//img.uscri.be/pth/538c8541ae7c71181276b1c4764fd1db529bfa77
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Fort de café ! Malongo défie Nespresso

5 pages
Fort de café ! Malongo défie Nespresso Qannées de recherche, 30 dépôts de brevets et 1,6 million d'euros d'investissement en R&D, la création d'Ek'ho, machine à expresso 100% recyclable, économe en énergie et made in France ne s'est pas faite toute seule ! Une prouesse pour cette entreprise familiale niçoise, leader sur les cafés haut de gamme, issus du commerce équitable et de l'agriculture biologique. L'éthique dans les gènes Fondée à Nice dès 1934, l'entreprise filiale du belge Cafés Rombouts se distingue par sa culture d'entreprise résolument tournée vers l'humain puisque 45,2% des volumes importés sont issus des coopératives labellisées Max Havelaar. « J'ai commencé le commerce équitable en 1992, avant que ça existe vraiment », raconte Jean-Pierre Blanc, directeur général de Malongo depuis 1980. Ce chaleureux barbu de soixante-cinq ans, économiste de formation et passionné de gastronomie, paraît aussi à l'aise dans les plantations au Mexique que dans les salons du Negresco. Un goût des autres, qui l'a amené très tôt à miser sur le développement durable, la RSE, l'écologie... « Ceux qui n'ont pas intégré le développement durable, la RSE... vont avoir des problèmes », affirme-t-il, mi-pionnier, mi-résistant. « Et quand je dis intégré, je ne parle pas de green washing ou de sustainable superficiel. Pour moi, s'il ne s'agit pas d'une véritable stratégie d'entreprise, cela ne peut pas fonctionner.
Voir plus Voir moins
Fort de café ! Malongo défie Nespresso
Qannées de recherche, 30 dépôts de brevets et 1,6 million d'euros d'investissement en R&D, la création d'Ek'ho, machine à expresso 100% recyclable, économe en énergie et made in France ne s'est pas faite toute seule ! Une prouesse pour cette entreprise familiale niçoise, leader sur les cafés haut de gamme, issus du commerce équitable et de l'agriculture biologique.
L'éthique dans les gènes
Fondée à Nice dès 1934, l'entreprise filiale du belge Cafés Rombouts se distingue par sa culture d'entreprise résolument tournée vers l'humain puisque 45,2% des volumes importés sont issus des coopératives labellisées Max Havelaar. «
J'ai commencé le commerce équitable en 1992, avant que ça existe vraiment », raconte Jean-Pierre Blanc, directeur général de Malongo depuis 1980. Ce chaleureux barbu de soixante-cinq ans, économiste de formation et passionné de gastronomie, paraît aussi à l'aise dans les plantations au Mexique que dans les salons du Negresco. Un goût des autres, qui l'a amené très tôt à miser sur le développement durable, la RSE, l'écologie...
«
Ceux qui n'ont pas intégré le développement durable, la RSE... vont avoir des problèmes », affirme-t-il, mi-pionnier, mi-résistant. «
Et quand je dis intégré, je ne parle pas de green washing
ou de sustainable
superficiel. Pour moi, s'il ne s'agit pas d'une véritable stratégie d'entreprise, cela ne peut pas fonctionner. Les consommateurs sont en train de se rendre compte que les objets que l'on fabrique et les produits que l'on achète sont souvent malheureusement inutiles. On compense par beaucoup de marketing pour vendre... et l'on approche de la fin de cette époque ». En accord avec cette philosophie, Malongo, qui réalise moins de 15% de ses ventes grâce aux machines à café (120.000 écoulées l'année dernière), compte frapper un grand coup avec le lanceuatre ment, à l'automne, de sa machine expresso grand public résolument à l'opposé de la Nespresso de Nestlé, son grand rival.
Chiffre d'affaires 2011 : 94,6 millions d'euros. 371 collaborateurs.
Croissance expresso pour Malongo