BILAN 2015 DU MARCHÉ DE LA MUSIQUE ENREGISTRÉE
19 pages
Français

BILAN 2015 DU MARCHÉ DE LA MUSIQUE ENREGISTRÉE

-

Cet ouvrage peut être téléchargé gratuitement
19 pages
Français
Cet ouvrage peut être téléchargé gratuitement

Description

BILAN 2015 DU MARCHÉ DE LA MUSIQUE ENREGISTRÉE I - LA CONSOMMATION DE MUSIQUE EN STREAMING FRANCHIT UN NOUVEAU CAP  L’accélération de la mutation des usages liés à la consommation de musique a marqué l’année 2015 : avec désormais 3 millions d’abonnés, soit 5% de la population française, le streaming franchit un cap majeur et s’affirme comme le moteur de croissance de la musique enregistrée. L’arrivée de nouveaux acteurs, la diversification des offres existantes avec notamment les forfaits famille, et l’extension des catalogues disponibles – les Beatles, ACDC, Led Zepplin - sont autant de signes positifs et de facteurs de développement de cet usage.  En 2015, le marché de la musique enregistrée a fléchi de 4,7% sous l’effet de la baisse conjuguée des ventes physiques (-15.9%) et, pour la 2ème année consécutive, des ventes de téléchargement à l’acte (-20.5%). Cette restructuration des revenus résulte de l’accélération du basculement des usages vers le streaming.  Les ventes physiques représentent encore 64% du marché. Seul le vinyle est en croissance sur ce segment. Avec 750 000 exemplaires vendus, ce format représente 2,3% du marché physique(en volume).

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 08 mars 2016
Nombre de lectures 52
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Exrait



BILAN 2015 DU MARCHÉ DE LA MUSIQUE ENREGISTRÉE

I - LA CONSOMMATION DE MUSIQUE EN STREAMING FRANCHIT UN NOUVEAU CAP
 L’accélération de la mutation des usages liés à la consommation de musique a marqué l’année 2015 : avec
désormais 3 millions d’abonnés, soit 5% de la population française, le streaming franchit un cap majeur et
s’affirme comme le moteur de croissance de la musique enregistrée. L’arrivée de nouveaux acteurs, la
diversification des offres existantes avec notamment les forfaits famille, et l’extension des catalogues
disponibles – les Beatles, ACDC, Led Zepplin - sont autant de signes positifs et de facteurs de développement de
cet usage.

 En 2015, le marché de la musique enregistrée a fléchi de 4,7% sous l’effet de la baisse conjuguée des ventes
physiques (-15.9%) et, pour la 2ème année consécutive, des ventes de téléchargement à l’acte (-20.5%). Cette
restructuration des revenus résulte de l’accélération du basculement des usages vers le streaming.

 Les ventes physiques représentent encore 64% du marché. Seul le vinyle est en croissance sur ce segment. Avec
750 000 exemplaires vendus, ce format représente 2,3% du marché physique(en volume).




1



II - LE STREAMING PAR ABONNEMENT MOTEUR DE CROISSANCE DU MARCHÉ

 Grâce à une croissance de 45%, le streaming franchit le seuil des 100 M€ de chiffre d’affaires. Multiplié par 5
en 5 ans, le chiffre d’affaires du streaming est aujourd’hui 2 fois supérieur à celui du téléchargement à l’acte.

 A lui seul, l’abonnement explique cette croissance, avec un chiffre d’affaires en hausse 71% en un an. Le
streaming par abonnement représente 79% du chiffre d’affaires du streaming et draine désormais plus de la
majorité des revenus numériques.

Evolution de la structure du marché numérique en France


 Bien que les revenus du marché physique soient encore majoritaires dans le marché total, le numérique
représente désormais 36% du marché français. Rien qu’en 2015, la part des revenus numériques a progressé de
6 points grâce à une croissance de près de 15%. Les 5 dernières années (2010-2015), c’est une progression de
21 points.




2


III – LA VITALITÉ ET LE SUCCÈS RENOUVELÉS DE LA PRODUCTION LOCALE

 Les producteurs de musique ont continué de miser sur les artistes locaux en 2015 : 251 albums
francophones ont été commercialisés, soit une progression de 11% par rapport à 2011 (242 albums en
2014, 207 albums en 2013). Priorité est donnée à la mise en avant des productions locales : les
investissements marketing pour les artistes francophones s’élèvent à plus de 45 millions d’euros soit les
¾ des investissements marketing.

 Avec 129 nouvelles signatures en 2015, dont 77% de nouveaux talents, le travail de développement
artistique ne cesse de progresser.

 2015, c’est aussi une nouvelle performance de la production locale dans les ventes : plus des trois-quarts
(76%) des revenus du marché (hors classique et jazz) sont le résultat des succès de la production
francophone.
17 des 20 albums les plus vendus en 2015 concernent des artistes produits localement dont 16 chantent
en français.
En 2015, la part des productions locales dans les ventes établit un nouveau record


 Le succès des artistes produits en France s’est confirmé à l’international : en 2015, 24 nouvelles
certifications ont été attribuées par le Bureau Export : 15 albums et 8 singles dont 6 atteignent le plus haut
seuil de certification, Diamant.
Un tiers de ces certifications est attribué à des artistes chantant en français. Sur les 12 meilleurs albums
certifiés à l’international, 5 concernent des jeunes talents.

2016 : LES ENJEUX DES PRODUCTEURS DU SNEP


 Instaurer des relations plus équitables entre producteurs et certaines plateformes

 Poursuivre la dynamique des accords Schwartz

 Améliorer la présence et la diversité des artistes dans les médias traditionnels


3 LE MARCHÉ DE GROS DE LA MUSIQUE ENREGISTRÉE
(Valeur gros H.T. nette de remises et retours)
Année 2015 : 426 millions d’euros (-7%)


Année Année
Millions d’euros Evolution
2014 2015
Marché physique 325.3 273.7 -15.9%
Marché numérique 132.8 152.3 14.7%
TOTAL MARCHE 458.1 426 -7%


Sur l’année 2015, le marché est en baisse de 7%
 Les ventes physiques chutent de 15.9%

 Les ventes numériques progressent de 14.7% dont :

- Téléchargement Internet : -20.5%
- Téléphonie mobile : -23.7%
- Streaming : +44.6%
 abonnements +71.3%
 streaming financé par la publicité -8.4%

 La part de marché du numérique s’établit à 36% vs 29% en 2014.

 La structure des ventes numériques :

‐ Téléchargement Internet : 28% des revenus numériques, 40% en 2014.

‐ Téléphonie mobile : 3% des revenus numériques, 5% en 2014.

‐ Streaming : 69% des revenus numériques, 55% en 2014.

→ Streaming financé par la publicité : 14% des revenus numériques, 19% en 2014
→ Streaming par abonnement : 55% des revenus numériques, 36% en 2014



Les revenus du streaming franchissent le cap des 100 millions d’euros.
Les abonnements streaming représentent 79% des revenus du streaming, 55% des revenus numériques
et 19% de l’ensemble du marché.




année 2014 40% 5% 55%
3%année 2015 28% 69%
Téléchargement Internet Téléphonie mobile Streaming









MARCHÉ DE LA MUSIQUE ENREGISTRÉE
ANNÉE 2015
(en milliers d'euros)

Evolution MARCHÉ PHYSIQUE ANNEE 2014 ANNEE 2015
TOTAL VENTES DE SUPPORTS 325 270 273 698 -15,9%

Evolution MARCHÉ NUMÉRIQUE ANNEE 2014 ANNEE 2015
TÉLÉCHARGEMENT INTERNET 53 826 42 777 -20,5%
 Titres  21 482 17 767 -17,3%
 Albums  27 450 23 501 -14,4%
 Vidéomusicales  328 261 -20,4%
 Autres  4 566 1 248 -72,7%
TÉLÉPHONIE MOBILE 6 881 5 247 -23,7%
 Sonneries  1133 1259 11,1%
 Sonneries d'attente téléphonique  78 138 76,9%
 Titres  368 313 -14,9%
 Vidéomusicales  -42 29 -169,0%
 Autres  5344 3508 -34,4%
TOTAL VENTE A LA CARTE 60 707 48 024 -20,9%
REVENUS DES ABONNEMENTS 47 970 82 184 71,3%
 Abonnements AUDIO  47538 81772 72,0%
 Abonnements VIDEO  432 412 -4,6%
REVENUS DU STREAMING 24 144 22 109 -8,4%
 Streaming AUDIO 13111 12051 -8,1%
 Streaming VIDEO  11033 10058 -8,8%
TOTAL STREAMING ET ABONNEMENTS 72 114 104 293 44,6%
TOTAL REVENUS NUMÉRIQUES 132 821 152 317 14,7%

TOTAL MARCHÉ 458 091 426 015 -7,0%
SNEP – 02/02/16


LA CONSOMMATION DE MUSIQUE EN 2015 EN VOLUME
(source GFK)





En 2015, la consommation en volume a représenté 67.6 millions d’unités vendues et 17.7 milliards de titres écoutés
en streaming.

La consommation à l’acte chute de 12.8% par rapport à 2014, tandis que les titres écoutés en streaming progressent
de près de 50%.

Parmi la consommation à l’acte :

 Le nombre d’albums vendus en 2015 (40.3 millions) baisse de 7% dont -6.5% en magasin et -11.7% en
téléchargement,

 Le nombre de titres téléchargés baisse de près de 20% en 2015 pour atteindre une baisse cumulée de 41%
en 4 ans.


Evolution
En millions d'unités 2012 2013 2014 2015
2012/2015
• Nombre d'albums vendus 51,7 48,5 43,4 40,3 -22%
 En magasins 44,1 41,2 37,4 35 -21%
 En téléchargement 7,6 7,3 6 5,3 -30%
• Nombre de titres vendus 44,6 40,7 32,5 26,1 -41%
 En magasins 0,5 0,2
 En téléchargement 44,1 40,5 32,5 26,1 -41%
• Nombre de videomusicales vendues en magasins 2 1,8 1,7 1,2 -40%
Unités vendues dans l'année 98,3 91 77,6 67,6 -31%

Nombre de titres streamés sur les services audio 4 000 8 200 12 000 17 700 x par4,4

SNEP – 02/02/16
LES MEILLEURES VENTES D’ALBUMS EN 2015

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents