médicaments anti-sida d

médicaments anti-sida d'Afrique & préventif anti-sida Truvada

-

Documents
4 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description


La première usine publique de médicaments anti-rétroviraux (ARV) contre le sida d'Afrique a été inaugurée samedi à Maputo en présence du vice-président brésilien Michel Temer, dont le pays a financé une partie du projet, a constaté
&
Le traitement préventif anti-sida Truvada fait son entrée dans les pharmacies américaines
La commercialisation de l'antirétroviral Truvada a débuté ce lundi aux États-Unis. Ce médicament est le premier traitement préventif anti-sida destiné à des sujets sains présentant un haut risque d'être contaminés.
.
  [Moins]

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 17
Langue Français
Signaler un problème
Voici la première usine publique de médicaments anti-sida d'Afrique
La première usine publique de médicaments anti-rétroviraux (ARV) contre le sida d'Afrique a été inaugurée samedi à Maputo en présence du vice-président brésilien Michel Temer, dont le pays a financé une partie du projet, a constaté l'AFP.
"Aujourd'hui nous assistons au lancement de la production (...) Les médicaments, qui étaient fabriqués au Brésil, seront emballés ici au Mozambique, certifiés et distribués aux Mozambicains", a déclaré M. Temer.
L'usine, dont le site, en banlieue de Maputo, avait déjà reçu la visite de l'ancien président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva en 2010, est le symbole "de l'excellent partenariat entre les peuples brésilien et mozambicain (...) dans les domaines public et privé".
Fruit d'un transfert de technologie sud-sud, qualifié à l'époque par M. Lula d'"obligation morale", elle a reçu 23 millions de dollars d'aide du Brésil et 4,5 millions de dollars du géant minier brésilien Vale, implanté dans ce pays.
La production à proprement parler de comprimés doit débuter en fin d'année.
Une centaine de techniciens mozambicains et d'autres employés sont en formation, notamment au Brésil.
Le gouvernement mozambicain était représenté à la cérémonie par son ministre de l'Industrie Armando Inroga.
Le Mozambique compte plus de 2,5 million de séropositifs, soit près de 12% de la population et seuls 291.000 personnes ont accès au traitement par anti-rétroviraux, selon le ministère de la Santé.
L'idée de cette usine avait été lancée en 2003 et le président Lula - un fervent partisan du rapprochement avec l'Afrique - avait engagé son pays à la construire lors d'une visite d'Etat en 2008.
Le but est de réduire la dépendance de l'ancienne colonie portugaise envers la communauté internationale, qui finance actuellement 80% de l'achat de médicaments dans le pays.
A l'inverse, le Brésil dispose d'une industrie pharmaceutique publique puissante, qui produit de nombreux génériques, notamment d'ARV, et affiche un très faible de taux de prévalence du virus VIH.
En Afrique, des groupes pharmaceutiques privés ont déjà ouvert des petites unités de production d'ARV mais l'usine mozambicaine est le premier établissement public.
© 2012 AFP -afriquinfos.com
Le traitement préventif anti-sida Truvada fait son entrée dans les pharmacies américaines La commercialisation de l'antirétroviral Truvada a débuté ce lundi aux États-Unis. Ce médicament est le premier traitement préventif anti-sida destiné à des sujets sains présentant un haut risque d'être contaminés. AFP -La FDA, l'agence américaine des médicaments, a donné son feu vert lundi à la mise sur le marché de l'antirétroviral Truvada, premier traitement de prévention contre le sida.
·
SANTÉ Le Truvada, un "outil supplémentaire" pour lutter contre le virus du sida
Suivant une recommandation d'un comité d'experts, la Food and Drug Administration a approuvé le Truvada, du laboratoire américain Gilead Sciences, "afin de réduire le risque de transmission du virus du sida (VIH) à des sujets sains à haut risque d'être contaminés", a précisé l'agence dans un communiqué.
Le Truvada est destiné "à être utilisé à titre prophylactique avant un contact avec le VIH (virus de l'immunodéficience humaine), en combinaison avec des pratiques sexuelles sûres comme l'usage de préservatifs et d'autres mesures de prévention --dépistage régulier et traitement d'autres maladies vénériennes-- pour empêcher la transmission du virus chez des adultes à haut risque", a souligné l'agence.
"Le Truvada ne peut pas se substituer à des pratiques sexuelles sûres", selon le communiqué.
"UNE VRAIE AMÉLIORATION DU SYSTÈME DE PRÉVENTION"
ParFRANCE 24, Vincent Pelletier, directeur général,
association AIDES
Le Truvada avait été initialement approuvé par la FDA en août 2004 pour être utilisé avec d'autres antirétroviraux pour traiter des adultes contaminés par le VIH et des enfants de 12 ans et plus.
L'efficacité préventive du Truvada a été mise en évidence par les résultats d'un essai clinique mené de juillet 2007 à décembre 2009 dans six pays, dont le Brésil, l'Afrique du Sud et les Etats-Unis, et financé en grande partie par les Instituts nationaux américains de la santé (NIH).
Il avait alors réduit de 44% le risque d'infection chez les hommes homosexuels qui utilisaient aussi un préservatif.
Une autre étude clinique a montré que le Truvada a diminué le risque d'infection jusqu'à 75% chez les couples hétérosexuels dont l'un des deux partenaires était séropositif.
·
Le Truvada, un "outil supplémentaire" pour lutter contre le virus du sida
· La lutte contre le sida se heurte à la crise économique
· Onusida envisage une possible fin de la pandémie de VIH