Nouveau dictionnaire d
656 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Nouveau dictionnaire d'histoire naturelle, appliquée aux arts, à l'agriculture, à l'économie rurale et domestique, à la médecine, etc

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
656 pages
Français

Description

^mMmm4 Mhmmm0mmmmJp. .-?;/.:":m^MMmm'••VfNOUVEAUDICTIONNAIRED'HISTOIRE NATURELLE,APPLIQUÉE AUX ARTS,l'Agriculture, à l'EconomieA rurale et domestique,laà Me'decine , etc.PAR UNE SOCIÉTÉ DE NATURALISTESET D'AGRICULTEURS.Nouvelle Édition presqu entièrement refondue et considé-rablement augmentée ;AVEC DES FIGURES TIRÉES DES TROIS RÈGNES DE LA NATURE.TOME XIV.DE L'IMPRIMERIE D'ABEL LANOE, RUE DE lA nARIT.A PARIS,ChezDETERVILLE, libraire, rue hautefeuille, h» 8.M DGCC XVII.Indication des Pages où doivent être placées lesPlanches du Tome XIV, avec la note de cequ elles représentent.E 2. Insectes Pag. 8Galéode arane'oïde. — Galéruque de la tanaisie. —Galgule oculé.—Gallerie la cire.de —Géotrupephalangiste. — Gerris des —lacs. Graphiptèrepoint d'exclamation. —Guêpe du Holstein; songuêpier et le gâteau.E Oiseaux7. 35Moucherolle à bandeau blanc.—Phytotome guifso-balito.—Guillemot. —Gypaète des Alpes.E 8. Mine'ralogie godeGypse en fer flèche. —Gypse fibreux. —Granitégraphique de Sibe'rie.—Granité de Corse.E 3. Poissons ?3i—Harpe bleu dore'.— He'mipte'ronote cinq taches.— —Hologymnose fascé. Holacanthe tricolor.— —Holacanthe empereur. Holocentre sogho.—Holocentre doré. —Isliophore porte-glaive.Kyphose deux bosses.21. Oiseaux 3a6EGros-bec domino.—Dronte. —Hibou ou grand-duc.D i4- Oiseaux 4^9Circaète jean-le-blanc.—Cassique jupuba.—Héorotaire kuyameta,Quadrupèdes mammifèresE 12. 488Hamster d'Europe.—Loir.—Lérot. —Hippopotame, ...

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 34
Langue Français
Poids de l'ouvrage 36 Mo

Exrait

^mMmm 4 M hmmm0mmmm Jp. .-?;/.:":m^MMmm'••Vf NOUVEAU DICTIONNAIRE D'HISTOIRE NATURELLE, APPLIQUÉE AUX ARTS, l'Agriculture, à l'EconomieA rurale et domestique, laà Me'decine , etc. PAR UNE SOCIÉTÉ DE NATURALISTES ET D'AGRICULTEURS. Nouvelle Édition presqu entièrement refondue et considé- rablement augmentée ; AVEC DES FIGURES TIRÉES DES TROIS RÈGNES DE LA NATURE. TOME XIV. DE L'IMPRIMERIE D'ABEL LANOE, RUE DE lA nARIT. A PARIS, ChezDETERVILLE, libraire, rue hautefeuille, h» 8. M DGCC XVII. Indication des Pages où doivent être placées les Planches du Tome XIV, avec la note de ce qu elles représentent. E 2. Insectes Pag. 8 Galéode arane'oïde. — Galéruque de la tanaisie. — Galgule oculé.—Gallerie la cire.de —Géotrupe phalangiste. — Gerris des —lacs. Graphiptère point d'exclamation. —Guêpe du Holstein; son guêpier et le gâteau. E Oiseaux7. 35 Moucherolle à bandeau blanc.—Phytotome guifso- balito.—Guillemot. —Gypaète des Alpes. E 8. Mine'ralogie go deGypse en fer flèche. —Gypse fibreux. —Granité graphique de Sibe'rie.—Granité de Corse. E 3. Poissons ?3i —Harpe bleu dore'.— He'mipte'ronote cinq taches. — —Hologymnose fascé. Holacanthe tricolor. — —Holacanthe empereur. Holocentre sogho. —Holocentre doré. —Isliophore porte-glaive. Kyphose deux bosses. 21. Oiseaux 3a6E Gros-bec domino.—Dronte. —Hibou ou grand-duc. D i4- Oiseaux 4^9 Circaète jean-le-blanc.—Cassique jupuba.—Héoro taire kuyameta, Quadrupèdes mammifèresE 12. 488 Hamster d'Europe.—Loir.—Lérot. —Hippopotame, , NOUVEAU DICTIONNAIRE D'HISTOIRE NATURELLE. GUE mot(jrUENUCHES. Ce est le diminutif de guenons, et les jeunes animauxdésigne de ces espèces de singes. Les gue- sont vives, légèresnuches et fort gentilles; mais elles devien- nent revêches et indociles en grandissant. On les nourrit de racines, de fruits, de pain, d'amandes, et même de chair. Elles aiment beaucoup le lait et le sucre. On peut leur ap- prendre mille tours de gentillesses elles ; sont très-souples dans leurs sauts. V. Guenons, (virey.) GUEPARD Felisjubala , Linn. ). Espèce de( mammi- du genre des Chats. V.fère ce mot. (desm.) GUÊPE Vespa. Genre d'insectes, , de l'ordre des hymé- noptères section des porte-aiguillons , , famille des diplop- tères tribu des guêpiaires. , Linnseus et la plupart des naturalistes ont compris sous ce nom générique les hyménoptères qui ont un aiguillon , le corps glabre les ailes supérieures , doublées , les yeux échancrés, les antennes plus grosses vers le bout et coudées,' en un mot, tous les insectes qui par des rapports généraux, de formes , se rapprochent de nos guêpes communes et des frelons tant les espèces solitaires que celles qui ; vivent en société, sont réunies danslamême coupe, maisdepuis qu'une étude approfondie de leurs organes, et que la considération de la diversité de leurs habitudes m'ont déterminé à, diviser cette coupe et à la transformer en une sous-famille, le genre des guêpes ne renferme plus que celles qui ont les ca- ractères suivans: languette droite peu allongée ayant à, son extrémité quatre points glanduleux, divisée en trois parties dont l'intermédiaire presque en cœur palpes maxillaires ; à six articles quatre aux labiaux la plupart de ces articles ; ; XIV. 1 , GUE2 courts , obconiques ; mandibules guère plus longues que larges , obliquement et largement tronquées au bout cette ; portion tronquée de leur bord interne plus longue que l'autre portion du même bord ; chaperon presque carré milieu son bord antérieur fortementde tronqué et unidenté côté abdomende chaque ; ovoïdo-conique et tronqué en devant base., à sa Fabricius a pareillement réduit le genre vespa de Linnseus. Mais il compose celui qu'il désigne ainsi, de mes guêpes et de mes odynères. Les guêpes, ainsi que lesfourmis et les abeilles, vivent en société. Elles sont comparables à celles-ci par leur industrie, et se rapprochent àesfounnis par leurs ravages. Ylabeille, continuellement occupée de ses travaux ne vit que de ce, qu'elle récolte sur les fleurs et l'aiguillon dont elle est ar- , mée n'est pour elle qu'une arme défensive protectrice de, , ses foyers. La guêpe, au contraire, est féroce , et ne vit que de rapines et de brigandages. Son aiguillon est une arme offensive , un moyen d'opprimer les animaux plus foibles qu'elle. Cependant elle n'en est pas inoins policée ni moins, remplie de tendresse pour ses petits. Réunies dans une seulte ni travaux lesrépublique , les guêpes n'épargnent ni soins ; exécutent prouvent leur adresse, leur pa-ouvrages qu'elles leur instinct. Elles ont unetience et la finesse de architec- particulière qui est digne d'admiration.ture elles , on dislingue la Guêpe frelon et la GuêpeParmi commune la première fait son nid à l'abri des vents et des ; pluies soit dans les greniers soit dans les trousgrandes , , murs , mais le plus souvent dans de gros troncsdes vieux dont l'intérieur est pourri. Là ces insectes par-d'arbres , viennent à faire une grande cavité en détachant des frag-, d'un bois prêt à tomber en poussière. C'est au prin-mens .que les femelles, après avoir passé l'hiver engourdies,temps ranimées par la chaleur de l'atmosphère sortent de leuret , retraite pour chercher un endroit convenable afin d'y établir le guêpier. Ce lieu trouvé elles posent les premiers fonde-, y mens de l'édifice qui consistent en un pilier gros et solide,, même matière que le reste du nid mais beaucoup plusde , dur et plus compacte. Cette matière dont les guêpes font usage est l'écorce des menues branches de frêne qu'elles, détachent par filamens ensuite elles la broient avec leurs ; mandibules pour en former une pâte qui se durcit après, qu'elle a été mise en œuvre elles récoltent enmême temps ; une liqueur claire et sucrée qui s'écoule des endroits nou- vellement rongés de la branche qu'elles ont dépouillée. Ce pilier est toujours placé partie la plus de ladans la élevée