Sentiers de Nonza

Sentiers de Nonza

-

Documents
24 pages

Description

Ce livret reprend les principales randonnées à faire autour du village de Nonza dans le Cap Corse. Il a été conçu aussi bien pour les marcheurs occasionnels qu’aguerris et même pour ceux qui désirent simplement en savoir un peu plus sur la région et, en particulier, sur le village de Nonza.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 04 juillet 2015
Nombre de visites sur la page 285
EAN13 9782955317211
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Sentiers duCap Corse
Nonza
AN me- omade.fr
Introduction
La randonnée est, pour moi, la façon la plus authentique de découvrir cette région magnifique Ƌu’est le Cap Coƌse. En foulant à mon rythme les ruelles de ses charmants villages, les galets ou rochers coupants de ses marines sauvages et les sentiers plus ou moins roulants de ses montagnes sans âge, je découvre chaque jour un patrimoine culturel, naturel et humain exceptionnelƋue j’ai plaisir à révéler un peu ici, à la lumière de ma modeste expérience. Ce carnet de randonnées a été conçu aussi bien pour les marcheurs occasioŶŶels Ƌu’agueƌƌis et même pour ceux qui désirent simplement en savoir un peu plus sur le Cap Corse et, en particulier, sur le village de Nonza.Il est ŶĠ du ĐoŶstat Ƌu’auĐuŶ guide de ƌaŶdoŶŶĠes Ŷe Điďlait le Cap Coƌseen particulier ; or cette région dispose de tous les atouts pour voir se développer cette activité saine ayantunpotentiel important à jouer dans le développement durableque nous souhaitons pour notre territoire. De tous les sentiers praticables autour du village, ce carnet ne reprend, par souci de concision et de sécurité;et ĠgaleŵeŶt, il faut l’avoueƌ, de ƌespeĐt pouƌ Đes seŶtiers sauvages que lesNunzinchipeuvent légitimement souhaiter garder discrets), que les cinq les plus évidents, les mieux balisés et entretenus.Il ne remplace en aucun cas le matériel de randonnée de base nécessaire pour s’oƌieŶteƌ eŶ ŵoŶtagŶe: carte IGN Top 25 n°4347 OT, boussole, éventuellement GPS. Pensez ĠgaleŵeŶt à vous ŵuŶiƌ d’untéléphone portable bien chargéet d’unetrousse de secours ba-sique. Avant de partir, signalez votre itinéraire à une personne de confiance et donnez une heure estimée de retour. Finalement, pour les balades dans le maquis, mieux vaut être bien équipé contre vos deux principaux ennemis : le soleil et la végétation piquante. Embarquez donc plutôt un paŶtaloŶ Ƌu’uŶ shoƌt, uŶ Đhapeau, de la Đƌğŵe solaiƌe, uŶe ďoŶŶe paiƌe de Đhaussures et surtout de l’eau! Afin de faciliter la lecture de ce carnet, les couleurs des différents tracés correspondent à leur difficulté respective :vert pour les « promenades » très faciles, courtes et presque plates,bleu pour « marches » faciles, courtes mais avec un peu de dénivelée,rouge pour les « randonnées » de plusieurs heures, présentant plus de dénivelée mais aucune difficulté technique,noir pour les « randonnées sportives » nécessitant plusieurs heures de marche à rythme soutenu. Les niveaux de difficulté et les durées des balades ont été établis en fonction du niveau d’uŶ ŵarcheur moyen. Ne vous surestimez pas etĐoŵŵeŶĐez de pƌĠfĠƌeŶĐe paƌ l’uŶ des sentiers faciles pour évaluer votre niveau. Un dernier point concerne le comportement dont tout randonneur responsable devrait faire preuve. Il va de soi Ƌu’il doitŵiŶiŵiseƌ soŶ iŵpaĐt suƌ l’eŶviƌoŶŶeŵeŶtnaturelƋu’il traverse en ne laissant derrière lui aucun déchet et en respectant la faune et la flore, en particulier les espèces protégées.Il doit ĠgaleŵeŶt ƌespeĐteƌ l’huŵaiŶ Ƌuivit de la montagne car celle-ci reste un outil de travail pastoƌal avaŶt d’ġtƌe uŶ oďjet de loisirs. Pensez donc àrefermer les barrièresvous que ouvrez etrespectez la tranquillité des troupeauxvous croisez. Finalement, profitez de vos que excursions pour vous rendre «ƌaŶdoŶŶ’aĐteuƌ» et contribuer, par des actions simples, à l’eŶtƌetien des sentiers, en remettant en place une pierre tombée ou en dég a-geant une branche barrant le passage. 1
Le Cap Corse
Le Cap Corse est surnommé «l’île daŶs l’île» : située au bout du bout de la Corse,la ƌĠgioŶ de l’île la plus pƌoĐhe de l’Euƌope ĐoŶtiŶentale (à 200 kilomètres des côtes françaises et seulement 33 de Capraia) est véritablement particulière, et ce à plusieurs niveaux : -Du point de vuegéographique, le Cap est une péninsule étroite de 15 kilomètres de large au plus, traversée du nord au sud par la Serra. Cette chaîne de montagnes forme unearête relativement élevéeses huit sommets de plus de 1000 mètres et son avec pointĐulŵiŶaŶt, la Ciŵa di e FolliĐie, tƌôŶaŶt à ϭϯϮϮ ŵğtƌes d’altitude.Elle séparelacôte est aux pentes doucesdescendant tƌaŶƋuilleŵeŶt jusƋu’aux flots de la mer Tyrrhénienne delacôte ouest au relief plus accidentése jetant brutalement dans la mer Méditerra-née. Du nord au sud, le Cap se découpe en de nombreuses vallées parallèles dont les lignes de crête définissent la plupart du temps les limites de ses 18 communes. -Au niveaugéologique, le Cap est un bout delaCorse alpine. Les roches qui y affleurent se sont formées simultanément à la création des Alpes au Mésozoïque et ont été « arra-chées » du continent lors de la rotation du bloc corso-sarde il y a 3 5 à 18 millions d’aŶŶĠes.a-En empruntant les sentiers cap-corsins, vous foulez donc le plancher océ ŶiƋue d’il LJ a plus de ϳϬŵillioŶs d’aŶŶĠes et ƌeŶĐoŶtƌez pƌiŶĐipaleŵeŶtdesroches mé-tamorphiquesdont les fameux schistes lustrés aux teintes bleutées. -Sur le planhistorique, le Cap a subiunpassé particulièrement tumultueuxpuisque ses terres ont souvent été les premières à être envahies et ravagées par différents peuples étrangers. Cela explique que le Cap compte à lui seul plus du tiersdestours génoisesde l’île.-Au niveauéconomique, si le Cap ad’aďoƌdĠtĠ, Đoŵŵe le ƌeste de l’île, uŶeterre d’agƌiĐultuƌeet de paLJsaŶs, Đ’est la seule ƌégioŶ de Coƌse à s’ġtƌe autaŶttournée vers la merla pêche et surtout pour le commerce. Cela explique sa relative richesse aux pour siğĐles passĠs, ŵise eŶ ĠvideŶĐe aujouƌd’hui paƌ ses ŵaisoŶs d’AŵĠƌiĐaiŶs. Aujouƌd’hui, le Cap Corse et surtout sa côte ouest est de moins en moins peuplé, bien que le mou-veŵeŶt teŶde à s’iŶveƌseƌ Đes deƌŶiğƌes aŶŶĠes. C’estune terre un peu sauvage, où les habitants soŶt ƌestĠs au village ou s’LJ soŶt iŶstallĠs paƌ Đhoidž, paƌ aŵouƌ de leuƌ île, de leuƌ teƌƌe, de leuƌ culture et de leur mode de vie. Ainsi, que vous ne soyez que de passage ou que vous restiez quelques jours dans la péninsule, que vous fassiez de la randonnée pour le défi sportif ou simple-ŵeŶt pouƌ pƌeŶdƌe l’aiƌ, aĐĐoƌdez-vous un temps pour apprendre à connaître un peu mieux ces gens qui font la richesse et l’autheŶtiĐitĠdu Cap.
2
Nonza, entre histoire et modernité
Nonza est le seul village du Cap Corse àġtƌe oƌgaŶisĠ autouƌ d’un hameau unique. Ses habitations sont en effet regroupées autour de ce qui était autrefois le «Castrum Nuntiae», « le camp annon-ciateur ». Village situĠ au soŵŵet d’uŶéperon rocheux et littéralement accroché à la falaise, il ďĠŶĠfiĐiait d’uŶe positioŶ pƌivilĠgiĠe pouƌ voiƌ veŶiƌ les eŶvahisseurs etsoŶŶeƌ l’aleƌte pouƌ les territoires voisins du Cap, du golfe de Saint Florent et des Agriates. Nonza était au Moyen âge et pendant la révolution paolineun centre stratégique important, comme en témoignent quelques trésors architecturaux parsemés aux quatre coins du village. Il est par la suite devenu un centre majeur de production, de transport et de commerce decédratsaux e e XVIII et XIX siècles. Les anciennes terrasses « alimea » (« cédrat ») ne sont, malheureusement, quasiment plus exploi-tées. Il reste cependant cepatrimoine bâti impressionnant de murs en pierres sèches et de ré-seaudž d’iƌƌigatioŶ paƌseŵĠs de ďassiŶs,remparts ayant protégé les précieuses cultures contre les aƌdeuƌs d’uŶ Đliŵat seĐ et veŶteudž. Ils peuveŶt aujouƌd’hui se dĠĐouvƌiƌ à la faveuƌ de ďalades plus ou moins longues à travers chênaies, maquis et plage, entre mer et montagne. Si NoŶza est aujouƌd’hui l’uŶ des villages les ŵoiŶs peuplĠs du Cap ;ŵoiŶs de ϲϬ haďitaŶts à l’aŶŶĠeͿ,revêt depuis plusieurs années une peau nouvelle liée principalement au il développe-ment du tourisme. Site classé accueillant environ 600 visiteurs par jour en été, il voit à chaque printemps rouvrir plusieurs bars, restaurants et commerces qui participent grandement à animer un village que l’oŶ tƌouve ďieŶ plus Đalŵe peŶdaŶt les ŵois d’hiveƌ. Le tout sous le ƌegaƌd ďieŶveil-lant deSainte Julie, patronne de la Corse et personnalité à jamais associée au village de Nonza.
3
1. Nonza Village
Difficulté : promenadeDistance : 1,4kmDénivelée : 180m+ / 180m-Durée : 1h Que vous disposiez de quelques heures ou de plusieurs jours pour découvrir Nonza, prenez le temps de vous perdredaŶs ses ƌuelles et d’LJ dĠŶiĐheƌ ses ŵille et uŶ tƌĠsoƌs, tĠŵoiŶs de soŶ passĠƌiĐhe d’histoiƌe;sͿ dataŶt de l’ĠpoƋuemédiévale, génoise, paoline ou française.
La balade commence sur laplace de Nonza, eŶ faĐe de l’Ġglise SaiŶte Julie. C’est le lieucentral du village, là où sont organisés les bals, oùs’aƌƌġteŶt les ŵaƌĐhaŶds aŵďulaŶts,où les anciennes générations viennent chaque après-midi observer les plus jeunes faire leurs premiers essais en tricycle ou au ballon. « Nonza » proviendrait de «Castrum Nuntiae», devenu « Nuntia » puis « Nonza » et signifiant « le e camp annonciateur ». Ce nom, attesté pour la première fois au courant du XII siècle, souligne le rôle primordial du territoire de Nonza qui, du haut de son éperon rocheux, peut voir arriver de loin toute ŵeŶaĐe d’iŶvasioŶ paƌ la ŵeƌ suƌ la Đôtenord-ouest de la Corse et avertir les villages envi-ronnants. Prenez le chemin de la tour : vous passez sous laloghja, passage voûté qui constituait jadis la porte d’eŶtƌĠe pƌiŶĐipale de l’eŶĐeiŶte communautaire du village. Cet ensemble de hauts murs est cons-e truit à partir de la fin du XV siècle pour protéger le siège de la pieve de Nonza. Celle-ci regroupe, selon les époques, les territoires des communes actuelles de Nonza, O lmeta-du-Cap, Olcani, Ogliastro et Brando.
4