The The FAYARD  - MARS  2004
29 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

The The FAYARD - MARS 2004

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
29 pages
Français

Description

The The FAYARD - MARS 2004

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 147
Langue Français

Exrait

 
 
 
yard Fa 75, rue des Saints-Pèrs e75278 Paris Cedex 0T6é l. 01 45 4 982 0 http://www.editions-fayard. fr
MARS 2004
 
    LITTERATURE FRANÇAISE   Jean-Pierre ALAUX ET NOËL BALEN :Le Sang de la Vigne Tome 3 : Pour qui sonne l’Angelus ?  1erdécembre 2002 au matin, une célèbre épicerie de la place de la Madeleine, à Paris, voit une partie de sa cave délestée d’une centaine de bouteilles. Le même jour, allées de Tourny, à Bordeaux, un caviste de haute renommée constate amèrement que 50 saint-émilion ont subi le même sort. Point commun entre ces deux faits divers, les monte-en-l’air s’en sont pris exclusivement au Château Angélus, millésimes 67 et 75. Le lendemain, les deux commerces victimes de ce que la presse appelle déjà le " gang des Angélus " reçoivent une carte de vœux musicale qui carillonne quand on la déplie. Postées à Saint-Emilion, les deux missives sèment la perplexité parmi les enquêteurs. Le propriétaire du légendaire château fait appel à son vieil ami Benjamin Cooker, le fameux œnologue, pour tenter de percer le mystère de ces gangsters de haut vol. D’autant plus qu’à Londres, les hommes de Scotland Yard font main basse, chez Christie’s, sur un lot de bordeaux à la provenance suspecte. La piste en direction de la perfide Albion est-elle un leurre, alors que le gang des Angélus multiplie désormais ses razzias auprès de particuliers, fins connaisseurs ? Rien n’est moins sûr.    Janine BOISSARD :Allô, Babou... Viens vite ! On a besoin de toi,roman Belle-grand-mère, tome 4  Après le succès deRecherche grand-mère désespérément, paru chez Fayard en 2002, Janine Boissard reprend le fil de sa série Belle-grand-mère, une comédie familiale qui poursuit une double carrière en librairie et sur les petits écrans et vaut à l’auteur depuis des années un large et fidèle public. Babou, l’héroïne intrépide des Belle-grand-mère, veut tout changer : se chouchouter, voir ses copines, se consacrer à sa vocation d’artiste peintre, et, dans la foulée, pourquoi pas imaginer un voyage au bout du monde avec le Pacha (son navigateur de mari), ou même une liaison extra-conjugale. Bref, elle s’apprête à devenir la grand-mère libérée vantée par les magazines féminins. Mais c’est compter sans son bon cœur et sans… les progrès de la
1
technique ! Un simple appel au secours de ses petits-enfants sur son portable et voilà Babou qui laisse tomber pinceaux et voluptueuse solitude pour replonger jusqu’au cou dans le maelström familial. Il faut dire que la famille ne cesse de s’agrandir depuisToi, mon Pacha. Avec neuf petits enfants de huit à vingt et un ans, trois enfants dont les couples se décomposent et se recomposent - des brus lolitas ou évaporées dans la nature, des gendres infidèles, des filles passionnées et jalouses de leur liberté, un fils, veuf, à la recherche du grand amour -, elle a de quoi donner libre cours à son inquiétude (légitime), à sa générosité (parfois envahissante), à sa sagacité (jamais prise en défaut). D’un ton malicieux, Janine Boissard raconte la vie d’une grand-mère moderne, ni complaisante ni rétrograde, animée par le seul amour des siens.    Jean-Denis BREDIN :Et des amours desquelles nous parlons  Dans ses œuvres littéraires, Jean-Denis Bredin excelle à restituer un passé dont on ne sait s’il l’a vécu ou s’il l’imagine, s’il le crée ou le recrée. Il évoque une jeunesse, des amours, des apprentissages comme nous n’en connaissons plus guère, mais dont l’intensité, les contradictions, la réversibilité des rapports, des sentiments et des valeurs sont bien d’aujourd’hui. Ainsi du personnage de Claude et des femmes, le temps que le temps fasse son œuvre en le transformant en adulte « avec, au bout du chemin, les hochets, la vanité et la prostate… » Rien d’un Dom Juan, ce garçon, plutôt un tâcheron de l’amour, mais ses silences plaisent à Agnès qui dit toujours le premier mot comme d’autres font le premier pas , puis qui ne cesse de lui raconter leurs premiers émois comme pour entretenir un feu qui se meurt ; sa muflerie plaît à Judith, Dijonnaise qui beauvarise comme on bovarysait autrefois, s’adonnant à l’adultère en prenant juste ce qu’il faut de risques pour mériter l’estime de soi sans compromettre celle des autres et savourer le péché sans perdre son confort ; Estelle enfin, qui lui révèle successivement l’embrasement et la fugacité du désir, quand l’amour refroidi et propose de tourner à l’amitié comme une situation tourne à l’aigre… Poignante, cette étroite épopée des médiocres amours humaines, tragique par son corps à corps avec le temps si déploré par Ronsard auquel le titre est emprunté : ce qui fait que ce court roman, tout à la fois classique et contemporain (on songe au meilleur Kundera), exhale un parfum d’éternité. A le lire on sait d’emblée que ce court chef-d’œuvre ne vieillira pas.  Membre de l’Académie française, Jean-Denis Bredin est l’auteur d’une dizaine de romans et de recueils de nouvelles. Il a ainsi publié, ces dernières années,Battements de cœur(1991) et Rien ne va pluscôté d’ouvraegs d’histoire qui font autorité (le(2000) – chez Fayard –, à dernier en date :Un tribunal au garde-à-vous, 2002).
   Jean CHALON :George Sand, une femme d’aujourd’hui, biographie  Romancier, chroniqueur au Figaro littéraire, Jean Chalon a connu de très grands succès avec ses biographies de femmes : Alexandra David Néel, Marie-Antoinette, George Sand, Natalie Barney, Liane de Pougy, Thérèse de Lisieux et Colette. « A l’approche du bicentenaire de la naissance de George Sand (début juillet), l’envie de relire ma biographie,Chère George Sand, qui avait paru chez Flammarion en 1991, m’a pris. Pendant cette relecture, j’ai du me rendre à l’évidence : je n’avais pas assez souligné l’extrême modernité du personnage, la pressante actualité de ses messages et la délectable fraîcheur de ses leçons de vie. J’ai donc essayé d’inclure cette modernité, cette actualité, ces leçons dans cet essai qui tourne parfois à l’anthologie des excellentes pensées de l’excellente dame de Nohant. J’ai voulu ainsi
 
2