À la redécouverte des produits Île-de-France
7 pages
Français

À la redécouverte des produits Île-de-France

Description

À la redécouverte des produits Île-de-France Certaines régions sont plus connues pour leur abondance en consommateurs que pour leurs producteurs. L'Île-de- France en fait partie puisqu'il s'agit de la région française la plus peuplée, avec 11,8 millions de têtes à nourrir. Et dans le bassin parisien, la tendance est plutôt au grignotage de l'urbanisation sur les terres agricoles. Il n'empêche... La région francilienne possède un terroir qui s'étend bien au-delà des simples champignons de Paris. Nombreuses sont les denrées alimentaires provenant d'une bourgade francilienne. Pour ne citer que les plus connues : la menthe poivrée de Milly-la-Forêt, la brie de Meaux, l'asperge d'Argenteuil, l'artichaut de Paris, la volaille de Houdan, le pissenlit de Montmagny, la cerise de Montmorency, le cresson de Méréville, le boudin noir de Paris, le jambon de Paris.... Mais, ceux qui sont nés en plein coeur de la capitale vivent ils toujours selon la tradition ? Oui. Le boudin de Paris, par exemple, dont l'on trouve une première trace en 1393 dans un recueil de recettes, est toujours fabriqué selon le même principe : un tiers de sang de porc, un tiers de gras de porc et un tiers d'oignons cuits. En revanche, Paris a depuis longtemps perdu sa place de grand producteur de champignons au profit de la vallée de la Loire qui assure aujourd'hui la production de 95% des 200.000 tonnes de champignons français.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 51
Langue Français
À la redécouverte des produits Île-de-France

Certaines régions sont plus connues pour leur abondance en consommateurs que pour leurs producteurs. L'Île-de-France en fait partie puisqu'il s'agit de la région française la plus peuplée, avec 11,8 millions de têtes à nourrir. Et dans le bassin parisien, la tendance est plutôt au grignotage de l'urbanisation sur les terres agricoles. Il n'empêche...

La région francilienne possède un terroir qui s'étend bien au-delà des simples champignons de Paris. Nombreuses sont les denrées alimentaires provenant d'une bourgade francilienne. Pour ne citer que les plus connues : la menthe poivrée de Milly-la-Forêt, la brie de Meaux, l'asperge d'Argenteuil, l'artichaut de Paris, la volaille de Houdan, le pissenlit de Montmagny, la cerise de Montmorency, le cresson de Méréville, le boudin noir de Paris, le jambon de Paris.... Mais, ceux qui sont nés en plein coeur de la capitale vivent ils toujours selon la tradition ? Oui. Le boudin de Paris, par exemple, dont l'on trouve une première trace en 1393 dans un recueil de recettes, est toujours fabriqué selon le même principe : un tiers de sang de porc, un tiers de gras de porc et un tiers d'oignons cuits. En revanche, Paris a depuis longtemps perdu sa place de grand producteur de champignons au profit de la vallée de la Loire qui assure aujourd'hui la production de 95% des 200.000 tonnes de champignons français.