//img.uscri.be/pth/5e5d86551d930624464a87ed093f29a61198916b
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Société française de secours aux blessés et aux Victimes de la guerre du 20 novembre 1870 au 31 mars 1872. Comité des Dames pour l'armée en Campagne. Rapport présenté au Comité central de Paris par Jules Forest... (31 Mars 1872.)

13 pages
Impr. de Bellon (Lyon). 1872. Gr. in-8° pièce.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Voir plus Voir moins

COMITÉ DES DAMES POUR L'ARMÉE EN CAMPAGNE
SOCIÉTÉ FRANÇAISE
D E
SECOURS AUX BLESSÉS ET AUX VICTIMES
DE LA GUERRE
tSU| 20 NOVEMBRE 1870 AU 31 MARS 1872
Mît DES DAllES POUR L'ARMEE EN CAMPAGNE
RAPPORT
PRÉSENTÉ
AU COMITÉ CENTRAL DE PARIS
PAR
JULES FOREST
Secrétaire général des Comités de Dames
Membre correspondant spécial des Hospitaliers d'Afrique,
Membre de la Commission de la Société protectrice des Animaux,
Chevalier de l'Ordre Romain de Saint-Grégoire-le-Grand,
Membre de la Société Linnéenne de Lyon,
Auteur de différentes publications, etc.
LYON
IMPRIMERIE TYPOGRAPHIQUE BELLON
33, RUE DE LyoN, 33
1872
COMITÉ DES DAMES
COMMISSION SPÉCIALE DE TRAVAIL POUR L'ARMÉE FRANÇAISE
̃ ::=.. MI( ̃
RAPPORT
De M. Jules FOREST, Secrétaire général
PRÉSENTÉ
AU COMITÉ CENTRAL DE PARIS
I)!"-£I'
MESDAMES, MESSIEURS,
Dans le rapport général que nous avons eu l'honneur de publier
le 31 mars dernier, sur les Comités et les différentes Commissions
des Dames Lyonnaises, nous avons mentionné que, pour des
motifs de réciproque convenance, il avait été décidé, avec le
Comité sectionnaire, que le compte-rendu des travaux du Comité
spécial pour l'armée en caplpague, serait imprimé séparément.
C'est ce devoir que nous venons remplir aujourd'hui, afin de
compléter l'œuvre des dames qui se sont dévouées, avec une
abnégation si complète et si persévérante (chacune dans la sphère
de ses attributions), au soulagement des nombreux martyrs de
notre dernière invasion étrangère, dont les fatales conséquences
pèsent encore si lourdement sur la France.
6
Pendant la durée de cette guerre, entreprise avec une insuffi-
sance aussi marquée, toutes les souffrances des défenseurs de la
patrie n'ont pas été circonscrites dans l'enceinte des ambulances
et des hôpitaux militaires.
L'armée en campagne n'a-t-elle pas dû supporter, en 1871,
toutes les rigueurs d'un hiver insolite, neige, froid, humidité?
A côté des blessés, n'a-t-elle pas eu ses malades : fiévreux,
varioleux, pieds gelés, etc.?
Tous les soldats, d'ailleurs, quelle que soit leur souffrance, ne
sont-ils pas les enfants de l'armée ?
Ce fut cette pensée que sanctionna la circulaire ministérielle, en
date du 6 août 1870, lorsqu'elle recommanda aux Préfets, d'expé-
dier sans retard, aux intendances, tous les objets reconnus propres aux
services, que le patriotisme national destinait à nos soldats.
La sollicitude des Dames lyonnaises, justement émue de ces
douleurs, pensa qu'il ne suffisait pas de travailler pour les ambu-
lances; qu'il fallait encore préserver le corps du soldat pour
soutenir ses forces et diminuer, autant que possible, en les préve-
nant, le nombre des maladies.
Le 20 novembre 1870, elle organisa au palais Saint-Pierre,
dans la salle des Antiques, que M. Martin-Daussigny, directeur
des musées, s'empressa de faire préparer pour elles, avec l'obli-
geance qui le caractérise, une Commission spéciale de travail, dans
le but de faire distribuer à l'armée française des vêtements chauds
de toutes sortes, confectionnés par les Dames, ou provenant de
générosités particulières.
Cette Commission a été établie comme suit :
Présidente :
MME MILLEVOYE.
Vice-Présidentes :
Mmes BERNE, BESSIÈRES, CAILLAU, - MILLAUD,
VAUTARET.