Observatoire des prix et des marges des produits agricoles - février 2013 (15/03/2013)
17 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Observatoire des prix et des marges des produits agricoles - février 2013 (15/03/2013)

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
17 pages
Français

Description

Au mois de février 2013, les prix des matières 1ères agricoles importées sont en baisse de 0,7% sur un mois (en euros). Les prix agricoles à la production diminuent de 1,1% et les prix alimentaires à la consommation sont stables, sur un mois.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 15 avril 2013
Nombre de lectures 167
Langue Français

Exrait



Service du soutien au réseau (SR)
Sous-direction de la communication, programmation et veille économique (1)
Bureau de la veille économique et des prix (1B)

Observatoire des prix et des marges
Produits agricoles
- résultats de l’observation des prix et marges du mois de février 2013 -


Résumé :

Cours mondiaux : au mois de février 2013, les prix des matières premières agricoles importées en
France sont en baisse par rapport au mois de janvier 2013 (-0,7%, en euros). En glissement annuel, ces
prix sont en hausse de 2,0% (en euros), par rapport au mois de février 2012.

La tendance à la baisse observée depuis le mois de septembre 2012 se poursuit en février 2013, notamment en
raison de perspectives de récoltes favorables (céréales, sucre, café arabica) et d’une diminution de la demande
(en particulier des céréales, concernant leur utilisation dans l’alimentation animale et dans la production
d’éthanol). Parmi les matières premières observées, seuls les cours du café robusta et des graines de soja sont
à la hausse sur un mois.

Production agricole nationale : les prix agricoles à la production sont en baisse de 1,1% en février 2013
par rapport au mois de janvier 2013. Sur un an, les prix agricoles à la production augmentent de 6,2%.

Prix alimentaires à la consommation : en février 2013, les prix de l’alimentation (y compris les boissons
non alcoolisées) sont stables par rapport à janvier 2013. Ces prix augmentent de 1,5% sur un an, à
comparer avec une inflation globale de 1,0% sur un an.



Les données de base de cette étude proviennent d’Eurostat, de l’Insee et du Service de la statistique et
de la prospective du Ministère de l’Agriculture (Agreste), et ont fait l’objet de calculs de la DGCCRF.


Variations sur
un mois (fév. 2013/janv. 2013) un an (fév. 2013/fév. 2012) En euros
Prix des matières premières agricoles
importées -0,7% 2,0%
Prix agricoles à la production -1,1% 6,2%
Prix alimentaires à la consommation 0,0% 1,5%
Source : Insee, mars 2013

1 Bilan annuel (2010) de la production agro-alimentaire

Le graphe ci-dessous détaille les échanges relatifs aux produits agricoles et alimentaires entre la France et
l’étranger, du secteur productif aux consommateurs nationaux.

En 2010, les importations agro-alimentaires se sont élevées à 41,0 milliards d’euros. La valeur de la
production agricole nationale a atteint 67,8 milliards d’euros et le chiffre d’affaires des industries agro-
alimentaires (y compris l’artisanat commercial) était de 159,9 milliards d’euros. La consommation des
ménages français en produits agricoles et alimentaires a représenté 193,2 milliards d’euros. Les exportations
agro-alimentaires se sont élevées à 49,1 milliards d’euros.


Importations agro-alimentaires : 41,0 Mds d’euros, dont
10,4 de produits bruts et 30,6 de produits transformés.
ETRANGER
Production des exploitations agricoles françaises : 67,8 Mds
d’euros (valeur de la production aux prix de base).
FRANCE
Industries agro-alimentaires : 159,9 Mds d’euros
(chiffre d’affaires, y compris l’artisanat commercial).
Dépenses de consommation des ménages français en
produits de l’agriculture et des IAA : 193,2 Mds d’euros.
ETRANGER
Exportations agro-alimentaires : 49,1 Mds d’euros, dont
12,8 de produits bruts et 36,3 de produits transformés.

Sources : Eurostat et Ministère de l’Agriculture, Agreste, étude GraphAgri, décembre 2012

2 1) Cours des marchés agricoles mondiaux

variation sur variation sur
janvier 2013 février 2012 février 2013
un mois un an unités
valeur valeur en % valeur en %
Prix en Cents US par
blé 735,1 768,7 -4,4% 648,6 13,3%
boisseau de 60 livres
Prix en Cents US par
maïs 707,0 713,9 -1,0% 640,4 10,4%
boisseau de 56 livres
Prix en Cents US par graines de
1474,6 1440,7 2,4% 1251,6 17,8%
soja boisseau de 60 livres
Prix en Cents US par
sucre 18,2 18,7 -2,7% 24,9 -26,9%
livre
Prix en Dollars US par
cacao 2168,1 2234,7 -3,0% 2325,4 -6,8%
tonne
Prix en Cents US par
café arabica 141,2 150,3 -6,1% 208,9 -32,4%
0,45 kg
Prix en Cents US par
café robusta 109,7 105,8 3,7% 111,3 -1,4%
livre
Source : Insee, mars 2013, calculs DGCCRF, mars 2013

- En février 2013, le cours du blé à Chicago (en cents US) a diminué de 4,4% (+13,3% sur un an). La
tendance à la baisse observée depuis le mois de septembre 2012 s’explique par les prévisions de croissance
1de la production mondiale de blé : +4,3% par rapport à la récolte de 2012, selon la FAO . Les perspectives
sont particulièrement bonnes en Europe où les surfaces cultivées et les rendements attendus sont à la hausse.
La production devrait également augmenter en Russie et en Ukraine. En revanche, les prévisions sont moins
optimistes aux États-Unis, en raison de conditions météorologiques défavorables. Du côté de la demande,
selon la FAO, la consommation mondiale de blé en 2012/2013 devrait diminuer de 2,0% par rapport à la
campagne précédente, principalement en raison de la baisse de l’utilisation du blé pour l’alimentation
animale (-8,0% sur un an).

- En février 2013, le cours du maïs à Chicago (en cents US) a diminué de 1,0% sur un mois (+10,4% sur un
an). Les perspectives de récolte restent favorables en Amérique du Sud : une hausse de 9% de la production
brésilienne par rapport à la dernière campagne est attendue. Du côté de la demande, selon la FAO,
l’utilisation du maïs pour la production d’éthanol devrait connaître une baisse de 10,0% par rapport à
l’année précédente, aux États-Unis.

- En février 2013, le cours des graines de soja à Chicago (en cents US) augmente de 2,4% sur un mois
(+17,8% sur un an). Cette orientation à la hausse s’explique principalement par les inquiétudes des marchés
liées à la dégradation des perspectives de récolte de soja en Argentine, suite à des conditions
météorologiques difficiles (insuffisance des pluies et températures supérieures à la moyenne, entraînant une
baisse des rendements).

- Sur un mois, le cours du sucre à New York (en cents US) a diminué de 2,7% (-26,9% sur un an). La baisse
se poursuit pour le prix du sucre en raison de prévisions très favorables de récoltes et d’une hausse des
disponibilités à l’exportation, particulièrement au Brésil et en Thaïlande. En outre, la hausse de la
production dans les pays traditionnellement importateurs (notamment la Chine) pourrait entraîner une
contraction des échanges mondiaux.


1 Bulletin de la FAO sur l’offre et la demande de céréales du 7 mars 2013.
3 - Sur un mois, le cours du cacao à New York (en dollars US) est en baisse de 3,0% (-6,8% en glissement
2annuel). Selon l’Organisation internationale du cacao , la situation économique difficile des pays
développés (notamment les pays européens, traditionnellement grands consommateurs de chocolat) a un
impact baissier sur le marché du cacao. Du côté de l’offre, la production mondiale devrait diminuer de 1,8%
en 2012/2013 par rapport à la campagne précédente et les stocks reculeraient de 2,4%, ce qui pourrait
entraîner des tensions sur les prix dans les prochains mois.

- Sur un mois, le cours du café arabica à New York (en cents US) a diminué de 6,1% (-32,4% sur un an).
Cette baisse sensible s’explique essentiellement par les perspectives de récolte record pour 2012/2013 au
Brésil, malgré les inquiétudes relatives à l’épidémie touchant les plantations des pays d’Amérique centrale
(Costa Rica, Guatemala, Salvador, Nicaragua, Honduras et certaines régions du Mexique). Selon
3l’Organisation internationale du café , la faible demande des marchés traditionnellement grands
consommateurs (Amérique du Nord, Union européenne) contribue également à l’orientation à la baisse du
prix du café arabica.

- Sur un mois, le cours du café robusta à New York (en cents US) a connu une hausse de 3,7% (-1,4% sur
un an). Le prix du robusta profite du dynamisme de la demande des marchés émergents et des pays
exportateurs. Du côté de l’offre, des incertitudes pèsent sur la prochaine récolte au Vietnam, principal
producteur mondial de café robusta.

2) Évolution de l’indice des prix des matières premières agricoles importées
Evolution de l'indice des prix des matières premières agricoles importées (matières alimentaires,
en euros, base 100 en 2000), 2010-2013
230
220
210
200
190
180
183,7
170
160
151,9
150
140
130

Source : Insee, mars 2013

Au mois de février 2013, les prix des matières premières agricoles importées en France (matières
4alimentaires) ont connu une diminution de 0,7% sur un mois, en euros (-0,3% en devises) . Sur un an,
les prix des matières premières agricoles importées sont en hausse de 2,0% en euros et de 2,4% en devises.



2
Rapport mensuel du marché du cacao, février 2013.
3 Rapport mensuel de la situation du marché du café, février 2013.
4 L’indice Insee (« indice des prix internationaux des matières premières importées : matières alimentaires ») retrace l’évolution
mensuelle (moyenne des observations) des prix des matières premières agricoles importées (à usage alimentaire). Les résultats
agrégés sont exprimés soit en devises (essentiellement le dollar US) soit en euros.
4
janv-10
févr-10
mars-10
avr-10
mai-10
juin-10
juil-10
août-10
sept-10
oct-10
nov-10
déc-10
janv-11
févr-11
mars-11
avr-11
mai-11
juin-11
juil-11
août-11
sept-11
oct-11
nov-11
déc-11
janv-12
févr-12
mars-12
avr-12
mai-12
juin-12
juil-12
août-12
sept-12
oct-12
nov-12
déc-12
janv-13
févr-13CONSOMMATEUR
FILIERE AGRICOLE
ET AGRO-
ALIMENTAIRE
Base 100 en 2000 En devises En euros
Variations en % sur Variations en % sur
un mois un an un mois un an
Ensemble -0,3 2,4 -0,7 2,0
Denrées tropicales -2,7 -12,5 -3,1 -13,2
Oléagineux 2,1 21,9 1,6 20,9
Céréales -0,3 2,9 -0,7 5,9
Sucre -2,6 -26,8 -3,0 -27,4
Viande bovine -1,3 -2,8 -1,7 -3,6
Source : Insee, mars 2013, calculs DGCCRF, mars 2013

D’une part, cette diminution est due aux baisses sur les marchés mondiaux des prix des céréales (-0,3% en
devises, -0,7% en euros), de la viande bovine (-1,3% en devises, -1,7% en euros), du sucre (-2,6% en
devises, -3,0% en euros) et des denrées tropicales (-2,7% en devises, -3,1% en euros), qui contrebalancent la
hausses du prix des oléagineux (+2,1% en devises, +1,6% en euros).

D’autre part, cette évolution des prix exprimés en euros est liée à celle de la parité euro-dollar. Au mois de
5février 2013, l’euro s’est apprécié de 0,5% par rapport au dollar, sur un mois (+1,0% sur un an) . Cela a
pour effet de rendre meilleur marché le prix des matières premières importées dans la zone euro et explique
l’écart d’évolution des prix en euros et des prix en devises.

3) Analyse des coûts de production, des prix à la production et des prix à la consommation

Les prix à la consommation des produits alimentaires en France sont le stade final d’un processus qui
comprend plusieurs étapes au sein de la chaîne de production et de distribution. En premier lieu, on peut
mentionner les prix d’achat des moyens de production agricole. L’Insee publie mensuellement l’indice des
prix d’achat des moyens de production agricole (IPAMPA, base 100 en 2005) qui suit l’évolution des prix
des biens et services utilisés par les exploitants dans leur activité agricole.

Les prix agricoles à la production sont l’échelon suivant de la chaîne de production et sont mesurés par
l’indice des prix des produits agricoles à la production (IPPAP) de l’Insee (base 100 en 2005). Pour les
produits transformés, l’étape suivante est celle des prix à la production de l’industrie agroalimentaire.
L’Insee publie mensuellement l’indice de prix de production de l’industrie française (IPPI, base 100 en
2005) à destination du marché français, ainsi que les prix d’importation des produits industriels. Enfin, les
prix alimentaires à la consommation sont mesurés par l’indice des prix à la consommation (IPC) de l’Insee
(base 100 en 1998).

Amont Aval
Prix de vente
Coûts des Prix de vente Prix de vente des
producteurs des des industriels
agricoles producteurs distributeurs agro-
agricoles alimentaires
IPC IPAMPA IPPAP IPPI
(alimentaire)


5 Cours de l’euro par rapport au dollar US, moyenne mensuelle, Insee.
5 Evolution des indices de prix de la filière agro-alimentaire, (base 100 en janvier 2010), 2010-2013
130,3
120,9
119,7
116,0
112,5
105,7
100,0
indice des prix des matières premières agricoles importées (en euros) IPAMPA
IPPAP IPPI (à destination du marché français)
IPC alimentaire indice des prix d'importation des produits agro-alimentaires

Source : Insee, mars 2013, calculs DGCCRF, mars 2013

Analyse de l’évolution des indices de prix de la filière agro-alimentaire :

Depuis 2010, on observe une corrélation significative entre l’évolution des prix des matières premières
agricoles importées et celle des prix agricoles à la production (IPPAP), ce qui paraît cohérent avec
l’évolution de la politique agricole commune (PAC) depuis les années 2000 (abandon progressif par
Bruxelles de l’encadrement des marchés agricoles).

Toutefois, entre mars et août 2012, on a pu constater un décrochage des prix agricoles à la production, dont
la croissance était inférieure à celle des prix des matières premières importées. Ces derniers ont connu un
pic à l’été 2012, lié aux conséquences de la sécheresse sur les récoltes aux États-Unis et en Europe de l’Est.
Depuis le mois de novembre 2012, les prix agricoles à la production et les prix des matières premières
agricoles importées sont orientés à la baisse. En février 2013, les prix agricoles à la production ont connu un
recul de 1,1% sur un mois, alors que les prix des matières premières agricoles importées diminuaient de
0,7% sur un mois (en euros).

En outre, on peut observer que la croissance des prix alimentaires à la consommation est moindre que celles
des prix agricoles à la production nationale et des prix de l’industrie agro-alimentaire nationale comme
étrangère. A ce sujet, il convient de rappeler que l’indice des prix alimentaires à la consommation intègre les
prix des produits importés, bruts ou transformés, consommés par les ménages français. Par ailleurs, cet
indice reflète également la manière dont la distribution répercute les hausses de prix agricoles, soit par une
compression de ses marges soit par un effort de productivité. Enfin, cet indice intègre d’autres coûts (main
d’œuvre, énergie, taxes et impôts, frais généraux et administratifs) dont les évolutions sont contrastées.

Ces comparaisons d’indices de prix ne permettent cependant pas de comparer les marges en niveau de
chacun des acteurs de la filière agricole et alimentaire, amont et aval.
6
141,5
136,5
131,5
126,5
121,5
116,5
111,5
106,5
101,5
96,5
janv-10
févr-10
mars-10
avr-10
mai-10
juin-10
juil-10
août-10
sept-10
oct-10
nov-10
déc-10
janv-11
févr-11
mars-11
avr-11
mai-11
juin-11
juil-11
août-11
sept-11
oct-11
nov-11
déc-11
janv-12
févr-12
mars-12
avr-12
mai-12
juin-12
juil-12
août-12
sept-12
oct-12
nov-12
déc-12
janv-13
févr-13a) Évolution des prix d’achat des moyens de production agricole (IPAMPA), février 2013 :

Variation en % sur
poids
un mois 3 mois un an
Indice général 1000 0,1 0,5 5,1
Biens de consommation courante 758 0,1 0,4 6,2
Énergie 84 0,9 1,6 -0,1
Semences 51 0,4 1,5 4,2
Engrais et amendements 92 0,1 -0,2 0,8
Produits de protection des cultures 77 0,3 -1,0 0,6
Aliments des animaux 189 -0,4 -0,1 20,4
Produits et services vétérinaires 38 0,5 1,7 3,3
Petit matériel et outillage 14 -0,2 -0,4 2,5
Entretien et réparation de matériel 56 0,3 1,1 3,4
En et réparation des bâtiments 9 0,0 0,0 0,5
Frais généraux 149 -0,2 0,8 0,8
Biens d'investissement 242 0,1 0,5 1,4
Matériel 170 0,1 0,8 2,5
dont tracteurs 71 0,4 1,3 3,0
matériel et machines de culture 36 -0,3 0,9 1,9
matériel et machines de récolte 37 0,0 0,0 3,0
véhicules utilitaires 16 0,2 0,3 0,3
Ouvrages 72 0,0 0,0 -1,0
Sources : Insee – SSP (ministère chargé de l’Agriculture), mars 2013

En février 2013, les prix d’achat des moyens de production agricole augmentent de 0,1% sur un mois
et de 5,1% sur un an.

Le prix des biens de consommation courante est en hausse de 0,1% sur un mois et de 6,2% sur un an. Le
prix des aliments des animaux diminue de 0,4% sur un mois mais connaît toujours une hausse importante
sur un an (+20,4%).

Le prix de l’énergie progresse de 0,9% sur un mois et de 1,6% sur trois mois (-0,1% sur un an), notamment
en raison de la hausse des prix du pétrole au mois de février 2013 (augmentation de 2,8% des cours
6internationaux du baril de pétrole brut en dollars US, sur un mois) .

Le prix des engrais et amendements est en hausse sur un mois (+0,1%) et sur un an (+0,8%). Le prix des
semences est en hausse de 0,4% sur un mois et de 4,2% sur un an. Le prix de l’entretien et la réparation
de matériel augmente de manière sensible sur un an (+3,4%), tout comme les produits et services
vétérinaires (+3,3%).

Le prix des biens d’investissement est en augmentation de 0,1% sur un mois (+1,4% sur un an), en raison
de la hausse des prix du matériel (+0,1% sur un mois) et notamment du prix des tracteurs (+0,4% sur un
mois).


b) Évolution des prix des produits agricoles à la production en France (IPPAP), février 2013 :

En données corrigées des variations saisonnières (CVS), les prix agricoles à la production sont en baisse
de 1,1% en février 2013 par rapport au mois de janvier 2013.

Sur un an, les prix agricoles à la production augmentent de 6,2%.

6
Cf. Observatoire des prix et des marges, filière pétrole, février 2013, DGCCRF,
http://www.economie.gouv.fr/dgccrf/concurrence/Observatoire-des-prix-et-des-marges.
7
Variation en % sur
poids un mois 3 mois un an
CVS CVS brut
Indice général 1000 -1,1 -2,3 6,2
sauf fruits et légumes 878 -1,4 -3,1 6,3
Produits végétaux (sauf fruits et légumes) 417 -2,0 -4,8 11,0
Céréales 115 -4,4 -11,6 10,6
dont blé tendre 63 -3,3 -10,9 15,7
maïs 27 -5,6 -12,4 8,1
Pommes de terre 19 /// /// 96,1
Vins 161 0,2 2,7 7,2
de qualité 140 0,4 2,4 6,3
autres vins 21 -0,6 4,1 12,2
Oléagineux 28 0,0 -1,1 4,5
Produits de l'horticulture 51 0,3 1,5 0,2
Autres produits végétaux 43 0,6 0,2 10,7
Légumes et fruits (1) 122 /// /// 5,9
dont légumes frais 61 /// /// -14,4
fruits frais 39 /// /// 47,4
Productions animales 461 -0,5 -1,1 1,0
Animaux 286 -0,2 0,2 6,9
dont gros bovins 108 2,0 3,8 10,8
veaux 29 1,3 3,0 3,8
porcins 64 -4,4 -7,5 0,0
ovins 14 -1,2 -5,5 -8,1
volailles 59 -0,1 1,7 12,7
dont poulets 26 -0,2 2,2 14,1
Lait 159 0,0 -0,5 -5,1
dont lait de vache(2) 148 0,1 -0,6 -5,5
Œufs 13 -8,8 -20,8 -23,5
(1) En raison de leurs profils saisonniers très marqués, les évolutions mensuelles et trimestrielles des prix des pommes de terre et
des légumes et fruits ne sont pas mesurées. Ces variations de prix doivent être interprétées en glissement annuel.
(2) Le prix CVS du lait de vache a été reconduit en février par rapport à janvier.
Sources : Insee – SSP (ministère chargé de l’Agriculture), mars 2013

En février 2013, le prix à la production des céréales est en baisse de 4,4% sur un mois, à l’image des cours
mondiaux, en raison de perspectives de récoltes globalement favorables. Il demeure orienté à la hausse sur
un an (+10,6%). Le prix à la production du blé tendre diminue de 3,3% sur un mois et de 10,9% sur trois
mois. Il est en hausse de 15,7% sur un an. Le prix à la production du maïs diminue de 5,6% sur un mois et
de 12,4% sur trois mois (+8,1% sur un an).

Le prix à la production des oléagineux est stable sur un mois (+4,5% sur un an).

Le prix à la production de la pomme de terre continue de progresser, en augmentant de 96,1% sur un an,
sous l’effet de la faiblesse de l’offre dans le nord de l’Europe, à la suite de conditions météorologiques
défavorables.

Le prix à la production des fruits frais augmente de 47,4% sur un an. Les récoltes de pommes et de poires
sont en très nette diminution, en France et en Europe, ce qui a un effet haussier sur les prix. Le prix à la
production des légumes frais diminue de 14,4% sur un an, notamment en raison d’une offre abondante de
salades et d’endives qui pèse sur les prix.

Les prix à la production des productions animales diminuent de 0,5% en février 2013 par rapport au mois
de janvier 2013, mais demeurent en hausse de 1,0% sur un an. Les prix à la production des gros bovins sont
en hausse de 2,0% sur un mois et de 3,8% sur trois mois. Ils augmentent également sur un an (+10,8%). En
février 2013, le prix à la production des porcins est en baisse de 4,4% sur un mois, en raison d’une baisse
de la demande à l’exportation. Il diminue de 7,5% sur trois mois, et reste stable sur un an. Le prix à la
8 production des volailles diminue sur un mois (-0,1% sur un mois), mais augmente sur trois mois (+1,7%) et
sur un an (+12,7%).

Le prix à la production du lait est stable sur un mois et en baisse sur trois mois (-0,5%). Sur un an, il est en
baisse de 5,1%. Le prix à la production des œufs baisse sensiblement, en raison d’une hausse de la
production : -8,8% sur un mois, -20,8% sur trois mois et -23,5% sur un an.

c) Évolution des prix de l’industrie agroalimentaire (IPPI), février 2013 :

Denrées alimentaires, boissons et produits à base de tabac :
Variation en % sur
un mois un an
0,0 4,1 Prix de production de l'industrie française, à destination du marché français
-0,1 2,2 Prix d'importation des produits industriels
Source : Insee, mars 2013

En février 2013, les prix des denrées alimentaires produites en France (et à destination du marché
français) sont stables sur un mois. Ils augmentent de 4,1% sur un an. Les prix des industries de la
viande et des produits à base de viande sont en hausse de 0,4% sur un mois. Les prix des industries de
fabrication de produits laitiers diminuent de 0,3% en février 2013 par rapport au mois précédent.

Les prix d’importation des denrées alimentaires diminuent de 0,1% sur un mois. Ils augmentent de
2,2% sur un an. Les prix d’importation de la viande et des produits à base de viande sont en hausse de
0,2% par rapport à janvier 2013, alors que les prix d’importation des produits laitiers diminuent de 1,0%.

d) Évolution des prix alimentaires à la consommation en France (IPC), février 2013 :

Variation en % sur
un mois 3 mois un an
ENSEMBLE DES BIENS ET SERVICES 0,3 0,1 1,0
PRODUITS ALIMENTAIRES ET BOISSONS NON ALCOOLISEES 0,0 -0,2 1,5
PRODUITS ALIMENTAIRES 0,0 -0,1 1,6
Pain et céréales -0,1 -0,2 0,7
Viande 0,3 0,7 2,7
Poissons et crustacés -1,1 1,1 2,5
Lait, fromage et œufs -0,2 -0,6 -1,0
Huiles et graisses -0,4 -0,7 -1,0
Fruits 2,4 -3,1 10,6
Légumes -0,4 0,1 0,2
Sucre, confiture, chocolat, confiserie et glaces -0,2 -0,4 0,1
Sel, épices, sauces et produits alimentaires n.d.a. 0,0 -0,3 -0,1
BOISSONS NON ALCOOLISEES 0,0 -0,4 0,0
Café, thé et cacao 0,1 -0,2 0,2
Autres boissons non alcoolisées -0,1 -0,5 -0,1
BOISSONS ALCOOLISEES ET TABAC 0,3 0,7 5,4
BOISSONS ALCOOLISEES 0,6 1,6 3,4
Vins, cidres et champagnes 0,4 0,3 1,6
Bières 3,1 11,0 11,5
TABAC 0,0 0,1 7,0
Source : Insee, mars 2013

En février 2013, les prix des produits alimentaires (y compris les boissons non alcoolisées) sont stables
par rapport au mois de janvier 2013, alors que les prix de l’ensemble des biens et services augmentent
de 0,3% sur un mois. L’augmentation des prix des produits alimentaires et boissons non alcoolisées est de
1,5% sur un an, à comparer avec une inflation globale de 1,0% sur un an.

Le prix des produits frais est en hausse de 0,4% sur un mois (+5,6% sur un an). Hors produits frais, les
prix des produits alimentaires sont en légère hausse de 0,1% sur un mois (+1,1% sur un an).
9
Sur un mois, les prix des légumes frais sont en baisse de 0,5% (+0,5% sur un an), alors que les prix des
fruits frais augmentent sensiblement de 2,7% sur un mois (+11,5% sur un an).

Le prix des viandes est en hausse de 0,3% sur un mois et de 2,7% sur un an.

Les prix des « huiles et graisses » sont en baisse de 0,4% sur un mois et de 1,0% sur un an. Ceux du groupe
« lait, fromages et œufs » sont en diminution de 0,2% sur un mois et de 1,0% sur un an.

Les prix des boissons non alcoolisées sont stables sur un mois et sur un an. Les prix des boissons
alcoolisées sont en hausse de 0,6% sur un mois et de 3,4% sur un an, notamment en raison de
erl’augmentation des droits indirects au 1 janvier 2013. La hausse est particulièrement importante pour les
prix des bières : +3,1% sur un mois et +11,5% sur un an.

4) Évolution prévisible des prix des produits alimentaires en France

La transmission des hausses des cours mondiaux des matières premières agricoles aux prix à la
7consommation de l’alimentation (et inversement des baisses) subit, selon l’Insee , un décalage total de
deux à trois trimestres, le long de la chaîne d’approvisionnement. Ainsi, la hausse des prix des matières
premières se diffuse très rapidement, en moins d’un trimestre, aux prix de production agricoles. Cette
hausse des prix agricoles se transmet ensuite au bout d’un trimestre supplémentaire aux prix de production
de l’industrie agro-alimentaire. Elle se diffuse encore un trimestre plus tard aux prix à la consommation de
l’alimentation.

D’après la note de conjoncture de l’Insee de mars 2013, le glissement annuel des prix des produits
alimentaires serait de 1,4% en juin 2013. Dans le détail, le glissement annuel des prix des produits
alimentaires hors produits frais (représentant environ 87% des produits alimentaires, selon la pondération de
l’IPC en 2012) s’élèverait à 1,6% en juin 2013. Celui des prix des produits frais (environ 13% des produits
alimentaires selon la pondération de l’IPC) serait de 0,7% en juin 2013.

Délai de transmission minimum total aux prix à la consommation : 2 à 3 trimestres
Amont Aval
Cours IPC IPPAP IPPI
(alimentaire) mondiaux
Transmission
Variation des
immédiate ou 1 trimestre 1 trimestre cours
1 trimestre

Source : Insee


7 Cf. Notes de conjoncture de l’Insee de décembre 2007 (pages 94 et 95) et de décembre 2010 (pages 68 et 69).
10