Élection sportive 2012

Élection sportive 2012

Documents
3 pages
Lire
YouScribe est heureux de vous offrir cette publication

Description

Élection sportive 2012 1) La surenchère de puissance conduit les fabricants à une course à l'armement d'aides électroniques (TC, etc.) qui relativisent l'intérêt de cette surpuissance.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 24 mai 2012
Nombre de visites sur la page 7
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Élection sportive 2012

1) La surenchère de puissance conduit les fabricants à une course à l'armement d'aides électroniques (TC, etc.) qui relativisent l'intérêt de cette surpuissance. La RSV4 n'est pas à la portée de tous à 19 000 , ni la S 1000 RR à 18 000 avec ses « options » indispensables. Le choix de Suzuki est cohérent (pas de surpuissance donc pas d'aides) et attractif, à 14 500 et à seulement 1 seconde (+ 0,4 sec pour Gines) de la RSV4, que peu d'entre nous peuvent atteindre ! Il faut ajouter que, même si on adore le circuit (comme moi), on fait aussi de la route, et la seconde qui coûte cher et qu'on ne sait pas atteindre perd encore un peu plus son intérêt. En poussant mon raisonnement, je trouve la GSX-R 750 intéressante à 13 500 avec + 2 secondes (+ 1,6 sec pour Gines). À 12 500 , elle serait irrésistible... 2) Les motards sportifs lambda comme moi veulent des bécanes faites pour leurs besoins (15 % circuit, 85 % route) et accessibles, pas des monstres de puissance bridés par les aides électroniques. J'ai d'ailleurs troqué ma 1000 contre ce vélo de 750 qui est légère, facile, pas fatigante du tout et bien plus joueuse qu'une 1000. Sur route, c'est presque la sportive idéale (j'ai essayé ses deux concurrentes directes). Des durites tressées et une position un poil plus piste me suffiraient. Pour les suspensions, je n'ai pas encore assez roulé avec pour me prononcer. Ce que j'écris ne retire rien à l'intérêt de votre article, qui donne justement toutes les infos pour que les lecteurs puissent tirer leurs conclusions par eux-mêmes. Pourquoi ne feriez-vous pas une enquête marketing sur la sportive 2013 vue par vos lecteurs (pas besoin de 10 000 questions, juste une petite douzaine bien vues incluant cylindrée/puissance) ? Cordialement. PS : je n'ai aucune relation particulière ni aucun intérêt personnel avec Suzuki.Luc Mary (e-mail)

La réponse de la rédac'

Ton analyse est pour le moins pertinente, Luc. Cependant, la « radicalisation » des sportives n'est pas un fait nouveau et les machines que tu cites aujourd'hui sont nettement plus performantes que leurs frangines d'il y a dix ans. On a toujours eu cette impression que la course effrénée vers l'efficacité atteint ses limites à chaque sortie d'un nouvel « avion de chasse », mais il ne faut pas oublier qu'en développant ces engins, les constructeurs développent souvent par là même le reste de leur gamme. En gros, il appliquent le précepte du « qui peut le plus peut le moins »... Il est vrai qu'à y regarder de façon très pragmatique, la sportive idéale s'approche plus de la philosophie d'une GSX-R, plus polyvalente. Or il se trouve que l'attrait de la machine ultime est source de fantasmes et que nombre de motards passent outre les considérations d'usage courant au profit d'un gonflement de l'ego lié à la possession de ces monstres !