r encontr e . L’ entr emeeuse
offrait sa maison et la g arantie de son honorable assistance . Ir ma, que
son caractèr e meait au-dessus de la crainte et de l’ opinion, accorda un
r endez-v ous.
Ce r endez-v ous menaçait de n’ab outir à rien. La jeune fille r estait
insensible aux plus viv es pr otestations d’aachement comme au pr estig e
d’une fortune , et p er sistait av e c intrépidité dans la résolution de n’app
artenir qu’à l’homme dont elle serait la femme .
Mais, au der nier moment, Maxw ell, dans un élan ir résistible de p
assion, pr omit résolûment, sur son honneur , d’ép ouser la jeune fille de là à
une ép o que très-pr o chaine . L’unique condition à cela, condition e xpr esse ,
c’était qu’un enlè v ement pré cé derait le mariag e . Ir ma v oulut bien.
Estimant sans doute qu’av e c un homme lo yal une p ar ole vaut un contrat, se
fiant p eut-êtr e aussi en sa b e auté et en son courag e , le lendemain même
elle déserta la maison p ater nelle p our suiv r e John Maxw ell en son châte au
des Or mes.
3Ir ma Gilquin Chapitr e I
A u pré alable , elle avait laissé dans sa chambr e ces quelques mots à
l’adr esse de son pèr e et de sa mèr e  :
Mes cher s p ar ents, jusqu’

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents