Action 1 : Développer de nouveaux outils de diagnostic des ...

Action 1 : Développer de nouveaux outils de diagnostic des ...

-

Documents
2 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

9 déc. 2011 – Pépinière viticole et maladies du bois. Auteur : Laurent BERNOS. Date de rédaction : décembre 2011. 2011. Réf : Nom du média : Page : 1/ 1 ...

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 24
Langue Français
Signaler un problème
Pépinière viticole et maladies du bois.
Auteur : Laurent BERNOS
Date de rédaction : décembre 2011 2011 Réf : Nom du média : Page : 1/ 1
Ce document est un bilan d’étape du thème "Recherche et évaluation de procédés permettant la production de plants indemnes de champignons associés aux maladies du bois" de l’appel à projet CASDAR sur les malades du bois. Il a été présenté lors du colloque sur les maladies du bois le 9 décembre 2011, à Paris.
Des études menées en pépinière ont montré que certains champignons associés à l’Esca et au Black Dead Arm (BDA) sont présents lors des étapes de production des plants. Il est possible qu’au cours de ces étapes, des champignons présents en surface des bois pénètrent à l’intérieur des tissus. Bien qu’aucune étude n’ait établi un lien de causalité entre la contamination des plants en sortie de pépinière et le développement des maladies du bois au vignoble, il apparaît important de limiter la propagation et la contamination des plants lors de leur production. Ce projet a pour objectif d’améliorer la qualité de l’état sanitaire de plants par l’étude et la mise au point de processus optimisés de production. Parallèlement à la mise en place d’essais visant à améliorer le processus de production des plants, il vise à mettre au point des outils moléculaires d’identification et de quantification des champignons inféodés aux maladies du bois plus souples et plus performants. Ce projet a été découpé en 4 actions :
Action 1 : Développer de nouveaux outils de diagnostic des champignons pour le contrôle de la qualité des plants : adaptation de la PCR quantitative. Cette action a permis de valider des amorces pour développer un outil de PCR quantitative en temps réel permettant d’identifier et de quantifier les principaux champignons(Botryosphaeriae spp, Phaemoniella chlamydospora, Phaeocrmonium aleophilum)impliqués dans chaque type de maladies du bois. Au travers de ce développement, l’échantillonnage et la préparation des bois ont été optimisés. Ces techniques sont aujourd’hui validées sur divers matériels végétaux et sont donc appliquées pour les partenaires impliqués dans les autres étapes du projet afin de tester l’efficacité des moyens de lutte proposés.
Action 2 : Définir des processus de multiplication des plants permettant de garantir la production d’un matériel indemne de champignons associés aux maladies du bois en sortie de pépinière. Dans un premier temps, il s’agit d’évaluer l’effet de l’état sanitaire des bois sur la qualité des plants en sortie de pépinières. Pour cela des parcelles ont été identifiées. Des bois ont été prélevés pour produire des plants sur lesquels seront recherchés les champignons.
La possibilité d’assainir les bois avec de nouveaux produits de désinfection, avant leur utilisation est également testée. 5 produits ont été retenus et sont aujourd’hui à l’étude. La stratification est une étape critique vis–à-vis de la contamination des plants. Douze substrats sont testés: les niveaux de reprise et de contamination des plants sont ensuite étudiés. Onze substrats assurent une bonne reprise des plants. Cependant, La nature du substrat de stratification a statistiquement peu d’effet sur le développement des espèces de champignon associées aux maladies du bois (Botryospheriacées en particulier). Enfin, la technique du greffage en vert a été utilisée pour produire des plants. Aucun champignon responsable des maladies du bois n’a été retrouvé.
Action 3 : Etudier en plein champ l’intérêt du traitement à l’eau chaude des plants au cours de leur production. Le traitement à l’eau chaude (trempage des bois ou des plants dans l’eau à 50°C pendant 45 minutes) permetde réduire la présence d'un certain nombre de champignons dans les tissus des bois. Une première étude porte sur des parcelles différentes traitées ou non à l’eau chaude. Les premières observations montrent un niveau d’expression des symptômes très faible par les maladies du bois. Aucune différence significative n’est notée malgré une légère prépondérance des symptômes d’Esca/BDA sur les parcelles non traitées. La seconde étude concerne des parcelles plantées pour partie avec des plants traités ou non à l’eau chaude. Les résultats montrent aussi des niveaux d’expression très faibles et peu marqué entre les modalités.
Action 4 : Diffuser à l’ensemble de la profession les acquis scientifiques et avancées techniques obtenus. La diffusion cible les pépiniéristes, les viticulteurs, les techniciens et les lycées agricoles par l'intermédiaire des différents supports actuels de communication. Depuis le démarrage du projet de nombreuses communications orales et écrites ont été réalisées. Elles ont concerné dans un premier temps la présentation du projet et actuellement les premiers résultats sont diffusés.
Du fait des cycles végétatifs, les résultats de la seconde année ne sont pas tous disponibles. Le déroulé respecte le calendrier initial et les premiers résultats permettront d’apporter des réponses à quelques-unes des questions soulevées dans ce projet.
BERNOS Laurent Chambre d’Agriculture de la Gironde Vinopôle Bordeaux-Aquitaine