px
1 page
Français

px

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
1 page
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

02 LE FAIT DU JOUR VENDREDI 26 OCTOBRE 2012 Alerte aux faux infirmiers dans les blocs opératoires SANTÉ.Certains hôpitaux et cliniques, publics et privés, font travailler du personnel non diplômé dans les blocs. L’Ordre des infirmiers a saisi la justice, déposant cinq plaintes pour, notamment, « mise en danger d’autrui ». hercher l’intrus dans le blocEt ces cas ne sont que la face émergée e opératoire. Voilà résumée lade l’iceberg », assure MJean-ChrisCLÉS iCnecoCs.oéevtceurtipaintrispeesnauunsn»nsteldaecuir«cnsopet-neldiesceterlioavperaprfroulniuderlèvenier mission de la justice depuistophe Boyer, avocat de l’ONI. qu’elle a été saisie par l’Ordren20 000 chirurgiensde blocs Des « circulants » national des infirmiers (ONI).opératoires travaillent en France, tique Audépart, l’Ordre a été alerté sur ledont la moitié dans le secteur tielle de dangers pour eux. L’ONI sou-des 5 établissements. « Présent dans len4 millions d’opérationssont tient que certains personnels non infir-bloc, le circulant est le garant de l’hy-pratiquées chaque année dans les miers assistent depuis des années desgiène et de la préservation de l’asepsieblocs publics et privés. chirurgiens pendant leurs interven-pendant l’intervention chirurgicale. CenPrès de 100 000« accidents tions.

Informations

Publié par
Publié le 13 octobre 2015
Nombre de lectures 69
Langue Français

Exrait

02
LE FAIT DU JOUR
VENDREDI 26 OCTOBRE 2012
Alerte aux faux infirmiers dans les blocs opératoires SANTÉ.Certains hôpitaux et cliniques, publics et privés, font travailler du personnel non diplômé dans les blocs. L’Ordre des infirmiers a saisi la justice, déposant cinq plaintes pour, notamment, « mise en danger d’autrui ». hercher l’intrus dans le bloc Et ces cas ne sont que la face émergée e opératoire. Voilà résumée la de l’iceberg », assure M JeanChris CLÉS iCnecoCs.oéevtceurtipaintrispeesnauunsn»nsteldaecuir«cnsopetneldiesceterlioavperaprfroulniuderlèvenier mission de la justice depuis tophe Boyer, avocat de l’ONI. qu’elle a été saisie par l’Ordren20 000 chirurgiensde blocs Des « circulants » national des infirmiers (ONI). opératoires travaillent en France, tique Au départ, l’Ordre a été alerté sur le dont la moitié dans le secteur tielle de dangers pour eux. L’ONI sou des 5 établissements. « Présent dans len4 millions d’opérationssont tient que certains personnels non infir bloc, le circulant est le garant de l’hy pratiquées chaque année dans les miers assistent depuis des années des giène et de la préservation de l’asepsie blocs publics et privés. chirurgiens pendant leurs interven pendant l’intervention chirurgicale. CenPrès de 100 000« accidents tions. Ces salariés qui, selon l’Ordre, rôle fondamental pour la sécurité du indésirables graves » se sont aidessoignants, ou parfois même patient doit être rempli par un infir produisent chaque année dans agents des services hospitaliers (ASH), m ier, com m e l’atteste l’ar ticle les salles d’opération. autrement dit employés de ménage ou R.431111 du Code de la santé pun6 000 infirmiers(sur un total d’entretien, n’ont pourtant rien à faire blique. Il est illégal et dangereux de d’environ 500 000) ont suivi la dans un bloc pendant une opération ! confier ces fonctions à un aidesoi spécialité dite de « bloc Scandalisé par ce recours à de « faux gnant ou à un ASH car ils n’ont ni les opératoire ». infirmiers », l’ONI a déposé, entre fé diplômes ni les compétences re La durée d’étude pour cette e vrier 2011 et juillet dernier, 5 plaintes quises », précise M Boyer en évoquant spécialité est de dixhuit mois, pour « exercice illégal de la profession la complicité présumée des directeurs répartie en deux sessions de neuf d’infirmier » et « mise en danger d’au des établissements et des chirurgiens. mois. trui ». Elles visent nommément une Interrogé, le président de l’Union desnCinq plaintespour « exercice vingtaine de salariés d’hôpitaux pu chirurgiens de France, premier syn illégal de la profession blics ou de cliniques privées, en Ariège, dicat professionnel, réplique : « Le pro d’infirmier » et « mise en danger SeineMaritime, dans le HautRhin, la blème est vieux et a été réglé depuis d’autrui » ont été déposées, entre Meuse et le TarnetGaronne. longtemps », déclare Philippe Cuq. février 2011 et juillet dernier, par « Chaque plainte a donné lieu à l’ou « Ça n’est pas le diplôme qui fait la l’Ordre national des infirmiers, verture d’une enquête préliminaire. A compétence », insistetil. Pas sûr que actif depuis 2009. L’une d’elles a Mulhouse (HautRhin), le parquet a ça rassure les patients. été confiée à un juge d’instruction confié l’affaire à un juge d’instruction.GEOFFROY TOMASOVITCH ET DANIEL ROSENWEGde Mulhouse (HautRhin). « Il y a un risque pour les patients »« Ce scandale dure depuis BRIGITTE LUDWIGlprésidente de l’Unaibode, « Union des associations d’infirmiers de bloc opératoire » des années ! » nformée par ses correspondants Idans les blocs opératoires de perinterassociatif sur la Santé (CISS) locaux, l’Unaibode est la première CLAUDE RAMBAUDlviceprésidente du Collectif à avoir été alertée sur la présence sonnes non autorisées. Sa présidentea constaté que l’hôpital ne disposait paslaude Rambaud est spécialiste des explique que ces cas ne sont pasd’infirmière anesthésiste alors quequestions de sécurité sanitaire Cinq plaintes ont été déposées,seCétait cette personne, quelle qualificationin du CISS. Ce collectif associatif isolés.dans les hôpitaux et cliniques au c’était obligatoire dans ce cas. « Qui y atil d’autres cas connus ?qu’elle vice-préside représente avait-elle vraiment ? On ne le saura BRIGITTE LUDWIG. Oui, nous rejamais… C’est la difficulté de ces38 associations de patients et dix cevons des alertes régulièrement demillions d’adhérents. Pour elle, les situations impossibles à prouver. » nos correspondants en région quepratiques mises en lumière par l’Ordre Mais le lièvre soulevé par l’ONI n’est nous renvoyons vers l’Ordre infirmier.qu’un des dysfonctionnements parminational des infirmiers (ONI) sont « très On nous a signalé le cas de brancard’autres en salles d’opération, selon lagraves. Nous n’hésiterons pas à nous diers mettant les patients en positiondéfenseur des patients.associer à des actions si nécessaire ». sur la table d’opération, ce qui est deMais, assure-t-elle aussitôt, « ce Pour elle, la loi HPST (Hôpital, patients, la compétence du chirurgien. Dessanté, territoires) et son volet sur cescandale dure depuis des années ! Le cas aussi de secrétaires faisant officequ’on appelle la coopérationfait nouveau, c’est que quelqu’un s’y d’aideopératoire. L’une d’elle, parintéresse ». En 1999, le gouvernement a aboutissent au même résultat. « Un exemple, s’occupait du champ opétenté de mettre fin à certaines médecin peut choisir une personne et ratoire, là où intervient le chirurgien.lui déléguer des tâches, sans réelpratiques, particulièrement l’utilisation Avezvous alerté le ministèrepar certains chirurgiens de leur épouse contrôle externe, pour en faire une sorte de la Santé sur les pratiquesou de leur secrétaire en tant qu’aide- de médecin low-cost. » Ce texte, jugé dans certains blocs ?opératoire. Mais, assure Claude « flou » parce que ne prévoyant pas e Bien sûr ! Mercredi encore, j’ai dit à laPARIS (VIII ), HIER.Brigitte Ludwig reçoit régulièrement des alertes sur la présencesuffisamment de garde-fous, « favoriseRambaud, « aujourd’hui, ces ministre, Marisol Touraine, en visitede personnes non autorisées dans des blocs opératoires.(LP/DELPHINE GOLDSZTEJN.)la dérive des comportements », estimeprofessionnels continuent d’employer au salon infirmier, qu’on était inencore Claude Rambaud.des aides-soignantes pour faire le travail quiets pour la sécurité dans les blocs. pas les protocoles de bloc. Alors onQuelle est la solution selon vous ?des infirmières de bloc, les Ibode ». Ses griefs ne s’arrêtent pas là. Le CISS a Le 12 septembre, avec son cabinet, imagine facilement le danger que Dans un bloc idéal, il faudrait quemené plusieurs enquêtes sur les bonnes Un dysfonctionnement nous avons fait des propositions pour peut faire courir quelqu’un qui n’a tous les personnels présents soientpratiques en bloc opératoire. « Ces parmi d’autres améliorer la situation. On a insisté sur jamais fait d’études d’infirmier. des infirmiers de bloc opératoire dienquêtes ont montré que le respect des la nécessité d’avoir plus d’infirmiersCes pratiques sontelles plusplômés d’Etat(Ibode)et spécialisés. SiLa vice-présidente du CISS rapporte le check-lists avant opération est loin de bloc. Mais avonsnous été enrépandues dans le privé ?déjà on pouvait favoriser la spécialid’être suffisant et on continue à avoircas d’un patient dont elle s’est occupée tendus ?Dans le public ?sation, ce serait bien. 50 % des placesdes erreurs d’organes ou de côtéet qui avait été victime d’une erreur Y atil vraiment un risquedans nos centres de formation sontOn nous en signale aussi bien dans le grave d’injection au bloc. « L’infirmière opéré. » pour le patient ?public que le privé. vacantes. Selon une enquête de notrechargée de l’anesthésie lui a injecté du Ces critiques faites, Claude Rambaud Oui, il y a un risque. Les infirmiersComment un chirurgien%organisation, il n’y a que 42 admet cependant volontiers que « decurare. Or ce produit, qui paralyse le diplômés d’Etat qui vont suivre unepeutil accepter à ses côtésd’Ibode dans les blocs alors que, pourgros progrès ont été faits ces dernièressystème respiratoire, n’avait rien à faire spécialisation de bloc opératoire sontdes gens qui n’ont pas à y être ?l’anesthésie, l’infirmier autorisé penannées » et que « la sécurité desici et son conditionnement fait qu’on ne surpris de constater les risques Le manque de moyens de l’hôpital, je dant l’opération a forcément suivipeut pas faire d’erreur. » Après avoir patients s’est heureusement qu’euxmêmes ont parfois fait courir pense, et le manque de contrôle des une spécialité anesthésie.vérifié sur le site officiel Hospi Diag, elle grandement améliorée ».D.R. aux patients, car ils ne connaissent autorités.PROPOS RECUEILLIS PARD.R.
L’ACTUpages 2 à 15.24 HEURES DANS LES 22 RÉGIONSpages 16.JEUX, KENOpage 17.LE SPORTpages 18 à 22.LE SPORT HIPPIQUEpages 23 à 26. L’AIR DU TEMPSpages 27 et 28.CULTURE, LOISIRSpages 29 à 33.PROGRAMME TÉLÉpage 34.MÉTÉOpage 35.
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents