Deux Jours à Paris

Deux Jours à Paris

-

Documents
28 pages

Description

... Isabelle m'attrapa le bras et me dit:
"Tu n'as pas l'air de prendre au sérieux ce que je te dis. Mais j’essaie de te sauver de ton destin! Si tu ne portes pas cette carte de Tarot sur toi en permanence, tu auras régulièrement des visions. Tu sauras exactement ce qui se passera dans les 48 heures et ces flashs seront tous en rapport avec des évènements tragiques! Je ne pourrai pas empêcher cela mais "le Fou" te protégera et atténuera la fréquence de ces visions sinon elles hanteront ton esprit et tu deviendras fou à ton tour!"
On se demande parfois si nos rêves sont prémonitoires, si les voyants sont de vrais devins ou de simples escrocs! Et pourtant ! Il y a parfois des signes qui ne trompent pas !

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 08 janvier 2013
Nombre de visites sur la page 57
Langue Français
Signaler un problème









DEUX JOURS
À PARIS











Pour Merwan et Sarah.












J'étais à Paris, place de la bastille, assis à une terrasse de café.
Il faisait beau ce jour là et, comme j’en avais l’habitude lorsque je visitais la
capitale, je me suis laissé aller à rêvasser tout en observant les gens.
Après avoir commandé une bière, j'ai sorti le carnet qui ne me quitte jamais et
sur lequel je note tout ce que je vois et qui me passe par la tête.
Après avoir griffonné quelques mots j’ai décidé de dessiner la Colonne de
Juillet qui trône au milieu de la place.
Mon dessin une fois terminé, je me suis dit: « - T'es vraiment nul en dessin, il n’y a aucune symétrie, on dirait la Tour de
Pise! »
À ce moment là, l'homme qui était assis à côté de moi s'est penché sur mon
épaule et m'a dit: "t'es vraiment nul en dessin, il n’y a aucune symétrie, on
dirait la Tour de Pise!"
C'était mot pour mot ce que je venais de penser!
La soixantaine environ, il portait un chapeau style "Stetson" comme en portent
les cow-boys et avait un pendentif représentant une tête de taureau. Il me
regardait avec un petit rictus au visage. Ses mains étaient énormes, des mains
de bucheron ! Sur l’annulaire gauche trônait une grosse bague montée d’un
Louis d’or !
Je lui dis:
"- Comment vous faites ça?
- Comment je fais quoi?! me répondit-il l'air surpris.
- Comment vous faites pour lire dans les pensées?
- Je ne lis pas dans les pensées, je te dis juste que tu es nul en dessin, c'est
tout!
Je ne comprenais pas pourquoi il me tutoyait et en plus se moquait de moi! Je
décidais de le tutoyer moi aussi:
"- Tu as répété exactement ce que je venais de penser! Tu as fait comment?!
- Je ne vois pas de quoi tu parles, je ne lis pas dans les pensées, je te regarde
dessiner depuis tout à l'heure et je te dis que ça ne ressemble à rien!
- Ce n'est pas ce que je veux comprendre. Écoute ! Je vais essayer de penser à
quelque chose et tu vas essayer de me dire ce que c’est. Tu es d'accord?!
Il m'a regardé et dit:
- Ok, si tu me payes une bière!
- Deux même si tu veux.

Je me concentrais donc sur un sujet qu'il ne pourrait pas deviner. Je me dis
qu'il ne fallait pas que j'oublie mon train qui partait dans deux heures.
Puis je lui demandais:
"- Alors?! À quoi je viens de penser?
- J'en sais rien me dit-il en recherchant la serveuse du regard.
- Alors c'est une coïncidence, lui dis-je, pure coïncidence!
- Tu vois bien que je ne lis pas dans les pensées, tu me la payes cette bière?!
Je suis resté tout de même perplexe et je recommandais deux autres bières
pour boire avec ce voisin de café pas comme les autres.
Il but sa bière d’un trait puis, d'un seul coup, il se leva et dit:
- Il ne faut pas que j'oublie mon train qui part dans deux heures!
Pris d'angoisse, je le tirais vers le bas pour qu'il se rassoit et lui dis:
- Tu as un train dans deux heures?
Il regarda le ciel comme s’il réfléchissait et après quelques secondes il me dit:
- Non, pourquoi voudrais-tu que j'ai un train dans deux heures?
- Mais tu viens de dire que tu as un train dans deux heures!
- Faut arrêter la bière mon gars, on va t'appeler Jeanne d'Arc! me dit-il en
rigolant! Puis il se leva, me serra la main et partit en direction de l'opéra.
Je ne savais pas comment interpréter ce que je venais de vivre. Toute ma vie à
été parsemée de signes bizarres auxquels je n'ai pas toujours fait attention,
mais là je me suis dit qu'il me fallait une explication... que je n'aurais peut-être
pas.

Après avoir récupéré ma valise, je me suis rendu à la réception de l'hôtel pour
rendre les clés de ma chambre quand le réceptionniste me dit:
"- vous avez un message monsieur! J'étais surpris qu'on me laissa un message car personne ne savait que j'étais à
Paris et encore moins à cet hôtel.
C'était une enveloppe fermée avec écrit dessus. " Stéphane, le dessinateur de
la Bastille".
Tremblant de devoir encore affronter l'irréel, j'ouvrais l’enveloppe.
A l'intérieur, il y avait une carte postale représentant la Colonne de Juillet. Au
dos de la carte un mot griffonné: " merci pour la bière et surtout ne rate pas
ton train!"
Je demandais au réceptionniste:
"- Quand est-ce qu'on vous à apporté ce message?
- Je suis désolé monsieur, je sais qu'on aurait du vous le donner hier mais le
réceptionniste de nuit à oublié, me dit-il penaud!
- Comment ça hier?! Ce n’est pas possible. Vous avez forcement reçu ce
message aujourd'hui, ou alors vous confondez avec un autre message, ou un
autre client!
- Non Monsieur, je vous assure c'est un monsieur grand avec une moustache
qui nous l'a déposé hier soir!
- Décrivez-le-moi, est-ce qu'il avait un chapeau?
- Oui c'est exact, il avait une espèce de chapeau de cow-boy! Et un collier avec