Investissements en France - Bilan positif au premier semestre - juillet 2013
5 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Investissements en France - Bilan positif au premier semestre - juillet 2013

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
5 pages
Français

Description

Bilan positif au premier semestre - juillet 2013

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 20 juillet 2013
Nombre de lectures 243
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Exrait

At a glance INVESTISSEMENT EN FRANCE 2013 T2
 BILAN POSITIF AU PREMIER SEMESTRE  L’investissement en immobilier d’entreprise en France reste investisseurs poursuivent leur stratégie de sécurisation des revenus Les particulièrement dynamique depuis le début d’année 2013. Ainsi, locatifs via l’acquisition d’actifs dits "sécurisés". Néanmoins, certains malgré un ralentissement des volumes investis en France au cours du investisseurs commencent à adopter une stratégie opportuniste à 2èmede la récente acquisition par Tishman Speyer de la Tour Pacifictrimestre (3,9 milliards d’euros, en baisse de 11 % sur un an), le très l’image bon résultat enregistré en début d’année permet au marché d’atteindre ou d’Appolo qui a acheté le Portefeuille Logicad. 8,1 milliards d’euros d’engagements au 1ersemestre 2013, en hausse de 21 % comparativement à la même période de 2012.b tres. Àsrt iremp ulisuec noiditno,sl seDans cesoc"  "eriffanehcct as ifs leusplsiis naed srè ee ort unatioientemirp" tsiuped "e  duxtaenemndre s  pour les actifs les moins "sécurisés", une tension sur les taux  l’inverse,Dans ce contexte économique difficile, les investissements en France présentent des disparités en fonction des segments de marché. L’Île- est observée, les investisseurs tenant à préserver une prime de risque de-France occupe une part prépondérante des acquisitions en France significative. Enfin, les écarts de taux restent très important entre les avec 75 % des volumes en 2013. La majorité des investisseurs restent ventes en état futur d’achèvement louées et celles dites "spéculatives". focalisés sur les opérations sécurisées de plus de 100 millions d’euros, à l’image de l’acquisition par un assureur du 42 avenue Friedland dans le Au final, malgré la bonne performance du marché à mi-année, un 8ème arrondissement de prévoir au cours des prochains trimestres. La est à  ralentissementParis (10 500 m²). En termes de typologies dactifs, si les bureaux restent majoritaires avec 54 % des engagements au  lrea rémfaarcctihoén.  dAienss ia, ctsiufsr  "lceonrsee" mprbolpe odseé sl àa lnan véee n2te0 i13m, plaectevroal unémgeast iivnevmesetnits  1ersemestre 2013 en France, d’autres classes d’actifs comme le commerce s et les services restent particulièrement actives avec respectivement en immobilier d’entreprise en France devraient être compris entre 15 et 17 % et 21 % des investissements en 2013. 16 milliards d’euros, à comparer à 17,6 milliards d’euros en 2012.  Les acteurs disposant d’importantes liquidités restent des acteurs privilégiés du marché. Ainsi, les compagnies d’assurances françaises et les SCPI progressent en 2013 pour atteindre 41 % des montants investis.
Investissement en immobilier d'entreprise en France Milliards € T1 T2 T3 T4 35 30,9 30 26,1 25 2018 1 17,6 17,2 , 15,1 15 13,712 749,77, , 11,1 108,56,38,1 4,7 3,5 3,9 5 3,6 3 3 4,4 11,,99 2,,2 2,3 4,2 0 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 Source : BNP Paribas Real Estate - Research
1
 IMMOBILIER D’ENTREPRISE EN FRANCE (EN MILLIONS €)INVESTISSEMENT EN
2011 S1 Montant total investi en France 5 508 dont montant investi en immobilier d’entreprise banalisé en Île-de-France* 3 506 dont Bureaux 3 603 dont Entrepôts 219 dont Activité 94 dont Commerce 816 dont Services 775 * source Immostat-IPD : immobilier d’entreprise banalisé (excl. services) dont le montant unitaire > 4 M€
Répartition géographique Région parisienne Régions
Répartition par tranche de montants inférieur à 5 m € 5 - 10 m € 10 - 20 m € 20 - 40 m € 40 - 100 m € Supérieur à 100 m € Total
Typologie des acquéreurs Assurance / Mutuelle SIIC Autres foncières Fonds OPCI SCPI Investisseurs privés Autres Total
2011 S1 74 % 26 %
2011 S1 176 220 560 1 221 1 722 1 610 5 508
2011 S1 17 % 13 % 17 % 26 % 9 % 12 % 6 % 0 % 100 %
2012 S1 6 706 4 952 4 383 272 78 1 140 833
2012 S1 81 % 19 %
2012 S1 248 249 541 810 1 549 3 308 6 706
2012 S1 21 % 8 % 5 % 42 % 3 % 12 % 7 % 2 % 100 %
2013 S1 8 129 4 285 4 426 430 224 1 340 1 709
2013 S1 75 % 25 %
2013 S1 258 394 539 1 121 2 010 3 806 8 129
2013 S1 21 % 7 % 11 % 27 % 3 % 15 % 4 % 11 % 100 %
2
 TAUX DE RENDEMENT INITIAL "PRIME"
Bureaux Île-de-France Paris QCA Paris hors QCA La Défense Croissant Ouest 1èreCouronne 2èmeCouronne
Bureaux Régions Aix/Marseille Lyon Lille Bordeaux Toulouse Nantes Strasbourg
Entrepôts Classe A Région parisienne Régions
Bâtiments d’activité Région parisienne
Commerce Pied d’immeuble Paris Centre commercial France Parc d’activité commerciale France
Hôtels Paris intra-muros
*Estimation
2011 T2 4,75 % 5,75 % 6 % 5,90 % 6,25 % 6,75 %
2011 T2 6,10 %* 6,10 %*  6,50 %* 6,70 %* 6,20 %* 6,70 %* 7 %*
2011 T2 7,20 % 7,30 %
2011 T2 7,75 %
2011 T2 4,25 - 4 50 %  , 5,50 - 6,00 % * 7 - 7,50 % *
2011 T2 5,90 - 6,50 %
2012 T2 4,70 %* 5,75 % 5,90 %* 5,80 % 6,10 % 6,50 %
2012 T2 6,10 %* 6,10 %* 6,10 %* 6,50 %* 6,20 %* 6,70 %* 6,90 %*
2012 T2 7,15 %* 7,30 %*
2012 T2 7,75 %*
2012 T2 4,50 %* 4,90 % * 6,00 %*
2012 T2 5,90 %*
2013 T2 4,50 % 4,75 % 5,90 % 5,75 % 6,10 % 6,50 %
2013 T2 6,10 %* 5,70 % < 6 % 6,40 %* 6,20 %* 6,50 %* 6,90 %*
2013 T2 7,00 %* 7,00 %*
2013 T2 7,75 %*
2013 T2 4,00 %* 4,90 %* 5,80 %
2013 T2 5,90 %*
Tendance 2013 T2/2012 T2 c g g c g g
Tendance 2013 T2/2012 T2 g c c c g c g
Tendance 2013 T2/2012 T2 c c
Tendance 2013 T2/2012 T2 g
Tendance 2013 T2/2012 T2 c g c
Tendance 2013 T2/2012 T2 g
3
AT A GLANCE - LES BUREAUX EN ÎLE-DE-FRANCE - JUILLET 2013
   GLOSSAIRE Les données chiffrées utilisées par BNP Paribas Real Estate, pour la réalisation de ses statistiques, intègrent l’ensemble des informations en sa possession lors de leur élaboration. Ces statistiques peuvent être amenées à évoluer en fonction d’informations nouvelles portées à notre connaissance. Définitions de A à Z… Arbitrage :vente d’un actif immobilier propriété d’un investisseur à un autre investisseur. Blanc / Gris : "En blanc" : lancée sans vente ou location préalable à un construction  utilisateur. "En gris":projet dont le chantier ne sera lancé qu’après location ou vente de tout ou partie à un utilisateur. Effet de levier :accroissement de la rentabilité d’un placement résultant d’une opération d’endettement. Externalisation :vente d’un actif immobilier propriété d’un utilisateur à un investisseur. Foncière :société ayant comme objet soit l’acquisition ou la construction d’immeubles en vue de leur location, soit la détention de participations dans des sociétés à objet social identique.  Fonds dinvestissement : organisme de détention collective d’actifs financiers ou immobiliers gérés par une structure réglementée et agréée (société de gestion). On distingue : Fonds ouvert :où il n’y a pas deun fonds est ouvert à partir du moment limitation dans l’émission des parts.  Fonds fermé :fermé ne sont commercialisées par lales parts d’un fonds société de gestion que pendant la période de souscription. Un fonds fermé a une durée de vie limitée. Fonds de pension :organisme financier qui gère l’épargne issue du système de retraite par capitalisation. Cette épargne correspond aux ressources que les salariés du secteur privé et du secteur public ont mises de côté au cours de leur vie professionnelle pour constituer ou pour améliorer leur pension de retraite.   Fonds opportuniste :rendements supérieurs à 17 %, avecfonds qui cible des des niveaux de levier dépassant 60 % de la valeur brute de l’actif. ICC(Indice du Coût de la Construction):indice qui mesure chaque trimestre l’évolution des prix de construction des bâtiments neufs à usage principal d’habitation. Il s’agit du prix TVA incluse, payé par les maîtres d’ouvrages aux entreprises de construction. Il exclut les prix et coûts liés au terrain (viabilisation, fondations spéciales, etc.), ainsi que les honoraires, les frais de promotion et les frais financiers. Immostat :groupement d’Intérêt Economique (GIE) créé en 2001, qui associe BNP Paribas Real Estate, CB Richard Ellis, DTZ Jean-Thouard et Jones Lang LaSalle. Pour créer des bases de données homogènes, les quatre conseils ont adopté de nombreuses définitions communes : secteurs de marché de l’Ile-de-France, état des immeubles et des locaux, définition des surfaces prises en compte, des loyers, etc. L’organisation du GIE garantit l’indépendance du traitement des données et le respect des engagements de confidentialité de chacun de ses membres. Sont concernés les marchés investisseurs en immobilier d’entreprise et utilisateurs d’entrepôts d’une superficie supérieure à 5 000 m² et de bureaux en région parisienne. Loyer :  Facial : loyer annuel par mètre carré et par an, inscrit au bail, exprimé hors taxes et hors charges. Ne tient pas compte des locaux annexes tels que parkings, archives, restaurant interentreprises (RIE)... En cas de loyer progressif, la valeur retenue est la moyenne des valeurs des trois premières années ou de la durée ferme du bail. Facial moyen :par la surface des loyers faciaux. Pour lesmoyenne pondérée loyers trimestriels, une moyenne mobile pourra être utilisée pour présenter des évolutions lissées.   Economique :loyer annuel par mètre carré et par an, exprimé hors taxes et hors charges et corrigé des avantages consentis par le propriétaire (franchise de loyer, réalisation de travaux, etc.).
"Prime":loyer facial le plus élevé, hors transaction de convenance, pour un produit :- de taille standard par rapport à la demande dans le secteur de marché,- d’excellente qualité et offrant les meilleures prestations,- dans la meilleure localisation pour un marché donné. "Top" : facial le plus élevé d’un marché donné, hors transaction de loyer convenance. Le loyer top n’est pas systématiquement un loyer prime.  Neuf / Restructuré :actifs immobiliers construits ou restructurés depuis moins de 5 ans. OAT (Obligation Assimilable du Trésor):titre de dettes émis par l’Etat français. Il constitue la référence pour le taux de rendement sans risque à long terme. OPCI (Organisme de Placement Collectif Immobilier):fonds immobiliers, se présentant sous deux formes juridiques : - les Fonds de Placement Immobilier (FPI), dont les revenus distribués sont imposables comme des revenus fonciers classiques, - les Sociétés de Placement à Prépondérance Immobilière à Capital Variable (SPPICV) dont les revenus distribués sont imposés comme des dividendes et des plus-values d’actions. Portefeuille :ensemble de plusieurs actifs localisés sur des sites différents. Précommercialisation :transaction utilisateur ayant lieu plus de six mois avant la livraison d’un bâtiment. Prime de risque :ecart entre la rentabilité d’un actif ou d’un portefeuille et l’actif sans risque (obligation d’Etat). SCPI (Société Civile de Placement Immobilier):société ayant pour objet l’acquisition et la gestion d’un patrimoine immobilier locatif. Seconde main :actifs immobiliers livrés depuis plus de cinq ans. SIIC(Société d’Investissement Immobilier Cotée):le régime SIIC permet une exonération d’impôts sur les bénéfices en contrepartie d’une redistribution aux actionnaires des revenus à hauteur de 85 %. Taux de rendement :   Net :coûts d’exploitation) et le prix d’achatrapport entre le revenu net (hors incluant tous les coûts d’acquisition. I nitial :rapport entre le loyer global annuel net et le prix de vente actes en   mains en date de la vente. "Prime" : de rendement le plus bas obtenu pour l’acquisition d’un taux   bâtiment : - de taille standard par rapport à la demande dans le secteur de marché, - d’excellente qualité et offrant les meilleures prestations, - dans la meilleure localisation pour un marché donné. TRI(Taux de Rentabilité Interne):taux d’actualisation défini tel que la somme des flux actualisés des revenus anticipés de l’investissement soit égale au coût initial de l’investissement. VAN(Valeur Actuelle Nette):différence entre la somme des flux actualisés des revenus anticipés et le coût initial de l’investissement. Vente promoteur :vente d’une opération montée par un promoteur à un investisseur. Avertissement : La responsabilité de BNP Paribas Real Estate ne saurait être engagée si, malgré toute sa vigilance, des informations fournies dans le présent document s’avéraient erronées ou non exhaustives. Ce document est édité par BNP Paribas Real Estate et les informations y figurant sont à l’usage exclusif de ses clients. Le document et les informations y figurant ne sauraient être reproduits ou diffusés sans l’accord préalable exprès de BNP Paribas Real Estate. Si vous ne souhaitez plus recevoir ce document ou voir modifier les modalités d’envoi de ce présent document, merci d’adresser un e-mail à : unsubscribe.mailing@bnpparibas.com
4