4500 petites entreprises industrielles en Bourgogne
4 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

4500 petites entreprises industrielles en Bourgogne

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
4 pages
Français

Description

Les 4 500 petites entreprises industrielles de Bourgogne regroupent 13 % des effectifs de l'industrie régionale. De 1990 à 1995, l'évolution de l'emploi dans ces petites entreprises est plus favorable que dans les grandes, mais recouvre plusieurs réalités : des progressions d'effectifs dans celles qui survivent ou se créent, mais aussi des pertes dues à celles qui disparaissent ou changent de forme. Dans la région, 10 % des petites entreprises industrielles exportent une partie de leur production et 17 % effectuent des travaux de sous-traitance.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 22
Langue Français

Exrait

INSEE N° 43 - Mars 1997BOURGOGNE 15 F
4 500 petites entreprises
industrielles en Bourgogne
Les 4 500 petites entreprises 87 % des établissements industriels
bourguignons ont moins de 20 salariésindustrielles de Bourgogne
regroupent 13 % des effectifs
de l’industrie régionale.
France : 88 %
De 1990 à 1995,
l’évolution de l’emploi
dans ces petites entreprises
Bourgogne
87 %
est plus favorable
Part des établ. de moins
de 20 salariés dans l industrieque dans les grandes,
fin 1996 (%)
mais recouvre plusieurs réalités : Moins de 84 %
De 84 % à 90 %des progressions d’effectifs
Plus de 90 %
dans celles qui survivent
ou se créent,
mais aussi des pertes dues Source : SIRENE.
à celles qui disparaissent
ou changent de forme.
Les petites entreprises industrielles en 1993Dans la région, 10 %
Entreprises de moins de 20 salariés
des petites entreprises industrielles
Bourgogne France
exportent une partie
Nombre d’entreprises 4 498 165 220
de leur production et 17 %
Nombre de salariés 14 268 531 791
Nombre de non salariés 3 958 140 314effectuent des travaux
Ensemble 18 226 672 105
de sous traitance.
Taille moyenne (1) 4,1 4,1
Chiffre d’affaires total (milliards de F.) 8,9 382,4
Chiffre d’affaires moyen par entreprise (millions de F.) 1,9 2,3SOMMAIRE
Investissements totaux (millions de F.) 377,5 16 011,8
4 500 petites entreprises industriellesents par entreprise (milliers de F.) 83,9 96,9
Taux d’investissement (en %(2)) 4,2 4,2en Bourgogne p. 1
(1) Taille moyenne : nombre de salariés et de non salariés / nombre d’entreprises.La conjoncture p. 3
(2) Taux d’investissement : investissements / chiffre d’affaires (en %).
INSEE Infos Bourgogne p. 7
Source : EPEI.
1INSEE N° 43 - Mars 1997 15 FBOURGOGNE
a Bourgogne compte en 1993 20 salariés sont peu présentes dans salarié dans l’ensemble de l’industrie aL près de 4 500 petites entreprises des secteurs importants de la région, diminué de plus de 11 % en B gogneour
industrielles (PEI) de moins de 20 sa comme l’industrie chimique, du caout comme en France. Dans le même
lariés. Leur taille moyenne s’élève à chouc ou des composants électroni temps, la part des effectifs salariés des
4,1 personnes, comme au niveau na ques. Elles sont en revanche petites entreprises a augmenté, pas
tional. Leur taille économique est en davantage orientées vers d’autres ac sant de 11,8 % en 1990 à 13,4 % en
revanche légèrement inférieure : tivités comme l’imprimerie ou l’indus 1995.
1,9 millions de francs de chiffre d’affai trie du bois : 30 et 27 % des salariés Cette place grandissante des PEI au
res en moyenne contre 2,3 en France. de ces deux secteurs travaillent dans sein de l’emploi industriel est d’abord
42 % de ces petites entreprises n’em une petite entreprise. La fabrication le résultat des difficultés importantes
ploient aucun salarié et fonctionnent d’équipements électriques et électroni qu’ont connu les grandes unités, no
uniquement avec le chef d’entreprise ques, la production de minéraux, la tamment en Bourgogne dans les sec
et éventuellement son conjoint ou des mécanique et les équipements du teurs de l’habillement, de la fabrication
aides familiaux. Au total, sur les quel foyer sont également des activités où d’équipements mécaniques ou de la
que 18 200 emplois qu’elles rassem la part des petites entreprises est im métallurgie. Dans la région, alors que
blent, 78 % sont occupés par des portante (15 à 20 %). le nombre d’emplois localisés dans les
salariés. établissements de moins de 20 sala
L’importance des petites entrepri riés restait stable, celui des moyennes
ses est relativement modeste dans et grandes entreprises diminuait de
Une évolution de l’emploil’ensemble du paysage industriel bour 13 %.
guignon. Si elles représentent 87 % favorable
des établissements industriels de la
région, elles ne regroupent que 13 %
des emplois et ne réalisent que 8 % L’industrie a dû se transformer en pro Les PEI sont nombreuses
mais occupent une place modestedes investissements. Au niveau natio fondeur ces dernières années. Face au
dans l emploi et l investissement
nal, les PEI pèsent légèrement plus développement croissant de la concur
Poids des petites entreprises industrielleslourd avec 15 % de l’emploi et 88 % rence mondiale, les restructurations et
dans l industrie bourguignonne (en %)
des établissements, mais la part de les recherches de productivité se sont
Nombre d établissements en 1996
leurs investissements en 1993 est accélérées. Ces modifications de l’ap
13 %identique à celle de la région. Cette pareil productif ont été également ac
situation reflète une des caractéristi compagnées d’un mouvement
ques principales de l’industrie régio d’externalisation des tâches vers des
nale, qui se distingue par la forte sociétés de services du secteur ter
présence des établissements de taille tiaire. Ces tendances lourdes ont con
moyenne, de 100 à 500 salariés. duit à d’importantes réductions
Les petites entreprises n’exercent d’effectifs qui se sont amplifiées avec le 87 %
pas les mêmes activités que les plus ralentissement économique de 1991
grandes. Les entreprises de moins de 1993. Ainsi de 1990 à 1995, l’emploi Nombre d emplois salariés en 1995
13 %
Forte présence des petites entreprises dans l imprimerie
et l industrie du bois
Part de l emploi salarié des petites entreprises
par secteur (en %) - Bourgogne - 1993
Edition, imprimerie 87 %
Ind. bois et papier
Equip élec., électroniques
Investissements en 1993
Prod. de minéraux
8 %Equip. mécaniques
Equip. du foyer
Const. nav, aéro, ferroviaire
Métallurgie
ENSEMBLE INDUSTRIE
Habillement, cuir
Ind. agro-alimentaires
Ind. automobile
92 %Chimie, caout, plast.
Ind. textile
Établissements de 20 salariés et plus
Composants électroniques
Établissements de moins de 20 salariés
0 5 10 15 20 25 30 35
Sources : EPEI - Estimations d emploi. Sources : SIRENE, ASSEDIC, EPEI, EAE.
24 500 petites entreprises industrielles en BourgogneINSEE N° 43 - Mars 1997 15 FBOURGOGNE
L’emploi salarié dans les PEI résis
L’Enquête auprèsterait il mieux à la crise que celui des
Une petite entreprise des Petites Entreprisesplus grandes ? Pour répondre, il faut
affiner ces résultats et isoler les entre Industrielles (EPEI)sur 10 exporte
prises moyennes ou grandes qui, du fait
Une partie des résultats présentés
de la baisse de leurs effectifs viennent dans ce document sont issus de l’en
grossir les rangs et l’emploi des PEI. Il En 1993, un peu plus de 450 petites quête auprès des petites entreprises
faut aussi tenir compte des créations, entreprises industrielles de Bourgogne industrielles (EPEI). Cette enquête a
été réalisée en 1994 par l’INSEE, endisparitions, reprises, ou changements ont exporté, soit environ 10 % des PEI.
association avec la Direction de l’Arti de forme. En France, ce taux est de 14 %. Dans
sanat et le service statistique du Minis
En Bourgogne, un premier calcul fait la région, ces ventes à l’étranger ont
tère de l’Agriculture (SCEES). Les
sur les entreprises restées à moins de 20 représenté environ 6 % de leur chiffre
résultats portent sur l’exercice comp
salariés entre 1990 et 1995, soit environ d’affaires, une proportion comparable table 1993.
la moitié des PEI, confirme leur résis à la moyenne nationale. Les exporta Champ de l’enquête : les petites en
tance : leur emploi a augmenté de 1,7 %.tions des petites entreprises restent treprises désignent dans cette en-
quête les unités de moins de 20Autre élément favorable pour les pe cependant encore marginales par rap
salariés qui ont exercé au moins pen tites entreprises : 70 d’entre elles se port à celles des plus grandes. En
dant 6 mois en 1993. L’interrogation asont fortement développées sur la pé Bourgogne, elles ne représentent que
été exhaustive pour les entreprises de
riode et ont doublé leurs effectifs, dé 2 % de l’ensemble des exportations
10 à 19 salariés. En dessous, on a
passant ainsi le seuil des 20 salariés. industrielles. L’exportation reste un procédé par sondage. Au niveau na
Mais toutes les petites entreprises exercice plus difficile pour les petites tional, l’échantillon a été de 47 000
ne connaissent pas de telles progres entreprises que pour les grandes. La entreprises. En Bourgogne, 899 entre
prises ont été interrogées (soit 17 %sions et les mouvements de fermetu recherche de marchés étrangers et de
des entreprises de 0 à 19 salariés).res, créations, ou reprises sont réseaux de distribution et la capacité à
Les secteurs couverts par l’enquêtenombreux. assumer les risques liés aux variations
sont les suivants (en NAF) : les indus
des taux de change ne sont pas facili
tries extractives (section C), les indus
tés dans des structures de petite taille. tries manufacturières (section D, à
L’ouverture croissante des marchés l’exception de la charcuterie (151F),
Fragilité des jeunes qui conduit à une pression concurren de la boulangerie et pâtisserie artisa
nales (158B,C et D) et de la récupéra tielle plus forte et les tassements con entreprises
tion (division 37)), la production etjoncturels de la demande intérieure
distribution d’électricité, de gaz et
imposent cependant à toutes les entre
d’eau (section E), l’exploitation fores
En Bourgogne, près de 47 % des prises la recherche de débouchés ex
tière (NAF 020B), le transport spatial
entreprises de moins de 20 salariés térieurs. (NAF 623Z) et l’entreposage frigorifi
présentes en 1990 avaient disparu ou Plus l’entreprise est importante, que (NAF 631D).
changé de forme ou de propriétaire plus les exportations sont fréquentes. Les entreprises sans salarié et ayant
dégagé un chiffre d’affaires supérieurcinq ans plus tard. De même, en 1995, Dans la région, seulement 6 % des
à 30 millions de francs ont été consi une proportion équivalente d’entrepri entreprises de 0 à 5 salariés exportent
dérées comme atypiques et excluesses n’existait pas ou existait sous une contre 17 % des 6 à 9 salariés et 36 %
des résultats.
forme différente cinq ans plus tôt. Cer des 10 à 19. En termes de part des
taines sont des créations récentes, ventes à l’étranger dans le chiffre d’af
particulièrement fragiles. En France, faires, la progression est identique, dans la région en 1993 réalisent ainsi
selon des études nationales, seuls passant de moins de 2 % pour les 0 à plus de la moitié (54 %) de leur chiffre
50 % des entreprises nouvellement 5 salariés à 9 % pour les 10 à 19. Le d’affaires dans ce type d’activité. Les
créées existent encore cinq ans plus secteur du bois se distingue en Bour travaux de sous traitance sont beau
tard. Ces jeunes entreprises, qui débu gogne avec plus d’une centaine d’ex coup plus fréquents dans les équipe
tent en général sans salarié, ou avec portateurs et près de 15 % de leur ments mécaniques, la métallurgie et
un ou deux, ont souvent tendance à chiffre d’affaires réalisé à l’export. l’habillement cuir : ils concernent de
recruter durant leurs premières années 30 à 35 % des entreprises pour 62 à
d’existence pour atteindre une taille 78 % de leur chiffre d’affaires. Tous
critique. Mais la disparition rapide secteurs confondus, le nombre moyen
Sous traitanced’une large part d’entre elles annule les de donneurs d’ordres s’élève à 9 dans
gains d’emplois réalisés. Les perspec la région, légèrement moins qu’en
tives de créations d’emplois dans les Dans 17 % des cas, les petites en moyenne nationale (11). Un faible
nouvelles petites entreprises dépen treprises industrielles de Bourgogne nombre de donneurs d’ordres peut
dent ainsi largement de leur capacité effectuent des travaux de sous-trai- constituer un risque, la défaillance de
de survie. tance. Les 780 entreprises concernées l’un d’entre eux ayant alors davantage
94 500 petites entreprises industrielles en BourgogneINSEE N° 43 - Mars 1997 15 FBOURGOGNE
10 % des PEI exportent et 17 % effectuent des travaux de sous traitance
Entreprises industrielles de moins de 20 salariés en 1993 en Bourgogne
Ensemble Nombre
des emplois Dont d’entreprises Dont Dont
salariés ayant exporté sous traitantes
Ensemble 18 226 14 268 4 498 452 783
dont :
Équipements mécaniques 3 108 2 539 705 57 213
Industrie du bois et du papier 842 595 1 815 830 107
Métallurgie, transf. des métaux 2 517 2 142 470 47 154
Équipement du foyer 672 233 1 524 751 24
Production de minéraux 1 763 1 409 369 46 20
Édition, imprimerie, reproduction 701 536 1 245 377 31
Industries agricoles et alimentaires 1 294 1 086 293 44 34
Chimie, caoutchouc, plastique 29845 743 106 40
Équip. électriques et électroniques 781 576 220 30 7
Habillement, cuir 52527 328 145 10
Source : EPEI.
d’impact sur l’activité. Cette exposition positif dans la région. Le dynamisme n’ont pas vocation à accroître forte
au risque est très différente selon les de celles qui maintiennent ou accroîs ment leurs effectifs. Leur développe
secteurs : en Bourgogne, elle est plus sent leur activité conduit à des créa ment est très lié aux projets personnels
faible dans la métallurgie avec 21 don tions d’emplois. Celles ci ne peuvent des chefs d’entreprise qui ne souhai
neurs d’ordres en moyenne qu’en mé cependant pas compenser totalement tent pas tous passer d’une activité ar
canique ou habillement cuir (5 à 6 l’érosion générale des effectifs des tisanale à celle d’une entreprise de
donneurs d’ordres). moyennes et grandes entreprises in taille moyenne, notamment ceux qui
Ainsi, même si elles n’occupent dustrielles. Les PEI ne représentent en n’ont aucun salarié.
qu’une place modeste dans l’industrie, effet qu’une trop faible part de l’ensem
les petites entreprises jouent un rôle ble de l’industrie, et de plus, toutes Lionel Espinasse.
Thème du prochain numéro :
Deux siècles de démographie en Bourgogne
POUR EN SAVOIR PLUS
INSEE BOURGOGNE
- Les petites entreprises industrielles en Bourgogne en 1993 INSEE Bourgogne
Dimensions Résultats statistiques n° 6 Janvier 1997. 2 bis, rue Hoche 21000 Dijon
- Les entreprises petites et moyennes, croissance et atout INSEE Économie et Tél : 03 80 40 67 67
Fax : 03 80 40 67 40statistique n° 271, 272 1994.
Directeur de la publication :- L’incidence sur l’emploi des nouvelles entreprises INSEE Première n° 415
Alain Ravet
Novembre 1995.
Rédacteur en chef :
- Les petites entreprises innovantes INSEE Première n° 268 Juillet 1993. Christine Ricci
Abonnement :
- La Bourgogne industrielle INSEE DRIRE Dossier de Dimensions n° 12 Février
11 numéros par an : 130 F.
1996. 15 F. le numéro
Mise à jour (données 1995) à paraître en avril 1997.
Impression : Imprimerie 21
- La diversité de la création d’entreprise INSEE Dimensions n° 23 Mai 1995. Dépôt légal : Août 1993
ISSN 1246 483 X
- Artisanat de production et petites entreprises industrielles en 1991 INSEE
Code Sage D974316
Résultats Système productif n° 79 Février 1995.
104 500 petites entreprises industrielles en Bourgogne

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Livres Livres
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents