Ace Combat 3 : Electrosphere, jusqu

Ace Combat 3 : Electrosphere, jusqu'aux limites de la stratosphère.

-

Documents
2 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Ace Combat 3: Electrosphere est un jeu vidéo de combat aérien sorti en 1999 sur PlayStation. Il fait partie de la série Ace Combat.
Dans ce simulateur de vol, le joueur incarne un pilote de l'UPEO et combat avec ses forces des airs contre des terroristes, ou contre des puissances économiques ou militaires (par exemple, la General Resource ou Neucom Technology Inc.). Le joueur peut très bien se retrouver à soutenir un camp dans une mission, et l'autre camp dans une autre mission.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 24 novembre 2011
Nombre de visites sur la page 128
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
ACE COMBAT 3: ELECTROSPHERE(1999) / PlayStation Ace Combat 3 : Electrosphere est certainement l’une des premières grosses productions à avoir traversé l’Atlantique qui a le plus souffert d’une localisation absurde et complètement ridicule. En effet, la version japonaise du titre de Namco était conduite par un scénario remarquable, mélangeant astucieusement des scènesin gameet des scènes de japanimation de grande classe, des personnages tous aussi développés les uns que les autres et cinquante-deux missions avec cinq fins possibles. Les versions américaine et européenne furent complètement tronquées: suppression complète du scénario, réduction du nombre de missions… Bref, un désastre. Ainsi, par volonté, ce test critiquera la version japonaise du titre.La trame principale d’Ace Combat 3 : Electrosphere prend place dans un futur proche entre 2043 et 2045 où des organisations (General Resource, Neucom, UPEO et Ouroboros) se disputent des territoires aériens afin de conquérir un prototype d’avion de chasse furtif connu sous le nomX-49 Night Raven. Ces corporations qui ont petit à petit usurpé le pouvoir aux différents gouvernements, sont nées pendant une période de crise économique profonde conduisant le monde entier dans un chaos financier démesuré. Les différents pilotes de renommée comme Abyssal Dision, Rena Hirose, Keith Bryan (tous les trois de General Resource) ou Erich Jaeger et Fiona Chris Fitzgerald (tous les deux deUPEO) découvrent lors de leurs affrontements aériens que leur pouvoir est bien plus important qu’il n’y paraît et qu’une conspiration est en train de naître dans la hiérarchie des différentes corporations luttant ou non contre la paix, plongeant de surcroît certains pilotes dans un doute profond sur leur dessein. Cette richesse scénaristique va très vite s’amplifier à la fin des premières missions où le joueur devra prendre des décisions importantes qui feront évoluerl’histoire différemment. En effet, la grande force d’Ace Combat 3 : Electrosphere réside dans la possibilité de choisir son camp et de vivre une histoire en grande partie différente. Un vrai éclat de génie de la part des scénaristes car cette optique augmente grandement le plaisir de refaire le jeu sans cesse pour découvrir toutes les finesses de cette trame compliquée avec ses cinq fins différentes. Très palpitant, riche en rebondissements et en retournements de situation, le scénario d’Ace Combat 3 plaira à tous les amateurs de japanimation alambiquée et tourmentée où chaque personnage a été pensé et créé avec un soin tout particulier. Chaque protagoniste dépeint un caractère puissant qui lui est propre, le tout renforcé par undoublage d’excellente facture. Ace Combat 3 : Electrosphere fait partie de ces rares jeux qui proposent une pérégrination entièrement libre ou presqueet qui réussit avec brio à immerger le joueur par son ambiance incomparable. Une histoire qui se laisse vivre encore, encore et toujours. Bien entendu, étant sorti en 1999, à l’époque où les mangas et autresjapanimations dépeignaient tous plus ou moins des messages métaphysiques en filigrane, ce troisième opus n’a pas été épargné. Le joueur découvrira de nombreuses références inventées ou non autour de la volonté de pouvoir avec Dision, l’impact du passé sur le présent avec Rena (l’actrice la plus troublée de l’œuvre), etc.Ace Combat 3 : Electrospheres’en tire plus qu’avec de simpleshonneurs, c’est tout simplement une perle rare dans ce monde de brutes où les jeuxd’action mettent l’accent sur legameplayau détriment de la narration. En outre, legameplayaxé arcade d’Ace Combat 3 : Electrosphere représente avec panache toute la richesse avant-gardiste du jeu. Plutôt simple d’approche, avec un briefing avant chaque mission (au nombre de cinquante-deux, donc) et un contrôle instinctif de l’avion, grâce à des actions simples (accélérer, ralentir, tirer à la mitrailleuse, lancer un missile…) ; le système de jeu a révolutionnéson petit monde en intégrant une caméra à 360° et la gestion de plusieurs axes analogiques permettant d’avoir un contrôle total sur les mouvements de l’appareil. Cette grande nouveauté donne la possibilité aux joueurs de garder leur cible engagée complètement verrouillée. Les combats aériens et les duels ont gagné de surcroît en précision, en rythme, poussant l’adrénaline systématiquement à son paroxysme. D’ailleurs, l’agressivité des autres pilotes et leurs techniques emplies de ruses et d’esquives renforcent encore plus ce sentiment d’insécurité permanent. De même, les discussions et la possibilité d’opter pour des choix par radio (seulement intégrée à Ace Combat 4 en Europe) offrent une dimension spectaculairement réaliste au titre, même si dans l’ensemble nos compagnons n’aident pas énormément.Bref, Ace Combat 3 est une véritable réussite en termes de sensation de vol et se permet quelques petites fantaisies comme des missions dans l’espace, dans la stratosphère ou dans des niveaux encore plus inattendus, une première dans la série ! Dans l’ensemble, lelevel designfait un sans faute, les ennemis sont toujours là où le joueur ne s’y attend pas et n’hésitent jamais à engager notre avion, le relief permet aussi d’esquiver les radars, que ce soit derrière des immeubles ou une montagne. Un vrai
régal. Le joueur prendra rapidement du plaisir à monter en puissance aux commandes de son appareil, sachant que la durée de vie et la rejouabilité offertes par le jeu sont imbattables pour un titre du genre avec les différentes évolutions du scénario et ses cinq fins. Graphiquement, le troisième opus de la série Ace Combat est remarquable. Pendant les phases de combats aériens, le jeu propose des cartes immenses, des avions modélisés avec minutie, des effets de lumière et pyrotechniques en tout genre pour en mettre plein les yeux. Plein de petits détails attirent l’attention comme l’impression de vitesse en rase-motte ou les explosions criantes de réalisme. Mission de jour, de nuit ou en soirée avec des couchers de soleil aveuglants, Ace Combat 3 propose au joueur un voyage futuriste fabuleux. On regrettera néanmoins la présence d’un aliasing un peu trop prononcé par moments, vite rattrapé par la mirifique qualité des scènes entrecoupées en dessin-animé, le tout étant nettement gonflé par un design plutôt impeccable. Ace Combat 3 : Electrosphereexcelle aussi d’un point de vue sonore. En effet, les développeurs ne se sont pas limités et ont introduit le paquet de bruitages qu’il fallait. Le jeu utilise le système stéréoà merveille et surprend régulièrement les oreilles avec des missiles qui frôlent les ailes de l’avion, des explosions lointaines ou des combustions de réacteurs diverses. Une véritable réussite à l’époque où les jeux se contentaient du strict minimum. Du côté de la bande son, il faudra apprécier la techno tout au long du jeu car il faut le dire, l’OST n’est pas vraiment hétérogène : toutes les musiques se ressemblent. Cependant, leursonorité est d’une qualité indéniable etAce Combat 3 saura mettre un certain public en transe. Le troisième épisode des Ace Combat est une réussite évidente qui allie intelligemment ungameplayenragé avec un scénario profond, un visuel splendide et une ambiance sonore propre à la série. Toutefois, les choix honteux des localisations américaine et européennen’ont pas permis à tous d’en profiter. Au final, le titre restera dans les oubliettesde Namco, quasiment inconnu en Occident, quel dommage.
K. VENTOLINI.