B A N Q U E C E N T R A L E E U R O P É E N N E
En 2013, toutes es pubîcatîons de a BCE comportent un motîf igurant sur e bîet de 5 euros.
E U R O S Y S T È M E
B U L L E T I N M E N S U E L
M a r S 2 0 1 3
© Banque centrae européenne, 2013
Adresse Kaîserstrasse 29 D-60311 Francfort-sur-e-Maîn Aemagne
Adresse postae Boïte postae 16 03 19 D-60066 Francfort-sur-e-Maîn Aemagne
Tééphone +49 69 13 44 0
Internet http://www.ecb.europa.eu
Téécopie +49 69 13 44 60 00
Le présentBuetîn a été préparé sous a responsabîîté du Dîrectoîre de a BCE.Les traductîons sont effectuées et pubîées par es banques centraes natîonaes(a versîon françaîse de ceBuetînété a réaîsée par a Banque natîonae de Begîque et a Banque de France).
Tous droîts réservés. Les reproductîons à usage éducatîf et non commercîa sont cependant autorîsées en cîtant a source.
La date d’arrêté des statîstîques igurant dans cette pubîcatîon est e 6 mars 2013.
ISSN 1561-0306 (versîon papîer) ISSN 1725-2989 (înternet)
TaBLE dES MaTIÈrES
ÉdITOrIaL
ÉVOLUTIONS ÉCONOMIQUES ET MONÉTaIrES 1 Envîronnement extérîeur de a zone euro 2 Évoutîons monétaîres et inancîères  Encadré 1récentes du compte inancîer de a baance des paîements Évoutîons de a zone euro  Encadré 2 Condîtîons de a îquîdîté et opératîons de poîtîque monétaîre du 14 novembre 2012 au 12 févrîer 2013 3 Prîx et coûts  Encadré 3rôe des bénéices dans a détermînatîon des tensîons d’orîgîne înterne Le s’exerçant sur es prîx dans a zone euro 4 Productîon, demande et marché du travaî  Encadré 4de a constîtutîon de stocks depuîs 2008 Évoutîons  Encadré 5macroéconomîques pour a zone euro Projectîons étabîes par es servîces de a BCE 5 Évoutîons budgétaîres  Encadré 6effets sur a croîssance d’une dette pubîque éevée Les
STaTISTIQUES dE La ZONE EUrO
aNNEXES Chronoogîe des mesures de poîtîque monétaîre adoptées par ’Eurosystème Le système TARGET (de transferts express automatîsés transeuropéens à règement brut en temps rée) Pubîcatîons de a Banque centrae européenneGossaîre
5
9 19
25
33 52
58 62 65
74 80 85
S1
I
VII IX X1
BCE Bulletin mensuel Mars 2013
3
4
aBrÉVIaTIONS
PaYS
BE BG CZ DK DE EE IE GR ES FR IT CY LV LT LU
aUTrES AIF BCE BCN BRI CAF CTCI Rév. 4 CUM CUMIM cvs FAB FBCF FMI HWWI IFM IME IPC IPCH IPP NACE Rév. 2 NEM OCDE OIT PECO PIB SEBC SEC 95 TCE UE UEM ZE
Belgîque Bulgarîe Républîque tchèque Danemark Allemagne Estonîe Irlande Grèce Espagne France Italîe Chypre Lettonîe Lîtuanîe Luxembourg
HU MT NL AT PL PT RO SI SK FI SE UK JP US
Hongrîe Malte Pays-Bas Autrîche Pologne Portugal Roumanîe Slovénîe Slovaquîe Fînlande Suède Royaume-Unî Japon États-Unîs
Autres întermédîaîres inancîers Banque centrale européenne Banque centrale natîonale Banque des règlements înternatîonaux Coût, assurance et fret à la frontîère de l’împortateur e Classîicatîon type pour le commerce înternatîonal (4 versîon révîsée) Coûts unîtaîres de maîn-d’œuvre Coûts unîtaîres de maîn-d’œuvre dans l’îndustrîe manufacturîère Corrîgé des varîatîons saîsonnîères Franco à bord à la frontîère de l’exportateur Formatîon brute de capîtal ixe Fonds monétaîre înternatîonal Instîtut de recherches économîques de Hambourg Instîtutîon(s) inancîère(s) monétaîre(s) Instîtut monétaîre européen Indîce des prîx à la consommatîon Indîce des prîx à la consommatîon harmonîsé Indîce des prîx à la productîon Nomenclature générale des actîvîtés économîques dans les Communautés européennes Nouveaux États membres Organîsatîon de coopératîon et de développement économîques Organîsatîon înternatîonale du travaîl Pays d’Europe centrale et orîentale Produît întérîeur brut Système européen de banques centrales Système européen des comptes natîonaux 1995 Taux de change effectîf Unîon européenne Unîon économîque et monétaîre Zone euro
Ainsi qu’il est d’usage dans la Communauté, les pays de l’Union européenne sont énumérés dans ceBulletinen suivant l’ordre alphabétique de leur nom dans la langue nationale.
BCE Bulletin mensuel Mars 2013
ÉdITOrIaL
Au terme de son examen réguîer de a sîtuatîon économîque et monétaîre, e Conseî des gouverneurs a décîdé, ors de sa réunîon du 7 mars, de aîsser închangés es taux d’întérêt dîrecteurs de a BCE. Les taux d’înlatîon mesurés par ’IPCH ont contînué de dîmînuer, comme prévu, et sont revenus en deçà de 2 % en févrîer. À ’horîzon pertînent pour a poîtîque monétaîre, es tensîons înlatîonnîstes devraîent rester contenues. Le rythme d’expansîon sous-jacent de a monnaîe demeure modéré. Les antîcîpatîons d’înlatîon pour a zone euro contînuent d’être soîdement ancrées à un nîveau compatîbe avec ’objectîf du Conseî des gouverneurs de maîntenîr ’înlatîon à des taux înférîeurs à, maîs proches de 2 % à moyen terme. Dans ’ensembe, cette sîtuatîon permet à ’orîentatîon de a poîtîque monétaîre de demeurer accommodante. Les données dîsponîbes contînuent d’îndîquer que a dynamîque atone de ’actîvîté dans a zone euro s’est poursuîvîe en début d’année, tout en conirmant gobaement es sîgnes d’une stabîîsatîon d’un certaîn nombre d’îndîcateurs, à des nîveaux faîbes toutefoîs. Dans e même temps, e nécessaîre processus d’ajustement des bîans dans es secteurs pubîc et prîvé contînuera de peser sur a conjoncture. Une reprîse progressîve de ’actîvîté devraît întervenîr pus tard en 2013, à a faveur d’un raffermîssement de a demande mondîae et de ’orîentatîon accommodante de a poîtîque monétaîre. Pour soutenîr a coniance, î est essentîe que es gouvernements contînuent de mettre en œuvre des réformes structurees, consoîdent es progrès réaîsés en matîère d’assaînîssement budgétaîre et poursuîvent a restructuratîon du secteur inancîer.
S’agîssant de a sîtuatîon de îquîdîté des banques, es contrepartîes ont jusqu’à présent remboursé 224,8 mîîards d’euros sur es 1 018,7 mîîards obtenus dans e cadre des deux opératîons de reinancement à ong terme d’une durée de troîs ans quî ont été conduîtes en décembre 2011 et mars 2012. En termes nets, cea sîgnîie que, sur es queque 500 mîîards d’euros correspondant à ’augmentatîon du voume de reinancement des banques par e bîaîs des opératîons de poîtîque monétaîre menées par a BCE entre mî-décembre 2011 et début mars 2012, un montant de 200 mîîards envîron a été remboursé. Ces remboursements relètent ’améîoratîon de a coniance des marchés inancîers au cours des dernîers moîs et a réductîon de a fragmentatîon de ces marchés. Le Conseî des gouverneurs suît attentîvement a sîtuatîon sur e marché monétaîre et son încîdence éventuee sur ’orîentatîon de a poîtîque monétaîre et sur e fonctîonnement de a transmîssîon de a poîtîque monétaîre à ’économîe. L’orîentatîon de a poîtîque monétaîre demeurera accommodante en assurant une aocatîon îîmîtée de îquîdîté.
En ce quî concerne ’anayse économîque, es chîffres du PIB pour e quatrîème trîmestre 2012 ont été faîbes, a deuxîème estîmatîon d’Eurostat îndîquant une contractîon de 0,6 % en gîssement trîmestrîe. Ce recu est argement împutabe à une baîsse de a demande întérîeure maîs relète égaement a faîbesse des exportatîons. Pour ce quî concerne 2013, es données et es îndîcateurs récents aîssent penser que ’actîvîté économîque devraît commencer à se stabîîser au premîer semestre de ’année. Une reprîse progressîve devraît s’amorcer au second semestre, a croîssance des exportatîons bénéicîant d’un renforcement de a demande mondîae et a demande întérîeure étant soutenue par ’orîentatîon accommodante de a poîtîque monétaîre. En outre, ’améîoratîon observée sur es marchés inancîers depuîs juîet dernîer et a poursuîte de a mîse en œuvre de réformes structurees devraîent produîre eurs effets sur ’économîe. En paraèe, e nécessaîre processus d’ajustement des bîans dans es secteurs pubîc et prîvé et es condîtîons restrîctîves d’octroî des crédîts quî ’accompagnent contînueront de peser sur ’actîvîté économîque.
Ce scénarîo ressort égaement des projectîons macroéconomîques de mars 2013 étabîes par es servîces de a BCE pour a zone euro, quî prévoîent une croîssance annuee moyenne du PIB en voume comprîse entre – 0,9 % et – 0,1 % en 2013 et entre 0,0 % et 2,0 % en 2014. Par rapport aux projectîons macroéconomîques de décembre 2012 réaîsées par es servîces de ’Eurosystème, es fourchettes ont été revues égèrement à a baîsse. Pour 2013, a révîsîon traduît prîncîpaement un acquîs de
BCE Bulletin mensuel Mars 2013
5
6
croîssance pus négatîf provenant du résutat effectîf du PIB en voume au quatrîème trîmestre 2012, tandîs que es antîcîpatîons de reprîse sont restées gobaement închangées.
Le Conseî des gouverneurs contînue d’estîmer que des rîsques à a baîsse pèsent sur es perspectîves économîques de a zone euro. Ces rîsques ont traît à a possîbîîté que a demande întérîeure et es exportatîons soîent pus faîbes que prévu et à a enteur ou ’însufisance de a mîse en œuvre des réformes structurees dans a zone euro. Ces facteurs sont susceptîbes de raentîr ’améîoratîon de a coniance et aînsî de retarder a reprîse.
Seon ’estîmatîon rapîde d’Eurostat, a hausse annuee de ’IPCH dans a zone euro s’est étabîe à 1,8 % en févrîer 2013, après 2,0 % en janvîer. Le décîn actue des taux annues d’înlatîon relète essentîeement ’évoutîon des composantes énergîe et produîts aîmentaîres de ’îndîce des prîx. À pus ong terme, sî e proi mensue de ’înlatîon gobae est susceptîbe d’être égèrement voatî, es tensîons sous-jacentes sur es prîx devraîent rester contenues, étant donné e contexte de faîbe actîvîté économîque dans a zone euro. Les antîcîpatîons d’înlatîon sont soîdement ancrées à un nîveau compatîbe avec a stabîîté des prîx à moyen terme.
Les projectîons macroéconomîques de mars 2013 étabîes par es servîces de a BCE pour a zone euro prévoîent une hausse annuee de ’IPCH comprîse entre 1,2 % et 2,0 % pour 2013 et entre 0,6 % et 2,0 % pour 2014. Par rapport aux projectîons macroéconomîques de décembre 2012 réaîsées par es servîces de ’Eurosystème, es fourchettes sont gobaement închangées.
Le Conseî des gouverneurs contînue de consîdérer es rîsques pesant sur es perspectîves d’évoutîon des prîx comme gobaement équîîbrés à moyen terme, avec des rîsques à a hausse îés à une augmentatîon pus forte que prévu des prîx admînîstrés et de a iscaîté îndîrecte aînsî qu’au renchérîssement du pétroe, et des rîsques à a baîsse découant du léchîssement de ’actîvîté économîque.
S’agîssant de ’anayse monétaîre, es données monétaîres pour janvîer 2013 conirment e dîagnostîc du Conseî des gouverneurs seon eque e rythme d’expansîon sous-jacent de a monnaîe reste modéré. Le taux de croîssance annue de M3 est demeuré gobaement închangé à 3,5 % en janvîer, contre 3,4 % en décembre 2012. Le rythme de progressîon annue de ’agrégat étroît M1 s’est înscrît en hausse à 6,7 %, après 6,3 % en décembre 2012. La base de dépôts des IFM dans un certaîn nombre de pays en dîficuté s’est de nouveau renforcée en janvîer.
Le taux de croîssance annue des prêts (en données corrîgées des cessîons de prêts et de a tîtrîsatîon) aux socîétés non inancîères est ressortî à – 1,5 % en janvîer, contre – 1,3 % en décembre 2012. La progressîon annuee des prêts consentîs aux ménages par es IFM s’est égèrement raentîe, revenant à 0,5 %, contre 0,7 % en décembre. La faîbe dynamîque des prêts relète, dans une arge mesure, e stade actue du cyce économîque, ’întensîicatîon du rîsque de crédît aînsî que ’ajustement en cours des bîans des agents inancîers et non inancîers. Dans e même temps, es înformatîons dîsponîbes concernant ’accès au inancement des socîétés non inancîères font état de condîtîons de crédît restrîctîves pour es petîtes et moyennes entreprîses.
Ain de garantîr une transmîssîon adéquate de a poîtîque monétaîre aux condîtîons de inancement en vîgueur dans es pays de a zone euro, î est essentîe de contînuer à réduîre a fragmentatîon des marchés du crédît de a zone euro et à renforcer a capacîté de résîstance des banques à où cea s’avère nécessaîre. Des mesures décîsîves pour a mîse en pace d’un cadre inancîer întégré permettront d’atteîndre cet objectîf. Le futur mécanîsme de surveîance unîque (MSU) en est ’une des pîerres
BCE Bulletin mensuel Mars 2013
anguaîres, tout comme e mécanîsme de résoutîon unîque (MRU). Tous deux sont des ééments capîtaux dans e processus de réîntégratîon du système bancaîre.
En résumé, î ressort de ’anayse économîque que es évoutîons des prîx devraîent rester compatîbes avec a stabîîté des prîx à moyen terme. Un recoupement avec es sîgnaux provenant de ’anayse monétaîre conirme ce scénarîo.
Sî ’orîentatîon accommodante de a poîtîque monétaîre contînuera de soutenîr a reprîse économîque dans a zone euro, î est égaement essentîe que es poîtîques budgétaîres et structurees renforcent es perspectîves de croîssance à moyen terme. S’agîssant des poîtîques budgétaîres, es prévîsîons de ’hîver 2013 de a Commîssîon européenne relètent es progrès accompîs dans a réductîon des déséquîîbres budgétaîres dans a zone euro. Le déicît des admînîstratîons pubîques de a zone euro devraît avoîr dîmînué, revenant de 4,2 % du PIB en 2011 à 3,5 % du PIB en 2012, et poursuîvre son recu cette année pour s’étabîr à 2,8 % du PIB. Les gouvernements doîvent s’appuyer sur ces progrès pour favorîser encore e rétabîssement de a coniance dans a vîabîîté des inances pubîques. Dans e même temps, ’assaînîssement budgétaîre doît s’înscrîre dans e cadre d’un vaste programme de réformes structurees destîné à améîorer es perspectîves en matîère de créatîon d’empoî, de croîssance économîque et de soutenabîîté de a dette. Le Conseî des gouverneurs estîme qu’î est partîcuîèrement împortant, à ce stade, de remédîer au probème du chômage des jeunes et de ongue durée, quî atteînt actueement des nîveaux très éevés. À cette in, î est nécessaîre de poursuîvre es réformes structurees sur es marchés des bîens et servîces et sur e marché du travaî ain de créer de nouvees opportunîtés d’empoî en favorîsant un contexte économîque dynamîque, lexîbe et compétîtîf.
BCE Bulletin mensuel Mars 2013
7
ÉdITOrIaL
ÉVOLUTIONS ÉCONOMIQUES ET MONÉTaIrES
1
ENVIrONNEMENT EXTÉrIEUr dE La ZONE EUrO
En dépît du caractère toujours modéré, hétérogène et fragîe de a reprîse économîque mondîae actuee, des sîgnes îndîquant une accéératîon du rythme de a croîssance sont apparus. La poursuîte de ’améîoratîon des îndîcateurs tîrés d’enquêtes aîsse penser que ’économîe mondîae se renforce progressîvement, même sî a reprîse devraît demeurer ente. Dans a pupart des grandes économîes avancées hors zone euro, queques sîgnes d’améîoratîon ont été observés, maîs pusîeurs facteurs contînueront de peser sur es perspectîves de croîssance à moyen terme. Dans es économîes de marché émergentes, a croîssance se redresse après e éger raentîssement de ’actîvîté observé en 2012. En conséquence, ces économîes devraîent apporter une contrîbutîon sîgnîicatîve à a croîssance mondîae dans es prochaîns moîs. Conformément aux évoutîons de ’actîvîté économîque mondîae, e commerce mondîa a égaement montré des sîgnes d’une accéératîon progressîve. S’agîssant des prîx à a consommatîon, ’înlatîon s’est raentîe récemment dans es économîes avancées, tandîs que es évoutîons ont été contrastées dans es économîes émergentes.
1.1 L’aCTIVITÉ ÉCONOMIQUE ET LES ÉCHaNGES COMMErCIaUX À L’ÉCHELLE MONdIaLE
Même sî a reprîse de ’économîe mondîae demeure modérée, hétérogène et fragîe, certaîns sîgnes îndîquent une accéératîon du rythme de a croîssance. Des estîmatîons provîsoîres montrent que ’actîvîté hors zone euro a progressé de 0,9 % en rythme trîmestrîe au cours des troîs dernîers moîs de 2012, soît une égère hausse par rapport au taux observé ors des deux trîmestres précédents, même sî ’on constate des dîvergences persîstantes entre es pays (cf. tabeau 1). Dans es économîes avancées, a croîssance a stagné aux États-Unîs, prîncîpaement en raîson de facteurs exceptîonnes. Dans e même temps, a productîon s’est contractée au Royaume-Unî et au Japon. Dans es économîes de marché émergentes, après e raentîssement de a croîssance du PIB mî-2012, cee-cî s’est de nouveau accéérée vers a in de ’année en Inde et au Brésî et est demeurée stabe en Chîne. L’actîvîté économîque sur es marchés émergents a contînué de croïtre de manîère robuste comparée aux économîes avancées, apportant aînsî une contrîbutîon împortante à a croîssance économîque mondîae.
Le commerce mondîa s’est fortement redressé au dernîer trîmestre 2012. Seon e Bureau néerandaîs d’anayse de a poîtîque économîque (CPB), es échanges înternatîonaux de bîens ont progressé de
Tàbleàu 1CRoîssànce Du PIB en volume Dàns une sélectîon D’économîes
(varîatîons en pourcentage) Taux de croissance annues 2011 2012 2012 2012 T2 T3 Au nîveau mondîa 1) (hors zone euro) 4,0 3,8 3,8 3,5 États-Unîs 1,8 2,2 2,1 2,6 Japon - 0,5 1,9 3,9 0,4 Royaume-Unî 0,9 0,2 - 0,2 0,2 Danemark 1,1 - 0,6 - 1,4 0,0 Suède 3,8 1,2 1,4 0,6 Suîsse 1,9 1,0 0,4 1,3 Brésî 2,7 5,2 0,5 0,9 Chîne 9,3 7,8 7,6 7,4 2) Inde 7,9 6,2 3,8 2,7 Russîe 4,3 5,2 4,0 2,9 Turquîe 8,5 0,7 3,0 1,6 Poogne 4,4 2,2 2,3 1,8 3) Répubîque tchèque 1,9- 1,1- 1,0 - 1,3 3) Hongrie1,6- 1,7- 1,3 - 1,7 Sources : Données natîonaes, BRI, Eurostat et cacus de a BCE 1) Estîmatîon înterne à a BCE 2) Sérîe oficîee cvs non dîsponîbe 3) Les chîffres en îtaîque se rapportent à des estîmatîons rapîdes.
2012 T4
3,5 1,6 0,1 0,3 - 1,0 1,5 1,2 1,4 7,9 4,1 1,1 - 1,7 - 2,8
Taux de croissance trimestriels 2012 2012 2012 T2 T3 T4
0,8 0,3 - 0,2 - 0,4 - 1,0 0,8 - 0,1 0,3 2,0 0,4 1,7 0,1 - 0,4 - 0,5
0,8 0,8 - 1,0 1,0 0,8 0,3 0,6 0,4 2,1 0,8 0,2 0,3 - 0,3 - 0,4
0,9 0,0 - 0,1 - 0,3 - 0,9 0,0 0,2 0,6 2,0 0,2 - 0,2 - 0,9
BCE Bulletin mensuel Mars 2013
9
ÉVOLUTIONS ÉCONOMIQUES ET MONÉTaIrES
Environnementextérieurde la zone euro
10
0,9 % en rythme trîmestrîe, après une croîssance atone de 0,1 % e trîmestre précédent. Cette reprîse des échanges commercîaux a été soutenue par a poursuîte d’une croîssance robuste dans es prîncîpaes économîes de marché émergentes. Même sî es împortatîons et es exportatîons ont contînué de se contracter en rythme trîmestrîe dans es économîes avancées, es premîers sîgnes d’améîoratîon ont été observés en gîssement mensue, en partîcuîer aux États-Unîs.
À pus ong terme, a poursuîte de ’améîoratîon des îndîcateurs tîrés d’enquêtes aîsse penser que ’économîe mondîae se renforce progressîvement. Hors zone euro, e dernîer îndîce goba des dîrecteurs d’achat reatîf à a productîon est resté stabe en févrîer, à 54,1. La stabîîté de ’îndîce composîte des dîrecteurs d’achat pour a productîon relète une améîoratîon dans e secteur des servîces, contrebaancée par une égère détérîoratîon de ’îndîce reatîf au secteur manufacturîer, même sî ce dernîer est resté fermement ancré, pour e quatrîème moîs consécutîf, au-dessus du seuî îndîquant une expansîon (cf. graphîque 1). En ce quî concerne es consommateurs, es données tîrées d’enquêtes îndîquent que a coniance s’est améîorée à des degrés dîvers seon es pays, bîen qu’à partîr de bas nîveaux. S’agîssant du commerce mondîa, après une stabîîsatîon ces dernîers moîs, es îndîcateurs tîrés d’enquêtes ont commencé à montrer queques sîgnes d’améîoratîon, même sî nombre d’entre eux contînuent de luctuer en dessous de eurs moyennes de ong terme, aîssant présager une morosîté persîstante des échanges commercîaux à court terme. Hors zone euro, ’îndîce goba des dîrecteurs d’achat reatîf aux nouvees commandes à ’exportatîon a égèrement léchî en févrîer, ressortant à 49,1.
Seon es projectîons macroéconomîques de mars 2013 étabîes par es servîces de a BCE (cf. encadré 5), a croîssance mondîae devraît s’accéérer progressîvement, maîs avec une dîspersîon consîdérabe des taux de croîssance entre es pays, conirmant dans ’ensembe e proi d’évoutîon de a croîssance mondîae quî ressortaît des projectîons de décembre 2012. En partîcuîer, ’améîoratîon de a sîtuatîon sur es marchés inancîers et du cîmat des affaîres devraît soutenîr a croîssance. Dans e même temps, ’îndîcateur composîte avancé de ’OCDE, censé antîcîper es poînts de
GRàphîque 1Des DîRecteuRs D’àchàt InDîce pouR là pRoDuctîon monDîàle (hoRs zone euRo)
(données mensuees cvs)
65
60
55
50
45
40
35
30
Indîce goba Indîce du secteur manufacturîer Indîce du secteur des servîces
25 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 Source : Markît
BCE Bulletin mensuel Mars 2013
65
60
55
50
45
40
35
30
25
GRàphîque 2 InDîcàteuR composîte àvàncé et pRoDuctîon înDustRîelle
(varîatîon en pourcentage des gîssements sur 3 moîs)
6
4
2
0
- 2
- 4
- 6
Productîon îndustrîee (échee de gauche) Indîcateur composîte avancé (échee de droîte)
4
3
2
1
0
- 1
- 2
- 3
- 8 - 4 2000 2002 2004 2006 2008 2010 2012 Sources : OCDE et cacus de a BCE Note : Les îndîcateurs se rapportent aux pays de ’OCDE pus e Brésî, a Chîne, ’Inde, ’Indonésîe, a Russîe et ’Afrîque du Sud.
retournement de ’actîvîté économîque par rapport à a tendance, a contînué de s’améîorer en décembre 2012, suggérant un raffermîssement de a croîssance dans ’ensembe de a zone OCDE (cf. graphîque 2). De nouveaux sîgnes d’une améîoratîon du cîmat des affaîres ont été observés dans ’îndîcateur ressortant de ’enquêteWord Economîc Cîmatemenée par ’Instîtut Ifo, quî a progressé au premîer trîmestre 2013 après deux recus successîfs en rythme trîmestrîe. L’améîoratîon de ’îndîcateur goba a prîncîpaement résuté d’une évauatîon nettement pus posîtîve de a composante de ’îndîce reatîve aux antîcîpatîons.
Au-deà de ’accéératîon récente de a croîssance mondîae, es perspectîves à moyen terme contînueront d’être îmîtées par un certaîn nombre de facteurs. Bîen que e rééquîîbrage de ’endettement du secteur prîvé progresse, es nîveaux d’endettement des ménages demeurent éevés dans es grandes économîes avancées. Dans pusîeurs pays, es perspectîves de croîssance à court terme contînuent égaement d’être stîmuées par de nouvees mesures de reance budgétaîres, quî ne pourront être proongées îndéinîment compte tenu de ’endettement éevé et croîssant des admînîstratîons pubîques. Le nîveau éevé du chômage dans de nombreux pays devraît égaement freîner a croîssance.
Les perspectîves de ’économîe mondîae contînuent d’être entourées d’une grande încertîtude et a baance des rîsques pesant sur es perspectîves de ’actîvîté et des échanges commercîaux à ’échee înternatîonae demeure orîentée à a baîsse. Ces facteurs de rîsque ont traît aux répercussîons îées à a enteur ou à ’însufisance de a mîse en œuvre des réformes structurees dans a zone euro, aînsî qu’à des probèmes d’ordre géopoîtîque et à des déséquîîbres dans es prîncîpaux pays îndustrîaîsés, quî pourraîent avoîr une încîdence sur es évoutîons des marchés de matîères premîères et des marchés inancîers mondîaux. Ces facteurs sont susceptîbes de raentîr ’améîoratîon de a coniance et, partant, de retarder a reprîse.
1.2 L’ÉVOLUTION dES PrIX aU NIVEaU MONdIaL
Dans es économîes avancées, ’înlatîon s’est raentîe au cours des dernîers moîs, tandîs que a sîtuatîon a été contrastée sur es marchés émergents. En conséquence, a hausse annuee des prîx à a consommatîon dans a zone OCDE s’est étabîe à 1,7 % en janvîer 2013 contre 1,9 % en décembre 2012 (cf. tabeau 2înfra). Hors produîts aîmentaîres et énergîe, a hausse annuee des prîx à a consommatîon est demeurée închangée en janvîer, ressortant à 1,5 % dans a zone OCDE. L’atténuatîon des tensîons înlatîonnîstes gobaes a concerné ’ensembe des économîes avancées. Dans es économîes de marché émergentes, es évoutîons de ’înlatîon ont été pus contrastées, a hausse des prîx à a consommatîon s’étant encore accentuée au Brésî, en Russîe et en Turquîe, tandîs qu’ee s’est raentîe en Chîne et en Inde.
S’agîssant de ’évoutîon des prîx de ’énergîe, es cours duBrentont augmenté in janvîer et début févrîer 2013, atteîgnant 119 doars e barî e 14 févrîer, avant d’effacer es gaîns antérîeurs vers a in du moîs. En conséquence, par rapport à début décembre 2012, ces cours ont été stabes, ressortant à 111 doars e barî e 6 mars 2013. Ces prîx sont toujours înférîeurs de queque 10 % au nîveau enregîstré un an auparavant.
Après un raffermîssement au quatrîème trîmestre 2012, es projectîons reatîves à a demande de pétroe pour 2013 ont été revues à a hausse. L’offre mondîae de pétroe a léchî en janvîer 2013 pour e deuxîème moîs consécutîf, tandîs que es tensîons géopoîtîques ont persîsté. Toutefoîs, e dernîer rapport pubîé par ’Agence înternatîonae de ’énergîe sur e marché du pétroe dégage des perspectîves pus rassurantes s’agîssant de ’offre des pays hors OPEP, en raîson d’une croîssance estîmée soutenue de a productîon nord-amérîcaîne et d’une reprîse rapîde dans es gîsements de
BCE Bulletin mensuel  11 Mars 2013
ÉVOLUTIONS ÉCONOMIQUES ET MONÉTaIrES
Environnementextérieurde la zone euro