OCDE Economic Outlook French

OCDE Economic Outlook French

Documents
356 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Pour lire et télécharger la version originale sur le site oecd-ilibrary.org, merci d'aller à cette adresse : http://dx.doi.org/10.1787/eco_outlook-v2014-1-fr
PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES DE L’OCDE VERSION PRÉLIMINAIRE 95 MAI 2014 Les Perspectives économiques de l’OCDE paraissent sous la responsabilité du Secrétaire général de l’OCDE. Les appréciations portées sur l’évolution future des divers pays ne correspondent pas forcément aux vues des autorités nationales des pays considérés. La source des données statistiques contenues dans les tableaux et graphiques est l’OCDE, sauf indication contraire. Ce document et toute carte qu’il peut comprendre sont sans préjudice du statut de tout territoire, de la souveraineté s’exerçant sur ce dernier, du tracé des frontières et limites internationales, et du nom de tout territoire, ville ou région. Merci de citer cet ouvrage comme suit : OCDE (2014), Perspectives économiques de l’OCDE, Vol. 2014/1, Éditions OCDE. http://dx.doi.org/10.1787/eco_outlook-v2014-1-fr ISBN 978-92-64-20851-3 (imprimé) ISBN 978-92-64-20856-8 (PDF) Série : Perspectives économiques de l’OCDE ISSN 0304-3274 (imprimé) ISSN 1684-3436 (en ligne) Les données statistiques concernant Israël sont fournies par et sous la responsabilité des autorités israéliennes compétentes. L’utilisation de ces données par l’OCDE est sans préjudice du statut des hauteurs du Golan, de Jérusalem-Est et des colonies de peuplement israéliennes en Cisjordanie aux termes du droit international. Les corrigenda des publications de l’OCDE sont disponibles sur : www.oecd.org/about/publishing/corrigenda.htm.

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 07 mai 2014
Nombre de lectures 19 842
Langue Français
Signaler un abus
PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES DE L’OCDE
VERSION PRÉLIMINAIRE
95 MAI 2014
L e sé c o n o m i q u e sd el ’ O C D EPe r s p e c t i v e sp a ra i s s e n ts o u sl ar e s p o n s a b i l i t éd u Secrétaire généralde l’OCDE. Les appréciations portées sur l’évolution future des divers pays ne correspondent pas forcément aux vues des autorités nationales des pays considérés. La source des données statistiques contenues dans les tableaux et graphiques est l’OCDE, sauf indication contraire.
Ce document et toute carte qu’il peut comprendre sont sans préjudice du statut de tout territoire, de la souveraineté s’exerçant sur ce dernier, du tracé des frontières et limites internationales, et du nom de tout territoire, ville ou région.
Merci de citer cet ouvrage comme suit : OCDE (2014),Perspectives économiques de l’OCDE, Vol. 2014/1, Éditions OCDE. http://dx.doi.org/10.1787/eco_outlookv20141fr
ISBN 9789264208513 (imprimé) ISBN 9789264208568 (PDF)
Série : Perspectives économiques de l’OCDE ISSN 03043274 (imprimé) ISSN 16843436 (en ligne)
Les données statistiques concernant Israël sont fournies par et sous la responsabilité des autorités israéliennes compétentes. L’utilisation de ces données par l’OCDE est sans préjudice du statut des hauteurs du Golan, de JérusalemEst et des colonies de peuplement israéliennes en Cisjordanie aux termes du droit international.
Les corrigenda des publications de l’OCDE sont disponibles sur :www.oecd.org/about/publishing/corrigenda.htm. © OCDE 2014
Vous êtes autorisés à copier, télécharger ou imprimer du contenu OCDE pour votre utilisation personnelle. Vous pouvez inclure des extraits des publications, des bases de données et produits multimédia de l’OCDE dans vos documents, présentations, blogs, sites Internet et matériel d’enseignement, sous réserve de faire mention de la source OCDE et du copyright. Les demandes pour usage public ou commercial ou de traduction devront être adressées àrights@oecd.org. Les demandes d’autorisation de photocopier une partie de ce contenu à des fins publiques ou commerciales peuvent être obtenues auprès du Copyright Clearance Center (CCC)info@copyright.comou du Centre français d’exploitation du droit de copie (CFC)contact@cfcopies.com.
TABLE DES MATIÈRES
TABLE DES MATIÈRES
Éditorial : Pour une reprise résiliente. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .7 Chapitre 1.Évaluation générale de la situation macroéconomique9. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Résumé .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .10 Introduction .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .12 Principaux facteurs influant sur les perspectives économiques. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .14 Perspectives économiques. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .40 Impératifs de politique économique dans les grandes économies. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .55 Annexe 1.1.. . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71Indicateurs de vulnérabilité financière Chapitre 2.Évolutions dans les pays membres de l’OCDE. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .97 ÉtatsUnis .. . . . . . . . . . . .98 Corée. . . . . . . . . . . . . . . . . .147 Norvège. . . . . . . . . . . . . . .183 Japon. . . . . . . . . . . . . . . . . .103 Danemark. . . . . . . . . . . . . .150 NouvelleZélande. . . . . . .186 Zone euro. . . . . . . . . . . . . .108 Espagne. . . . . . . . . . . . . . . .153 PaysBas.. . . . . . . . . . . . . .189 Allemagne . . . . . . . . . . . . .113 Estonie. . . . . . . . . . . . . . . .156 Pologne. . . . . . . . . . . . . . .192 France. . . . . . . . . . . . . . . . .117 Finlande. . . . . . . . . . . . . . .159 Portugal. . . . . . . . . . . . . . .195 Italie . . . . . . . . . . . . . . . . . .122 Grèce. . . . . . . . . . . . . . . . . .162 Républiqueslovaque . . . .198 RoyaumeUni .. . . . . . . . .126 Hongrie. . . . . . . . . . . . . . . .165 Républiquetchèque .. . . .201 Canada . . . . . . . . . . . . . . . .131 Irlande.. . . . . . . . . . . . . . . .168 Slovénie. . . . . . . . . . . . . . .204 Australie. . . . . . . . . . . . . . .136 Islande. . . . . . . . . . . . . . . .171 Suède. . . . . . . . . . . . . . . . .207 Autriche . . . . . . . . . . . . . . .139 Israël. . . . . . . . . . . . . . . . . .174 Suisse. . . . . . . . . . . . . . . . .210 Belgique . . . . . . . . . . . . . . .142 Luxembourg. . . . . . . . . . . .177 Turquie.. . . . . . . . . . . . . . .213 Chili .. . . . . . . . . . . . . . . . .145 Mexique. . . . . . . . . . . . . . .180 Chapitre 3.Évolutions dans certaines économies non membres. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .217 Afrique du sud. . . . . . . . .218 Chine. . . . . . . . . . . . . . . . . .225 Indonésie. . . . . . . . . . . . . .233 Brésil. . . . . . . . . . . . . . . . . .221 Inde. . . . . . . . . . . . . . . . . . .229 Fédérationde Russie . . . .236 Chapitre 4.Perspectives de croissance et impératifs budgétaires à long terme. . . . . . . . . . . . . . . . . . .241 Résumé .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .242 Prévisions de croissance à long terme de l’économie mondiale. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .244 Viabilité budgétaire et conséquences pour les taux d’intérêt et les déséquilibres mondiaux . . . .265 L’effet des réformes structurelles sur l’emploi, la croissance et la situation budgétaire. . . . . . . . .277 Annexe statistique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .285 Encadrés 1.1. Risquesprésents dans le système financier chinois et éventuels effets d’entraînement à l’échelon international . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .18 1.2. Désinflationdans les économies de l’OCDE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .23
PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES DE L'OCDE, VOLUME 2014/1 © OCDE 2014 – VERSION PRÉLIMINAIRE
3
TABLE DES MATIÈRES
1.3. L’investissementest faible par rapport à ses niveaux habituels d’avant la crise et aux besoins à long terme. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .28 1.4. Lafragmentation financière dans la zone euro . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .35 1.5. Hypothèsesde politique économique et autres hypothèses soustendant les prévisions. . . . .41 4.1. Lemodèle de comptabilisation de la croissance.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .245 4.2. Projectionde l'épargne, de l'investissement et des taux d'intérêt. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .247 4.3. L’effetde la crise sur la production potentielle. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .249 4.4. Comparaisondu PIB de différents pays sur la base des parités de pouvoir d’achat. . . . . . . . . . .254 4.5. Évolutiondu classement des pays en fonction de leur PIB par habitant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .257 4.6. Évolutionde l’âge du départ à la retraite dans les pays de l'OCDE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .263 4.7. Lesrégimes de retraite et leur incidence sur la mesure de la dette publique . . . . . . . . . . . . . . . .265 Tableaux 1.1. Lareprise mondiale regagnera lentement du terrain . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .12 1.2. L'évolutiondu marché immobilier demeure hétérogène . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .39 1.3. Lesconditions du marché du travail devraient s'améliorer lentement. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .46 1.4. Lecommerce mondial se renforcera mais seulement graduellement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .52 1.5. Lessituations budgétaires vont continuer de s’améliorer . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .55 4.1. Croissancede la production potentielle totale et de ses composantes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .251 4.2. Croissancede la tendance de la productivité et de ses composantes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .259 4.3. Croissancedu taux d'emploi potentiel et de ses composantes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .260 4.4. Tendancesbudgétaires dans un scénario de ratio de la dette visant 60% . . . . . . . . . . . . . . . . . . .269 4.5. Changementsdans les dépenses publiques liées au vieillissement dans certains pays de l’OCDE .272 4.6. Leseffets de la baisse de la dette publique à 60%. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .276 Graphiques 1.1. Lesnouvelles commandes sont plus vigoureuses dans la zone OCDE que dans la plupart des BRIC15 1.2. Lesturbulences financières étaient moins fortes au début de 2014 qu'à la mi2013 dans les économies de marché émergentes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .17 1.3. Lestensions inflationnistes sont faibles actuellement dans la zone OCDE. . . . . . . . . . . . . . . . . .23 1.4. L'incertitudeéconomique liée à l'action publique se dissipe. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .31 1.5. Lesconditions financières restent accommodantes dans la zone OCDE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .33 1.6. Lacroissance mondiale se redresse, tirée par les économies de l'OCDE. . . . . . . . . . . . . . . . . . . .40 1.7. Lesousemploi se résorbe lentement. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .47 1.8. L'emploidevrait augmenter dans presque tous les pays de l'OCDE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .48 1.9. Unvolant considérable de ressources économiques inemployées subsiste en raison du travail à temps partiel subi. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .48 1.10. Tauxd'intérêts directeurs dans les économies de marché émergentes ont augmenté . . . . . . . .67 4.1. Évolutionde la composition du PIB mondial d’ici 2060. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .255 4.2. Évolutiondu taux d’activité dans la zone de l'OCDE. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .263 4.3. Assainissementrequis pour ramener la dette publique à 60 % du PIB. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .270 4.4. Primede risque de taux d’intérêt sur la dette publique et extérieure de pays de l'OCDE . . . . . .273 4.5. Tendancesde l’épargne mondiale. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .275 4.6. Primed’équilibre au niveau mondial, 20152060 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .275 4.7. Lesdéséquilibres mondiaux des balances courantes vont s’accroître jusqu’à 2020. . . . . . . . . . .277 4.8. Gainsbudgétaires résultant d’une baisse du chômage structurel. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .279 4.9. Effetssur le PIB d’une amélioration de la réglementation des marchés de produits . . . . . . . . . .281 4.10. Effetssur le PIB d’un meilleur accès à l’éducation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .282
4
PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES DE L'OCDE, VOLUME 2014/1 © OCDE 2014 – VERSION PRÉLIMINAIRE
Éditorial :
$ ¥ £ mb/j . . 0
Suivez les publications de l’OCDE sur :
https://twitter.com/OECD_Pubs
http://www.facebook.com/OECDPublications http://www.linkedin.com/groups/OECD-Publications-4645871 http://www.youtube.com/oecdilibrary OECD http://www.oecd.org/oecddirect/ Alerts
Ce livre contient des...
StatLinks2 ® Accédez aux fichiers Excelà partir des livres imprimés !
En bas des tableaux ou graphiques de cet ouvrage, vous trouverez desStatLinks. Pour télécharger le fichier Excel® correspondant, il vous suffit de retranscrire dans votre navigateur Internet le lien commençant par :http://dx.doi.org, ou de cliquer sur le lien depuis la version PDF de l’ouvrage.
Dollar des ÉtatsUnis Yen japonais Livre sterling Euro Millions de barils par jour Données non disponibles Nul ou négligeable Sans objet
Légendes . Décimale I, IISemestres T1, T4Trimestres Billion Millemilliards Trillion Millebillions c.v.s. Corrigédes variations saisonnières n.c.v.s. Noncorrigé des variations saisonnières
EDITORIAL: MULTIPLE PATHS TO RECOVERY
Résumé des prévisions 2013 20142015 20132014 2015 2013 2014 2015 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4T4 / T4 Pourcentage Croissance du PIB en volume États-Unis 1.92.6 3.5 4.1 2.6 0.1 3.9 3.5 3.4 3.4 3.6 3.7 3.7 2.62.7 3.6 Zone euro-0.4 1.2 1.7 0.6 1.0 1.3 1.3 1.4 1.6 1.7 1.7 1.8 1.9 0.51.4 1.8 Japon 1.51.2 1.2 0.9 0.7 3.9-3.1 1.8 1.5 1.6 2.1 2.4-2.4 2.51.0 0.9 Total OCDE1.3 2.2 2.8 2.6 1.9 1.6 2.3 2.8 2.8 2.8 2.9 3.0 2.5 2.02.4 2.8 Chine 7.77.4 7.37.6 7.4 7.2 1 Variation en glissement Inflation États-Unis 1.11.3 1.6 1.1 1.0 1.1 1.4 1.3 1.4 1.5 1.6 1.7 1.8 Zone euro1.3 0.7 1.1 1.3 0.8 0.7 0.8 0.6 0.8 1.0 1.1 1.2 1.2 Japon 0.42.6 2.0 0.9 1.4 1.4 3.4 2.8 2.6 2.9 1.1 1.2 2.7 Total OCDE1.4 1.6 1.9 1.4 1.3 1.3 1.8 1.7 1.8 1.9 1.7 1.8 2.0 Chine 2.62.4 3.0 2.7 2.9 2.3 2.4 2.4 2.5 2.9 3.0 3.0 3.0 2 Taux de chômage tats-Unis 7.46.5 6.0 7.3 7.0 6.7 6.6 6.5 6.3 6.2 6.1 6.0 5.9 Zone euro11.9 11.7 11.4 11.9 11.8 11.8 11.8 11.7 11.7 11.6 11.4 11.3 11.2 Japon 4.03.8 3.7 4.0 3.9 3.7 3.8 3.8 3.7 3.7 3.7 3.7 3.7 Total OCDE7.9 7.5 7.2 7.9 7.7 7.6 7.6 7.5 7.4 7.3 7.3 7.2 7.1 Croissance du  commercemondial3.0 4.4 6.1 2.7 5.1 2.6 5.4 5.7 6.0 6.3 6.3 6.4 6.5 4.04.9 6.4 3 Balance courante États-Unis -2.3-2.5 -2.9 Zone euro2.8 3.1 3.2 Japon 0.70.2 0.7 Total OCDE-0.1 0.0 0.0 Chine 2.01.2 1.5 3 Solde des administrations publiques États-Unis -6.4-5.8 -4.6 Zone euro-3.0 -2.5 -1.8 Japon -9.3-8.4 -6.7 Total OCDE-4.6 -3.9 -3.2 Chine -0.7-1.2 -1.2 Taux directeur à court terme États-Unis 0.30.3 0.7 0.3 0.3 0.3 0.3 0.3 0.3 0.3 0.5 0.8 1.1 Zone euro0.5 0.1 0.0 0.5 0.4 0.3 0.1 0.0 0.0 0.0 0.0 0.0 0.0 Japon 0.10.1 0.1 0.1 0.1 0.1 0.1 0.1 0.1 0.1 0.1 0.1 0.1 NoteLa croissance du PIB, et la croissance du commerce mondial (moyenne arithmétique des importations et des exportations mondiales en volume) sont corrigées des variations saisonnières et des jours ouvrables et exprimées en taux annualisés. L'inflation est la croissance de l'indice des prix à la consommation ou du déflateur de la consommation privée pour les États-Unis et le total OCDE.Les trois dernières colonnes sont en taux de croissance annuels. Les taux d'intérêt sont : États-Unis : la fourchette supérieure du taux d'intéret cible des Federal Funds ; Japon : le taux au jour le jour non garanti de la Bank of Japan ; zone euro : le taux principal de refinancement de la BCE. Les prévisions ont été établies à partir de données collectées avant la date limite du 30 avril 2014. 1. États-Unis: Indice de prix des dépenses de consommation privées; Japon et Chine : Indice des prix à la consommation; Zone euro : Indice des prix à la  consommationharmonisé. 2. Enpourcentage de la population active. 3. Enpourcentage du PIB. o Source :95.Base de données des Perspectives économiques de l'OCDE, n
6
1 2http://dx.doi.org/10.1787/888933054626
OECD ECONOMIC OUTLOOK, VOLUME 2013/2 © OECD 2013
ÉDITORIAL : POUR UNE REPRISE RÉSILIENTE
ÉDITORIAL: POUR UNE REPRISE RÉSILIENTE D epuis la Grande récession, la reprise a été lente et ardue, et a menacé de dérailler à plusieurs occasions. Les grandes économies avancées montrent enfin des signes d'accélération de l'activité. Dans le secteur privé, la confiance se rétablit. Après des années d'anémie, l'investissement et les échanges commencent à se redresser. Si le chômage reste à des niveaux inacceptables, la situation sur le marché du travail s'éclaircit dans la plupart des pays et elle a cessé de se détériorer dans quasiment toutes les économies avancées. Dans les grandes économies de marché émergentes en revanche, le rythme de la croissance a ralenti. Pour une part, cette décélération n'est pas alarmante et reflète simplement un ralentissement conjoncturel après une période de surchauffe ; de fait, les taux de croissance désormais observés en Chine sont incontestablement plus soutenables, d'un point de vue économique comme d'un point de vue environnemental, que les taux à deux chiffres d'il y a quelques années. Cela étant, gérer le ralentissement du crédit et les risques qui se sont accumulés pendant la période d'abondance de liquidité à l'échelle mondiale pourrait constituer un défi majeur. La probabilité de voir se reproduire certains des événements ayant le plus inquiété les marchés et les responsables de l'action publique ces dernières années s'est atténuée. Les risques sont d'une manière générale plus équilibrés, même si les risques à la baisse restent prédominants. Les tensions financières dans les marchés émergents pourraient bien faire dérailler la reprise mondiale et avoir des retombées plus importantes que prévu. Il ne s'agit en outre pas de la seule menace sur les prévisions. Le recul de l'inflation dans la zone euro pourrait conduire à la déflation. De plus, les risques géopolitiques se sont avivés depuis le début de l'année. Désormais, les pouvoirs publics ne sont toutefois plus confrontés à l'urgence d'éviter un désastre et peuvent se consacrer à promouvoir une reprise plus forte et plus résiliente. Il reste encore à s'attaquer à l'héritage de la crise. Elle a en effet laissé des cicatrices sur le marché du travail, sous la forme notamment d'une hausse du chômage et d'une baisse du taux d'activité des populations les plus vulnérables. Les perspectives de croissance sont plus modestes qu'avant la crise. En outre, l'une des principales leçons de cette crise réside dans la nécessité de rendre nos économies et nos sociétés plus résilientes  plus robustes face aux chocs  et plus inclusives, les gains de prospérité résultant de l'affermissement de la croissance, devant être mieux répartis au sein de la population. Des mesures ont déjà été prises dans ces deux directions, mais il faut faire bien davantage encore. Après des années difficiles, marquées par la faiblesse de la croissance et la rigueur budgétaire, les responsables de l'action publique doivent relever ces défis alors même que leur capital politique est bien érodé. Pour autant, il leur faut saisir l'opportunité d'installer la croissance sur des bases plus solides et plus durables. Cela est indispensable pour renforcer la confiance et pour ce faire, ils doivent s'appuyer sur des mesures macroéconomiques et structurelles, et notamment promouvoir des cadres institutionnels facilitant la mise en œuvre des réformes.
PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES DE L'OCDE, VOLUME 2014/1 © OCDE 2014 – VERSION PRÉLIMINAIRE
7
ÉDITORIAL : POUR UNE REPRISE RÉSILIENTE
Compte tenu des risques persistants que la croissance soit finalement plus faible que prévu, du niveau élevé du chômage, d'une inflation bien en deçà des objectifs, et de l'ampleur des dettes publiques, les politiques monétaires doivent rester accommodantes dans les grandes zones de l'OCDE. En particulier, nous appelons la Banque Centrale Européenne (BCE) à prendre de nouvelles mesures pour ramener plus fermement l'inflation vers son objectif, et à se tenir prête à prendre d'autres mesures d'expansion non conventionnelles au cas où l'inflation ne montrerait au signe de s'en rapprocher. Du fait du niveau élevé de la dette publique dans toutes les grandes économies avancées, les possibilités d'assouplissement budgétaire sont limitées. Ayant accompli des progrès considérables en matière de stabilisation de leurs finances publiques, la plupart des pays de l'OCDE peuvent néanmoins se permettre de commencer comme prévu à ralentir l'amélioration structurelle de leur budget. Ce n'est toutefois pas le cas du Japon, où les besoins d'assainissement restent importants.L'importance de la dette publique rend indispensable un plan d'assainissement budgétaire à moyen terme crédible. Dans la plupart des pays, réduire la dette publique pour la ramener à des niveaux plus prudents et gérer les tensions sur les dépenses futures de retraite et de santé sera un défi majeur qui nécessitera des réformes budgétaires pour garantir la viabilité des dépenses publiques à long terme sans compromettre la qualité des services publics. Le moment est venu de passer à la vitesse supérieure dans les réformes structurelles. Ces réformes, si elles se heurtent souvent à la résistance de groupe d'intérêts, peuvent cependant être bénéfiques pour tous, en augmentant le potentiel de croissance tout en permettant à une grande partie de la population la plus pauvre d'accroître son niveau de vie. Ces politiques sont essentielles à la réussite des Abenomics au Japon, ainsi qu'au rééquilibrage de la zone euro et à la convergence à la hausse des revenus dans les économies émergentes. Des efforts de réforme impressionnants ont déjà été déployés dans les pays touchés par la crise, mais il reste une marge substantielle d'amélioration de la productivité et de création d'emplois au moyen de politiques destinées à lever les obstacles à la concurrence nationale et internationale dans les pays avancés et dans les économies émergentes. Une telle évolution stimulerait l'innovation et permettrait de tirer le meilleur profit des chaînes de valeurs mondiales, ainsi que de doper l'investissement à court terme et de favoriser la résilience. Alors que le chômage commence à refluer, il est absolument indispensable de prendre des mesures pour s'attaquer au chômage de longue durée et faire en sorte qu'il ne devienne pas structurel ; à cet effet, il faut adopter des réformes qui permettront de supprimer les obstacles à des créations d'emplois plus robustes, ainsi que renforcer et repenser les politiques actives du marché du travail.
8
6 mai 2014
Rintaro Tamaki Secrétaire général adjoint et Chef économiste par intérim
PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES DE L'OCDE, VOLUME 2014/1 © OCDE 2014 – VERSION PRÉLIMINAIRE
Perspectives économiques de l'OCDE Volume 2014/1 © OCDE 2014
Chapitre 1
ÉVALUATION GÉNÉRALE DE LA SITUATION MACROÉCONOMIQUE
9
1. ÉVALUATIONGÉNÉRALE DE LA SITUATION MACROÉCONOMIQUE
Résumé La croissance et les échanges mondiaux devraient se redresser à un rythme modéré tout au long de 2014 et 2015. Dans les économies de l’OCDE, l’activité sera stimulée par des politiques monétaires accommodantes, des conditions financières favorables et la dissipation de l’effet de freinage dû à l’assainissement des finances publiques. Cependant, le chômage ne devrait reculer que légèrement, avec 11¼ millions de chômeurs de plus à la fin de 2015 qu’au début de la période de crise, et les tensions inflationnistes seront peu marquées. La croissance dans plusieurs grandes économies de marché émergentes devrait rester peu soutenue par rapport aux niveaux passés, la rigueur des conditions financières et de crédit et ledurcissement antérieur de l’action publique faisant sentir leurs effets, et les contraintes du côté de l’offre pesant également sur la croissance de la production potentielle. Aux ÉtatsUnis, la reprise devait continuer à s’accélérer, faisant baisser le chômage et réduisant le volant de capacités inutilisées, tandis que l’inflation progressera jusqu’à un niveau proche de l’objectif fixé. Le redressement de l’activité devrait être moins marqué dans la zone euro, où le chômage restera élevé et où les pressions déflationnistes ne décroîtront que lentement. Le renforcement de l’assainissement budgétaire bridera la dynamique de la croissance au Japon, mais l’inflation sousjacente pourrait poursuivre sa progression, hors effets de la fiscalité indirecte, tout en restant sous l’objectif fixé. Les mécanismes accélérateurs normaux jouant sur la demande, l’assainissement des bilans des entrepriseset la dissipation des incertitudes devraient contribuer à relancer progressivement l’investissement productif et, partant, à accentuer l’intensité des échanges. La politique monétaire doit rester accommodante, surtout dans la zone euro, où une nouvelle baisse des taux d’intérêt est justifiée compte tenu de la faiblesse de l’inflation, et au Japon, où les achats d’actifs devraient se poursuivre comme prévu. Aux ÉtatsUnis, où la reprise est plus fermement ancrée, les achats d’actifs devraient cesser en 2014 et les autorités devraient amorcer un relèvement des taux directeurs courant 2015. En Chine, la politique monétaire devra être assouplie en cas de fléchissement prononcé de la croissance. Le ralentissement envisagé du rythme de l’assainissement des finances publiques aux ÉtatsUnis et dans certains pays de la zone euro est justifié compte tenu des efforts passés, mais un assainissement budgétaire rigoureux devrait se poursuivre sans interruption au Japon eu égard au niveau élevé de l’endettement public. Des réformes structurelles restent impératives dans toutes les économies pour conforter la résilience et l’inclusivité, affermir la croissance et les perspectives d’emploi et atténuer à la fois les déséquilibres extérieurs et la charge budgétaire à long terme. D’importants risques entourent les projections de référence. Ceuxci sont encore orientés à la baisse en dépit de l’amélioration des perspectives. Ni l’ampleur du ralentissement, ni la fragilité du système bancaire en Chine ne peuvent être appréciés avec certitude. Des risques subsistent également du fait de l’interaction possible des vulnérabilités
10
PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES DE L'OCDE, VOLUME 2014/1 © OCDE 2014 – VERSION PRÉLIMINAIRE
1. ÉVALUATIONGÉNÉRALE DE LA SITUATION MACROÉCONOMIQUE
financières de certaines économies de marché émergentes et de la normalisation future de la politique monétaire aux ÉtatsUnis. Les événements en Ukraine ont en outre accentué l’incertitude géopolitique. Dans la zone euro, l’inflation pourrait s’affaiblir encore si la croissance se révèle décevante, si l’euro s’apprécie encore, ou en cas de désancrage des anticipations d’inflation. Du fait de la persistance des fragilités financières, il est aussi urgent d’assainir le secteur bancaire, d’achever la mise en place d’une union bancaire à part entière et de préserver la dynamique des réformes. L’évaluation complète des banques de la zone euro doit permettre de disposer d’estimations fiables de leurs besoins de fonds propres et être suivie de recapitalisations rapides ou, au besoin, de procédures de résolution. La croissance de la production et de l’investissement pourrait ménager de bonnes surprises si la demande non satisfaite et la progression du taux de formation des ménages venaient à stimuler l’activité plus rapidement que prévu aux ÉtatsUnis, et si les résultats positifs de l’évaluation complète des banques de la zone euro amélioraient la confiance et atténuaient la fragmentation du secteur financier.
PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES DE L'OCDE, VOLUME 2014/1 © OCDE 2014 – VERSION PRÉLIMINAIRE
11