POISONS DE DIEU, REMÈDES DU DIABLE
15 pages
Français

POISONS DE DIEU, REMÈDES DU DIABLE

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
15 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Extrait de la publication Mia Couto Poisons de Dieu, remèdes du Diable idónio Rosa est tombé éperdument amoureux de Deolinda, une jeune Mozambicaine, au cours d’un Scongrès médical à Lisbonne, ils se sont aimés puis elle est repartie chez elle. Il se met à sa recherche et s’installe comme coopérant à Vila Cacimba. Il y rencontre les parents de sa bien-aimée, entame des relations ambiguës avec son père et attend patiemment qu’elle revienne de son stage. Mais reviendra-t-elle un jour ? Là, dans la brume qui envahit paysage et âmes, il découvre les secrets et les mystères de la petite ville, la famille des Sozinho, Munda et Bartolomeu, le vieux marin. L’Admini- strateur et sa Petite Épouse, la messagère mystérieuse à la robe grise qui répand les feurs de l’oubli. Les femmes désirantes et abandonnées. L’absence dont on ne guérit jamais. Un roman au charme inquiétant écrit dans une langue unique. Mia Couto est né au Mozambique en 1955. Après avoir étudié la médecine et la biologie à Maputo, il devient journaliste en 1974. Actuellement il vit à Maputo où il est biologiste, spécialiste des zones côtières, il enseigne l’écologie à l’université. Il est l’auteur, entre autres, de L’Accordeur de silences.

Informations

Publié par
Nombre de lectures 13
Langue Français
Poids de l'ouvrage 4 Mo

Exrait

Extrait de la publication
Mia Couto Poisons de Dieu, remèdes du Diable
idónio Rosa est tombé éperdument amoureux de Deolinda, une jeune Mozambicaine, au cours d’un esSIl se met à sa recherche et s’installet repartie chez elle. congrès médical à Lisbonne, ils se sont aimés puis elle comme coopérant àVila Cacimba. Il y rencontre les parents de sa bien-aimée, entame des relations ambiguës avec son père et attend patiemment qu’elle revienne de son stage. Mais reviendra-t-elle un jour ? Là, dans la brume qui envahit paysage et âmes, il découvre les secrets et les mystères de la petite ville, la famille des Sozinho, Munda et Bartolomeu, le vieux marin. L’Admini-strateur et sa Petite Épouse, la messagère mystérieuse à la robe grise qui répand les fleurs de l’oubli. Les femmes désirantes et abandonnées. L’absence dont on ne guérit jamais. Un roman au charme inquiétant écrit dans une langue unique.
Mia CoutoAprès avoir étudiéné au Mozambique en 1955.  est la médecine et la biologie à Maputo, il devient journaliste en 1974. Actuellement il vit à Maputo où il est biologiste, spécialiste des zones côtières, il enseigne l’écologie à l’université. Il est l’auteur, entre autres, deL’Accordeur de silences.
Extrait de la publication
Extrait de la publication
Mîa COUTO
POISONS DE DIEU, REMÈDES DU DIABLE
Léŝ vîéŝ îcuraléŝ dé Vîla Cacîma
Traduit du portugais (Mozambique) par Elisabeth Monteiro Rodrigues
Édîtîoŝ Mtaîlî 20, rué déŝ Gradŝ Auguŝtîŝ, 75006 Parîŝ www.édîtîoŝ-métaîlîé.com
Extrait de la publication
Tîtré orîgîal :Venenos de Deus, remédios do diabo © Mîa Couto,2008 E accord avéc Lîtérarîŝché Agétur Mértî Ih. Nîcolé Wîtt é.K., Fracfort-ŝur-lé-Maî, Allémagé Traductîo fraçaîŝé © Édîtîoŝ Mtaîlî, Parîŝ,2013 e-isbn :978-2-86424-973-3 issn :0757-9276
Extrait de la publication
L’imagination est la mémoire devenue folle.  Márîo Quîtaa
Extrait de la publication
1
Lé mdécî Sîdóîo Roŝa ŝé péché pour frachîr la porté, avéc léŝ gardŝ dé céluî quî ptréraît daŝ u vétré. Il réd vîŝîté à la famîllé dé Bartoloméu Sozîho, lé mcaîcîé rétraît dé Vîla Cacîma. Sur lé paŝ dé la porté, ŝo pouŝé, doa Muda, é gaŝpîllé paŝ ŝéŝ motŝ ét ’accordé paŝ dé ŝourîré. C’éŝt lé vîŝîtéur quî arrodît l’îŝtat, é démadat : – Alorŝ, otré Bartoloméu va îé ? – Il éŝt o à partîr léŝ pîédŝ dévat, avéc ué ougîé ét u mîŝŝél… La voîx rauqué ŝémlé dîŝtaté, cotrarîé, commé ŝî lé ŝujét luî coûtaît. Lé mdécî péŝé é paŝ avoîr comprîŝ. Il éŝt portugaîŝ, ouvéau véu é Afrîqué. Il réformulé ŝa quéŝtîo : – Jé poŝaîŝ la quéŝtîo, doa Muda, au ŝujét dé votré marî… – Il va trèŝ mal. Lé ŝél éŝt djà tout rpadu daŝ ŝo ŝag. – Cé ’éŝt paŝ du ŝél, c’éŝt du dîaèté. – Il réfuŝé. Il dît qué ŝ’îl éŝt dîatîqué, jé ŝuîŝ dîaolîqué. – Vouŝ cotîuéz à vouŝ chamaîllér ? – Ouî, héuréuŝémét. O ’a pluŝ rîé d’autré à faîré. Savéz-vouŝ cé qué jé péŝé, doctéur ? La dîŝputé éŝt otré ŝérmét d’amour. La maïtréŝŝé dé maîŝo ŝ’arrêté au mîlîéu du couloîr, arragé ué ouclé dé chévéux ŝouŝ ŝo foulard commé ŝî cétté touffé capîllaîré taît l’ultîmé véŝtîgé dé ŝa ŝéŝualît.
Extrait de la publication
– Dîtéŝ-moî, doctéur, Bartoloméu ’auraît-îl paŝ t frapp par cétté maladîé quî court maîtéat à travérŝ Vîla Cacîma ? – No, cétté maladîé-là éŝt dîffrété. – Tout à l’héuré, u dé céŝ homméŝ dévéuŝ fouŝ éŝt paŝŝ daŝ la rué é agîtat léŝ raŝ, îl avaît l’aîr dé vouloîr volér. – Lé cétré dé ŝat é éŝt pléî, préŝqué touŝ déŝ ŝoldatŝ. – Savéz-vouŝ commét lé péuplé léŝ appéllé ? O léŝ appéllé va-u-puatŝ. – Ouî, j’taîŝ djà au courat. C’éŝt u éau om, va-u-puatŝ… – Vouŝ croyéz qué c’éŝt ué maldîctîo ? – Ça ’éxîŝté paŝ, doa Muda. Léŝ maladîéŝ ot déŝ cauŝéŝ ojéctîvéŝ. Muda frappé à la porté dé la chamré, la fortéréŝŝé où lé vîéux ŝ’éŝt éférm ét ŝ’tîolé dépuîŝ déŝ moîŝ. L’pouŝé attéd la rpoŝé grîchéuŝé dé Bartoloméu. E vaî. Doa Muda ’pargé paŝ ŝéŝ doîgtŝ ouéux ét frappé à ouvéau à la porté. Prudét, lé doctéur Sîdóîo prcoîŝé la rétéué. – Sî ça ŝé trouvé, îl éŝt é traî dé dormîr. Jé révîéŝ pluŝ tard… – Cé typé va ŝé rvéîllér. Parfoîŝ éllé l’appéllé typé, d’autréŝ foîŝ éllé rduît lé om dé ŝo marî à Barto. Maîtéat, la maî dé Muda ŝécoué lé loquét, lé vîŝagé craŝ ŝur lé oîŝ. Pour fiîr, l’hommé ŝé faît étédré : – Pourquoî ? Dépuîŝ ŝo arrîvé, Sîdóîo Roŝa trouvé éaucoup dé choŝéŝ tragéŝ. Maîtéat, par éxémplé : la quéŝtîo dévraît êtréquî c’éŝt ?Maîŝ djà doa Muda d’aocér : éllé véaît avéc lé doctéur. L’hommé grogé : lé mdécî
Extrait de la publication
’avaît qu’à étrér tout ŝéul, ŝo pouŝé é faîŝaît qué pér-turér ŝo poulŝ, qué lé dîalé l’émporté, avéc tout lé réŝpéct. Ilŝ laîŝŝét paŝŝér du témpŝ. Doa Muda traduît au mdécî portugaîŝ léŝ ŝoŝ pâtéux quî ŝ’coulét au fur ét à méŝuré à travérŝ la porté. O étéd lé vîéux Bartoloméu ŝé lévér dé ŝo fautéuîl, lét commé dé la lavé froîdé, o étéd ŝéŝ géîgémétŝ tadîŝ qu’îl ŝé péché pour méttré ŝéŝ chauŝŝéttéŝ. Maîtéat, dît Muda, maîtéat îl va écoré falloîr attédré qu’îl rémoté ŝéŝ chauŝŝéttéŝ juŝ-qu’aux géoux. – Votré marî préd téllémét ŝoî dé ŝéŝ chauŝŝéttéŝ… – Cé ’éŝt paŝ du ŝoî. C’éŝt dé la hoté. – Hoté ? – Il ŝoutîét qué ŝéŝ pîédŝ ŝot pléîŝ d’caîlléŝ. Séŝ ogléŝ pouŝŝét djà é déhorŝ dé ŝéŝ doîgtŝ… – Oh là là ! Doa Muda… – C’éŝt luî quî lé dît, paŝ moî. Lé vîéux dît qué ŝo grad-pèré éŝt mort lzard, c’éŝt ça qu’îl dît… C’taît cé qué dîŝaît ŝo Bartoloméu : qué c’taît ué maladîé dé famîllé, luî auŝŝî taît é voîé dé ŝé lzardér. Pourtat, la ŝéulé choŝé à rampér au raŝ déŝ pouŝŝîèréŝ, c’éŝt ŝa pauvré âmé. L’pouŝé gromméllé, puîŝ ŝoupîré : – Cétté têté dé mulé ’auraît jamaîŝ dû ŝortîr dé l’hôpî-tal, îl taît téllémét îé, là-aŝ é vîllé. Il ’éŝt paŝ ŝortî, îl ŝ’éŝt éfuî. État do ŝa faîléŝŝé, o l’avaît mîŝ ŝouŝ pérfuŝîo. Léŝ alîmétŝ déŝcédaîét à cotré-courat ŝaguî. Pour Bartoloméu, c’taît l’îvérŝé : c’éŝt luî quî alîmétaît l’hôpîtal avéc léŝ fluîdéŝ qu’o luî éxtrayaît. Cé ŝag vol cîrculaît maîtéat daŝ lé âtî-mét, coulaît daŝ léŝ profodéurŝ ét ŝé réfltaît daŝ la rougéur déŝ couchatŝ.L’hôpîtal éŝt u éŝpacé maladé, protéŝtaît lé vîéux. E ŝ’chappat dé cét atré, îl rétouraît à ŝéŝ acîéŝ récoîŝ.Moî ét la maîŝo ŝouffroŝ dé la mêmé maladîé : désaudades, dît-îl.
Extrait de la publication
– C’éŝt cé quî m’éŝt arrîv dé mîéux, régrétté l’pouŝé. Cé qu’îl y a dé mîéux, c’éŝt lé témpŝ qué cétté têté dé mulé a paŝŝ à l’hôpîtal… Doa Muda ’a paŝ fiî dé ŝoupîrér : la porté ŝ’ouvré fialémét au momét mêmé où lé Portugaîŝ luî démadé : – Et o luî a faît déŝ éxaméŝ ? L’apparîtîo dé Bartoloméu îtérrompt la rpoŝé. L’éx-mcaîcîé éŝt ué omré volétat daŝ lé oîr. Séŝ maîŝ vrîfiét la ouclé dé ŝa céîturé dé péur qué ŝo patalo é tomé. – Ah, doctéur, c’éŝt vraîmét vouŝ… C’éŝt qué parfoîŝ, céllé-cî, là, mé trompé, éllé ŝé dîŝŝîmulé ŝéulémét pour qué jé luî ouvré la porté. Lé géŝté férmé éŝt u ordré pour qué ŝo pouŝé réŝté déhorŝ. D’u paŝ hŝîtat, Sîdóîo ŝ’avacé commé ŝî léŝ odéurŝ dé référm évahîŝŝaîét touté la chamré oŝcuré. Bartoloméu marché dévat é traïat léŝ pîédŝ. L’pouŝé ŝuît dérrîèré, pîcorat déŝ dîŝtacéŝ. Séŝ paŝ à luî ŝot pétîtŝ : céux d’u ŝol dé prîŝo. Séŝ paŝ à éllé ŝot rodŝ : dé quî éŝt ŝur ué ïlé. – Alorŝ, mo amî, vouŝ alléz mîéux ? – Jé é vaîŝ mîéux qué lorŝqué jé céŝŝé d’êtré moî. – J’aîmé vouŝ voîr commé ça, toujourŝ phîloŝophé. – Excuŝéz-moî, doctéur Sîdoho, affirmé lé vîéux. J’aîmé vouŝ voîr, maîŝ jé ’aîmé paŝ qué vouŝ mé rédîéz vîŝîté. Sîdoho : voîlà commét Vîla Cacîma ŝ’éŝt approprî lé om du Portugaîŝ. Lé mdécî apprcîa d’aîlléurŝ cé réaptêmé quî lé réd pluŝ éclî à êtré autré. Avéc la mêmé codéŝcédacé, îl ŝourît maîtéat au vîéux maladé : – Oh ! O éŝt péŝŝîmîŝté, aujourd’huî ? – Alorŝ, dîtéŝ-moî : quél éŝt lé traîtémét dé ma maladîé, doctéur ?
Extrait de la publication
Lé traîtémét dé ŝa maladîé : cotractér davatagé dé maladîéŝ, éut-îl évîé dé dîré. Maîŝ Sîdóîo ŝé rétît ét méŝura ŝéŝ paroléŝ : – C’éŝt vîvré quî éŝt îcuralé, chér amî. Lé vîéux Bartoloméu croîŝé léŝ pîédŝ pour dîŝŝîmulér u trou daŝ ŝa chauŝŝétté. Il taît ŝourcîlléux juŝqué daŝ la mort. U frocémét protègé ŝéŝ yéux dé la fumé dé cîga-rétté, lé mcaîcîé rétraît îŝpîré ét gmît tour à tour. – Vouŝ voyéz céŝ céréŝ ? Ilŝ dordét djà dé mo vîŝagé. C’éŝt lé foîé, lé foîé m’arrîvé djà aux yéux. Pour luî, lé foîé ’éŝt paŝ u orgaé. C’éŝt u fluîdé quî cîrculé daŝ léŝ étraîlléŝ. Au ŝéuîl dé la mort, l’îdîvîdu ’éŝt paŝ pluŝ qu’u ŝac dé îlé. – Et aprèŝ, jé é ŝorŝ pluŝ jamaîŝ dé cé maudît atéau. – Vouŝ faîtéŝ rfrécé aux auŝéŝ ? – Aux auŝéŝ, à cétté ŝalopérîé dé alacémét, o dîraît qué jé ŝuîŝ écoré ŝur cé avîré dé mérdé. Lé avîré, c’taît lé paquéotInfante D. Henrique. Pé-dat ué dîzaîé d’aéŝ, Bartoloméu Sozîho avaît tra-vaîll commé mcaîcîé daŝ la ŝallé déŝ machîéŝ du traŝatlatîqué, parcourat déŝ mérŝ au fod d’ué ŝouté auŝŝî ŝomré qué ŝa chamré actuéllé. Il avaît t lé ŝéul Noîr à faîré partîé dé l’quîpagé ét îl é rétîraît éaucoup d’orguéîl. Puîŝ tout prît fi, lé rgîmé coloîal ŝé oya, lé avîré ŝ’choua, ŝé traŝforma é férraîllé : îl taît u péu commé luî, daŝ l’attété d’êtré dtruît. – Jé vouŝ voîŝ commé ça, é uîformé lac, ét vouŝ mé rappéléz lé commadat du avîré… – Oh ! Ça, c’éŝt ué ŝîmplé louŝé dé mdécî. – Srîéuŝémét, o dîraît mêmé qué jé voyagé écoré là-aŝ ŝur lé paquéot, o dîraît qué j’étédŝ léŝ éaux odoyér… Ouî, léŝ régrétŝ odoîét daŝ ŝo régard quad îl fixé ŝa photo dcoloré ŝur lé cadré accroch au mur, alîg étré
Extrait de la publication
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents