Il vous guide dans Belleville la chinoise - Paris sur Chine.com
1 page
Français

Il vous guide dans Belleville la chinoise - Paris sur Chine.com

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
1 page
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Il vous guide dans Belleville la chinoise - Paris sur Chine.com

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 106
Langue Français

Exrait

DÉPAYSEMENT TOTAL
Il vous guide dans Belleville la chinoise
C.B. | 07.08.2010, 07h00
Il parlele mandarin comme unC hinoisde souche, connaît parfaitement l’empire du Milieu, sa culture, son histoire et se balade dans Belleville depuis vingt ans, toujours avide de nouvelles rencontres. Donatien Schramm,présidentde l’associationC hinoisdeFranceFrançais de Chine, intarissable etatypique quinquagénaire, emmène à sa suite, durant tout l’été, celles et ceuxqui souhaitent découvrirBelleville la chinoise, hors des sentiers battus.
Il en connaît les clés etles codes mieux que personne. Langues de canards séchées et têtes de méduses Rendez-vous devant le Centre Hong Kong, cet étonnant bazar de la rue de Belleville (XIXe). D’un pas rapide, saluant une connaissance en chinois, Donatien Schramm détaille, avec force geste s, les trois vagues d’immigration qui se sont succédé à Belleville depuis les années 1970: «D’abord les Chinois d’Indochine, qui ont transité par le XIIIearrondissement. Puis viennent les Chinois du Wen Zhou, les plus nombreux, et enfin les Dongbei, arrivés des grandes villes du nord. »
En chemin, Donatien poussela porte d’une épicerie typique de la rue de Belleville et vous entraîne tout au fond, derrière un rideau de plastique, où se cache une poissonnerie. Le bassin grouille de carpes, les ménagèress’affairent à choisir un tourteau vivant. Plus loin, d’étranges mets : langues de canard séchées, pattes de poulet et têtes de méduses enbocaux, «c’est excellent, en salade», souligne Donatien Schramm. Et voici un fleuriste qui vend aussi… du vin : « Tout simplement parce que lors des mariages chinois, on apporte soimême son vin au restaurant… Etc’est la boutique de fleurs quise charge de tout, même de la locationde l’inévitable limousine.»
L’information fait toujours son effet, et le guide le saitiviale. Tout comme cette visite, rue C (Xe), chez madame Jiang, et sa minuscule herboristerie: «Les Chinois se soignent pour ne pas être malades », souritrestaurantil. Arrêtdevant la façade d’un: savoir décrypterle code secret s’impose pour vraimentprofiter des lieux. « Ces idéogrammes sont destinés aux Chinois qui savent ainsi quel type précis de cuisine ils vont trouver. Tout est codifié.» Et Donatien Schramm, durant savisite, nous offre les clés pour mieuxcomprendre... et déguster. Le Parisien
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents