Voilà la lanterne magique, la pièce curieuse
8 pages
Français

Voilà la lanterne magique, la pièce curieuse

-

Description

impr. de Gauthier (Paris). 1798. 8 p. ; in-8.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1798
Nombre de lectures 5
Langue Français

y O I L A
L A
.-. ,- r
'ÏMTERNE MAGIQUE,
LA PIÈCE CURIEUSE.
CITOYENS, vous allez voir ce que vous allez
voir. Voilà le beau palais du Luxembourg,
regardez tous ces grenadiers qui sont à l'en-
toui^vrî^ez comme ils font sentinelle à la
ùor~ye~ les gens qui entrent, et voyez
ceux qui sortent j vous en voyez à pied ,
vous én voyez à cheval; regardez-les cara-
coller; voyez comme ils sautent avec leurs
cavaliers. Actuellement vous allez voir l'in-
térieur du palais) cI est là la maison des gou.
vernans des Français. Voyez le grand escalier
quitondui t à la grande salle du conseil, en
avez-vous jamais vu de pareil ? Regardez les
cinq Directeurs assemblés, comme ils sont
chamarrée de la tête aux pieds, couverts de
beaux manteaux de pourpre et l'épée au côté.
Un peu plus bas vous voyez le secrétaire-
c o-
général, ali ! comme il est gentil, ah comme
il est royal. Voyez arriver un messager d'état,
voyez la porte s'ouvrir avec éclat, il entre
précédé d'huissiers, son air est modeste, ses
yeux sont baissés ; voyez comme il remet au
président un paquet respectueusement. Re-
gardez-le sortir comme il est entré/examinez
les visages allongés ; c'est un coup de foudre
contre les triumvirs , ah ! comme ils sont
frustrés dans leurs désirs ; comme le petit
dromadaire trépigne des pieds, ah comme
il se tord les poignets. Jetez les yeux sur ce
grand Tarlarara,: au teint pâle et livide, aux
yeux hagards, à son air rêveur , à son air
empirique, on dirait qu'il réfléchit sur notre
intérêt politique. Hé bien, non, assurément,
car il calcule en ce moment un nouveau plan.
de conspiration anarchique. Assis à son côté,
voyez ce beau garçon, c'est un bon vivant,
c'est un bon luron. Plus loin regardez ce
fameux procureur, ah/ comme il est entêté,
ah comme il est voleur. Portez vos yeux
tout-à-fait dans le fond, considérez ce grand
penseur, cet homme profond; hé bien, vous
allez voir ce que vous n'avez jamais vu ;
voyez-les se disperser, les voilà disparus.