Comment les SIIC françaises investissent le développement durable ?

Comment les SIIC françaises investissent le développement durable ?

-

Français
4 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

L'étude montre que les SIIC françaises prennent progressivement la mesure de la montée en puissance du développement durable. Comment structurent-elles leurs démarches ? Quelles actions mettent-elles en place ? Comment mesurent-elles leurs performances ? Quels sont les défis restant à relever ?

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 mars 2011
Nombre de lectures 238
Langue Français
Signaler un problème
Financial Services Lettre des Tiré à part du numéro 19 Services Financiers
Comment les SIIC françaises investissent le développement durable ?
Immobilier
Les SIIC* françaises prennent progressivement la mesure de la montée en puissance du développement durable. Comment structurent-elles leurs démarches ? Quelles actions mettent-elles en place ? Comment mesurent-elles leurs performances ? Quels sont les défis restant à relever ?
Rédigé par Julien Rivals Senior Manager Développement durable Tél. : 01 40 88 83 94 jrivals@deloitte.fr Pascal Souchon Directeur Financial Advisory Immobilier Tél. : 01 55 61 69 93 psouchon@deloitte.fr
2
Le secteur immobilier est au cœur des nouvelles lois Grenelle, notamment par de nombreuses dispositions en matière de performance environnementale des bâtiments tant dans le neuf que dans l’ancien. Les principales foncières françaises n’ont cependant pas attendu ces nouvelles obligations pour structurer leurs démarches de développement durable (ou de RSE, responsabilité sociétale d’entreprise), dépassant la dimension énergétique ou même environnementale. L’analyse des pratiques du secteur, à partir des communications publiques des 9 principales SIIC, le confirme : toutes sont en ordre de marche pour relever le défi de l’intégration des enjeux de développement durable dans leur modèle économique et leur fonctionnement.
Une démarche réelle de développement durable Les entreprises analysées disposent toutes d’une démarche de développement durable comprenant a minima des orientations, des actions précises et des indicateurs. • Plus de la moitié présente en outre un plan d’actions opérationnel, des diagnostics de la performance de leurs actifs, des engagements ou objectifs chiffrés et de nombreux indicateurs de performance. • Quelques entreprises intègrent clairement le développement durable dans leurs relations avec leurs partenaires économiques : achats durables, sensibilisation des occupants aux enjeux du développement durable ou encore instauration de baux verts.
• Les objectifs chiffrés restent toutefois très limités, tant par le nombre d’entreprises qui en proposent (trois sur neuf) que par les sujets concernés (souvent limités à l’énergie ou aux gaz à effet de serre).
Un focus sur le pilier environnemental Les thématiques couvertes relèvent principalement du pilier environnemental. • La performance énergétique et l’empreinte carbone sont les préoccupations principales. Les 9 entreprises déclarent des engagements et des initiatives, et évaluent la performance énergie/carbone, mais la moitié seulement affiche des objectifs clairs et quantifiés. • La certification développement durable des bâtiments est désormais incontournable, notamment pour le tertiaire neuf. La quasi-totalité des entreprises dispose d’au moins un projet HQE (Haute qualité environnementale) et les deux tiers ont au moins un projet BREEAM (BRE Environmental Assessment Method). • Quelques entreprises travaillent sur les autres enjeux environnementaux (gestion des sites classés, qualité de l’air, présence de produits toxiques, nuisances sonores, gestion de l’eau, gestion des déchets…) mais se limitent souvent à des engagements non chiffrés ou des bonnes pratiques ponctuelles. • La biodiversité émerge comme une des préoccupations (3 entreprises sur 9 l’abordent), mais à un stade encore expérimental avec des projets de R&D ou de mécénat.
*SIIC : sociétés d’investissement immobilier cotées
En marge, les sujets sociaux et sociétaux Les thématiques sociales et sociétales sont moins développées et plus hétérogènes. • Les sujets sociaux regroupent la gestion prévisionnelle des effectifs, la parité hommes/femmes, les salariés handicapés, la gestion des séniors, la formation et la rémunération. Le niveau de détail des informations et des indicateurs publiés est particulièrement hétérogène et globalement moindre que dans les autres secteurs. • Quant aux aspects sociétaux, les thématiques les plus souvent développées concernent l’accessibilité aux personnes handicapées et la politique de mécénat, au travers notamment de fondations d’entreprise. L’accès au logement n’est traité que par une seule des 9 entreprises analysées, la majorité des foncières n’intervenant pas sur le résidentiel.
Indicateurs de performance Les indicateurs de performance sont très hétérogènes et rarement fiabilisés. Rares sont les entreprises qui disposent d’une cartographie développement durable détaillée de chacun de leurs actifs, mais cette pratique est en cours. Les grilles utilisées diffèrent fortement d’une entreprise à l’autre, avec une grande variété des thèmes couverts (allant de la seule performance énergétique à une liste détaillée des caractéristiques intrinsèques et environnementales du bâtiment). En outre, 2 entreprises seulement demandent à un tiers indépendant une revue de la fiabilité de leur reporting environnemental et social. Par ailleurs, ces revues restent relativement limitées, portant sur quelques indicateurs et parfois sans assurance émise par le tiers vérificateur.
Les foncières doivent désormais relever plusieurs défis en matière de développement durable. 1.naMtnemega: structurer des démarches de progrès transversales, adaptées, intégrées dans chaque fonction et métier de l’entreprise et créatrices de valeur. 2.téormiConf: respecter les dispositions du Grenelle (diagnostics de performance énergétique, baux verts, nouvelles réglementations thermiques…). 3.eRoptrnig: mettre en place les évaluations et indicateurs pertinents et fiables, répondant aux besoins divers (cartographie/audit des actifs, informations obligatoires au sein des rapports annuels, critères d’investissement, prise en compte de la « valeur verte » dans l’évaluation des immeubles…).
Lettre de l’Assurance n°19
Rares sont les entreprises qui disposent d’une cartographie développement durable détaillée de chacun de leurs actifs, mais cette pratique est en cours
4.Evaluation et arbitrage: concevoir des outils d’aide à la décision permettant de chiffrer les coûts des opérations de remise à niveau d’un portefeuille, la valorisation et les arbitrages stratégiques qui en découlent (travaux, cessions, acquisitions…). 5.tiiaocégnoN: intégrer l’environnement dans la contractualisation entre bailleurs et preneurs (bail vert) en remettant à plat les responsabilités respectives. 6.citreCnatio: faire les bons choix parmi les référentiels existants (HQE, BREEAM, LEED…) selon la nature des projets et dans un marché aujourd’hui international. 7.onmpliIcati: participer aux réflexions de place internationales (UNEP-FI PWG, SB Alliance, World GBC…) et nationales (Plan Bâtiment Grenelle, France GBC…), notamment sur la convergence des référentiels.
Etude Deloitte « Immobilier & Développement durable : Analyse des démarches et pratiques de neuf sociétés d’investissement immobilier cotées (SIIC) françaises », novembre 2010
3
Contacts
Laure Silvestre-Siaz Associée Responsable du secteur Immobilier Tél. : 01 55 61 21 71 lsilvestresiaz@deloitte.fr
Eric Dugelay Associé Développement Durable Tél. : 01 55 61 54 13 edugelay@deloitte.fr
Achevé de rédiger le 22 décembre 2010
Brice Chasles Associé Financial Advisory Immobilier Tél. : 01 55 61 41 35 bchasles@deloitte.fr
Pour toute question / suggestion sur cette publication, merci de contacter le Comité de rédaction (Directeur de la rédaction : José-Luis Garcia, Rédactrice en chef : Caroline Mauran, Rédactrice en chef adjointe : Laurence Dispagne) à l’adresse suivante : frmarketingfsi@deloitte.fr
La Lettre des Services Financiers est éditée par Deloitte & Associés, S.A. au capital de 1 723 040 €, 572 028 041 RCS Nanterre. 185, avenue Charles-de-Gaulle, 92524 Neuilly-sur-Seine cedex, téléphone : 01 40 88 28 00, télécopie : 01 40 88 28 28. Président de la Direction générale et Directeur de la publication : Alain Pons. Maquette : studio graphique de Neuilly. Impression : Impressions Jaurès, 10, rue Vicq d’Azir, 75010 Paris. Parution et dépôt légal : janvier 2011. Diffusion gratuite. ISSN 1635-8309.
Deloitte fait référence à un ou plusieurs cabinets membres de Deloitte Touche Tohmatsu Limited, société de droit anglais (« private company limited by guarantee »), et à son réseau de cabinets membres constitués en entités indépendantes et juridiquement distinctes. Pour en savoir plus sur la structure légale de Deloitte Touche Tohmatsu Limited et de ses cabinets membres, consulter www.deloitte.com/about. En France, Deloitte SA est le cabinet membre de Deloitte Touche Tohmatsu Limited, et les services professionnels sont rendus par ses filiales et ses affiliés.
Deloitte 185, avenue Charles-de-Gaulle 92524 Neuilly-sur-Seine Cedex Tél. : 33 (0)1 40 88 28 00 - Fax : 33 (0)1 40 88 28 28
© Janvier 2011 Deloitte Conseil - Tous droits réservés - Member of Deloitte Touche Tohmatsu Limited Studio graphique Neuilly Document imprimé sur papier certifié PEFC