Benoît Bourrust : " A Cardiff pour me relancer"
2 pages
Français

Benoît Bourrust : " A Cardiff pour me relancer"

Cet ouvrage peut être téléchargé gratuitement aux formats ZIP et PDF

Description

Benoît Bourrust : " A Cardiff pour me relancer" © Cardiff Blues Après trois saisons à Perpignan, Benoît Bourrust a décidé de partir à Cardiff pour tenter une deuxième aventure à l'étranger après Sale en 2007. Il va jouer la H Cup et retrouvera donc Toulon et Montpellier. De sacrés matches en perspective. Après Perpignan la saison dernière, on vous retrouve à Cardiff.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 371
Langue Français
Benoît Bourrust : " A Cardiff pour me relancer"
© Cardiff Blues

Après trois saisons à Perpignan, Benoît Bourrust a décidé de partir à Cardiff pour tenter une deuxième aventure à l'étranger après Sale en 2007. Il va jouer la H Cup et retrouvera donc Toulon et Montpellier. De sacrés matches en perspective.

Après Perpignan la saison dernière, on vous retrouve à Cardiff. Comment s'est déroulée votre arrivée au Pays de Galles ? Avec Cardiff, les contacts remontent au mois d'avril. Quelqu'un m'a appelé pour me dire que le club me suivait et s'intéressait à moi. J'étais en fin de contrat avec Perpignan. Je n'avais pas trop de proposition. Puis Grenoble et Cardiff se sont manifestés. J'ai choisi Cardiff, mais j'ai beaucoup réfléchi.

Pourquoi ? J'ai beaucoup hésité car j'arrive à un moment important de ma carrière. Il fallait que j'opte pour le bon club où je puisse me relancer. En plus, mon meilleur ami joue à Grenoble donc je dois bien avouer que j'ai cogité. Mais après mon expérience avortée à Sale, je voulais revivre une expérience à l'étranger. Je suis donc venu au Pays de Galles.

Justement après votre expérience anglaise, vous ne craigniez pas de retenter une expérience à l'étranger ? Non, car à Sale je suis resté frustré car j'étais blessé aux cervicales et j'ai dû rentrer en France pour me faire soigner. Je n'ai pas vraiment pu montrer ce que je valais. Et puis j'aime le genre de préparation physique faite ici donc j'ai franchi le cap.

Quelles sont les différences en termes de préparation physique avec la France ? C'est plus dur, c'est une autre culture. En France, on fait des oppositions, on touche le ballon, c'est plus basé sur le rugby. Ici, on ne fait que de la musculation et du physique. On a des journées continues de 7h à 14h, ça aussi c'est différent de la France. En termes de saison, le nombre de matches disputés par les joueurs est complètement différent aussi. Notre 2ème ligne par exemple dispute 10 matches dans la saison dont 6 de H Cup. Il n'en fait donc que 4 en Ligue Celtique. Il n'y a pas de descentes ou de montées donc les clubs profitent de la Ligue pour préparer les matches de H Cup. En France, avec deux descentes, il y a plus de pression et aucune impasse n'est possible.

Justement en H Cup vous allez retrouver Montpellier et Toulon. Quels sont vos objectifs dans cette compétition ? On vise les quarts de finale, mais ça va être compliqué car on est tombé dans un groupe difficile. Toulon a une grosse équipe encore cette année. Montpellier et Sale seront aussi deux équipes difficiles à manoeuvrer. Mais l'équipe était en quarts la saison dernière, elle avait perdu contre le Leinster. On espère renouveler cela cette année.

Ressentez-vous un grand engouement dans la ville pour ce club de Cardiff ?Pas encore car je suis arrivé depuis peu. Ce que je sais, c'est qu'on va changer de stade. Ils jouaient au Cardiff City Stadium qui fait 30 000 places, mais il est trop grand. L'équipe attire environ 12 000 spectateurs donc on va déménager à l'Arms Park, juste à côté du Millenium.

Y'a-t-il beaucoup de nationalités dans l'équipe ? Non, c'est en majorité l'équipe nationale du Pays de Galles. Sinon, il y a un Tongien, un Fidjien, un Anglais, un Sud-Africain et moi. Il faut que j'apprenne l'anglais car là pour l'instant je ne comprends pas grand-chose. A Sale, il y avait beaucoup de Français donc on ne parlait pas anglais. Sinon, c'est une équipe très jeune. A 27 ans, je suis l'un des plus anciens.

Contrairement aux Irlandais, les Gallois ont de meilleurs résultats en sélection qu'en H Cup. Pourquoi selon vous ? Les Gallois qualifient quand même régulièrement des équipes en quarts de H Cup. Entre les Ospreys et Cardiff, ils sont souvent présents, je trouve. Après, c'est vrai que de plus en plus de joueurs gallois quittent leur pays pour la France. Les clubs ont perdu de très bons joueurs ces derniers temps.

"Grenoble m'a sollicité aussi"