Sur la bureaucratie. [Signé : Thomas.]

Sur la bureaucratie. [Signé : Thomas.]

-

Français
8 pages

Description

les marchands de nouveautés, impr. de A. Béraud (Paris). 1817. In-8° , 8 p..
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1817
Nombre de lectures 1
Langue Français
Signaler un problème

SUR
LA BUREAUCRATIE.
L'ON entend par ce mot les dépenses concer-
nant le personnel et le matériel des bureaux.
Lorsque la Chambre des Députés s'est si for-
tement élevée contre l'excès de ces dépenses :
elle en avait, sans doute , reconnu les abus.
Elle ne cherchait que des occasions de faire
des économies, et elle en voyait une grande à
réaliser dans la suppression des employés inu-
tiles.
Il y a eu quelques réformes dans les minis-
tères, et aussi dans les administrations qui en
dépendent, telles que les contributions indirectes,
les douanes, les domaines et les forêts.
Nous ne rechercherons pas jusqu'où elles au-
raient pu s'étendre , selon la manière dont elles
ont été opérées ; elle à été fort simple, et en
même-temps fort étrange. L'on a renvoyé de
chaque bureau ou de chaque division, un cer-
tain nombre de commis, en laissant subsiste le
travail tel qu'il était.
Ceux qui ont été conservés ont donc eu à
faire, non-seulement l'ouvrage dont ils étaient
(2)
chargés, mais encore celui de leurs infortunés
camarades.
Dans la plupart des bureaux, ils sont surchar-
gés au point qu'on les force d'y rester jusqu'à
neuf heures du soir.
L'on demande s'il y a de la justice et de la
raison dans cette manière d'agir.
Pour montrer qu'elle est commandée par la
nécessité, l'on a restreint considérablement la
faveur des audiences ; presque partout elles ne
sont accordées qu'une fois par semaine : par
exemple , un militaire arrivant un mercredi soir
à Paris, pour une affaire au ministère, est obligé
d'attendre au mercredi suivant.
Nous n'examinerons pas si les réformes ont été
faites dans la proportion de la diminution du
territoire français ; elles sont, sans doute , fort
inférieures à cette réduction ; mais ce n'est pas
par-là que nous voulons observer.
Il y a un moyen plus raisonnable de juger la
question ; c'est de voir dans chaque ministère
l'ouvrage qui est à faire; c'est d'approfondir si
la manière dont il se fait est vicieuse; s'il n'est
pas répété inutilement dans quelques-unes de
ses parties ; si l'on a suivi les formes simples et
claires qu'il doit avoir; si celte clarté n'est pas en
partie égarée par des dispositions intermédiaires
qui la cachent.