Une édition des Angoisses et remèdes d'amour de Jean Bouchet suivi ...

-

Documents
26 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Une édition des Angoisses et remèdes d'amour de Jean Bouchet suivi ...

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 166
Langue Français
Signaler un problème
 __________ , n. 7 - Atti/ActesEros Pharmakon 2/2007   
Daniel Maira
   Une édition desAngoisses et remèdes damourde Jean Bouchet suivi de lHistoire dEuralius et LucressedEnea Silvio Piccolomini   SELON PLUSIEURS TEXTES POETIQUES DE LARENAISSANCE,lamour séveille dans le cur grâce aux flèches dor décochées par Cupidon. Or, par un transfert de limaginaire littéraire et affectif du poète-amant au lecteur friand de vers amoureux, le «poison» damour peut agir également sur celui qui lit, en toute innocence, des ouvrages érotiques. Cest pour répondre à ce déterminisme de la transmission des passions que plusieurs auteurs consacrent un ouvrage à la prévention et à la préservation des souffrances déchirantes du mal de Cupidon. La lecture constitue une ressource propédeutique et didactique ainsi quun expédient métadiscursif plus ou moins contagieux pour persuader les jeunes lecteurs, souvent des dames inexpérimentées, de faire lapprentissage littéraire de lamour, avant même dadopter un comportement dautodéfense contre les tourments amoureux. Pour ne citer quun exemple célèbre dune uvre littéraire qui fait surgir lamour entre deux jeunes malheureux, il suffit de songer au cinquième chant de lEnferde Dante: les amours infortunées de Paolo et Francesca naissent lors de la lecture dun roman courtois. Le passage est trop connu pour être cité, et on trouve dans toute la littérature dautres exemples plus ou moins semblables, des lettres séductrices du vicomte de Valmont adressées à Cécile de Volanges dans lesLiaisons dangereusesde Choderlos de Laclos aux lectures rêveuses de Madame Bovary. Malgré cet effet de mystification et didentification avec lunivers littéraire, la
Daniel Maira 
création poétique ou la lecture se prêtent également comme un pharmakon: depuis lesRemedia amoris dOvide, la figure de lauteur en poète-médecin met en garde les curs déchirés et décrit les comportements à adopter par tous ceux qui veulent se préserver de ce mal, alors que lauteur avait insisté longuement sur les préceptes damour dans lesAmoreset dans lArs amatoria. A cet effet, Ovide conseille, notamment, et non sans ironie, de ne pas lire des ouvrages érotiques (Bornecque 1961: p. 36-37, v. 757-766):   Eloquar invitus; teneros ne tange poetas. Summoveo dotes impius ipse meas. Callimachum fugito; non est inimicus Amori; Et cum Callimacho tu quoque, Coe, noces; Me certe Sappho meliorem fecit amicae; Nec rigidos mores Teia musa dedit. Carmina quis potuit tuto legisse Tibulli, Vel tua cuius opus Cynthia sola fuit? Quis poterit lecto durus discedere Gallo? Et mea nescio quid carmina tale sonant. [Je le dis à regret: ne touche pas aux poètes érotiques. Moi-même, dénaturé, je proscris mon propre talent. Fuis Callimaque; il nest point ennemi de lAmour. Tout comme Callimaque, tu es dangereux, poète de Cos. Moi du moins, Sapho ma rendu plus tendre pour mon amie, et la Muse de Téos na jamais donné des murs sévères. Qui peut avoir lu sans danger les poèmes de Tibulle, ou les tiens, ô toi dont dont Cynthie a inspiré luvre entière? Qui pourra garder un cur insensible après avoir lu Gallus? Mes chants aussi, je le sais, ont un peu les mêmes accents.]  La tradition littéraire desremedia amorisse prolonge de lAntiquité jusquau Moyen Age  pensons au troisième livre duDe amore dAndré le Chapelain  et se poursuit jusquà lHumanisme et à la Renaissance (Braungart 1983; Pinotti 2007). En témoignent par exemple les nombreuses éditions moralisantes des traités damour ou les recueils poétiques célébrant Antéros, lamour divin ou toute autre forme damour vertueux et évangélique. Cest sur lun de ces ouvrages que nous aimerions nous arrêter, à savoir lesAngoysses et remèdes damours de Jean Bouchet. Après avoir illustré lhistoire et la fortune éditoriale de ce recueil, nous présenterons, dans un second temps, la valeur dun ouvrage illustre annexé à lopus de Jean Bouchet lors de sa parution sur le marché parisien. Ce qui nous intéresse, cest moins lanalyse des modèles littéraires, de la poétique ou de la fortune littéraire du recueil de Jean Bouchet que de pouvoir montrer comment la publication douvrages à thématique amoureuse se transforme en vecteur dune stratégie et dune collaboration éditoriales qui aspirent à mettre en
© RiLUnE - n. 7, 2007
234