Retour sur les motivations d une telle implantation - Témoignage ...
3 pages
Français

Retour sur les motivations d'une telle implantation - Témoignage ...

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
3 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Retour sur les motivations d'une telle implantation - Témoignage ...

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 257
Langue Français

Exrait

Janv  Mars 2008 Témoignage de l’entreprise Lesaffre « Nous avons trouvé une opportunité intéressante dans l’Anhui » Vendre de la levure de boulangerie aux Chinois qui ne mangeaient pas de pain? Lesaffre l’a fait et ne regrette pas son choix. Le leader mondial de la levure est aujourd’hui présent depuis plus de vingt ans sur ce qui est déjà le troisième marché mondial du secteur et pourrait bien devenir le premier dans un futur proche. Le Français a démarré un site de production en Chine en 1999 dans la province de l’Anhui et s’apprête à ouvrir l’an prochain, dix ans après, une deuxième usine dans la province du Guangxi. L’entreprise emploie environ 200 personnes en Chine, mais avec les projets en cours, ils devraient tripler d’ici 2009. Vincent Dzedzej, directeur technique régional depuis plus de 5 ans en Asie, revient sur le parcours de sa société en Chine et ses choix d’implantation. CCIFC : Comment a commencé l’implantation de Lesaffre en Chine ? Vincent Dzedzej: Lacompagnie est venue s’implanter pour produire de la levure en 1999 sur le site de Minguang, dans la province de l’Anhui, à l’ouest de Shanghai. Mais nous étions déjà présents, sur le plan commercial, depuis plusieurs années. A l’époque, nous étions à l’affût d’une opportunité pour produire en Chine depuis un moment. En tant que leader mondial de la levure, il nous paraissait évident qu’il fallait s’installer sur un marché en pleine croissance. La Chine représente aujourd’hui le troisième marché de la planète dans notre domaine, derrière les EtatsUnis et la Russie, mais plusieurs études de marché prévoient qu’elle pourrait devenir n°1 dans les deux prochaines décennies. CCIFC : Le pain est assez peu présent dans la cuisine chinoise, qu’estcequi fait de la Chine un marché si important ? V. D. :Il est vrai que le pain n’est pas un élément traditionnel de la gastronomie chinoise, mais les habitudes alimentaires évoluent et, dans les grandes villes, on trouve aujourd’hui assez fréquemment des boulangeries. Ce n’est pas forcément le même pain qu’en France, il est adapté aux goûts chinois, mais le marché est maintenant significatif. Nous vendons également de la levure pour la confection des «mantou »,les petits pains chinois. De la même façon que le pain en France il y a quelques décennies, les « mantou » sont souvent fabriqués à base de levain naturel. Ils sont présents partout où la culture du blé est majoritaire, donc dans la Chine du Nord. D’une confection traditionnelle et très artisanale – ils sont parfois faits à la maison – on voit une utilisation de la levure se développer très largement.
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents