INSEE - ISTAT - IFO : La zone euro sortirait progressivement de la récession

INSEE - ISTAT - IFO : La zone euro sortirait progressivement de la récession

-

Documents
2 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Au quatrième trimestre 2012, l’activité dans la zone euro s’est contractée de 0,6 % (-0,1 % au trimestre
précédent). Le recul des exportations a pesé sur la croissance et la demande intérieure a continué de
diminuer

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 05 avril 2013
Nombre de lectures 73
Langue Français
Signaler un problème

Euro-zone economic outlook

5 avril 2013
Association de trois Instituts Économiques Européens
La zone euro sortirait progressivement de la
récession
Au quatrième trimestre 2012, l’activité dans la zone euro s’est contractée de 0,6 % (-0,1 % au trimestre
précédent). Le recul des exportations a pesé sur la croissance et la demande intérieure a continué de
diminuer. Cependant, au premier trimestre 2013, le climat des affaires s’est quelque peu amélioré. Ainsi,
l’activité dans la zone euro progresserait au deuxième trimestre : 0,0 % au premier trimestre, +0,1 % au
deuxième, +0,2 % au troisième. Les exportations accéléreraient car la demande des pays émergents
progresserait à un rythme croissant grâce à l’assouplissement des politiques monétaires et budgétaires. De
plus, la croissance aux États-Unis serait robuste et soutiendrait également les exportations de la zone euro.
Cette accélération de la demande extérieure, conjuguée à la poursuite de l’apaisement des tensions
financières, favoriserait la stabilisation de l’investissement. La consommation privée reculerait au premier
trimestre avant de se stabiliser aux deuxième et troisième trimestres grâce au recul de l’inflation et à
l’atténuation de l’effort de consolidation budgétaire, et malgré la hausse du chômage. Sous l’hypothèse
d’une stabilisation du prix du baril de Brent à 110$ par baril et d’un taux de change dollar/euro autour de
1,30, l’inflation diminuerait de 1,8 % au premier trimestre 2013 à 1,5 % au troisième trimestre. Notre
scénario de prévision suppose que les tensions financières en Europe ne s’aggraveraient pas. Il est entouré
de plusieurs aléas, notamment lié à l’évolution de la situation politique dans la zone euro.
économiques suggèrent une croissance du PIB La production industrielle se stabiliserait
robuste aux États-Unis début 2013.
Après avoir atteint un point bas en octobre 2012, L’accélération des exportations soutiendrait
le climat des affaires a nettement rebondi dans la l’investissement. Après plusieurs trimestres de
zone euro, particulièrement en Allemagne. Ainsi, le repli marqué, l’investissement en équipement
recul de la production industrielle au premier commencerait à se redresser au troisième
trimestre 2013 (-0,5 %) devrait être moins fort trimestre 2013.
qu’au quatrième trimestre (-2,1 %).
Par ailleurs, l’accélération prévue de la demande
étrangère et la stabilisation de la demande
intérieure entraîneraient un léger rétablissement
de la production industrielle. Elle serait stable au
deuxième trimestre (0,0 %) avant d’augmenter
légèrement au troisième trimestre (+0,3 %).

Le PIB augmenterait faiblement
L’activité dans la zone euro s’est très nettement
contractée au quatrième trimestre 2012 (-0,6 %
après -0,1 %). Pour la première fois en trois ans,
les exportations ont reculé (-0,8 %). En outre, la
consommation et l’investissement ont poursuivi
leur repli au même rythme qu’aux trimestres
précédents.
L’activité dans la zone euro renouerait avec la
croissance au deuxième trimestre 2013. Elle serait
stable au premier trimestre (0,0 %) avant
d’augmenter légèrement de 0,1 % au deuxième
trimestre et de 0,2 % au troisième.
Cette amélioration serait en grande partie liée à
l’accélération des exportations. En effet, la
demande des marchés émergents accélérerait à
l’horizon de la prévision car les politiques
monétaires et budgétaires deviendraient plus
expansionnistes. Par ailleurs, malgré des coupes
budgétaire significatives, la plupart des indicateurs

www.ifo.de, www.insee.fr, www.istat.it 1 Euro-zone economic outlook

5 avril 2013
Association de trois Instituts Économiques Européens
Cependant, ce rétablissement de l’investissement Compte tenu de la faiblesse de la demande
ne serait que graduel. Les conditions de intérieure, les pressions inflationnistes seraient
financement des agents privés en Italie et en limitées et l’inflation sous-jacente diminuerait
Espagne restent difficiles. Dans ces deux pays, les jusqu’à 1,0 % au troisième trimestre, après
taux d’intérêt accordés aux entrepreneurs restent 1,4 % au premier. Le glissement annuel des
nettement supérieur à ceux observés en France et prix de l’énergie reculerait également
en Allemagne. Notre scénario suppose que légèrement. En revanche, la forte hausse des
l’incertitude des marchés financiers ne matières premières fin 2012 se diffuserait
provoquerait pas de regain des tensions sur le progressivement aux prix alimentaires.
marché de la dette souveraine.
En outre, sous l’impact de la consolidation
budgétaire, l’investissement public dans la zone
euro resterait peu dynamique. Au total,
l’investissement continuerait de reculer au premier
trimestre (-0,5 %) et au deuxième (-0,1 %) avant
d’accélérer légèrement au troisième (+0,3 %).

Consommation morose
Avec la faiblesse passée de l’activité, la
dégradation du marché du travail se prolongerait
et l’emploi devrait continuer de reculer. Cette
dégradation du marché du travail limite le pouvoir
de négociation des salariés et les salaires
nominaux progresseraient moins vite que
l’inflation. En outre, les mesures de consolidation
budgétaire dans la plupart des pays de la zone
euro pèsent sur le revenu disponible des ménages.
En revanche, la modération de l’inflation limiterait
le recul du pouvoir d’achat. Au total, la
consommation privée reculerait encore au premier
trimestre 2013 (-0,1 %) et se stabiliserait ensuite.

L’inflation continuerait de baisser
La baisse de l’inflation est nette depuis le début de
l’année 2012 et l’inflation a atteint 1,7 % en mars.
Sous l’hypothèse que le prix du Brent se
stabiliserait autour de 110$ et que le taux de
change dollar/euro fluctuerait autour de 1,30, cette
baisse se poursuivrait jusqu’à 1,5 % au troisième
trimestre 2013.
Note Méthodologique

Cette publication trimestrielle est préparée conjointement par les instituts Allemand IFO, Français Insee et l’institut
Italien ISTAT. Les prévisions sont réalisées par ces trois instituts, à partir de modèles économétriques de séries
temporelles utilisant les enquêtes d’opinion auprès des entreprises produites par les instituts nationaux, Eurostat et la
Commission Européenne.
Notre prévision commune à trois trimestres couvre la production industrielle de la zone euro, le PIB, la consommation,
l’investissement, et l’inflation. La publication coïncide avec la troisième publication par Eurostat des comptes nationaux
trimestriels.
Pour plus d’information par pays:
- Ifo Konjunkturprognose, Ifo Nikolay Hristov +49 (0) 89 92 24 1225
- Conjoncture in France, INSEE Contacts: Nicolas Jégou +33 (0) 1 41 17 59 63
- ISTAT Roberta De Santis +39 (0) 64 67 33 620
ème
Prochaine publication: 4 Juillet 2013 (3 publication par Eurostat des comptes nationaux trimestriels)
Prochain horizon de prévision: T4 2013
www.ifo.de, www.insee.fr, www.istat.it 2