La vie paisible

-

Documents
9 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

La vie paisible

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 120
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
La vie paisible
parAndreyKomov@ 26.02.2008 - 09:49:26
Petite préface pour les chers lecteurs de l'ouest:
Les changements que le mondeéprouve ne sont pas comparablesàd'autres révolutions du passé. Nous sommes tous nésàuneépoque ou toutes les frontières semblaient immuables - puis nous les avons vu disparaître. Pour nous, c'était quelque chose d'espérédepuis fort longtemps. Mais aujourd'hui, dans la vie des peuples, il n'y a plus de place pour une conscience supérieure commune. Notre conscience nationale est devenue plus vaste et inexplicable.
La Russie n'a plus de rideau de fer, mais vous et nous-mêmes ressentons une frontière invisible, d'autant plus quand il s'agit de questions politiques. Mais il n'est pas là, le fond du problème. La Russie a quelque chose de non-dit, de vague dans son histoire récente, dans toute son apparence. Je suis sur que notre l'expérience actuelle souvent appelée "la démocratie souveraine" chez nous ne rendra pas ce "quelque chose" plus claire.
Quand on vit sans frontières on a besoin d'être entendu et compris par les autres.
Mon ami de longue date Andreas Fecke m'avait demandéd'écrire cet article sur les présidentielles en Russie. Or, il se trouve que je pensais d'avantage aux particularités de l'homme russe. Je cherchais ses différencesàl'homme européen, mais j'ai vu aussi beaucoup de choses que nous avons en commun. Possible que vous en pensez autrement. Toutefois y a-t-il une chose qu'il faut enfin dire: l'homme russe est indéfinissable. Il ne se place plus dans la vie de son pays. Lesévénements en Russie ne forment plus, comme c'était il y 20 ans, son présent. Il s'élance vers l'Europe, il s'élance vers l'Amerique, tout en se transformant en un symbole de rationalité- et chez lui, en Russie, il reste l'éternel rêveur russe.
Je ne sais pas oùce vol de la conscience atterrira. Mais il est bien possible que j'exagère un peu.
La vie paisible
Lire la version originale russe
Moins de trente jours nous restent-ils seulement jusqu'auxélections présidentielles, mais la vie est pleinement tranquille. Les cotes de popularitédu prétendant principal Dimitri Medvedev ont augmentéde 10 % encore en ces deux derniers mois, mais personne ne s'y intéresse. Les sondages lui prédisent plus de voix que Poutine recueillit en 2004, 79 % contre 65 %, mais on n'y prête pas attention. Le premier Vice-Premier Sergey Ivanov, en tout l'automne dernier encore plus populaire que Medvedev, attend son inévitable démission et ne participe même pas auxélections – or, personne ne s'en montreétonné.
Dans les esprits des gens les présidentielles, c'est déjàdu passé, et leséconomistes donnent des conférences publiquesàl'issue des plans de développement de la Russie jusqu'en 2020. Il y a