ISŒM-^K
1 page
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
1 page
Français

Description

ISŒM-^K

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 147
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Exrait

w
g g e
L'OTTEST-ECLAÏR —
13 Join
ÎS34
Spoi?t
i^v^ ^
o£&
<roor-QALL
JASSOCIATION
Commentaires
et
propos
au sujet de
la
Coupe du Monde de football
gagnée par l'équipe d'Italie
CYCLISME
PA R IS,
12 juin. — (De notre corres-
pondant sportif parisien) :
Quand
j'ai quitté
Rome
avant-hier
soir; car on se lasse vite de
quelques
heures de ville éternelle, de cette
ville
maintenant
transformée
en
«
musée
de province
»,
et combien
Milan
re-
présente
mieux
pour
nous
l'âme
de
l'Italie, la Presse italienne,
comme
un
seul homme,
fulminait
encore
contre
la Presse française
sportive,
relative-
ment aux considérations,
pas
toujours
très distinguées,
que celle-ci avait
for-
mulées
contre,
je dis bien contre
et
non pas sur le foot-ball,
de
l'équipe
italienne.
Je regrette
de le dire, mais la plu-
part
des jeunes
journalistes
français
dont on accepte la copie avec trop de
hâte
ou
sans <se douter
de
l'effet
qu'elle peut produire
à quelque
mille
kilomètres
de là, se sont montrés,
dans
leurs commentaires,
d'une brutalité
et
même
d'un parti-pris
que le*
italiens
ativ eu parfaitement
raison
de
rele-
ver. J'ajoute
même que certains
con-
frères italiens qui n'avaient
pas craint
d'écrire
qu'ils tireraient
les oreilles à
ces jeunes
plumitifs
qui ne voient
pas
le monde
plus loin que leur bout de
nez, auraient
été certainement
bien
inspirés'si,
se départissant
de leur cor-
rection
liabituelle,
ils l'avaient
fait.
Est-il
donc
impossible
de dire
la
vérité
sous
des
aspects
engageants,
avec modération,
qui est cependant
la
vertu première
de la culture
française
et avec cette bonne humeur,
je ne dis
pas celte ironie, qui est le propre de
gens pratiquant
le sport
? Mais
hé-
las ! Nos jeunes
plumitifs
sur
les-
quels je me permettrai
d'attirer
l'at-
tention
du Co?nité du Syndicat
de la
Presse
Sportive,
n'ont
jamais
prati-
qué le sport. Ils n'ont aucune idée de
ce que cela peut être. Ils
fourgonnent
là-dedans
comme
ils
fourgonneraient
dans la politique ou dans les faits
di-
vers, si par liasard
ils n'étaient
pas
venus
au reportage
sportif.
Ils
n'ont
aucune
éducation,
aucune
traduction
sportives,
je crois aussi
qu'ils
man-
quent
d'éducation,
au terme
propre
du
mot.
Or, d'après la majeure
partie de la
Presse
sportive
française,
la
victoire
de J'équipe
d'Italie
dans la Coupe
du
MQnûe, n'a été acquise que grâce aux
brutalités
de certains
joueurs, grâce à
la -mansuétude
et à l'indulgence
des
arbitres, et aussi grâce au tapage
fait
par le public dont le chauvinisme
est
taxé
d'exagération.
Au reste, un
au-
tre critique français, et non des moin-
dres, qui d'ailleurs n'assistait
pas à la
finale, m'a avoué
«
qu'il avait les Ita-
liens dans le nez
».
Est-ce
avec cet
état
d'esprit
qu'on
peut
juger
un
match
en toute impartialité
?
Enfin,
nos jeunes
plumitifs,
pour revenir
à
eux
mie
dernière
fois,
n'avaient
d'yeux
que
pour
les Espagnols,
les
Autrichiens,
les
Allemands
et
les
Tchèques.
Que d'oreilles
auprès
des
managers
ou directeurs
de ces
équi-
pes.
Et pas un seul n'aurait
pris la
précaution
de se faire annoncer
au-
près du manager
ou du directeur
de
l'équipe
italienne.
L'équipe
d'Italie
Certes,
n'importe
quelle
épreuve,
qu'elle soi politique,
sociale ou
spor-
tive, ne peut échapper
à la
critique,
mais
en
ce qui
nous
intéresse,
la
Coupe du Monde,
il faut
faire
trois
parts • le règlement,
l'organisation
et
le jeu.
Abordons
tout de suite la
question
de jeu,
c'est-à-dire
du tournoi
lui-
même.
Il est indéniable,
comme
nous
l'avons
télégraphié
de
Rome,
que
l'équipe
d'Italie
méritait
la
victoire.
Elle est La seule qui ait mis en
valeur,
en les équilibrant,
des qualités
tech-
niques, des qualités
physiques
et des
qualités
morales.
Il
a
manqué
à
l'équipe
d'Espagne
des qualités
tech-
niques, à l'équipe d'Autriche
des qua-
lités
morales,
à l'équipe
de
Tchéco-
slovaquie
des qualités
physiques.
Pourquoi
vouloir
faire
des
réserves
sur la brillante
victoire
acquise
par
l'Italie ? N'oublions
pas que son équi-
pe dut
jouer
en quatre
jours
trois
matches
épuisants
: le jeudi
et
le
vendredi contre l'Espagne et le diman-
che contre
l'Autriche,
et pourtant
ce
dimanche
là, à Milan,
elle
apparais-
sait plus jeune,
plus neuve, plus ar-
dente que l'avant-veille.
Elle avait bu
à la fontaine
de Jouvence.
Elle avait
travaillé
pour le triomphe
de la na-
tion.
Elle s'était soumise à une
disci-
pline de fer. Nos bon apôtres
disent
alors
«
ce n'est plus du sport
».
Croyez
vous que les Anglais
pratiquent
au-
trement
quand il s'agit de gagner
un
quart
de finale,
une
demi-finale
et
une finale
de la Coupe ? De la part
des Anglais c'est fort bien ; de la part
des Italiens
cette
méthode
prête
à
critique.
Comme
je voudrais
voir le
même
élan en France
! Comme
je
voudrais
uoir
chez
nous
cette
même
ardeur
vers
la victoire,
cette
volonté
agis-
sante,
cette
solidarité
entre
le
Gou-
vernement,
l'autorité
sportive
et
l'équipe, en vue du triomphe
final.
On dit encore
: «
le public
chez
nous
».
Ah ! le bon billet ! Si par ha-
sard
l'équipe
de France
jouait
chez
elle une demi-finale
et une finale
de
la Coupe
du Monde,
vous
pourriez
toujours
demander
à ce public
des
comptes
sportifs.
Et puis nous avons toujours
la ma-
nie de vouloir imposer
aux autres
ce
que nous croyons
être la vérité,
aussi
bien dans le domaine des sciences, des
lettres,
des arts, que dans celui de la
politique
extérieure
et dans celui du
sport. Exemple
: nous voulons
impo-
ser,
aux
Anglo-Saxotisi
une.
formule
d'amateur
olympique
que ceux-ci
ne
veulent
pas. Nous voulons
imposer
à
la foule italienne
une neutralité
spor-
tive que nous ne pratiquons
d'ailleurs
pas.
Chaque pays a ses coutumes^
ses
aspirations,
ses tempéraments.
Le pu-
blic italien n'a d'yeux que pour l'équi-
pe
italienne,
que
d'encouragements
pour elle, que d'admiration
pour
elle.
Eh bien ! Si l'on veut une
neutralité
absolue qu'on fasse disputer
la Coupe
du Monde
en Angleterre,
avec
l'abs-
tention
de l'équipe
anglaise.
On sera
certain
alors de rester
dans
le do-
maine
sportif,
maïs ce ne sont
sûre-
ment pas les Anglais
qui solderont
le
déficit.
Le
règlement
Ce n'est
pas l'équipe
d'Italie
qu'il
faut critiquer,
mais bien le
règlement.
Celui-ci
n'est
pas assez
strict,
assez
formel. Il laisse une marge trop
gran-
de aux organisateurs,
il veut voir trop
grand.
Ainsi
la Fédération
italienne
vou-
lant éviter le déficit, car les
garanties
qui lui avaient
été données
étaient
en
quelque sorte illusoires, dut-elle
répar-
tir les matches
dans les grandes
villes,
alors que vous l'avons dît et répété
en
son temps, le tournoi
devrait
se limi-
ter à une seule ville. D'autre
part, il
devrait
suffire
de faire disputer
dans
une seule ville, les quarts
de
finale,
les demi-finales
ef la finale
en l'es-
pace de huit jours : quarts
de
finale
le samedi et le dimanche,
demi-finales
le mercredi
et le jeudi suivants,
finale
le dimanche.
Pour les quarts de
finale,
on admettrait
juste
deux
représen-
tants
de l'Amérique
nord et sud, le
Nouveau
Continent
organiserait
de
son côté un tournoi
pour la
qualifi-
cation
de ces deux
équipes.
On
ad-
mettrait
juste
une
équipe
d'Afrique
et
suivant
sa
valeur
une
équipe
d'Asie.
Les
quatre
ou
cinq
autres
équipes
seraient
d'Europe.
Elles
se-
raient
admises
après un tournoi
pré-
paratoire
comme celui de cette
année.
Au point de vue de l'arbitrage, il est
nécessaire
de faire appel aux
arbitres
esseiitiellement
neutres,
c'est-à-dire
aux arbitres
d'Angleterre.
L'arbitre
de
la demi-finale
de Milan et de la finale
de Rome,
M.
Eklind,
de Suède., a
failli
à sa tâche
sans
aucun
doute.
Je ne veux
pas dire qu'il aurait
faire
quitter
le terrain
à
l'Argentin
Monti, naturalisé
Italie,
pour lui ap-
prendre à respecter strictement
les rè-
gles du football.
Mais son devoir
était
aussi bien à Milan qu'à Rome,
d'aver-
tir une première
fois le joueur et en
cas de récidive de prier Combi. le ca-
pitaine
de l'équipe
italienne,
de
faire
appel à la modération
de S071 subor-
donné, si cela n'avait pas été
suffisant,
le devoir de M. Eklind était de laisser
Monti à la touche pendant
cinq
minu-
tes,
quitte
enfin
de lui faire, en cas
d'entêtement,
abandonner
complète-
ment
le jeu.
La manière
de jouer de Monti
jugée
incorrecte
par nos critiques
est
ad-
mise comme
parfaitement
correcte
en
Italie.
Pourquoi
voulez-vous
que
le
joueur néo-italien
en juge autrement
?
C'est
donc à l'arbitre
à lui faire
re-
dresser ses erreurs
et à lui faire
ai-
mablement
comprendre
qu'en
Suède,
par exemple,
il assisterait
à la partie
en
spectateur.
Voila
donc
une
question
extrême-
ment
importante
que
la
Fédération
internationale
devra examiner
avec un
sohi tout
particulier
quand
le règle-
ment
de la troisième
coupe sera
mis
à
l'étude.
Quant
à
l'organisation
en
Italie,
laissez
moi dire qu'elle
fut
parfaite,
aux quatre
matches
auxquels
j'ai as-
sisté, à Turin, à Bologne, à Milan
et
à Rome,
tout
avait
été
prévu
avec
une grande minutie
et avec
beaucoup
de prévoyance,
et tout
s'est
déroulé
sans heurt
comme
dans
un
scénario
bien réglé. La presse
en général,
je
parle de la presse française
comme
de
la presse
étrangère,
fut
traitée
avec
beaucoup
d'égards
et avec la
coustoi-
sie qui est de rèc';
t,n
Italie.
Exemple
que
la Fédération
fran-
çaise
de
football
pourrait
méditer,
quant
à ses relatio:.j
avec la
presse
sportive
française.
0
ROBERT-GUERIN.
*
Le
calendrier international
de
la prochaine saison
PARIS,
le 12 juin. — La Troiséfa a
retenu quatre dates pour les rencontres
internationales de l'année prochaine, en
voici le menu :
20 janvier, à Barcelonne : France-
Espagne.
17 février, à Turin : France-Italie.
17 mars, à Paris : France-Allemagne.
17 février
à Bruxelles . France-Bel-
gique.
Les dates réservées aux Ligues portent
sur le l°
r
novembre 1934, les 17 février
(?) et 28 avril 1935. il est regrettable
que l'offre de Thys Meisl faite à Turin
de faire venir l'an prochain
l'équ'pe
d'Autriche à Paris n'ait pas été retenue.
C était avec le match France-Italie la
grande rencontre à faire la saison pro-
chaine.
0
Le
17
juin,
à Lorient
sous le patronage de « L'Ouest-EcJair »
Courses derrière grosses motos
avec
la
participation
de
Georges Wambst
et championnat de vitesse du Vélo Sport [orientais
ISOEM-^K
CHAMPIONNAT
DES M AITRES D'ARMES AU SABRE
PARIS.
12 juin — En première demi-
finale,
Hortebi.se
, de Saumur, se classe
premier de sa série, avec cinq victoires.
Nous avons annoncé le gala cycliste
qui se déroulera le 17 juin au vélodro-
me de Lorient.
Dans un premier article, il a
été
uniquem ent parlé -des- courses derrière
grosses motos que le public aime tant
et de la principale vedette de l'affiche,
le champion Georges Wnmbst.
Laissons de côté aujourd'hui
encore
les palmarès des hommes qui auront à
lui donner la réplique,
Blanc-Garln,
Peix et Vallée, pour insister sur un au-
tre point du programme.
C'est le même jour que se disputera
La publicité de
1
Ouest-Eclair
est la
moins obère parce que
laJ>1USproductive.
Georges W AMBST
le championnat de
vitesse du
Vélo-
Sport Lorientais. Voilà
une
épreuve
que chacun aime à suivre chaque an-
née.
RESULTATS DE LA
2'
REUNION
AU VELODROME
DE NOYANT-LA-GRAVOYÈRE
SEGRE,
12 juin. —
Championnat
du
Club vitesse.
— Finale : 1. Brisset ;
2.
Berthereau A. : 3. Berthereau C.
Course des battus du Club
(20 tours
de piste). Elimination. — 1. Avignon ;
2.
Guilleux A.
3. Bohin E. ; 4. Cholet;
5 Forestier J. ; 6. Guilleux R.
Régionale.
— Finale : 1. Brisset .; 2.
Lemaire : 3. Berthereau ; 4. Avignon.
Grand match omnium
Paris-Province.
Paris : Asteix. Savoye de Paris et
Leroux de Savenay contre Province :
Rouver, de Tours ; Blondeau et Colli-
net, d'Angers.
1™ manche (vitesse). — 1™ série :
1.
Rourer ; 2. Savoye.
2"
série : 1. Blondeau ; 2. Asteix.'
3» série : 1. Leroux : 2. Collinet.
Province, 1 point ; Paris, 0.
2« manche (poursuite).— Cette épreu-
ve fut arrêtée vers le 7° tour, par suite
d'une
chute heureusement
sans gra-
vité de Blondeau et de Collinet.
Paris.
1 point ; Province. 0.
3"
manchç (individuelle, 40 tours de
pisté,
addition de points). — 1" classe-
m ent : Blondeau, Leroux, Rourer, Colli-
net, Asteix, Savoye.
2° classement
: Blondeau,
Rourer,
Savoye, Leroux, Collinet, Asteix.
3» classement : Leroux, Rourer, Blon-
deau, Savoye, Collinet. Asteix.
4» classement : Rourer, Leroux, Sa-
voye, Collinet, Blondeau, Asteix.
Classement individuel : 1. Rourer, 8
points ; 2. Leroux, 9 pts ; 3. Blondeau,
10 pits ; 4. Savoye, 16 pts ; 5. Collinet,
18 pus ; 6 Asteix, 21 pts.
Classement
général
du
match
om-
nium
(Province bat Paris). — Améri-
caine : 1. Leroux, Savenay et Collinet,
Angers, les 40 km. en 1 h. 5' 30" ; 2.
Rourer,
Tours
et
Berthereau
A.,
Noyant, à deux tours ; 3. Blondeau,
Angers, et Brisset, Noyant : 4
Asteix
et Savoye, Paris ; 5. Cottereau et Lau-
rent, Angers; 6. Richard (seul), Nantes.
Abandon de Lemaire, de Renazé.
Réunion
très
réussie
et
favorisée
d'ailleurs par un temps vraiment idéal.
De nombreuses primes ont été offertes
par un public enthousiaste.
Compliments aux organisateurs.
6
Dem ain, a Cholet, en nocturne :
GRAND P R IX DE LA VILLE
DE CHOLET
Continuant
la bonne tradition
qui
veut que le grand prix cycliste de la
ville de Cholet, une des plus vieilles
épreuves classiques qui existent depuis
la création du cycle et un des plus
belles réunions organisées en province,
soit toujours remporté par une grande
vedette de la pédale, les dirigeants du
Véloce-Club Choletais ont, cette année,
fait appel à ces coureurs qui depuis
quelques années font sans cesse parler
d'eux par le nombre et la valeur des
victoires inscrites à leur palmarès.
Huit coureurs ont été sélectionnées :
Schérens. Michard. Richter. Beaufrand.
Kergoff,
Huguet, Rourer et
Bourcier.
Après 4 séries de deux manches quatre
resterons qualifiés pour la finale, les
autres disputant le prix de l'Oisillon-
nette.
6
A CHATEAULIN LE 1
er
JU ILLET
SE DEROULERONT
DIVERSES EPREUVES CYCLISTES
A 9 h. 30 :
course de
débutants,
quatrième catégorie. Parcours, 65 km.
A 14 heures championnat de
fond
cycliste du Finistère sur 100 km.
Itinéraire : Ar°ol. Le Faou, Qunnerch,
Brasparts,
Pleyben,
Port-Launay,
et
deux fois le circuit habituel de Stang-
ar-Garroux.
A 15 heures : concours de marche
(6 km. environ), deux fois le tour de
Châteaulin. Prix . 50, 30, 20, 15. 10 et
5 francs.
A 20 heures : banquet par souscrip-
tion à l'Hôtel
Grand-Maison.
Prix :
15 francs.
A 21 heures ; bal à grand orchestre
a
Le tenant du titre est Le Gall de-
puis deux ans.
Le Gall dans ses bons moments pos-
sède une magnifique pointe de vitesse.
Il est quand il le veut.le plus vite de
tous les coureurs du Morbihan dans les
cent derniers mètres d'un match.
Combien nous regrettons
que
ce
gaillard ait causé tant de désillusions
par' son irrégularité, son absence
de
méthode et de tactique. Ses
défauts
l'ont condamné à ne jouer en moyen-
n e que les seconds plans dans le Mor-
bihan alors que par « boutades » il
est apparu le plus fort.
Cette année encore, il est
apparu
le plus fort.
Cette année encore, il a très mal dé-
buté.
La forme le reprendra-t-elle ?
Nous n'en savons rien, mais 11 y a
plusieurs de ses camarades de club qui
ne demandent pas. mieux que de
le
supplanter.
Il y a Ferdinand Kerhulu, qui aurait
dû emporter cette année le champion-
nat de vitesse du Morbihan mais qui
fut trahi par une erreur d'organisation.
Kerhulu est actuellement plus brillant
que jamais. Il y a Jolly, lequel parais-
sait devoir être l'étoile de la
saison.
Les performances réalisées par lui
à
l'entrainement autorisaient
tous
les
espoirs. Malheureusement, une blessure
a ôté pendant deux mois ses moyens
au Jeune et sympathique coureur. Sa
iorme revient petit à petit. Nous espé-
rons qu'elle sera au point le 17 Juin.
Il y a aussi tous les jeunes (et ils
sont nombreux) que le V.S.L. a révélé
cette année et qui ont les dents lon-
gues.
Le Lan, vainqueur de la premiè-
re médaille et qui a des moyens
in-
soupçonnés. ' Le Meur, vainqueur
du
Premier Pas Dunlop et dont la pointe
de vitesse s'affine. Février, plus en for-
me que jamais. Kermorvant,
surtout
lui,
vainqueur de Jolly dans la deuxiè-
me médaille, l'homme qui par sa fou-
gue et son style rappelle le sprint en
chevauchée de Le Grevés.
Et n'oublions pas qu'il en est d'au-
tres qui réservent peut-être des surpri-
ses.
Non. jamais le championnat du Vé-
lo-Sport n'aura été si ouvert.
7
Dimanche
à Brest,
Vélodrome
de Kérabécam
GRAND MATCH
PARIS-BRETAGNE INTERCLUBS
L'annonce de ce match Paris-Breta-
gne inter-clubs a suscité, dans les mi-
lieux qui s'intéressent au cyclisme, un
vif mouvement d'intérêt.
Pour représenter la capitale : le V. C.
Brcstois a engagé Court, Lafournière,
Hittinger et Lefaucheux du Gros Cail-
lou
Sportif;
Estève et Tranouez de l'A.
C. Boulogne-Billancourt; Henri Poivre,
Marcel Etienne, A. Baroux et Taoc de
l'U. S. des Bretons de Paris
A ces excellents coureurs seront op-
posés les sociétaires du V. C. Brestois
dont les progrès sont indéniables.
On peut prévoir dans toutes les épreu-
ves (vitesse, Individuelle et américaine)
de ce m atch Paris-Bretagne des luttes
sans merci. Mais ce ne sera pas tout.
Une poule de vitesse opposera trois
champions de vitesse du Finistère, du
Morbihan et des Côtés-dù-Nord.
Voilà une course qui nous vaudra de
belles empoignades entre les Le Cossec,
Maisonneuve et Boschat désireux qu'ils
sont de se voir attribuer le titre, tout
officieux, de champion breton.
Les ïeunes du V. C. Brestois auront
également leur épreuve.
Une américaine est enfin portée au
programme.
Comme celle à laquelle 11 assistera
dimanche est assurée de la participa-
tion d'hommes de réelle classe 11 aura
une fols de plus satisfaction.
7
A LA REUNION DU 10 JU IN
A P E R R O S
M auger Edouard, de Lannion,
enlève l'individuelle
RÉSULTATS
TECHNIQUES.
Sociétai-
res.
— 1. Mahé; 2. Laurent; 3. Wadoux;
4 Foézon.
Primes progressives.
1. Mahé; 2.
Gouyette; 3. Mauger E.; 4. Gautho.
Individuelle
80
km.
1.
Mauger
Edouard; 2. Quéméner Pierre: 3. Gau-
tho Roger; 4. Lucas aine; 5. Gouyette;
6. Texier.
7
Voici le classement : 1 Ligeour, du
Velo-Sport Lorientais. les 60 kilomètres
en 1 h. 51 ; 2. Thierry, à 1 long. 1/2 ;
3.
Kerspern, à 7 minutes.
Ligeour. classé pour la finale, portera
avec les espoirs du 3<' arrondissement
maritime, les couleurs du Vélo-Sport
Lorientais dont 11 est l'un des jeunes
membres les plus assidus.
7
PE R H IR IN GAGNE
L'ELIM INATOIRE DE VITESSE
DE LA 2- REGION
BREST,
12 Juin. — Déjà qualifié pour
l'épreuve de fond, Perhirin a en:evé
nettem ent
l'épreuve
qualificative
de
l'épreuve de vitesse. Disputée sur un
tour de piste, elle a donné les résultats
suivants :
1.
Perhirin. du 2* dépôt, les 315 m.
en 22" 4/5 ; 2. Victor,
Provence,,
en
24"
2/5 ; 3. Le Saint. Groupe de Lan-
devennec. 25" 1/5- 4. Goulven. 2' esca-
dre ; 5. Le
Goff,
Algérie
: 6
Madec.
Protence ;
7. Dorgère.
Algérie ;
8. Le
Saout, Défense Littorale.
Une course de consolation, disputés
ensuite grâce à la générosité des con-
trôleurs de l'épreuve officeille
et de
quelques assistants, donna les résul-
ta ts suivants :
1.
Le Saout ; 2. Victor ; 3 Dorgère;
4.
Goulven ; 5. Le Saint ; 6. Madec ;
7.
Le Gall.
Perhirin disputant, l'épreuve de vi-
tes.se
, Le Lay classé second à la course
de fond, est qualifié à sa place.
Les championnats de France militai-
res seront disputés le 30 Juin au vélo-
drome de Vlncennes. au cours du mee-
ting du Grand Prix Cycliste de Paris. 7
ÏÏtotocycâfmQ.
LA SORTIE TO U R ISTIQ U E
DU 10 JU IN
DU MOTO-CLUB RENNAIS
RENNES,
le 12 juin. — Le groupement
touristique du Moto-Club Rennais est
allé passé l'après-midi sur les bords de
la Rahce et a longé les rives si attrayan-
tes d'une des plus jolies vallées de la
campagne bretonne.
Un arrêt prolongé à La Hisse permit
à nos amateurs de se réconforter dans
l'un des plus charmants petits restau -
j rants de ce coin si pittoresque.
!
Après ce repos bienfaisant le retour
en groupe se fit d'une façon parfaite
sans aucun incident de route et l'on se
sépara non sans se donner rendez-vous
pour les grands rallys de propagande
i que les dirigeants de notre groupement
I préparent pour les dimanches futurs.
Nota. — Une malette contenant un
important matériel et outillages des mo-
tos a été perdue entre Rennes et Dinan.
Pière la rapporter ou aviser le siège
social du Moto-Club Rennais, café de la
Renaissance,
rue
du
Champ-de-Mars.
Rennes.
8
ATATlQNj
LE NEPTUNE CLUB NANTAIS
E T L'UNION SP. ARM ORICAINE
joueront dim anche
pour le cham pionnat de l'Atlantique
Les trois équipes du N. C. N. et de
l'U. S. A. se rencontreront dimanche, à
pionnat de l'Atlantique.
10 heures, en water-polo, pour le eham-
L'on se souvient que l'année dernière
l'U.S.A. gagna les matches des équipes
premières et secondes, tandis que le
N.C.N. remportait celui des équipes troi-
sièmes. Cette fois-ci on ne peut prévoir
si les résultats seront identiques, mais
on doit s'attendre à trois parties inté-
ressantes et disputées. Le jeu de water-
polo,
encore très peu connu dans notre
ville,
n'a pas reçu le développement au-
quel il a droit ; en outre, les bassins de
fortune, dont disposent .es deux clubs
nantais ne permettent pas de pratiquer,
dans des conditions parfaites, un en-
traînement régulier.
Les rencontres seront disputées, tou-
tes les trois, au bassin du
Neptune
Club Nantais au Pont de la Tortière.
où les spectateurs pourront suivre le
jeu dans de bonnes conditions.
6
lÀHN-
miNis
CHEZ
NOS MARINS
Championnat
de France militaire
A Lorient :
LEGEOUR, DU V. S. LORIENTAIS,
ENLEVE LE CHAMPIONNAT
DL *« ARR. M ARITIM E
'
LORIENT,
12 juin — Ce matin, sur le
parcours de l'épreuve pascale du V.S.L.
s'est
disputé, pour Lorient,
l'élimina-
toire du championnat de France mari-
time.
MM le lieutenant de vaisseau
Bissery. officier des sports du 3' dépôt;
Lestrat
chronométreur officiel de l'U.
V. F. et les dirigeants du Vélo-Sport,
assuraient la bonne marche des opé-
rations.
Au départ donné à 8 h. 38, 5 concur-
rents s'envolent
vers
Hennebont. Au
tournant
de
-a
Croix-Verte,
Thierry
mène devant Ligeour. Kerspern
Potier
et Jourdan. Au second tour, Ligeour
est en tête à Hennebont où il a passe à
9 h. 29. Kerspern a des difficultés avec
sa selle et doit s'arrêter. Nous notons
les temps et Saint-Séverin est passé à
9 h. 40, Caudan à 9 h. 45, Maison-Brû-
lée à 9 h. 52 Kerspern perd du terrain
par suite de son accident de machine,
il termine cependant
courageusement.
Par contre, Potier abandonne à Ker-
pont. Jourdan l'imite peu après. L'arri-
vée se dispute au sprint entre Ligeour
et Thierry, et le gar*'du V. S. L l'en-
lève pur une longueur et demie.
A
H O N G R IE BAT BELGIQUE
BUDAPEST,
11 Juin. —
La rencontre
de tennis qui opposait les équipes de
Belgique et de Hongrie,
s'est
terminée
par la victoire de la Hongrie par 3 à 2.
Toujours
la Coupe Davis
PARIS,
12 juin. — C'est comme il était
prévu Borotra et Brugnon qui ont fait
que les tennis français dispute samedi
et lundi prochains une demi-finale de
la zone européenne de la Coupe Davis
contre l'Australie,
l'autre
demi-finale
opposant l'Italie à la Tchécoslovaquie.
La rencontre a lieu comme prévu au
Stade
Roland-Garros.
Nos
hommes
Toujours les mêmes : Boussus et Mer-
lin pour les simples; Borotra-Brugnon
pour les doubles. Nous
n'avons
pas
l'embarras du choix. Quels
sont
en
face les représentants de l'Australie ?
Un se détache des autres.
Crawlord,
puis vient l'escouade des brillants se-
conds Mac Grath, Quist et
Turnbull.
En simple, pas d'erreur possiCie u iu » -
ford et Mac Grath seront opposes
à
Boussus et. Merlin. En doubles, le choix
subordonne à la première journée
En effet, le tirage au sort qui aura
lieu vendredi indiquera
si
Cruw.ord
Joue contre Boussus ou contre Merlin
ou si Mac Grath rencontre Merlin ou
Boussus. Supposons les parties Bous-
sus-Mac Grath et Crawford-Merlin c est
à dire une victoire partout. Le
capi-
taine d'Australie aura intérêt à
faire
disputer les
doubles
par
Crawlord-
Turabull. Supposons au contraire
les
rencontres Crawford-Boussuo et Meilm-
Mac Grath
Supposons deux victoiies
australiennes. Dans ce cas. la paire de
doubles serait composée de Quisc-1'..m-
bull, parce que la perte de
la partie
n'aurait aucune importance sur le ré-
sultat final. Crawlord étant certain de
mettre Merlin dans sa poche.
Au reste que ce soit Crawford-Turn-
bull, Crawford-Mac Grath
ou
Quist-
Turnbull qui participent aux doubles,
il ne semble pas douteux que Borotra
et Brugnon la meilleure paire du mo-
ment remportent la victoire. Nous ar-
rivons donc de déduction en déduction
à une victoire de
Boussus
sur
Mac
Grath et à une victoire
en
double.
Que faut-il alors pour être heureux ?
Une victoire de Merlin sur Mac Grath.
Est-ce possible ? En tout cas.
contre
l'Allemagne la victoire française dépen-
dait de Borotra et de Brugnon. Cette
fol» contre l'Australie elle dépend de
Merlin. Elle tient doue a un ni de soie i
capable de résister à un poids d'une li-
vre.
Si le Jeune Merlin avait conscience
de son devoir au point de vue national
il envisagerait cette partie a la maniè-
re Italienne, c'est-à-dire le plus sérleu-
semeiK et le plus sévèrement du mon-
de.
Espérons qu'il réprouvera
1
ardeur
et l'impétuosité qu: ie firent applaudir
l'an dernijr devant. Perry. Mais
Jus-
qu'à preuve du contraire, cette ardeur
s'est
émoussée et les précieux cerKcils
de René Lacoste n ont fait jusqu'à pré-
sent que l'effet d'un cautère sur une
jambe de bois.
R. G.
CRITERIU M ET OM NIUM
dim anche a Nantes
Dimanche, à Malville, se joueront les
criU-r.um et omnium simples, destinés
à désigner les joueurs qui représenteront
1 AilanLi^ue dans .es
:
critérium et om-
nium de franco à P c is .
Le critérium esc réservé aux joueurs
classes en deuxième série de France et
l'Omnium .i tous les joueurs non classes.
Les enaag-ii.encû sont reçus jusqu'à
demain a midi, chez M, H. .Roy, 9, rue
Voluure, accompagnés des droits d'en-
gagement, soit 8 ii'ancs.
9
Championnats
juniors de France
La Fédération
ayant supprimé
les
champioanats scolaires en 1934, les a
remplacés par les championnats juniors
de Frchce, dorés de la superbe coupe
Jacques Carmona. Pour pouvoir parti-
ciper à ces championnats, il suffit de
n'avoir pas 19 ans au 31 décembre 1934;
tous les jeunes gens remplissant cette
condition
d'âge,
scolaires
ou
non,
peuvent y prendre part
Pour faciliter ies épreuves, le comité
a fixé comme suit les centre où elles
se disputeront, ainsi que les délégués
chargés de recevoir les engagement»
Rennes : Tennis-Clut. rue du Per»
Bourdon.
a
v
iJ
M. Guillemoto, au lycée.
Lorient, ; M. Maiseau 27 rue des Fon-
taines.
Brest : M. Coquelin, 19, rue de la
Mairie.
Morlaix : M. de Vincelles. industriel.
Quimper : M. Le Vergos. 11. quai d u
Steir.
Saint-Brieuc . M. Campan, 4. rue du
Pont-Chapet.
Paramé : M. Berthiei avenue Kruger,
Saint-Malo.
Le prix des engagements est de 10 fr.
par joueur et par épreuve et la tare ré-
dérative de 5 fr. par joueur.
Les frais de chemin de fer sont rem-
boursés aux joueurs qui se déplacent et
les gagnants auront un voyage gratuit
à Paris, en septembre. Les finales au-
ront Heu à Rennes, début juillet.
7-8
APRES LES R Ë G A T tS
DU CERCLE DE L'AVIRON
DE NANTES
NANTES.
12 juin. — Le Cercle de l'Avi..
ron de Nantes peut être fier de la
.manifestation qu'il a organisée diman-
che dernier, car si .es régates connurent
un énorme succès d'affluence. elles cons-
tituèrent aussi une magnifique réussite
sportive
Cette réussite est due. au premier
chef à Marcel et. Fernand Vandernotte,
qui enlevèrent toutes les plus impor-
tantes épreuves de la journée. Leurs
camarades de « quatre » : Cosmat et
Chauvigné. se montrèrent dignes des
deux champions de France
Le « quatre » universitaire confirma
aussi sa classe et réussit une perfor-
mance remarquable en triomphant net-
tement des meilleures yoles de l'Ouest.
Mais il est une équipe qui mérite une
mention soéciale : le « quatre » seniors,
Valentin frères
Vandernotte Henri et
Salatin.
s'est,
en effet, particulièrement
distingué. Second de la course du « qua-
tre » outrgers, cette équipe a tenu à
prendre !P départ en « huit » avec les
juniors : Balavoine
Ludwig. Legendre
et Oury pour tenter de mettre en écheo
le « huit » de Tours, qui partait favori.
Ils y réussirent d'ailleurs parfaitement
et. aidés de leurs camarades, donnèrent
à leur société, en même temps qu'un,
bel exemple de sportivité, une victoire
d'autant
plus belle que la lutte
fut
acharnée jusqu'à l'arrivée. A signaler
que l'équipe iuniors avait déjà couru, -
elle aussi, et gagné une épreuve réservée
à sa catégorie
Encadré par les courses de natation
et l'épreuve de « ''hors bord ». le pro-
gramme des régates du Cercle de l'Avi-
ron de Nantes, a séduit le public qui
manifesta à nlusieurs reprises son en-
thousiasme
"•
Dim anche à Lesneven :
CHAMPIONNAT
DEPARTEM ENTAL
DE LA F. G. S. P. F.
Cette manitestation
connaîtra
cer-
tainement un gros succès. Disputée sur
tin terrain en très bon état et par 350
athlètes, nul doute que la grande foule
qui se déplacera à Bel-Air se montrera
satisfaite. Nouveau venu à l'athlétisme
le Stade Lesnevien s'y donne de bon
coeur. Nous savons que le Comité du
Stade a mis tout en oeuvre pour que les
épreuves se disputent dans les meilleu-
res conditions. On se rappelle que la
première réunion de ce genre qui se
trouvait être « les championnats du
Stade Lesnevien ». avait suscité
un
gros intérêt. Aussi, nous sommes cer-
tains que cette fois la grande épreuve'
qui réunira tous les patros du Finis-
tère,
attirera à Bel-Air tous les fervents
de beau sport.
1
Dimanche, à Brest,
au stade de la M arine :
CHAMPIONNATS DE FRANCE
M ARITIM ES
Cette belle manifestation des sports
athlétiques réunira dimanche au Stade
de la Marine, l'élite des coureurs, sau-
teurs et lanceur^ de notre marine na-
tionale.
Noua n avons pas encore ta liste com-
plète des engagés mais on peut compter
sur la participation de Bouvron. ga-
gnant du challenge du Soldat de de-
main • Jacob
gagnant du disque et
du poids aux Grands Prix des Jeunes;
Richard,
de
Bordeaux
champion
de
France militaire, champion de la Côte
d'Argent, du 400 m. haies : Robigou,
de Toulon, champion de France mili-
taire,
du Littoral du 800 m ètres; de
Deboch.
de
Bordeaux, champion
de
France maritime de saut en hauteur: •
Tanguy, de Lorient. champion de Bre-
tagne du saut à la perche : Grisez et
Glbert, de Toulon : les frères Marjou.
de Bordeaux etc..
Nous donnerons dans le courant d» .
la
semaine
tous
les
renseignement»
utiles.
. J \. 1
(