Cours - Presentation des quatre systemes d
6 pages
Français

Cours - Presentation des quatre systemes d'ecriture

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

IntroductionL'écriture est ce qui a tendance àê tarerr rapidement ceux qui souhaitent apprendre leJaponais. En effet, leur système d'écriture, très différent de ce que nous con naissonshabituellement, peut en rebuter plus d'un de part sa complexité.Voilà pourquoi nous allons y aller doucement pour vous habituer progressivem ent àl'écriture japonaise.Cette discussion ne sera qu'un bref aperçu des différents systèmes d'écriture , avecquelques exemples à la clé. L'important, au début, sera d'arriver à reconnaî tre lesdifférents symboles./!\ N'essayez pas, pour les leçons de présentation de l'écriture, de retenir les mots devocabulaire donnés en exemple. Vous risqueriez de vous perdre, et ça serait do mmage;)I – Les kanjiLes kanji sont les caractère les plus complexes que vous rencontrerez dans la languejaponaise. Les kanji sont des idéogrammes, c'est-à-dire des symboles ayant unesignification précise. Il n'est pas rare qu'un kanji se prononce de plusieurs f açons enfonction de l'endroit où il est rencontré.Mais sans plus tarder, voici un exemple.黒い 猫 です。Kuroi neko desu.C'est un chat noir.Juste pour information, avant d'aller plus loin. En japonais, tous les mots son t collés.Je les décollerai dans un premier temps pour que vous puissiez bien distin guer ledébut et la fin de chaque mot.Reprenons notre phrase précédente.Nous avons ici deux kanji. Ils sont en rouge.Le premier, 黒, se prononce "kuro". Sa signification est "noir", mais l'adject if ...

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 135
Langue Français
Introduction
L'écriture est ce qui a tendance à arrêter rapidement ceux qui souhaitent apprendre le Japonais. En effet, leur système d'écriture, très différent de ce que nous connaissons habituellement, peut en rebuter plus d'un de part sa complexité. Voilà pourquoi nous allons y aller doucement pour vous habituer progressivement à l'écriture japonaise. Cette discussion ne sera qu'un bref aperçu des différents systèmes d'écriture, avec quelques exemples à la clé. L'important, au début, sera d'arriver à reconnaître les différents symboles.
/!\N'essayez pas, pour les leçons de présentation de l'écriture, de retenir les mots de vocabulaire donnés en exemple. Vous risqueriez de vous perdre, et ça serait dommage ;)
I – Les kanji
Les kanji sont les caractère les plus complexes que vous rencontrerez dans la langue japonaise. Les kanji sont des idéogrammes, c'est-à-dire des symboles ayant une signification précise. Il n'est pas rare qu'un kanji se prononce de plusieurs façons en fonction de l'endroit où il est rencontré. Mais sans plus tarder, voici un exemple.
です。 Kuroi neko desu. C'est un chat noir.
Juste pour information, avant d'aller plus loin. En japonais, tous les mots sont collés. Je les décollerai dans un premier temps pour que vous puissiez bien distinguer le début et la fin de chaque mot.
Reprenons notre phrase précédente. Nous avons ici deux kanji. Ils sont en rouge. Le premier,, se prononce "kuro". Sa signification est "noir", mais l'adjectif "noir" sera exprimé avec(kuroi). Les kanji ne représentent donc pas forcément un mot, mais bien une signification. Regardons par contre le kanji suivant,. Ce kanji se prononce "neko" et veut dire "chat". Dans ce cas, le kanji représente un mot, et le mot est représenté par un seul kanji, mais ce n'est pas toujours le cas. Faites donc bien attention à ça lors de votre apprentissage !
Je vais maintenant vous donner un autre exemple pour bien comprendre.
騎士りたい。 Kishi ni naritai. Je veux devenir un chevalier.
Le premier mot, "kishi", veut dire chevalier. Si vous regardez bien, vous verrez qu'il est composé de deux kanji,(ki)et(shi). Ici, les deux kanji mis ensemble se prononcent "kishi" et veulent dire "chevalier". Ces deux kanji ne se rencontreront jamais seuls, mais ils peuvent composer d'autres mots associés à d'autres kanji. Par exemple, "ki" se retrouvera dans les mots concernant des hommes montés sur des chevaux, comme "cavalcade" (馬隊, kibatai) ou "écuyer" (, kishu). "Shi", quant à lui, est surtout utilisé dans les noms de métiers, comme "avocat" (弁護 ,bengoshi), "pompier" (消防, shouboushi) ou "samouraï" (, bushi).
On va s'arrêter là pour la présentation des kanji. J'espère que je ne vous ai pas perdus en route ! Il est malheureusement obligatoire de connaître un certain nombre de kanji pour pouvoir s'en sortir à la lecture du japonais. Par exemple, pour lire un magazine, il faut connaître près de 2 000 kanji (il en existe environ 20 000 actuellement). Courage, si vous y allez doucement, vous devriez pouvoir en retenir un bon paquet ^^
II – Les hiragana
Passons maintenant à quelque chose de bien plus simple que les kanji. Vous êtes rassurés ? :p
Les hiragana ressemblent un peu aux lettres de notre alphabet, mais en réalité, il s'agit de syllabes. Le syllabaire contient 46 hiragana de base, 25 hiragana dérivés, et 33 hiraganas combinés.
Les hiragana servent à écrire les mots japonais dont on ne connaît pas le kanji ou qui n'en possèdent pas (c'est le cas de toutes les particules, des terminaisons de verbes et des adjectifs).
Reprenons le premier exemple sur les kanji.
ですKuroi neko desu. C'est un chat noir.
Voilà, les trois hiragana de la phrase sont en rouge. se prononce "i" et fait partie des hiragana de base. se prononce "de" et fait partie des hiraganas dérivés. se prononce "su" et fait partie des hiraganas de base. Chaque hiragana dérivé correspond à un caractère de base. Par exemple,est dérivé de l'hiragana de base, auquel on a rajouté deux points (). Certains hiragana sont dérivés en ajoutant un rond ().
Voici un exemple de phrase pour les hiragana combinés.
今日土曜日です。
きょうどうようびです。 Aujourd'hui, c'est samedi.
Les deux phrases sont identiques, mais dans la seconde, les kanji ont été remplacés par des hiragana pour que vous compreniez bien. Le premier mot, "きょう”("kyou", aujourd'hui), est composé des hiragana "き”, "ki" de taille normal et de l'hiragana "", "yo" de petite taille. Voilà, ces deux hiragana forment un hiragana combiné !
Je profite de cet exemple pour amener une autre petite remarque concernant l'écriture (je vous vois venir... Bien sûr que j'ai prévu l'exemple exprès, tss !). Continuons avec notre "きょ う ”. Au delà de l'hiragana combiné que je viens de vous montrer, il y a un hiragana supplémentaire, "う ”, dont la prononciation classique est "u". Mais ici, c'est une exception ! En réalité, lorsqu'on fait suivre les hiragana finissant par "o" ou "u" par "う”, le son est en réalité allongé. Ici, "きょう”se prononce dont "kyoo" et non pas "kyou", le son "o" étant allongé et le "u" muet.
Si vous regardez le mot "ど うよ う", vous voyez qu'il y a deux syllabes allongées, "doo" et "yoo".
Pour les voyelles longues en "i" ou "e", c'est "" ("i") qu'il faudra utiliser.
Enfin, pour "a", il suffit de rajouter un "", "a" à la suite.
Arrêtons-nous là pour les hiragana. Prenez une pause si le besoin s'en fait sentir ! Pour vous reporter aux tableaux des hiragana, allez ici.
III – Les katakana
Les katakana sont, comme les hiragana, un syllabaire. Ils sont décomposés de la même manière (46 de base, 25 dérivés et 33 combinés). Il existe de plus un tableau supplémentaire, les katakana étendus, permettant de former des sons n'existant pas dans la langue japonaise.
Les katakana servent surtout à transcrire des mots d'origine étrangère, ayant été implantés dans la langue japonaise ou non, les noms étrangers, les noms scientifiques, les onomatopées, et servent également lorsque l'on souhaite mettre l'accent sur un mot dans une phrase (l'équivalent de notreitaliqueen français).
Comme d'habitude, quelques exemples.
パンを 食べます。 Pan o tabemasu. Je mange du pain.
パン, "pan", le pain, est un mot faisant maintenant partie de la langue japonaise mais ayant une origine étrangère. Il y a de très nombreux mots dans ce cas, tirés principalement de l'anglais.
Quelques onomatopées : ワンワン"wan wan", "ouaf ouaf" ザーザー"zaa zaa", bruit de la pluie qui tombe ムシャムシャ"musha musha", bruit de quelqu'un qui mange
Enfin, voyons un petit exemple des caractères étendus. Par exemple, le prénom "Valérie" s'écriraヴ ァ レ リ. Le "va" n'existe pas en japonais, et est donc retranscrit avec "ヴァ" ("vu" + "a", "vu" étant un katakana spécial créé uniquement pour ça).
Dernier petit détail, et on aura fini avec les katakana. Comme pour les hiragana, il existe des sons longs. Ici, il suffit de rajouteraprès la voyelle à allonger.
Pour vous reporter aux tableaux des katakana, allez ici.
IV – Les rômaji
Les rômaji ont été créés pour les étrangers. En effet, il s'agit tout simplement de notre alphabet à nous couplé à certaines règles de transcription pour écrire du japonais avec nos lettres classiques. Par exemple, lorsque j'ai écrit :
パン を 食べます。 Pan o tabemasu. Je mange du pain.
"Pan o tabemasu" est la transcription en rômaji de la phrase du dessus. Il faut bien faire attention à cela, car l'écriture rômaji est trompeuse. Par exemple, "" est transcrit avec "o", mais en réalité, il s'agit de l'hiragana "wo", qui se prononce cependant "o" lorsqu'il est utilisé en tant que particule.
Je vous conseille donc fortement de retenir au plus vite les hiragana et katakana pour éviter d'avoir à lire le rômaji. Je ne le mettrai qu'à titre indicatif, mais n'allez pas vous tromper dans la prononciation !
En réalité, il existe deux transcription. La première, la kunrei shiki, est officielle et a été mise en place par le gouvernement japonais. La seconde, la transcription Hepburn, est celle que j'utiliserai (parce que j'ai appris celle-là malheureusement -_-'). C'est également la plus utilisée par les étrangers, car elle est basée sur la phonétique japonaise. Cependant, gardez à l'esprit que la kunrei shiki est la transcription utilisée au Japon.
Voilà, c'est fini ! Ce n'était qu'une présentation succincte des quatre systèmes d'écriture, mais il fallait bien commencer quelque part...
Dans les cours de vocabulaire, vous aurez à la fois la forme en kanji lorsqu'elle existe, la forme en hiragana et celle en rômaji, le tout accompagné d'une traduction. Le but, au final, sera de pouvoir reconnaître les mots sous leur forme de kanji et de savoir les prononcer.