La rémunération des commerces de presse Contribution MLP

La rémunération des commerces de presse Contribution MLP

-

Documents
25 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

La rémunération des commerces de presse Contribution MLP A la consultation publique du CSMP Eric Desmarey Novembre 2013 ‘‘ Réseau de détaillants de presse, une nouvelle donne „ oilà bientôt quatre ans que le Livre Vert des Etats Généraux de la Presse concluait quatre mois de travaux et de réflexions collectifs. Depuis V certaines intentions et certains enjeux ont pu être imprudemment oubliés. La crise économique et des événements systémiques, apparaissant parfois plus graves encore que ceux imaginés à l’origine des EGPE , ont détourné les uns, les autres, voire tout le secteur de ce qui paraissait strictement nécessaire ou indispensable.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 52
Langue Français
Signaler un problème









La rémunération

des commerces

de presse




Contribution MLP
A la consultation publique du CSMP
Eric Desmarey


Novembre 2013




‘‘ Réseau de détaillants de presse,
une nouvelle donne „


oilà bientôt quatre ans que le Livre Vert des Etats Généraux de la Presse
concluait quatre mois de travaux et de réflexions collectifs. Depuis V certaines intentions et certains enjeux ont pu être imprudemment
oubliés.

La crise économique et des événements systémiques, apparaissant parfois plus
1 2graves encore que ceux imaginés à l’origine des EGPE , ont détourné les uns, les
autres, voire tout le secteur de ce qui paraissait strictement nécessaire ou
indispensable.

Pourtant la problématique structurelle est demeurée et s’est même aggravée. Plus
forte que jamais, la crise de la vente au numéro qui ronge le réseau des diffuseurs
spécialistes de la presse empêche ou dissuade, chaque jour un peu plus, les
éditeurs de soutenir leurs publications ou de prendre de nouvelles initiatives.

Dès janvier 2011, MLP en publiant son Livre Blanc qui détaillait les plans d’actions
et les réformes à mettre en œuvre soulignait qu’il n’était plus possible d’attendre
plus longtemps la mise en place des réformes essentielles et pragmatiques.
Chaque année perdue à consolider le réseau des diffuseurs et donc les ventes fait
perdre l’équivalent de 6 à 8% de leurs revenus presse à ces derniers et crée un
effet accélérateur à la crise structurelle qui prive le secteur du temps nécessaire à
sa réforme.

Le temps perdu rend les choix de plus en plus difficiles.


La contribution MLP s’inscrit dans la droite ligne du Livre Blanc relatif à « la
3consolidation du réseau des diffuseurs spécialistes de la presse » , rendu public le
8 janvier 2011 par MLP, et qui avait pour but d’éveiller et mobiliser les
consciences, les énergies et les plans d’actions en faveur d’une forte et rapide
consolidation du réseau de détail de la presse concentré sur les diffuseurs
spécialistes de la Presse. Hélas, nous avons été peu entendus alors que nos
prévisions se sont avérées justes et nos craintes justifiées : la vente au numéro des
quotidiens et des publications de presse est entrée dans un cycle structurellement
et fortement baissier.


1
EGPE : Etats Généraux de la Presse Ecrite
2
comme ceux qui ont motivé le plan Mettling, puis l’accord tripartite visant à sauver Presstalis d’un possible dépôt de bilan
3
Pour mémoire : “Via Laudis „ – 2011, ne plus attendre. Livre Blanc MLP pour les diffuseurs de Presse.

2 Novembre 2013 Contribution MLP





Mais il n’est plus l’heure de refaire l’histoire, il faut construire et réaliser ce qui
peut l’être encore en assumant des choix qui compte tenu du temps perdu et de la
situation devront être plus tranchés encore que nous ne l’imaginions il y a quatre
ans.

C’est dans l’intérêt général du secteur que la Coopérative d’éditeurs MLP a
souhaité contribuer activement aux débats et assumer ses positions en
s’apprétant à engager les réformes indispensables et à faire les efforts nécessaires
à leur réussite.



‘‘ Quel sera le marché de la vente au numéro de
la presse dans 3, 6 et 9 ans ? „


Quel sera le marché de la Presse au numéro demain ?
Quelle presse ? Qui la vendra ? Quelle sera la consistance du marché : son
volume, son chiffre d’affaires ? Ces questions sont essentielles afin de faire des
recommandations en matière de rémunération des commerces de presse.

Les recommandations MLP vont toutes dans un même sens : il faut dessiner le
futur réseau de la distribution de la presse en « valorisant le statut et le rôle du
diffuseur spécialiste de la presse » en permettant en particulier de consolider sa
rémunération et son modèle économique, y compris en ce qui concerne la
valorisation de son fonds de commerce.


3 Novembre 2013 Contribution MLP




Sommaire „





1. Rappel de la consultation publique du CSMP page 5

2. Propositions MLP page 7

A. Les principes généraux page 9
B. Des statuts selon les bouquets de services page 11
C. Géocommercialité page 13
D. Frais de livraison page 14
E. Les différents types d’exploitation de commerces page 15

3. Rémunérations et financement page 16

A. Conditions de mise en oeuvre page 17
B. Synthèse des rémunérations page 18
C. Conditions d’accès page 19
D. Financement page 23
E. Calendrier page 25

4 Novembre 2013 Contribution MLP














Chapitre 1



Rappel de la consultation
publique du CSMP
















5 Novembre 2013 Contribution MLP




4‘‘ La mesure envisagée „


Le CSMP envisage de revoir le dispositif de rémunération des diffuseurs de presse.

La mesure envisagée procèdera ainsi à la refonte des dispositifs mis en place par
voie d’accords interprofessionnels successifs : 1er plan, 2ème plan, dispositifs «
kiosques », « spécialistes petites surfaces », « enseignes culturelles », « diffuseurs
en concession », « Points de Vente Complémentaires ».


Alors que l’empilement de ces dispositifs, qui font référence à de multiples
critères successifs, cumulatifs ou optionnels, apparaît aujourd’hui d’une
complexité peu favorable à la dynamique commerciale, il s’agit d’encourager
l’amélioration de la performance de chaque point de vente dans son contexte et
avec ses contraintes. La mesure envisagée aura donc notamment pour objet de
simplifier les dispositifs existants, d’améliorer leur lisibilité et de permettre aux
diffuseurs de mieux prévoir la rémunération qu’ils seront appelés à percevoir.

Les conditions de rémunération des diffuseurs de presse pourront être modulées
différemment selon la nature des points de vente (kiosques, enseignes presse,
enseignes culturelles, concessions, diffuseurs spécialistes, rayons intégrés, points
de vente complémentaires…) ainsi qu’au regard des les prestations servies et des
objectifs poursuivis par la profession.
La mesure envisagée s’inscrira dans la volonté de meilleure répartition de la
valeur entre les acteurs du système de distribution.

Alors que les sur-commissions font aujourd’hui l’objet de « compléments de
rémunération » versés par chèque chaque semestre, la mesure envisagée devra
être compatible avec un mode de versement des sur-commissions
« au fil de l’eau », afin de favoriser la trésorerie des diffuseurs de presse
concernés, de simplifier et d’en alléger le traitement.





4
Extrait de l’avis de consultation publique émis sur le site du CSMP le 22 octobre 2013 sur l’évolution des conditions
de rémunération des diffuseurs de presse.

6 Novembre 2013 Contribution MLP














Chapitre 2



Propositions MLP
















7 Novembre 2013 Contribution MLP



evoir les services apportés aux éditeurs, adossés à des rémunérations
correspondantes, est pour notre Coopérative le point clé de la réforme
à mettre en oeuvre. On ne peut attendre et il devient urgent de R consolider, a minima et en commencant rapidement, les Spécialistes
de la presse. Pour ne pas être opposable, le secteur devra mettre en place des
règles claires, accessibles à tous, et applicables à tout point de vente, y compris
pour les concessionnaires, selon un cahier des charges précis qui deviendrait la
norme quelle que soit la société de messageries ou l’éditeur.

Dans la présente contribution de la Coopérative MLP, nous distinguerons la
consolidation immédiate de la rémunération des Spécialistes de la presse et, dans
un calendrier proposé, la mise en place des contrats d’agréments, en fonction des
services dédiés à la presse, auprès des autres diffuseurs.


La réflexion de MLP tient compte de ce que pourraient être la distribution et
l’offre presse d’ici quelques années (terme de 3 à 6 ans), ceci afin de cibler les
efforts de financement.


L’offre :

 Le marché des quotidiens, comme cela a déjà malheureusement été
amorcé sur 2013, devrait être sur une pente de régression forte et
durable, désormais supérieure à celle de la presse magazine au moins en
volume.

 La presse magazine devrait avoir un comportement différencié selon 2
segments principaux :

- La presse spécialisée à centre d’intérêt, bien qu’en baisse sensible
devrait être le segment offrant la meilleure résistance naturelle
(renouvellement de l’offre, création, point mort plus bas) .

- Les titres généralistes, y compris ceux à grands tirages et niveaux
de vente, devraient subir l’accélération de la concurrence des
supports numériques et nouveaux médias tout en assurant par eux-
mêmes leur migration vers ces mêmes supports. Ils devraient à
moyen terme subir une régression assez sensible de leurs ventes au
numéro bien qu’un peu moins importante que celle des quotidiens.






8 Novembre 2013 Contribution MLP





 Le marché du Hors-Presse en flux poussés devrait connaître une
décélération continue un peu supérieure à celle de la presse magazine.
Pour mémoire, les messageries et les dépositaires devraient être amenés à
assurer la distribution de produits et services « non-presse » (ni Presse ni
Hors-Presse) tant en flux poussés que tirés vers le réseau diffuseurs et
revendeurs de Presse.


Le réseau :

 L’avenir de la vente au numéro autant que l’amortissement des charges
fixes qui structurent sa distribution nécessite la préservation des réseaux à
offre large et à fort niveau de services, donc facilement identiables par le
public : le réseau de spécialistes de la presse.

Le réseau de spécialistes est d’environ 6 000 points de vente. C’est ce
noyau qu’il convient de consolider car la presse constitue pour eux une
ressource importante, et la presse a besoin de ce réseau pour valoriser ce
qu’elle sera demain, amortir ses coûts de distribution et assurer sa
pérénité sur le marché de la vente au numéro.

 La capillarité, intrinsèquement coûteuse en matière de distribution, devrait
se réduire naturellement en raison de la structure de l’offre. Sa réduction
ne constitue pas un objectif mais elle est bien la conséquence de la
modification de l’offre, de celle de l’attrait des produits actuellement
distribués principalement dans ce type de points de vente auprès de la
clientèle (moindre attraction pour le consommateur de presse avec des
offres restreintes).


Il nous faut intégrer les évolutions probables de l’offre et du réseau pour donner le
maximum de lisibilité aux éditeurs afin de prioriser les efforts de rémunération
visant à la consolidation du réseau de spécialistes de la presse.










9 Novembre 2013 Contribution MLP




‘‘ A. Les principes généraux „


Les propositions du Livre Blanc MLP, mises à jour dans la présente contribution
MLP, répondent aux objectifs visés par l’avis de consultation publique du CSMP :
 Simplification des dispositifs existants ;
 Distinction des statuts «Revendeur», « Diffuseur» et de « Diffuseur
Spécialiste» ;
 Augmentation sensible des taux de commission pour les diffuseurs
Spécialistes en fonction du niveau de services rendus ;
 Régularité du versement de la rémunération au fil de l’eau.

Nous pouvons résumer ainsi les principes qui ont fondé nos propositions :

 La rémunération doit permettre de répondre à un engagement du réseau,
à une qualité de services, à un cahier des charges précis et vérifiable qui
privilégie les ventes et le service rendu au client de la Presse et aux
éditeurs.

 La rémunération doit être appliquée selon la qualité de chaque point de
vente.

 La rémunération doit être versée selon les engagements du diffuseur et a
priori sur la base de ses résultats de l’année précédente.

 La rémunération doit, en conséquence, être versée au fil de l’eau.

 Il faut complètement remettre à plat le système actuel, les critères de
services se substituant aux critères actuels de qualification.

Attention toutefois, la rémunération sur les ventes n’est pas la réponse à toutes
les problématiques : une non augmentation, voire une baisse de rémunération,
peut être compensée par un contrat de service plus adapté au diffuseur ou
revendeur.

Pour chaque contrat de services est associée une rémunération qui est fonction
des obligations du commerçant de presse et relevant, entre autres, de la
dynamique commerciale. Il faut redéfinir le niveau de rémunération des
distributeurs en s’engageant dans une démarche qualitative de services aux clients
et garantie aux éditeurs. On ne peut continuer à rémunérer au même niveau des
distributeurs pour lesquels la presse n’est qu’une activité accessoire (donc ni
perenne ni stable) et ceux pour lesquels elle est une activité essentielle et
structurante de leur compte d’exploitation (donc vitale).



10 Novembre 2013 Contribution MLP