Les saisons dans le climat de la Russie d'Europe - article ; n°160 ; vol.29, pg 280-300

-

Documents
22 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Annales de Géographie - Année 1920 - Volume 29 - Numéro 160 - Pages 280-300
21 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1920
Nombre de visites sur la page 52
Langue Français
Signaler un problème

P. Camena d'Almeida
Les saisons dans le climat de la Russie d'Europe
In: Annales de Géographie. 1920, t. 29, n°160. pp. 280-300.
Citer ce document / Cite this document :
Camena d'Almeida P. Les saisons dans le climat de la Russie d'Europe. In: Annales de Géographie. 1920, t. 29, n°160. pp.
280-300.
doi : 10.3406/geo.1920.9096
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/geo_0003-4010_1920_num_29_160_9096SAISONS DANS LE CLIMAT LES
DE LA RUSSIE EUROPE1
Développée en latitude sur plus de 25 degrés couvrant une super
cie peu près égale celle du reste de Europe la Russie semblerait
devoir offrir observateur une grande diversité de climats En
réalité si on excepte extrême Nord où les arbres atteignent leur
limite le Sud de la Crimée où se dessinent bien des traits de la
nature méditerranéenne et extrême Sud-Est déjà asiatique bien
des égards la Russie présente bien moins de différences entre ses
diverses parties on en retrouve dans des pays étendue dix fois
moindre Si dans son ensemble et de fa on générale le Nord est plus
froid que le Sud Ouest plus humide que Est les différences ne
sont pas une très grande amplitude la chaleur ainsi que le froid peu près également répartis au fort de été et au ur de
hiver est dans la durée des saisons extrêmes et non dans leurs
caractères thermiques que consiste la distinction finale élé dure
plus longtemps dans le Midi que dans le Nord les grands froids
débutent plus tard et cessent plus tôt Mais il est des moments où
presque toute la Russie estsemblable elle-même En hiver on
peut aller en traîneau Arkhangelsk Asirakhan fail observer
Voeïkov et près de Petrograd comme en Crimée le paysan en
été travaille en bras de chemise Autour de Perm est-à-dire
la latitude du Nord de Ecosse en un pays où les forêts renferment
déjà des essences sibériennes la marche envahissante on cultive
tout comme dans les steppes du midi le melon eau Jouravsky
la suite un voyage sur la basse Pelchora déclare un Voihynien
établi Oust-Tsylma pu cultiver du maïs de son pays et que si
agriculture occupe pas plus de place est que la pêche du
Malgré le temps écoulé depuis leur publication on consultera encore utile
ment les ouvrages suivants WII.D Oli oaadakh Rossiikoï Imperii Sur les
precipitations dans Kinpire russe) Saint-Pétersbourg 1888 in-40 123 p. avec
üllas TII.I.O Haspredélénié aimas fernago davieniia pron rans Ivr
Hassi slcoï Imperiti AziatslcaiJo materiku Hépartition de la pression atmosphérique
-sur étendue de Empire russe et du continent asiatique Zapiski Imp lïoussk.
chlch. Sect dc gcoy gen XXI 1890 Vlll+308 resinile fran ais
282-290) atlas de 69 cartes Atlas climatologique de Empi tle ussie
publié par Observatoire physique Central Nicolas occasion du50 anniver
saire de sa fondation Saint-Pétersbourg 1900 in-folio 89 cartes cl 11 pi gra
phiques
VOB KOV dans KiRCHHon Länderkunde von Europa III Teil Russland
Wien-Leipzig 1907 LES SAISONS DANS LE CLIMAT DE LA RUSSIE EUROPI
saumon coûte moins de peine1 Qiioi il faille penser de ce témoi
gnage unique il est un fait certain est que la pomme de terre est
récoltée jusque par 67 de latitude est-à-dire au-delà du cercle
polaire dans la vallée de Adzva une des rivières de la Toundra de
la Grande Terre Bolchézemelskaïa Toundra)2
Cette uniformité du climat sur de sî grandes distances tient
plusieurs causes Le sol de la Russie est peu accidenté dans son
ensembleset si metà part les quelques régions montagneuses
de ses extrémités lOural Est et la Crimée au Sud les différences
altitudes capables engendrer quelque diversité excèdent pas
400 mètres sur immense surface du reste du pays est-à-dire
elles peuvent se comparer assez bien celles que révèle la portion
occidentale de la France mais sur une étendue environ vingt fois
plus considérable Sur ces vastes plaines peine ondulées sur les
larges croupes aplaties là surtout où la forêt est absente les vents
trouvent un libre parcours Or en hiver le Nord est soumis aux
tièdes de Ouest pendant que les vents froids de Lst dominent dans
le Sud atténuant ainsi les possibilités de contrastes En été quand
régnent presque dans toute la Russie des vents légers provenant
surtout de Ouesl influence de la latitude devient un peu plus sen
sible encore est-elle contrebalancée en partie par le long séjour du
soleil au-dessus de horizon dans les régions du Nord et par la durée
limitée du refroidissement nocturne Petrograd en effet le soleil
ne disparaît que pendant heures 3/4 lors du solstice de juin et
extrême Nord est-à-dire presque toute la île de Kola la
basse la Toundra de la Grande Terre se trouvant au-delà
du cercle polaire fait alors partie des pays où le soleil ne se
couche pas
La longueur des côtes de la Russie est trop faible par rapport
sa vaste et massive surface la Baltique la mer Noire et la Caspienne
sont étendues trop restreintes pour que les mers influent de fa on
appréciable sur le climat Leur action est que locale et ne se
manifeste peu de distance de leurs rivages La mer Blanche qui
ne se débarrasse de ses glaces assez tard au printemps refoule
vers intérieur la limite forêts une latitude où celles-ci
croissent encore dans la île de Kola Alors Moscou le
froid est déjà installé en maître le thermomètre subit des hausses
brusques et passagères Petrograd dans les derniers mois de année
les jours où le vent souffle du golfe de Finlande Libava février est
plus froid que janvier exactement comme sur la Baltique qui baigne
celte ville et sur les mers de notre hémisphère en général Mais
Isvéstiia Imp Kuusse fi Obe/Uch. XLIV 1908 des séances 90
Oltchet Imp Roussk Obchtch 190-i 1905) ft 282 LES SAISONS DANS LE CLIMAT
pour peu on éloigne des côtes ces influences atténuent et ne
tardent pas laisser libre jeu des froids dont rien ne diminue la
rigueur puis des chaleurs que les pays de mêmes latitudes dans
Europe occidentale ne connaissent pas Située sur une très grande-
partie de son étendue 600 kilomètres et plus de toute mer la Russie- est affectée de ce type de climat on continental
entendant par ce terme de fortes différences entre les plus hautes et
les plus basses températures de année Il est pas un de ses cours-
eau qui ne gèle sur toute sa longueur en hiver et en été même
au-delà du cercle polaire il est pas rare observer au mois de-
juilift des températures de 30 dans la toundra Bien Odessa soil
située la latitude de La Rochelle et la Crimée tout entière une
latitude plus élevée que celle de Marseille le Midi de la Russie qui
connaît en janvier les froids de Stockholm subit en juillet les chaleurs-
dé Madère
Hiver La rigueur des hivers russes nous est connue depuis-
longtemps Elle surprit dès Antiquité les colons grecs établis sur
la côte septentrionale de la mer Noire et pour eux ces pays firent
partie des contrées hyperboréennes Ils ne expliquaient en effet ces
longues gelées les glaces des rivières absence ou la rareté de&
arbres qui leur étaient familiers en situant dans leur esprit trè&
loin vers le Nord celte Scythie au climat inhospitalier Les Scythes
eux-mêmes ainsi que nous le rapporte Hérodote1 ne déclaraient-ils
pas vivre aux contins du monde habitable près d<1 ces pays où la
chute de plumes est-à-dire de neige comme interprète his
torien grec arreie la vue et interdit la marche un siècle seulement
de nous la désastreuse campagne hiver de 1812 était pas faite
pour modifier une impression aussi défavorable
Les observations météorologiques dont nous disposons aujour
hui sont venues préciser les caractères et mesurer la rigueur des
hivers de Russie lalla sur la cote méridionale de Crimée celle de&
stations russes qui jouit de hiver le plus clément abri un écran
de montagnes en fa ade au midi enregistre en janvier une
température moyenne de inférieere celle du même mois
Londres Janvier est de degrés et demi plus froid Orel Berlin
Penza de it Orenbourg de 15 Le tracé des lignes isothermes
met en évidence cette aggravation du froid bien plus marquée quand
on se déplace de Ouest vers Est de la Dvina vers Oural que si
la même saison on traverse la Russie Odessa Petrograd On
remarque en effet que des localités de la région des steppes et de lai
Terre Noire subissent en janvier des froids aussi rudea que des
sioifes IV DE LA RUSSIE D'FHROPE. 283
stations beaucoup plus élevées en latitude. La température est plus
basse à Koursk qu'à Petrograd, qui est situé à plus de 900 kilomètres
plus près du Pôle; la moyenne de janvier est la même, — 6°,7, à
Taganrog sur la mer d'Azov que dans le gouvernement de Miusk; à
Tsaritsyn, sur la basse Volga, qu'à Kola, dans la presqu'île de ce nom,
au-delà du cercle polaire. Des deux « capitales » d'autrefois, Moscou,
bien qu'à une latitude inférieure de plus de 4 degrés à celle de
Petrograd , est celle qui est affligée de l'hiver le plus froid ; la moyenne
de janvier y descend à — 41°, au lieu de — 9°,3.
Bien autrement rapide que du Sud vers le Nord se révèle l'abai
ssement des températures de l'Ouest vers l'Est de la Russie. La
moyenne de janvier, qui est de — 5°, 6 à Vilna, tombe à — 9° à
Smolensk, à — 44°, 7 à Nijny-Novgorod, à — 43°, 8 à Kazan, à — 16°, 3
à Perm. De même, et dans la même direction, on voit cette moyenne,
qui est de — 6°, 2 à Kiev, descendre à — 8°,3 à Kharkov, à —10°, 8 à
Saratov^à — 44°, 2 à Ouralsk.
Tout en nous présentant dans les détails de sa répartition des
particularités aussi curieuses, la rigueur de l'hiver est générale en
Russie. Les chiffres des moyennes de janvier ne suffisent pas à en
donner la vraie valeur, car les caprices de températures, les brusques
hausses du thermomètre en pleine saison froide, ne laissent pas d'être
un phénomène avec lequel il faut compter. Ces moyennes, déjà si
basses par elles-mêmes, proviennent donc, en partie, de minima de
températures qui, tout à fait exceptionnels dans le Centre et l'Ouest
de l'Europe, surviennent chaque hiver en Russie. Des températures
de — 40°, par lesquelles le mercure gèle, se manifestent chaque
hiver sur le versant oriental de l'Oural et dans la région de la Petchora.
Le centre de la Russie et les pays de la haute et de- la moyenne Volga
connaissent chaque année des minima de — 30°. Même en Podolie et
en Nouvelle-Russie, des froids de —20° n'ont rien que d'habituel. La
baie d'Odessa gèle pendant une courte durée lors des hivers rigou
reux; les limans et la mer d'Azov gèlent chaque année pendant deux
à trois mois1. Le thermomètre descend ordinairement à — 8° sur la
côte méridionale de Crimée, relativement si pri-vilégiée.
Au cours du xixe siècle, le thermomètre a marqué deux fois moins
de — 40° à Moscou, s'abaissant à — 42°, 5. En janvier 4892, on enre
gistrait — 42°,9 à Ivanovo-Voznesensk, dans le gouvernement de
Vladimir2. On cite des minima tels que — 47°,5 à Arkhangelsk,
— 48°, 8 à Oust-Syssolsk (gouvernement de Vologda), — 45° à Perm.
A Koursk, à la latitude de Londres, on a pu observer jusqu'à — 44°, 2,
et à Lougansk, à la latitude de Paris, — 40°, 8. Quant aux minima
1. S. Rudnyckvi, Ukrahia, Wien, 1916, p. 19.
2. Zemlévedétni', XI, 1904, vyp. I-II, p. 118. 284 LES SAISONS DANS LE CLIMAT
absolus compris entre 30 et 40 ils ne se comptent plus est
ainsi on relevé 39 Petrograd 37 Kazan 33 Vilna
0 Kiev 31 Astrakhan 30 Nikolaev
Les différences entre les diverses parties de la Russie consistent
moins dans le degré intensité des froids que dans leur durée
époque de leur venue et celle de leur fin La saison pendant laquelle
la température moyenne ne élève pas plus de dure cinq mois
Moscou et six et demi Kola avec des froids de même rigueur absolue
dans une et autre station hiver est moios rude Petrograd
Moscou il est plus long établir mais il dure davantage En
revanche la comparaison entre Moscou et Orenbourg est toute en
faveur de Moscou non seulement les températures sont moins
basses mais les froids apparaissent plus tard et cessent
plus tôt
En général hiver annonce de bonne heure extrême Sud les
pays de la basse Volga et des bords de la Caspienne connaissent seuls
un automne de quelque durée Il ne faut pas perdre de vue en effet
des latitudes de plus de 50 la diminution du nombre des heures
de jour surtout partir de septembre se fait avec rapidité Pour peu
que le vent du Nord vienne souffler la baisse de la température est
assez marquée pour annoncer dès la fin de ce mois approche de
hiver Les feuilles se mettent tomber en foule le paysan échange
sa tenue été la blouse-chemise de couleur passant par-dessus le
pantalon et serrée la taille contre son vêlement hiver il
abandonnera plus guère Les parcs et jardins des villes se font
déserts les datchi ou villas des environs des grands centres ferment
leurs portes Dès la fin de septembre la bise esi parfois aigre Moscou
est le moment des premières gelées matinales et il est pas rare
de voir voltiger des flocons de neige En passant Penza le 13 sep
tembre 1768 Pallas fut témoin une de ces chutes précoces de neige
la couche fraîchement tombée atteignait près un pied de
hiver ne installe cependant pas sans résistance Sauf dans
extrême Sud où dominent alors des vents Est octobre est en
Hussie un mois où sont fréquents les vents du Sud et du Sud-Ouest
Après des journées où le froid semble vainqueur le thermomètre est
de nouveau en hausse un ottepel survient est-à-dire un
echauffement on sait ne devoir être que passager la neige fraî
chement tombée se met fondre et si le ciel est déjà plus couvert
en septembre le soleil ne renonce pas entièrement luire au
milieu de jours dont la durée déjà sensiblement décru En novembre
la lutte continue mais les vents adoucissants ont perdu en force et
Voyage en différentes provinces de Empire de Russie Trad AUTU ILU ue LA
Parie 88 119 DE LA RUSSIE EUROPE 285
en fréquence les hautes pressions barométriques tendent établir
les otiepeli se font plus rares Leurs effets en sont pas moins
sensibles et désagréables parfois adoucissement passager de la
température en faisant rendre totalement ou en partie les premières
neiges présente une image réduite de ce que sera le dégel printanier
les chemins se détrempent la boue épaissit la circulation en traî
neaux qui avait mis profit les premières neiges interrompt
avènement de nilifde hiver les rivières qui après avoir
charrié leurs premières glaces avaient semblé immobiliser se
remettent charrier on ne peut se déplacer ni sur terre ni sur eau
Les Russes ont un nom pour cette période de année où se livre la
lutte entre la saison qui finit et celle qui va commencer est la
raspoutnaïa ou raspoutitsa est-à-dire la saison où les
chemins sont hors usage >ô
Cette lulle va pas sans épisodes désastreux surtout au voisi
nage du golfe de Finlande où elle est le plus intense et où elle dure
le plus est la porlion de la Russie où la durée de la congélation des
rivières varie le plus une année autre car le régime des pres
sions barométriques et des vents qui en résultent est moins stable
que dans intérieur et les ottepeli par vents Ouest plus fré
quents Or la Neva qui déverse en moyenne près de 5000 mètres
cubes eau la seconde dans le golfe de Finlande pas mètres
de pente totale de la sortie du lac Ladoga aux îles de son delta et
quand une dépression barométrique passe Ouest en Est au Nord et
au-delà de Petrograd le vent Ouest qui souffle violemment sa
suite surla baie de Kronstadt suffit entraver parfois même empê
cher écoulement des eaux du fleuve* La Neva monte les signaux
alarme sont hissés la flèche de Amirauté et quand la crup
dépasse mètres eau commence déjà envahir les quais Le
21 septembre 1777 le fleuve atteignit 3 20 au-dessus de son niveau
moyen inondant plus du quart de étendue de la capitale Plus
terrible encore fulla crue du 19 novembre 1824 dont Pouchkin dans
son Cavalier airain célébré horreur La Neva monta de A 14
SOS personnes trouvèrent la mort 324 maisons furent entièrement
détruites et plus de 3000 endommagées un sixième seulement de
la ville fut épargné2 Aussi habitant de Petrograd éprouve-t-il un
véritable soulagement quand la Neva après avoir parfois plusieurs
reprises charrié des glaces finit par être emprisonnée pour le rester
au printemps
hiver qui est la saison pendant laquelle toute ou presque toute
GKIBOKDOV tia gé Les inondations Saint-Péters-
hir g) Bull Acad Sc de Sainl Pélersbowg Classe de Phys.-Math 190
19 -204
VF.NUKOV des Séances de la Soc de Géog. Paris 1891
li 286 LES SAISONS DANS LE CLIMAT
la Russie est recouverte par la neige la saison où toutes les rivières
entièrement gelées se laissent traverser sans difficulté hiver per
met entre les diverses parties de la Russie des relations en tout sens
et sans obstacles Au début de son existence avant la construction
des canaux qui relient les grands lacs et la Neva au système de la
Volga est en hiver et au moyen de traîneaux que Petrograd rece
vait son bois de chauffage et ses approvisionnements en grains et
farines De nos jours encore en dépit de la construction des chemins
de fer est en hiver que se tenaient plusieurs des plus importantes
foires de la Petite Russie en janvier la foire de Epiphanie
Kharkov en février la foire des contrats Kiev Aux confins de
la Sibérie la foire Irbit la plus considérable de Russie après celle
de Nijuy-Novgorod se pla ait au mois de février est de janvier
mars que le manteau de neige est le plus épais le plus continu et
en même temps les jours ont commencé croître ce qui permet de
plus longues étapes
hiver est aussi la saison de lâchasse dont importance fut très
grande dans Russie du passé Non seulement les forêts où le gibier
se réfugiait occupaient plus espace que de nos jours mais les four
rures et la chair des bêtes sauvages répondaient des nécessités plus
pressantes de vêtement et de nourriture Dans les parties de la
Itussie où la chasse tient encore une grande place parmi les occupa
tions du paysan est-à-dire dans des gouvernements tels que celui
dOlonetz est en hiver que on chasse écureuil dont la fourrure
est alors la plus longue et la plus soyeuse ours élan la perdrix
blanche et toute une variété de gibier de poil et de plume que le
froid conserve aisément et on pouvait ainsi envoyer aux marchés
de Petrograd
une fois hiver établi la neige séjourne sur le sol se tasse se
consolide et de nouvelles chutes lui donnent en février et mars son
maximum épaisseur Au nord une ligne sinueuse Iracée par Riga
Minsk Tchernigov Kharkov Tsaritsyn elle couvre le sol pendant
lOOjoursen moyenne par an dans les Terres Noires du Sud elle
séjourne de 60 100 jours dans les gouvernements limitrophes de
la rner Noire de 20 60 jours avec plus irrégularité ailleurs
une année autre* En un pays modérément humide la neige
constitue de la sorte une précieuse réserve pour alimentation des
cours eau et sa fonte printanière là surtout où le couvert des fo
rêts la ralentit et la régularise assure aux rivières pour quelque
temps un débit dont la navigation est habituée tirer parti Là ne se
bornent pas ses bienfaits des expériences pratiquées en janvier 1893
Institut Forestier de Petrograd ont permis de mesurer la protec-
VLABOV Zapiski mp Rousik Obchtch. Sect de Géog gen
XLVII 1911 4*1.491 10 cartes LA RUSSIE EUROPE 387 DE
tion que la neige fournit au sol dont elle empêche le refroidissement
excessif Sous le couvert de la neige le sol accusait une tempéra
ture de alors que le sol dépourvu de neige révélait 34
De tels chiffres expliquent la possibilité des semailles de la fin de
automne en Russie sans la neige les deux tiers de la Russie
devraient renoncer la culture des céréales hiver1 Du reste
extrême Sud du pays où la chute de neige est la fois inoins abon
dante et plus capricieuse el où le séjour de la neige sur le sol est
souvent réduit trop peu de temps connaît beaucoup plus que le
Centre les mauvaises récoltes et la disette
Mais toutes les rigueurs de hiver russe ne se traduisent pas par
des avantages le froid qui favorise ou prépare certaines occupations
en interdit autres Bien des travaux chôment dans les villes el la
nn de automne amène exode de Petrograd de Moscou et autres
grands centres delà foule des travailleurs noirs est-à-dire des
man uvres journaliers et hommes de peine qui rentrent leurs
villages Au village est la réclusion forcée au logis izba très
basse aux ouvertures parcimonieusement ménagées relient ses
habitants la chaleur du poêle alimente la paille de seigle ou
défaut de celle-ci du fumier ou de mauvaises herbes2 atmos
phère est viciée par la fumée ainsi que par la respiration des êtres
humains avec lesquels voisinent trop souvent des animaux domes
tiques Là se contractent de graves maladies des organes respira
toires et dans les gouvernements de la portion occidentale de la
Russie où les variations de température en hiver sont les plus accu
sées les mois de janvier mars sont marqués par la plus forte morta
lité de année Dansla région des grands lacs où le sol est le plus
ingrat la réclusion est particulièrement sévère durant hiver qui
uit une mauvaise récolte Le paysan instruit par expérience des
générations passées réduit de moitié sa ration de nourriture La
famille se blottit auprès du poêle chacun évitant tout mouvement
superflu el dormant le plus longtemps possible afin de ne pas dépen
ser inutilement la chaleur humaine obscurité el le silence régnent
dans izbaau cours des quelques mois que durent ce jeûne et cette
léthargie raisonnée la lelka ainsi que appellent les médecins de
campagne de la Russie
Fort heureusement le séjour forcé domicile ne accompagne
pas toujours oisiveté ni de jeûne Dans les gouvernements du
VOE KOV Russland 149 ID Siiégovoï pokrov ego vliianié na potch iou
timai pogodou éd 1889 212 p. reproduiten allemand Der Einfluss einer
Schneedecke auf Boden Klima und Wetter Reneks Geog.Abh. 111 1889)115
SEMENOVA-TiAN-CHANSKA Zapiski Imp Roussk Obchtch. Sect
ïEthnogr. XXXIX 1914 80
Reichsanseiger septembre 1915 de source rusAe) LES SAISONS DANS LE CLIMAT 388
Centre en particulier le paysan su de bonne heure se créer des
occupations il travaille le boia les métaux le cuir Ces industries
qualifiées de buissonnières ont plus une fois corrigé par leurs
revenus les déceptions une mauvaise récolte elles donnent la vie
rurale une bonne partie de la Russie son originalité et le gouverne
ment impérial dans ses dernières années effor ait de les encourager
Bien que hiver soit la saison dans laquelle régnent les plus hautes
pressions barométriques est aussi la période de année où les
vents sont le plus violents Partout sauf au Nord de la Caspienne la
vitesse du vent qui avait atteint son minimum en été nous présente
en hiver ses moyennes les plus élevées 87 la seconde dans les
pays de la Baltique 39 au bord de la mer Noire 10 les
parages de mer Blanche* est que hiver est aussi la saison pen
dant laquelle des dépressions barométriques passent de Scandinavie
en Russie particulièrement en novembre et décembre Elles se
déplacent assez rapidement apportant avec elles des vents violents
des précipitations abondantes et des variations brusques de la tempé
rature dans le Nord et le Centre de la Russie Dans le Sud les mêmes
perturbations sont dues aussi souvent de très hautes pressions
séjournant autour de Moscou des dépressions se dépla ant sur
la mer Noire est alors que surviennent de véritables vagues de
roid dont on pu suivre la translation jusque dans Inde2 En
novembre 1890 on vil un jour Orenbourg après une pluie abondante
le thermomètre baisser en vingt minutes de 30 une trentaine
de Kirghiz qui se rendaient trempés de pluie furent
gelés sur leurs chevaux3
Une des conséquences les plus ordinaires du régime anormal des
pressions barométriques de hiver ce sont les tempêtes de neige
qui retardent ou interrompent la marche des trains sur les voies
ferrées En octobre 1882 les trains partis le 15 Odessa arrivèrent
Kiev que le 18 le vent avait renversé 600 poteaux télégraphiques
entre Birzoula et Kazatin Le centre de la dépression se trouvait en
Serbie pendant que des pressions exceptionnellement élevées
régnaient sur le lac Ladoga Du 13 au mars 1883 des tempêtes de
neige firent rage dans le Centre il fallut 12000 journées ouvriers
pour dégager les voies du chemin de fer Nicolas 7000
durent être appelés sur la ligne de Moscou Koursk les retards
atteignirent 45 heures4 La catastrophe provenait cette fois
KtEHSNOwsKU her den täglichen unii jährlichen Gan; tind die Vertei
lung der Windgesciwindigkeilen im nussischen Reiche Reperl für Meteor. XII
ir 1889 94 p. ca tes)
Renneigneinenl oral du Voeïkov
Mofltovslt ia Vedomosty 20 novembre 1890
SKKSNBWSKU Uher Schneeverwehungen auf den Eisenbahnen in Russland
Heperf flir Mvtew. XIII n0 1890 2)