Stratégie Internet n° 116 - sept 2007
8 pages
Français

Stratégie Internet n° 116 - sept 2007

-

YouScribe est heureux de vous offrir cette publication
8 pages
Français
YouScribe est heureux de vous offrir cette publication

Description

Tous les mois, l’essentiel de l’Internet : des informations et des conseils pour les dirigeants.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 07 juin 2012
Nombre de lectures 130
Langue Français

Exrait

stratégie internet Informations et conseils pour dirigeants d’entreprises Septembre 2007 N°116 La personnalisation sur les sites Internet SOMMAIRE La personnalisation connaît un nouvel élan. Voici un tour d’horizon des diverses techniques déployées sur les sites Internet. EnquêteP. 3 Et quelques conseils clés avant de se lancer. Avec la collaboration Agences de voyages online de Pierre Guimard, associé chez Keley Consulting. versusagences traditionnelles a personnalisation consiste à adapter le com-Les procédés de filtrage explicite L Etude de casP. 4 portement du site aux attentes de l’utilisa- Ils consistent à cibler le contenu du site en fonc-Le blog Roulons propre, teur. Objet d’un véritable engouement dans les tion des informations données volontairement par roulons nature, parrainé années 90, elle est cependant restée le privilège l’utilisateur lors de son enregistrement sur le site par Saab de quelques sites e-commerce. Elle renaît actuel- (adresse, sexe, centres d’intérêts…). lement dans un contexte où les technologies sont ChezAlapagela personnalisation dynamique sur ConseilP. 5 plus matures. Le chiffre d’affaires Internet est le site fonctionne sur la base des déclarations des Jeux-concours en ligne : aussi désormais suffisant pour justifier les inves- internautes (“Vos thèmes préférés” dans la les bonnes pratiques tissements non négligeables requis par un outil rubrique “votre compte amapage”). de personnalisation. ChiffresP. 6 La personnalisation par les services en ligne L’e-commerce en Europe L’inscription à des services en ligne (flux RSS, wid-Panorama des procédés de Tableau de bord gets à télécharger : fiches horaires…) participe personnalisation également à la personnalisation des offres. Pour JuridiqueP. 7 Des recommandations basées sur les techniques Voyages-sncf, l’ensemble de ces fonctionnalités a Services financiers : de filtrage collaboratifréel sur le taux moyen de trans-un impact positif l’obligation d’information Le filtrage collaboratif consiste à proposer un pro- formation. En outre, l’aide contextualisée propo-A lire... / Carnet duit ou un contenu à partir de données collectées sée par l’agent conversationnel animé du site, Léa, auprès d’autres utilisateurs. Sur les sites qui l’utili- contribue également à satisfaire plus rapidement ActualitéP. 8 sent, cela se manifeste par des indications du type l’internaute à la recherche d’informations et FAI, Finance, Médias, “les personnes ayant acheté ce produit ont égale- d’offres. De nombreux voyagistes et hôteliers Télécoms, e-Commerce : ment acheté…”. Il est utilisé sur de nombreux sites (Expedia,Voyages-sncf,Relais & Châteaux,Accor l’essentiel des informations marchands de produits culturels et high tech.Hôtels…) ont conçu des espaces qui permettent à sur le Net Le filtrage collaboratif permet de fournir des la fois de s’informer sur sa commande et parallèle-Evénements recommandations en phase avec les préoccupa- ment de disposer de services supplémentaires : tions des utilisateurs. Elles sont déterminées à par- enregistrement de ses coordonnées, mémorisation tir de l’analyse de l’historique de consultation des de favoris, de préférences, de sélections de utilisateurs (logs, votes, achats…). Elles peuvent voyages, inscription à une newsletter ou à des aussi s’appuyer sur le comportement déjà connu alertes e-mails… d’une communauté virtuelle d’utilisateurs qui par-tagent les mêmes centres d’intérêts. La plateformeLes procédés de filtrage implicite musicale communautaireLastFM.comconstitue- Simplifier la navigation des visiteurs:Pour un un bon exemple en la matière. portail avec plusieurs entrées par profil (particu-Grâce à son moteur de recommandations liers, professionnels…), l’utilisation d’un cookie (Criteopermet de mémoriser le premier clic effectué par), le spécialiste de la location de Dvd Glowrial’internaute au cours de sa première visite. Ainsi, àde sa “longue traîne” - les a vu le poids Une publication 10 000 titres les moins loués qui représentent 80 % chaque nouvelle visite, ce dernier accède directe-B du catalogue - passer de 30 à 50 % des locations de ment à l’espace qui le concerne. C’est notammentenchmark Intelligent Dvd en deux mois. le cas sur les sites web duCICet deLCL. group Management
Stratégie Internet n° 116 - Septembre 2007
1
Le coût de la personnalisation Pour acquérir et mettre en place un outil de personnalisation, il faut prévoir au minimum 400 000 euros, et des ressources humaines compétentes. Une autre formule consiste à louer les services d’un prestataire externe. Celui-ci interface sa solution automati-sée au site Internet du client et gère son fonctionnement. Le budget à pré-voir pour cette prestation est d’au moins 50 000 euros/an pour un petit site et 130 000 euros/an pour un site à forte audience (tarifs Omniture).
La publicité personnalisée Yahoo expérimente une nouvelle solu-tion baptisée SmartAds qui permet aux annonceurs d’afficher des bannières personnalisées en Flash pour chaque internaute. Pour cela, Yahoo exploite à la fois les données fournies par ses utilisateurs et celles remontées par ses cookies. Les informations fournies par les cookies sont anonymes mais elles permettent de dresser un profil précis de l’internaute : sa localisation (via l’adresse IP), les pages qu’il a lues, son parcours de navigation… SmartAds est en test aux Etats-Unis dans la rubrique voyage du portail de Yahoo.
La customisation La customisation consiste à autoriser l’internaute à définir lui-même les ser-vices et contenus qui vont lui être pré-sentés : le choix du fond de page, la forme des caractères, l’emplacement des modules… L’objectif principal est d’aider l’internaute à sélectionner les informations qui l’intéressent afin de les rendre plus rapidement et facile-ment accessibles, à l’instar de Netvibes.
stratégie internet Informations et conseils pour dirigeants d’entreprises
En couverture
- Géolocaliser l’internaute:De plus en plus de sites localisent les internautes à partir de leur adresse IP (Expedia,Bourse des Voyages, CIC…). En identifiant la région de connexion du visiteur,Expediapropose à l’internaute des vols au départ d’une ville de sa région. - Des contenus ciblés en fonction de la naviga-tion:Pages vues, temps de lecture, passage ou clic sur un lien… l’analyse de ces variables permet de mieux connaître les visiteurs anonymes afin de leur proposer des contenus et des offres qui cor-respondent à leurs attentes. Le site de laFnac module son offre en fonction des pages consul-tées et des achats effectués par les autres inter-nautes. La technique de l’enregistrement Web (Web recording) permet de mémoriser l’opération de navigation effectuée par un ou plusieurs inter-nautes, afin de simplifier le parcours des visiteurs qui ont les mêmes centres d’intérêts. On anticipe ce que va faire l’internaute pour lui faire gagner du temps. - Des offres ciblées en fonction des achats et des devis en ligne:ChezAlapage, la personnalisation dynamique sur le site fonctionne en partie sur la base de l’analyse de l’historique des achats des clients. Sur le site d’Expediarecherches de, les voyages et les achats effectués par les clients ayant créé leur profil sont mémorisés. A chaque nouvelle connexion, les trois derniers projets de recherches sont affichés en encart sur la Home. Certaines banques prévoient également de per-sonnaliser leurs offres en ligne en fonction des devis et des simulations de prêts effectués précé-demment par les clients sur le site. - Des solutions plus complexes:Jusqu’alors, le fonctionnement des outils de personnalisation reposait sur quelques règles simples prédéfinies par les personnes en charge du site. Mais de nou-velles solutions sont apparues. Elles sont automa-tisées et prennent en compte une multitude de variables (comportementales, temporelles, géo-graphiques, le mode d’accès au site). Outre Manche, de plus en plus de banques et d’assu-rances y recourent (Lloyds TSB,Barclays, HSBC…). Elles analysent les mots clés saisis par les visiteurs du site qui se sont connectés via un moteur de recherche, ainsi que leur comporte-ment de navigation au cours de toutes les visites
qu’ils ont effectuées. A partir de ces données, l’ou-til propose en temps réel les offres ayant la plus forte probabilité de déclencher un achat ou une souscription. Grâce à ce type de solution (fournie parOmniture), le site deBarclaysa enregistré une augmentation de 100 % de l’engagement des visiteurs sur certains espaces du site. Le voyagiste Lasminute.coma ainsi pu tripler ses ventes sur certaines offres.
Les conseils préalables
Bien connaître ses clients.Avant toute chose, il faut commencer par connaître son client et éviter une approche trop ‘informatique’. Une analyse fine du comportement d’achat permet souvent de mettre à jour des règles, simples techniquement, mais très efficaces. Par exemple, si un client achète une imprimante, une offre lui proposant des cartouches d’encre et des consommables peut s’avérer très efficace. Les règles simples de ce type qui jouent sur les vrais ressorts d’achat sont pourtant loin d’être généralisées. S’inscrire dans un renouvellement constant. Un outil de personnalisation différenciant néces-site de nombreux tests et ajustements. Une fois que l’outil existe, il faut s’assurer d’avoir les bonnes ressources pour le déployer et le faire vivre. Des profils d’un bon niveau intellectuel, à la fois créatifs et rigoureux, sont alors nécessaires. Respecter la vie privée de l’internaute.Notre surf en révèle long sur nous, sur notre intimité et sur nos convictions personnelles. A mesure que les outils se développeront, on risquera de plus en plus d’être intrusif vis-à-vis de l’internaute. Une solution peut consister à être très transparent commeAmazon, qui explique à ses internautes pourquoi tel article leur est proposé. E-commerce : ne pas oublier les fondamentaux. Offline ou online, l’objectif du client est d’obtenir le bon produit, facile à trouver, au meilleur prix, avec le bon service. Le succès de certains dis-counters rappelle qu’un bon prix vaut parfois mieux qu’un système sophistiqué. De même, avant de s’équiper d’outils complexes, il est préfé-rable de s’assurer que l’ergonomie du site est satisfaisante. L’investissement dans la personnali-sation doit toujours être mis en balance avec d’autres leviers de développement.
Tous les mois, l’essentiel de l’Internet : des informations et des conseils pour les dirigeants d’entreprise (direction générale, direction de la communication, direction marketing, direc-tion commerciale, direction des systèmes d’information...)
Edité parBenchmark Group,www.strategie-internet.com,69/71 Avenue Pierre Grenier 92517 Boulogne-Billancourt. Téléphone : 01 47 79 50 00 - Fax : 01 47 79 50 01. PDG/directeur de la publication : Corinne Delaporte.Rédaction : XavierStéphane Loire (benchsi@benchmark.fr), Fiquemo, Julie Marétheu, Gilles Blanc, Francine Ma et Nicolas Garmy. Flashage/impression : Indica, Colombes (92), 01 47 82 32 32.Dépôt légal : Septembre 2007 ; ISSN : 1270-9301. Prix du numéro : 49 euros. Prix de l’abonnement annuel (10 numéros : France 460 euros / Etranger 490 euros). Copyright :toute reproduction même partielle, par quelque procédé que ce soit, du contenu de la revue, est interdite par la loi du 11/3/1957 sans l’autorisation écrite préalable de la direction de la revue. © Benchmark Group.
2
Stratégie Internet n° 116 - Septembre 2007
Enquête
Agences de voyages online versusagences traditionnelles
Aux yeux des internautes, les agences online sont plus avan-tageuses pour les prix et les offres de dernière minute. Elles doivent maintenant mon-trer qu’elles sont à la hauteur pour des séjours nécessitant plus de garanties et de conseils.
ans le cadre d’une enquête en ligne, D Benchmark Group a soumis aux internautes utilisant le Web pour préparer ou réserver un voyage, un ensemble de critères d’évaluation. Pour chacun d’eux, ils devaient indiquer s’ils le considéraient plutôt comme un point fort des agences online, ou plutôt comme un point faible. La même question a été posée au sujet des agences traditionnelles. Cette enquête a été réali-sée en octobre 2006 auprès de 837 internautes.
Les points forts des agences online -La praticité.Plus de 90 % des internautes ont placé le gain de temps que permet un achat dans une agence online comme un point fort pour ces acteurs. A contrario, ce critère fait partie des principales faiblesses des agences traditionnelles selon les consommateurs ayant déjà expérimenté ce canal. -Le prix et les séjours de dernière minute.Les agences online sont encore très fortement ancrées dans une image de “discounters” ou de spécialistes du voyage de dernière minute. Ces deux dimensions sont citées comme un point fort par plus de 4 internautes sur 5. En revanche, seuls 15 % des clients des agences tradition-nelles considèrent la compétitivité prix qu’ils proposent comme l’un de leurs atouts. -Le choix.Lors d’une enquête comparable menée en 2004, ce critère apparaissait comme un point fort partagé par les deux circuits de distri-bution. Il se trouve être désormais, aux yeux des internautes, plutôt un avantage comparatif des agences online. 75 % des consommateurs ayant réservé dans une agence online considèrent que c’est un point fort de ce circuit. Seuls 53 % des internautes ayant déjà expéri-menté les agences traditionnelles considèrent que c’est une de leurs forces, 32 % déclarant le contraire.
Les points forts des agences traditionnelles
-Le sur mesure et le conseil.Malgré les efforts de beaucoup d’agences online pour enrichir leur catalogue, proposer des séjours “élaborés” et mettre en place des services de voyage à la carte, la dimension conseil et personnalisation est encore très clairement à mettre au crédit des agences traditionnelles. Moins d’un quart des clients des agences online considèrent qu’elles sont performantes quand il s’agit de fournir des conseils pour mieux choisir, à comparer aux 85 % attribués aux agences traditionnelles. -Les garanties.Les circuits de distribution tra-ditionnels conservent une forte image de rassu-rance et de qualité. C’est un atout majeur pour résister à la montée en puissance des agences online, dont plus de la moitié des clients indi-quent qu’elles sont plutôt faibles quand il s’agit d’apporter des garanties sur les voyages. -La réservation de voyages longtemps avant le départ.Pour ce mode de consommation, une large majorité des internautes pensent que les agences traditionnelles sont plutôt perfor-mantes. Toutefois, il s’agit de moins en moins d’un avantage comparatif pour ces distributeurs. En effet, plus de la moitié des internautes consi-dèrent que c’est un point fort des agences online. C’est une reconnaissance des efforts menés par les agences sur Internet pour étoffer leur cata-logue, notamment par des offres sur des périodes beaucoup plus éloignées dans le temps. Elles parviennent donc à s’affranchir progressi-vement de l’image réductrice du spécialiste de la dernière minute.
Les produits de voyages les plus achetés... Produits En ligne En magasin Billets de train 74% 9% Billets d’avion 68% 6% Chambres d’hôtel 53% 8% Réservation de locations vacances 43% 13% Séjours 33% 29% Locations de voiture 21% 17% Thalasso 5% 10% Croisières 4% 18% Source : Benchmark Group, Mars 2007 - Base : 269 internautes ayant déjà acheté un voyage sur Internet. ; “Parmi cette liste de pro-duits, lesquels avez-vous déjà commandés sur Internet ?”
L’audience du secteur du tourisme en France Selon les données de Médiamétrie//NetRatings, désor-mais, chaque trimestre, plus de 20 millions de Français utilisent Internet pour se renseigner et préparer un déplacement ou un séjour.
L’audience des sites d’e-tourisme par catégorie Selon Médiamétrie//NetRatings, en avril 2007, le nombre de visiteurs uniques (VU) des différentes caté-gories de sites était réparti comme tel : - Cartes et itinéraires : 11,6 mil-lions de visiteurs uniques (VU). - Multi-catégories (agences de voyages, tour-opérateurs, compa-rateurs...) : 10,8 millions VU. - Transports terrestres (train, loca-tion de voitures) : 4,7 millions VU. - Hôtels et guides hôteliers (hôtel-lerie, location de vacances, centrale de réservation...) : 4,4 millions VU. - Destinations (offices de tourisme, parcs de loisirs, musées...) : 4,1 millions VU. - Transport aérien (compagnies, aéroports...) : 2,6 millions VU. Source : Médiamétrie//NetRatings, Panel France Domicile et/ou Lieu de travail - Applications Internet exclues - (Tous droits réservés).
Forum E-Tourisme 2007 Paris, Pavillon Dauphine 27 novembre 2007 www.benchmark.fr
Stratégie Internet n° 116 - Septembre 2007
3
L’E85 et la technologie Flex Fuel L’E85 ou “bioéthanol” désigne un carburant contenant 85 % d’étha-nol et 15 % d’essence. L’éthanol est un alcool principalement pro-duit par la fermentation de grains riches en sucre ou en amidon, c’est-à-dire à partir de betteraves à sucre ou de céréales. Actuellement, une centaine de stations distribuent l’E85. Les véhicules Flex Fuel (ou véhi-cules à carburant modulable) sont capables d’adapter automatique-ment leur fonctionnement pour tout mélange d’essence et d’étha-nol pur.
Les véhicules Flex Fuel Saab a vendu plus de 300 véhi-cules Flex Fuel depuis fin 2005, dont environ 200 au cours du premier semestre 2007. Tous les constructeurs préparent leur offre : après Saab et Ford, Renault et Peugeot viennent de lancer leurs premiers véhicules Flex Fuel sur le marché français.
4
Etude de cas
Le blog Roulons propre, roulons nature, parrainé par Saab
Le blog “Roulons propre, rou-lons nature” consacré au bioé-thanol est soutenu par Saab. Le point sur cette initiative qui permet à la marque de commu-niquer sur le développement durable.
e constructeur automobile Saab - qui com-L mercialise une gamme de véhicules “BioPower” capables de rouler au carburant bioéthanol - soutient un blog destiné à sensibili-ser le grand public aux biocarburants. Lancé par un groupe de salariés du constructeur, le blog “Roulons propre, roulons nature” a été mis en ligne en décembre 2006 après trois mois de réflexion. Son audience est en forte croissance depuis mars 2007. Il enregistre en moyenne 5 000 visiteurs uniques par mois, et 130 000 pages ont été consultées en six mois.
Fonctionnement du blog :Saab a pris à sa char-ge les coûts de création graphique et d’héberge-ment du blog, soit quelques milliers d’euros. L’animation et la gestion du blog sont assurés par une équipe de six personnes, la “BioPower Team”, salariés chez Saab. Celle-ci revendique son indépendance vis-à-vis de Saab. La publication des contenus (textes, photos et plus récemment des vidéos) est réalisée de manière autonome. L’objectif n’est pas de promouvoir directement la marque Saab, mais de pouvoir s’exprimer de manière légitime sur le sujet des biocarburants. L’écologie et l’environnement étant souvent sources de vifs débats, les modérateurs sont par-ticulièrement vigilants quant aux commentaires trop virulents. Néanmoins, les opinions diver-gentes ne sont pas écartées, à condition qu’elles soient exprimées de manière constructive. La modération despostsest effectuéea priori (contrôle systématique avant publication). L’équipe en charge du blog veille ainsi à respec-ter la vocation première d’un blog : la discussion et le partage.
Converser en toute transparence :En parrai-nant ce blog, Saab marque son engagement pour le développement durable. Les articles postés traitent des technologies et de l’utilisation du bioéthanol, des contraintes en matière de pro-
Stratégie Internet n° 116 - Septembre 2007
duction, etc. Sur un ton ludique et didactique, le blog s’adresse au grand public et aux profession-nels à la recherche d’informations précises sur les carburants “propres”. Les auteurs se présentent ouvertement comme salariés de Saab. Cependant, les allusions au constructeur sont discrètes. Parmi la liste des liens affichés sur le blog, seuls deux d’entre eux renvoient vers le site commercial de la marque. En revanche, sur le site Saab.fr, rien ne fait allu-sion au blog.
Attirer et fidéliser les internautes :La mise en ligne régulière de nouveaux contenus assure une vraie dynamique éditoriale. Pour un blog, l’in-vestissement en ressources humaines est un fac-teur clé de succès. La carte des pompes vertes, l’une des rubriques les plus consultées, est mise à jour régulièrement. Les autre rubriques appré-ciées par les visiteurs du blog sont le calculateur de rejet de CO2 , et le jeu de la “Betterave 2.0” permettant d’apprendre à fabriquer son propre carburant. Ce dernier inclut notamment une mécanique virale une fois le jeu terminé, un levier supplémentaire pour promouvoir le blog.
Premier bilan :lesLe bouche-à-oreille, échanges de liens avec des sites partenaires et les interventions sur des forums de discussion sont les principaux leviers qui ont permis d’ac-croître la notoriété du blog. Désormais, 80 % des visiteurs arrivent sur le site en saisissant l’URLou via un fluxRSS. Parmi les sites partenaires, Wikipedia est celui qui génère le plus de trafic entrant. Au cours des six premiers mois de fonc-tionnement du blog, 196 articles ont été publiés et 265 commentaires, soit en moyenne 1,4 com-mentaire par article. Si Saab poursuit son spon-soring, l’ambition de l’équipe est d’animer ce blog durant encore deux années.
Chiffres clés du blog
Audience du blog : 5 000 visiteurs uniques / mois 130 000 pages vues en 6 mois Environ 3 pages vues par visiteur Durée moyenne d’une visite sur le blog : plus de 4 minutes 196 articles écrits 265 commentaires postés La carte des stations “pompes vertes” et le jeu de la “Betterave 2.0” génèrent 40 % du trafic total du site Gestion du site : 2 personnes dont 1 webmaster (1 heure/jour) ; 4 rédacteurs animent le blog (1,5 heure/semaine) Source : BioPower Team
Conseil
Jeux-concours en ligne : les bonnes pratiques
Dotation, règlementation, promotion… comment réussir un jeu-concours et maximiser ses bénéfices ? Informations clés et conseils avec Julien Parrou, dirigeant de ConcoursMania.
e jeu-concours est un outil de conquête de L nouveaux prospects et clients. Les marques y recourent pour développer leur audience, leurs ventes, ou collecter de nouvelles adresses e-mails. Encore faut-il connaître les meilleures pratiques et assurer la meilleure visibilité à l’opération. Quelques conseils clés.
Une dotation attractive, en phase avec la cible Il faut tout d’abord bien choisir la dotation mise en jeu en sachant que celle-ci participe générale-ment pour 70 % à la réussite ou non d’une opé-ration. La question à se poser est celle du rapport coût/bénéfice : la plus grande efficacité est atteinte en concentrant le budget alloué à la dotation sur les premiers prix : en effet il ne faut jamais oublier que les joueurs participent systématiquement pour le gros prix et jamais pour les lots de conso-lation. Récompenser beaucoup de participants est louable mais nettement moins efficace. Autre astuce, on peut aussi proposer trois prix dif-férents au choix du participant (avec des théma-tiques différentes). On affiche ainsi une dotation visuellement large, mais au final seul le prix choi-si par le gagnant sera budgété.
Maximiser la collecte d’e-mails en opt’in Depuis la loi LCEN (2004), il est nécessaire de recueillir le consentement de chaque internaute pour lui adresser par e-mail des propositions de nature commerciale. Dans le jeu, et pour être en parfaite conformité, il faut distinguer l’accepta-tion de participer au jeu, de l’acceptation de rece-voir des offres par e-mail. Pour maximiser la col-lecte d’e-mails en opt’in, une bonne pratique consiste à positionner une première collecte en
amont de la participation, puis de reposer à nou-veau la question aux non-répondants en cours de jeu. Ce dispositif permet d’augmenter d’un tiers en moyenne le taux d’opt’in final.
Profiter de l’opération pour générer des reve-nus directs En raison des dispositions de la loi de 1836 et des compléments apportés par la loi de 1989, il est interdit d’imposer une participation payante à un jeu (achat obligatoire d’un produit ou service par le participant). Cependant, il est possible d’utili-ser, comme canal de participation, un numéro Audiotel ou SMS+. Pour être en conformité avec la règlementation, on proposera le rembourse-ment d’un appel sur simple demande. En moyen-ne, seulement 5 % des participants à un jeu récla-ment le remboursement de leur appel. Certaines grosses opérations qui génèrent des centaines de milliers d’appels engendrent ainsi d’importants revenus. Un titre de presse ou un site à forte audience dis-posant d’espaces pub invendus peut mettre en place un jeu Audiotel sur un palier en 08 97 (rémunération au forfait, coût utilisateur de 0,56 euro/appel) ou SMS+ en palier 7 (rémunération également au forfait, coût de 0,50 euro/envoi pour le joueur). Avec une bonne promotion, une opération de ce type peut rapporter plus de 150 000 euros en six semaines.
Doper l’audience du jeu Pour cela, il faut référencer le jeu sur les annuaires et portails spécialisés. L’inscription y est gratuite. On peut aussi impliquer des supports partenaires en basant une partie ou la totalité de leur rémunération sur la performance, c’est-à-dire sur le nombre de joueurs inscrits au jeu grâce à leurs supports, leur site ou leurs opérations e-mailing. Des sites spécialisés comme Concours.fr peuvent accompagner une opération sur la base d’une rémunération à la performance.
Exemples d’opérations de collecte d’e-mails via un jeu-concours Opération Marque Nb de joueurs Résultats Super Patrick Office de Tourisme d'Irlande 116 000 30% des participants au jeu se sont enregistrés en opt'in Noël 2006 MisterGoodDeal 1,5 million Plus de 85% des participants au jeu ont intégralement renseignés leur profil Adconcours Adconcours 580 joueurs pour Un taux de transformation efficace : 58 % 1 000 clics Source : ConcoursMania
Règlementation des jeux-concours : l’essentiel Deux lois encadrent les jeux et concours en France, la loi de 1836 et la loi de 1989. La loi de 1836 dispose que quatre conditions ne doivent pas être réunies simultanément dans une opération : - L’offre au public ; - L’espérance d’un gain ; - L’intervention du hasard pour déterminer les gagnants ; - La participation financière des joueurs. Comme les deux premières condi-tions sont toujours présentes, il ne faut pas réunir les deux der-nières simultanément. Il est alors possible soit d’abolir le hasard (avec un concours présidé par un jury indépendant pour désigner les gagnants), soit de rembourser les frais de participation des joueurs (timbres, connexion inter-net, appels Audiotel/SMS…) La loi de 1989 impose à la société organisatrice de rédiger un règle-ment du jeu et de le déposer chez un huissier, et cela quelle que soit la mécanique de l’opération et la valeur des lots.
Monétiser l’audience de son site Pour rentabiliser davantage l’au-dience d’un site web, on peut y afficher des modules de jeux-concours (www.adconcours.com). Leur mise en place est entière-ment gratuite et permet de propo-ser un jeu-concours aux visiteurs. Chaque inscription générée fait l’objet d’une rémunération : une bonne solution pour augmenter immédiatement ses revenus.
Séminaire Jeux-concours en ligne : mode d’emploi 11 octobre 2007 www.benchmark.fr
Stratégie Internet n° 116 - Septembre 2007
5
Etats-Unis 182 70% 140 133 75% 12,6
35 34 : 42 65 49
France 30 57% 9 17 62% 2,2
Tableau de bord
Europe (UE) 250 53% 99
France, Etats-Unis, Europe : Indicateurs clés de l’Internet
Etats-Unis
France
En 2006, le montant des achats en ligne de produits, voyages et ser-vices a atteint 99 milliards d’euros en Europe selon eMarketer. Le Royaume-Uni, l’Allemagne et la France représentent 72 % de ce marché.
Chiffres L’e-commerce en Europe
39 33 : 59 82 41
Usages des internautes Home panel Mediametrie//NetRatings en Juillet 2007 ( Applications Internet Inclues ) Nombre de sessions par mois Nombre d’heures passées par mois sur le PC Nombre de domaines visités par mois Temps consacré par page en secondes
e-Pub : Baromètre AdNetTrack-JDN Nombre de créations diffusées par les 200 premiers annonceurs plurimédias Juillet 2007 3 357 Juin 2007 4 443 Mai 2007 4 151 Avril 2007 3 978 Décembre 2006 4 702 Novembre 2006 4 694 Octobre 2006 4 194 Septembre 2006 4 059 Août 2006 2 458 Juillet 2006 3 175
Chiffres
Sources : Benchmark Group, comScore NetWorks, Forrester Research, IAB, Internet World Stats, Médiamétrie, Nielsen NetRatings, TNS Media Intelligence.
ur l’ensemble des 17 pays européens étudiés S par eMarketer, les ventes en ligne - qui incluent les voyages, la billetterie, et les téléchar-gements en ligne - devraient atteindre 146 mil-liards d’euros en 2007, ce qui représenterait une croissance de 48 % de 2006 à 2007. Selon Forrester Research, en 2006, le secteur du tourisme représentait 38 % du total des ventes en lignes en Europe, suivi par l’habillement (11 %), les biens culturels (10 %) et les produits blancs d’équipement de la maison (9 %). Le Royaume-Uniest le marché le plus développé. Il représente 42,1 % du commerce électronique européen. Pour une population quasi équivalente à celle de la France, le volume d’affaires du com-merce électronique est plus de quatre fois supé-rieur à celui de la France. En 2006, 40 % des consommateurs britanniques auraient acheté en ligne. La moyenne annuelle des dépenses en ligne
Les ventes en ligne en Europe en 2006 Pays Marché Nb Dépenses e-commerce d’acheteurs moyennes BtoC (1) en ligne (2) annuelles par (milliards d’euros) cyberacheteur Royaume Uni 41,2 24,8 millions 1 662 euros Allemagne 20,1 27,2 millions 739 euros France 9,3 14,5 millions 638 euros (1) Y compris les voyages, la billetterie et les téléchargements en ligne. (2) Individus âgés de plus de 14 ans ayant réalisé au moins un achat en ligne au cours de la dernière année. Sources : eMarketer, NetRatings//Médiamétrie, Benchmark Group.
Stratégie Internet n° 116 - Septembre 2007
6
par cyberacheteur était de 1 662 euros en 2006, soit plus du double qu’en Allemagne ou en France. Le marché allemandreprésente 20,4 % du com-merce électronique européen. Près d’un consom-mateur allemand sur trois a réalisé un achat sur Internet en 2006.La Francereprésente 9,4 % du marché européen. Un quart des consommateurs français ont acheté en ligne en 2006. L’étude d’eMarketer se base sur 17 pays euro-péeens : Autriche, Belgique, Danemark, Finlande, France, Allemagne, Grèce, Irlande, Italie, Luxembourg, Pays-Bas, Norvège, Portugal, Espagne, Suède, Suisse et Royaume-Uni.
La pénétration d’Internet en Europe Selon comScore, en avril 2007, le taux de pénétration du Web était réparti comme tel en Europe : - Pays Bas : 83 % des habitants - Suède : 70 % - Norvège : 70 % - Danemark : 68 % - Finlande : 65 % - RU : 62 % - Suisse : 58 % - Belgique : 54 % - Autriche : 53 % - France : 51 % - Allemagne : 46 % - Portugal : 44 % - Irlande : 42 % - Espagne : 39 % - Italie : 36 % - Russie : 11 % Source : comScore ; Part des indi-vidus âgés de plus de 15 ans s’étant connectés au moins une fois au cours des 30 derniers jours (Home and Work), dans la population totale du pays âgée de plus de 15 ans.
Nb d’internautes (en millions) % de la population Marché du e-commerce B to C (en milliards d’euros, en 2006) Nb de cyberconsommateurs (en millions, en 2006) % d’internautes ayant acheté en ligne (en 2006) Marché de l’e-Pub (en milliards d’euros, en 2006)
Profil des internautes français Part dans l’ensemble Part dans de la population la population française internaute Hommes 48 % 54 % Femmes 52 % 46 % 11-15 ans 7 % 10 % 16-24 ans 13 % 19 % 25-34 ans 15 % 19 % 35-49 ans 24 % 28 % 50-64 ans 22 % 17 % 65 ans et plus 19 % 5 % CSP + 21 % 33 % CSP - 30 % 29 % Retraités 22 % 7 % Etudiants 10 % 16 % Autres inactifs 17 % 15 % er Source : Médiamétrie - Observatoire des Usages Internet - 1 trimestre 2007 - Copyright Médiamétrie - Tous droits réservés
A LIRE
E-marketing et e-commerce P. LANNOO, C. ANKRI Editions Vuibert, 348 pages, 24 euros.
Fouille du Web C. REYNAUD, G. VENTURINI, COLLECTIFCÉPADUÈS Editions Cépaduès, 86 pages, 15 euros.
Management de la sécurité du SI P. BOULET
Editions Hermès - Lavoisier, 252 pages, 45 euros.
Manager un projet informatique S. FERNANDES, O. ENGLENDER Editions d’Organisation, 270 pages, 32 euros.
Introduction au mana-gement interculturel C. RABASSO, F. RABASSO Editions Ellipses, 202 pages, 23 euros.
Logo Design J. WIEDEMANN Editions Taschen, 384 pages, 29,99 euros.
En bref
LESFAQ DU JURISTE
Services financiers : l’obligation d’information ’obligation d’information est au cœur de la réglementation appli-L cable à la commercialisation à distance de produits et services financiers. L’établissement financier (banque, assurance, crédit, investis-sement…) doit notamment informer le consommateur de son identité, des conditions financières du contrat (prix, taxes ou frais…), de l’exis-tence ou de l’absence du droit de rétractation et de ses modalités d’exer-cice, de la loi applicable au contrat, de l’existence de toute clause concer-nant le choix d’une juridiction. Il doit également lui communiquer des informations spécifiques aux produits et services financiers proposés, telles que les éventuels risques de perte du capital investi… Ces infor-mations, ainsi que les conditions générales, doivent être transmises au consommateur de manière claire et compréhensible, par tout moyen adapté au canal de communication à distance utilisé, en temps utiles et avant qu’il ne soit lié par un contrat. Toutefois, si la technique utilisée à la demande du consommateur (télé-phone, WAP) ne permet pas de remplir cette obligation avant la conclu-sion du contrat, le fournisseur devra satisfaire cette obligation immédia-tement après la conclusion du contrat, sur un support durable. En outre, le consommateur peut à tout moment demander à recevoir les condi-tions contractuelles sur papier, ou bien changer les techniques de com-munication à distance utilisées (si cela est compatible avec le contrat à distance conclu, ou avec la nature du service financier). Ceci peut s’avé-rer utile dans l’hypothèse où il n’aurait plus accès aux informations transmises sous forme électronique, pour des raisons techniques ou autres. Les informations à communiquer ne manquent donc pas. Ceci garantit un niveau d’information optimal du consommateur, d’autant que si le fournisseur n’a pas satisfait son obligation d’information, le point de départ du délai de rétractation sera reporté à la date à laquelle il aura effectivement communiqué les informations requises.
Etienne Wery et Cathie-Rosalie Joly, avocats à la Cour Cabinet Ulys, www.ulys.net
PROFILS France Telecom Laure de Saint Denis est nommée directrice marketing groupe.
Iliad Thomas Reynaud rejoint la direction générale du groupe Iliad en qualité de directeur du développe-ment et du financement.
Dailymotion Martin Rogardrejoint le site de partage de vidéos en tant que directeur des contenus France. Giuseppe de Martino est nommé directeur juri-dique et réglementaire. Mark Zaleskipréside le Conseil d’administration.
Empruntis.com Eric Petcorejoint le spé-cialiste du courtage de ser-vices financiers en tant que président.
Nextedia Marie Laloyest promue au poste de directrice adjointe des opérations media du groupe d'agences interactives.
Nom .......................................... Prénom ........................ stratégie internet Pour s’abonner àconseli spourdirigeantsesFonction ......................................................................... Informations et d’entrepris Société ........................................................................... Retourner ce document àBenchmark Group 69/71 Av. Pierre Grenier 92517 Boulogne-Secteurdactivité............................................................. Billancourt ou le faxer au 01 47 79 50 01. E-mail ............................................................................. Je m’abonne pourJe vous règle par un an (10 numéros) chèque bancaire Tél. ............................................Fax. ............................. àStratégie Internetci-joint à l’ordre de Adresse .......................................................................... pour415(1) Benchmark Group. au lieu de 460HT Je souhaite recevoir ..................................................................................... Net à payer TTC : une facture. 437,83Code Postal ................................ Ville ............................ Etranger 445au lieu de 490Date ........................................... Signature Je souhaite en complément recevoir la collection complè-te des10 derniers numéros (un an) pour 290HT SI 116 GarantieAu cas où je souhaiterais interrompre mon abonnement, les numéros à paraître me seront remboursés au prorata.(1) Offre spécialevalable jusqu’au 31 octobre 2007.
Stratégie Internet n° 116 - Septembre 2007
7
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents