Rapport WWF : Les nouvelles pertes de forêts soulignent la nécessité d’un développement soutenable dans la région du Grand Mékong

Rapport WWF : Les nouvelles pertes de forêts soulignent la nécessité d’un développement soutenable dans la région du Grand Mékong

-

Documents
1 page
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

La sous-région du Grand Mékong (GSM : Myanmar, Thaïlande, Cambodge, Laos, Vietnam et les régions du
Yunnan et du Guangxi en Chine) risque de perdre plus d’un tiers de son couvert forestier dans les vingt
prochaines années si les gouvernements ne parviennent pas à renforcer les mesures de protection et de
restauration des forêts, à leur attribuer une valeur, ainsi qu’à suivre la voie d’un développement soutenable.
C’est ce sur quoi alerte le WWF dans un nouveau rapport intitulé « Ecosystems in the Greater Mekong: past
trends, current status, possible futures ».

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 02 mai 2013
Nombre de visites sur la page 25
Langue Français
Signaler un problème






Communiqué Embargo jusqu’au 02 mai 2013 à 00h01GMT Paris, le 30 avril 2013

Rapport WWF :

Les nouvelles pertes de forêts soulignent la nécessité d’un développement soutenable
dans la région du Grand Mékong

La sous-région du Grand Mékong (GSM : Myanmar, Thaïlande, Cambodge, Laos, Vietnam et les régions du
Yunnan et du Guangxi en Chine) risque de perdre plus d’un tiers de son couvert forestier dans les vingt
prochaines années si les gouvernements ne parviennent pas à renforcer les mesures de protection et de
restauration des forêts, à leur attribuer une valeur, ainsi qu’à suivre la voie d’un développement soutenable.
C’est ce sur quoi alerte le WWF dans un nouveau rapport intitulé « Ecosystems in the Greater Mekong: past
trends, current status, possible futures ».

Ce rapport décrit les tendances historiques, le statut actuel et les prévisions concernant les forêts de la GSM, les
écosystèmes d’eau douce mais aussi plusieurs espèces importantes et emblématiques dépendantes de ces
écosystèmes.

> Des forêts en recul et plus fragmentées
Cette analyse du WWF révèle que le Grand Mékong a conservé environ 98 millions d’hectares de forêt naturelle
représentant un peu plus de la moitié de son territoire, mais il faut s’attendre à une diminution rapide de ce chiffre
dans les prochaines années si les taux de déforestation actuels se maintiennent. Entre 1973 et 2009, la GSM (à
l’exception de la Chine) a perdu presque un tiers de son couvert forestier (22% au Cambodge, 24% au Laos et au
Myanmar, et 43% en Thaïlande et au Vietnam).

Par ailleurs, les forêts sont devenues bien plus fragmentées : les grandes zones de forêt vierge (les zones principales)
qui représentaient 70% de l’ensemble des zones forestières en 1973, ne représentaient plus que 20% en 2009.
Si cette tendance se poursuit, le WWF prévoie que d’ici 2030, ces zones seront de plus en plus fragmentées avec
seulement 14% des forêts restantes constituant des zones principales au sein desquelles une faune et une flore
viables nécessitant un habitat forestier contigu pourront être maintenues.

Les projections futures concernant les forêts de la GSM (à l’exception de la Chine) pour la période 2009 à 2030
envisagent deux scénarios contradictoires : l’un basé sur une croissance non durable qui prévoit la progression des
taux de déforestation et un autre basé sur un développement économique soutenable qui assure notamment une
réduction de 50% du taux annuel de déforestation par rapport au scénario précédent.

> Le Mékong : l’un des systèmes fluviaux les plus productifs et diversifiés au monde mais menacé par le
barrage de Xayaburi
Le rapport souligne la menace importante que représente le développement du barrage de Xayaburi pour la santé et
la productivité du fleuve Mékong et de son delta ainsi que pour les 60 millions de personnes qui en dépendent.

Le rapport fait également état de la diminution considérable de l’habitat de plusieurs espèces importantes et
emblématiques de la région dont le tigre, l’éléphant, le dauphin de d’Irrawaddy et l’endémique Saola. La survie de ces
espèces dépend de la mise en place et de l’efficacité des projets de conservation.

> Deux chemins possibles : une croissance non durable ou un développement soutenable
Ce rapport ne dresse pas seulement un tableau noir de la région et de toutes les atteintes environnementales. Il met
également en lumière la richesse des ressources naturelles de la GSM et la valeur des services rendus par ses
écosystèmes (eau, nourriture, etc.). Ces immenses richesses naturelles sont l’opportunité de mettre en place un
véritable développement durable de la région.

La GSM se trouve face à un choix majeur : soit poursuivre un développement non durable et voir ainsi nombre de ses
ressources naturelles uniques disparaitre à jamais, soit passer à d’autres stratégies et choisir d’entrer dans l’avenir
par une voie plus durable, à la portée de tous selon le WWF.

- Rapport à ce lien : http://fr.slideshare.net/WWF_France/wwf-greater-mekongecosystems
- Photos et copyrights : https://photos.panda.org/gpn/external?albumId=4388
- Vidéos b-roll : http://gvn.panda.org/?c=2296&k=5e06c47b5b

Contact presse WWF :
Pauline Dame, Attachée de presse : 01 55 25 84 70 / 06 14563739 – pdame@wwf.fr